Première avec ma belle mère

Récit érotique écrit par baiserjouir le 17-10-2015
Récit érotique lu 19388 fois
Catégorie Vierges/Pucelles

J'aime regarder les jambes des filles. Pour ce faire, je vais dans la cave qui est éclairée par un soupirail qui donne sur le trottoir. Dès qu'une jolie paire de jambes passe je m'excite tout seul. 
Mon père est remarié avec que femme bien plus jeune que lui, elle n'a que 4 ans de plus que moi. 
L'auteur de mes jours est très strict: je ne peux sortir que deux fois par semaine où alors je peux vois mes copains chez moi. Je n'ai pas une vie facile: je suis encore puceau à 18 ans. Mes potes se moquent de moi. Je n'ose pas leur dire la vérité. 
Un jour, justement je leur faisais part de ma frustration: c'est bien beau de se masturber mais si la personne avec toi le fait c'est sans doute bien meilleur. Mes copains sans doute pour m'exciter un peu me raconter leurs exploits certainement exagérés. Ce jour la ma belle mère nous entendait raconter des histoires de plus en plus enjolivées. Ce n'est que le lendemain, juste avant que j'aille à la cave, qu'elle me disait qu'elle savait se que j'y faisait: 
- Tu regardes les femmes qui passent pour te branler;
- C'est pas vrai.
- Chiche que je le saurait ?
- Chiche.
Elle me laisse descendre et comme d'habitude j'ai la bite en main au bon d'un court instant. Je commence à bander, sachant comment ça va finir: je regarde les jambes féminines. Je remarque surtout une paire de bas d'une femme qui s'arrête un bon bout de temps. Je me branle complètement jusqu'à jouir. J'ai le temps de remarquer de drôle de dessins sur les bas. 
Le lendemain ma belle mère ne me demande plus rien. Je remarque que les bas que j'ai vu la veille doivent être à elle: le même dessin. Comme elle voit que mes yeux détaillent ses jambes, elle demande si je me suis bien branlé devant elle avec ses bas. Je rougis: elle sait ce que je fais. 
J'ai peur qu'elle en parle à mon père, très strict sur de genre de chose.
- Tu as peur que j'en parle, non ?
- Oui, ne le fais pas, s'il te plaît;
- Donnes moi une bonne raison pour ne pas le lui dire ?
- Tu sais que je suis vierge, alors je me contente comme je peux.
- Tu n'as pas honte de te toucher comme ça, en cachette ?
- Non et d'ailleurs comment je pourrai le faire devant les autres ?
- Est-ce que je suis une autre ?
- Non, bien sur.
- Alors montre moi ta bite, je veux comparer avec celle de ton père. Et dépêches toi. Je ne peux pas faire autrement que lui faire voir ma queue qui du coup semble se rétrécir J'ouvre mon pantalon, elle insiste pour que je l'enlève. Je me retrouve ainsi en slip devant ma belle mère. J'ai honte. 
- Puisque tu hésites à me la montrer, je vais aller la chercher.
- Non pas encore.
Elle semble se moquer de moi: elle s'approche et descend d'un seul coup mon slip. Je me trouve exposé devant cette femme qui semble savoir exactement où elle veut aller. Je me trouve du coup la bite à la hauteur de son visage. Elle reste ainsi accroupie pour bien examiner mon zob. Quand elle se relève elle me dit qu'il y a beaucoup de similitude entre mon père et moi, sauf qu'elle lui parait plus grosse.
Je suis toujours gêné. Pour me décontracter elle pend ma bite dans sa main droite, me caresse jusqu'à ce que je bande. Cette fois je suis plus gros que mon père. Pour en avoir le cœur net, elle s'accroupit à nouveau. Elle prend à nouveau ma bite: j'espère qu'elle va me branler, j'en meurs d'envie. A ma grande surprise, elle prend la bite dans la bouche. Je ne savais pas que cela se faisait, en tout cas je sens sa langue caresser mon gland: je bande encore plus et quand elle m'a totalement dans sa bouche, elle continue sa caresse. Je ne peux me retenir: je jouis. Encore je suis plus étonné quand elle garde tout mon sperme dans la bouche et qu'en se levant elle l'avale. Je lui demande pourquoi elle m'a fait cette caresse buccale: elle aime ça: mon père lui interdit de sucer comme elle l'a fait et en plus mon père ne la baise pas comme elle voudrait: elle adore le sexe, alors que l'âge de mon père lui interdit de trop en faire: une ou deux fois par semaine seulement. 
Elle veut me le prouver de suite: elle me fait visiter sa chambre, ouvre le tiroir de sa table de nuit pour en sortir deux ou trois objets utiles pour la calmer: elle me dit qu'elle se branle souvent. Je ne savais même pas que les femmes se branlaient.
Elle me le prouve aussitôt, elle se me totalement nue, se couche sur le lit, écarte ses jambes prend une de ces pseudo bite pour se l'enfiler dans le sexe. Elle la fait aller et venir en me regardant. 
Je bande encore plus que tôt à l'heure. Elle pousse un grand soupir:
- Je jouis, viens me la mettre.
- Te mettre quoi et où ?
- Imbécile dans mon con.
- Je n'oserai jamais à vous faire ça.
- Prends donc le plaisir quand ou te le donne. Baises moi.
Je me met tout nu et me couche ses cotés: elle me reprend la pine pour que je bande encore plus, elle me fait monter sur elle, entre ses jambes. Je ne sais comment faire: elle tient toujours ma queue pour la guider. Je suis à l'entrée humide de sa grotte. 
- Vas y enfonces toi dans moi.
- Je ne saurai pas le faire.
Je subis quand elle donne un coup de rein. Je me trouve la bite dans un conduit très mouillé et étroit. C'est vachement bon Je sens que je vais jouir. Je le lui dit, elle ne répond pas: Je sens son entrée du sexe avoir des contractions:
- Je jouis, merci mon chéri.
- Je jouis aussi, merci.
Nous avons joui ensemble. Elle est satisfaite. Nous restons ensemble quand elle m'embrasse sur la bouche. Je sens sa langue venir dans ma bouche. C'est agréable, je débandais, elle me fait encore bander. Je voudrai la baiser encore une fois. Elle ne veut pas: elle se retourne pour se mette à quatre pattes en me demandant de l'enculer.
Je sais quand même ce que ça veut dire. Elle se mouille l'anus, me prend à nouveau la pine pour la poser sur son cul. Cette fois je n'ai pas besoin de dessins: j'entre en elle trop vite sans doute, elle me dit que je lui fait mal. Je ralentis pour lui faire plaisir et du plaisir je lui en donne. 
Elle gémit de plus en plus vite. Je la sens jouir encore. Je me retire d'elle: ma queue est sale: il faut qu'elle me la lave. Je pensais bêtement qu'elle allait me faire aller dans la salle de bain. 
Pas question, pour le lavage de bite, passage obligatoire sans sa bouche. Elle me lave en effet avec sa langue et toute sa bouche. Elle me dirige vers son sexe, j'y mets la langue comme si je savais la sucer. J'arrive à la faire jouir quand j'ai trouvé un gendre de bouton que je lèche sans arrêt. 
Maintenant nous nous arrêtons: mon père ne va pas tarder à venir. Pas plus elle que moi ne souhaitons être surpris dans la nudité sur son lit. 
Le lendemain elle me demande si je vais aller dans la cave. Que lui répondre, elle insiste elle tient à m'y accompagner pour me branler quand je le voudrai à condition de lui faire la même chose.


J'aime 18
17-10-2015 0 19388

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par baiserjouir

Settings

user-img