Logo Mes Fantasmes - Récits érotiques
CE SITE CONTIENT DU CONTENUE RESERVE AUX ADULTES! VOUS DEVEZ AVOIR PLUS DE 18 ANS POUR LE VISITER

Episode 7: Dans Les Vestiaires

Récit lu 7863 fois


Episode 7: Dans Les Vestiaires.

L'histoire de l'une de mes amie.

Le réveil résonna dans sa tête. Il était l'heure de se lever. Laure émergea sans joie d'un sommeil sans rêve. Elle se souvint du jour de la semaine et son cœur se serra. Le vendredi était arrivé. En fin de matinée aurait lieu le prochain cours de gym. Le premier depuis qu'Orane l'eut surprise dans les vestiaires, il y a de cela quinze jours maintenant. L'incroyable soulagement éprouvé lorsqu'elle avait appris que le cours de la semaine dernière était annulé s'était complètement estompé. Mme Jacquet, sa professeur d'EPS était rétablie de sa grippe, et à présent aucune échappatoire n'était possible. Elle allait devoir exhiber face à toute la classe son minou rasé.

La veille au soir, Orane lui avait téléphoné. Laure, effondrée, avait tenté sans grande conviction d'infléchir la volonté de sa maîtresse, en lui demandant si elle pouvait se faire désormais porter malade pour les cours d'éducation physique. Mais la réponse l'avait immédiatement remise en place :

" Pour qui tu te prends, petite chienne ? Tu crois être en position de négocier ? " Elle n'avait pas oublié les paroles de la perverse asiatique. " Il faut te rendre à l'évidence : c'est demain que ta nouvelle condition éclatera aux yeux de tous, et je compte sur toi pour être à la hauteur. Tu n'as pas intérêt à te dérober. Essaie de cacher le moindre détail, et j'exhibe les photos que tu connais. "

Laure ne put s'empêcher de balbutier bêtement :

" Mais comment je vais expliquer ça quand les autres filles me le demanderont ? " Orane éclata de rire. " Tu tiens à raconter que c'est moi qui t'ai épilée dans le cadre de ton dressage ? " Laure rougit à cette seule évocation : " Non, avait-elle humblement répondu, je ne préfère pas, si vous m'en laissez le choix. " Orane avait répliqué, avec une pointe d'impatience qui fit frissonner son esclave : " Alors t'as qu'à leur raconter que tu as fait ça pour exciter les mecs. " Les larmes vinrent aux yeux de Laure quand elle s'entendit protester : " Mais… tout le monde sait qu'en ce moment, je n'ai pas de petit copain. " La réponse fut un aboiement exaspéré : " Mais qu'est-ce que tu peux être gourde, c'est pas croyable ! Incapable d'inventer le moindre mensonge ! Et puis qu'est-ce que tu veux que ça me foute, c'est ton problème après tout. Enfin… puisqu'il faut tout te dire… tu expliqueras que t'as perdu au strip-poker contre des copines et que comme gage t'as dû te laisser raser la foufoune. "

Laure sursauta à cette évocation : c'était plus humiliant que tout ! Elle voulut demander à Orane de revenir à sa première option, mais les mots se bloquèrent dans sa gorge lorsqu'elle entendit sa maîtresse lui lancer :

" Ce week-end, je vais te donner cinquante coups sur tes grosses fesses, ça t'apprendra à faire ta mijaurée et à importuner ta maîtresse pour des détails. "

Toute velléité de résistance quitta Laure, qui, se souvenant de son statut et de son contrat, répondit doucement :

" Merci de veiller à mon éducation, Mademoiselle. "

Elle entendit Orane ricaner, ce qui la soulagea. C'était le signe que sa Maîtresse était satisfaite et ne chercherait pas dans l'immédiat à majorer sa sanction. Puis cette dernière ajouta :

" Dès demain matin, tu amèneras toi-même l'instrument qui me permettra de marquer ton cul. Et tu n'as pas intérêt à te foutre de moi : si j'estime que tu n'as pas choisi quelque chose d'assez cinglant, je t'envoie cul nu dans un sex-shop pour acheter un martinet. " Laure répondit, comme mue par un automatisme : " Bien Maîtresse. " Orane poursuivit sur sa lancée : " Je te conseille de t'épiler convenablement pour demain. Que je voie un seul de tes poils de cul dans le vestiaire, et je garantis que tu le regretteras. Au fait, pour l'occasion, tu enfileras l'une de tes grosses culottes de coton, tu sais, les blanches à pois roses, ça coïncidera mieux avec ton minou de petite fille. "

Laure subit une nouvelle bouffée de honte. Orane, qui avait intégralement fouillé sa lingerie, était tombée sur deux de ses vieux slips de gamine qui traînaient au fond de son armoire depuis plusieurs années, et qu'elle avait oublié depuis. A cette découverte, l'Asiatique avait longuement plaisanté les goûts vestimentaires de son esclave, avant d'ordonner :

" Ne les jette pas, garde-les. Tu les mettras quand je te le demanderai, ça me fera trop marrer de te voir te dandiner comme une gourde avec ces grosses culottes. "

A présent, il allait falloir en porter une devant toutes les filles de la classe avant de leur montrer sa chatte glabre ! Laure en fut d'autant plus bouleversée que, vis-à-vis de ses camarades, elle s'efforçait toujours de soigner sa lingerie.

Pour clore la communication, Orane avait ajouté :

" Pas de soutien-gorge non plus ça complètera ton portrait de petite fille, je veux voir tes grosses loches partir dans tous les sens pendant tout le cours de gym, pour que ça attire l'attention sur toi. Et estime-toi heureuse que je ne te fasse porter aucune inscription sur ton cul, ton sexe ou tes pis de vache. " Laure remercia et raccrocha. Elle espérait au fond d'elle que la nuit lui porterait conseil.

Mais à présent le matin était venu sans qu'elle ait trouvé la moindre échappatoire. Elle se disait que le seul moyen de se soustraire à l'emprise d'Orane serait de fuir la ville, mais elle n'avait nul endroit où aller, et ne se sentait pas non plus le tempérament d'une fugueuse. De plus, elle tenait à obtenir son bac, ce qui ne serait pas possible si elle quittait brusquement son lycée. Enfin, elle se voyait mal expliquer la situation à ses parents ou à ses amies. Si Orane apprenait sa délation, ou constatait son départ, elle distribuerait à tout l'établissement ces photos si compromettantes. Laure n'oserait plus jamais revenir dans la région, et elle manquait de perspective, d'imagination, pour projeter de mener sa vie ailleurs. Sa jeunesse dorée ne l'avait jamais préparé à cela. Le pis-aller était d'attendre patiemment l'échéance du bac.

Elle avait toutefois puisé suffisamment de courage au fond elle pour tenter une dernière fois de convaincre Orane de la laisser proposer l'explication de son choix quant à son épilation. Elle voulait s'inventer un mystérieux petit ami, et laisser les filles croire qu'elle avait cela pour lui, par amour. C'était à ses yeux la meilleure option. Cela n'empêcherait pas les ragots de circuler, mais la plupart de ces camarades étaient d'incurables romantiques convaincues que l'on pouvait tout faire pour l' " Homme de sa vie "… Oui, c'était indéniablement la solution la moins catastrophique pour son image.

Mais il restait à convaincre sa tyrannique maîtresse. Pour cela, elle avait longuement répété dans sa tête le petit speech qu'elle lui récita à la grille du lycée, avant le début des cours : " Bonjour Mademoiselle, je vous ai apporté la… cravache que j'utilise pour l'équitation. La minable traînée que je suis espère que cela vous conviendra pour marquer mon gros cul. Je… Je vous suis très reconnaissante po… pour ces cinquante coups… qui m'aideront à être une chienne plus dévouée pour sa Maîtresse. " Malgré sa détermination, Laure ne put empêcher sa voix de trembler. Elle savait que la morsure de la cravache était particulièrement douloureuse. Elle craignait de ne pas pouvoir en supporter autant. Orane sentit ce trouble chez la jeune fille. Elle comprit rapidement que si cette petite garce cherchait si vilement à lui plaire, c'est qu'elle avait quelque chose à lui demander. En souriant, elle demanda à Laure d'ouvrir son cartable et de lui monter l'instrument : " Bien, cela va te faire très mal, tu t'en doutes… Et qu'oses tu espérer en retour, pauvre petite pute ? " Laure fut déstabilisée en un clin d'œil d'être aussi transparente devant la belle Asiatique. Elle ne put que bredouiller piteusement sa requête, les larmes aux yeux, en suppliant :

- Je vous en supplie, Mademoiselle, s'il vous plaît, je serais sage, je vous le jure, je serais une gentille chienne…

Laure entendit ces mots comme quelqu'un d'autre les prononçait. Les yeux baissés, elle entrevit le sourire moqueur d'Orane.

- Soit, lui annonça-t-elle à sa grande surprise, je suis de bonne humeur ce matin. Tu pourras t'expliquer à ta guise.
- Oh, merci ! Merci, Mademoiselle
- Mais de rien, Laure, tu auras l'occasion de me remercier de ma bonté après le cours d'EPS. En nettoyant mes baskets. Avec ta langue, bien sur, paillasson !
- Je… Oui, Mademoiselle, ce seras fait… Avec plaisir. Merci.

Laure garda la tête basse tandis qu'Orane s'en alla rejoindre le cours de Philo. Elle était loin d'être soulagée, la facilité avec laquelle Orane avait cédé l'inquiétait. Elle se rendit en classe lentement, se demandant quel coup tordu lui réservait sa perfide " camarade de classe ".

La jolie lycéenne eu beau avoir toute la journée pour s'y préparer, le cours de gym de dernière heure fut encore pire ce qu'elle attendait. Le temps s'était radoucie, et toutes les filles de sa classe s'étaient mises en tee-shirt. Orane l'avait encouragé d'un regard noir à faire de même, et on pouvait deviner l'auréole sombre des tétons à travers son fin maillot blanc. Comble de malheur, Mme Jacquet avait prévu pour exercice une séance de stepping, et chaque mouvement faisait bouger outrageusement sa lourde poitrine libre. Tous le monde se rendit ainsi compte qu'elle ne portait pas de soutien-gorge, et elle surprit quelques garçons échanger des commentaires en ricanant à voix basse. La lycéenne ressentait une douleur lancinante au niveau de ses épaules et de seins malmenés par ce traitement. Orane s'était placée à ses côtes, et l'encourageait discrètement à ne pas mollir : " Allez, gosse vache, du nerf ! Suis bien le rythme, n'ai pas peur d'agiter tes mamelles. "

A la pause, la jeune fille était écarlate, autant à cause de l'effort que de la honte qui la submergeait. C'était la première qu'elle connaissait une telle humiliation en public. Elle avait le sentiment d'avoir été exposé comme une bête de foire. Lorsque sa professeur d'EPS la prit un instant à l'écart durant la pause pour gentiment lui conseiller d'adopter pour la gym des sous-vêtements de maintien adaptés, la ravissante déléguée souhaita disparaître dans un trou de souris. Elle ne put qu'opiner, la tête rentrée dans les épaules. Mme Jacquet lui fit un petit sourire, étonnée de la voir ainsi et la changea d'activité sportive pour le reste de l'heure. Pour ses professeurs, elle gardait l'image d'une fille de bonne famille hautaine et un peu prétentieuse qui ne pouvait s'empêcher de critiquer ses enseignants à chaque conseil de classe. Laure fut sincèrement reconnaissante de la compréhension dont semblait malgré tout faire preuve sa prof, mais cela ne lui laissait qu'un répit avant le pire. Et lorsque la cloche sonna, Laure se dirigea vers les douches avec le sentiment d'aller à son propre enterrement.

Les vestiaires étaient une pièce carrée dont trois des murs étaient occupées par des bancs et des portemanteaux. Laure se dirigea vers une place libre, à l'opposée de la salle des douches. Le front empourpré, elle se mit face au mur et commença à retirer son tee-shirt. L'adolescente pouvait sentir les regards braqués dans son dos. Au milieu des brouhahas des conservations, elle perçut distinctement un bref raclement de gorge. Orane la rappelait à l'ordre, et lentement son esclave se tourna face à ses camarades de classe. L'Asiatique jubilait de voir sa rivale de toujours aussi désemparée, froissant nerveusement son maillot en tentant d'éviter les regards des autres filles. C'était encore mieux que dans ses rêves les plus fous. Bien sur toutes les filles mourrait d'envie de savoir pourquoi leur déléguée n'avait même plus un soutien gorge à se mettre pour le sport, mais personne ne faisait encore la moindre remarque. Laure était encore connue pour avoir la répartie facile, et il ne valait mieux pas se la mettre à dos si l'on espérait encore être invité à une fête lycéenne. Mais même les membres les plus fervents de sa petite cours d'autrefois, comme Nathalie ou Ludivine semblait se poser des questions. Toutefois, lorsque Laure enleva son short et qu'elles aperçurent cette fille toujours si élégante boudinée dans une culotte blanche à pois rose visiblement destiné à une enfant, ce fut trop. Ce fut d'abord quelques timides ricanements, mais bientôt toutes les occupantes du vestiaire se mirent à rire franchement. Claire, une jeune rouquine constellée de taches de rousseur lui demanda si sa garde-robe avait flambé. Laure ne sut que répondre, elle semblait avoir perdu tous ses moyens. A présent, les jeunes filles s'étaient toute dévêtue et se dirigeaient vers les douches. Orane lui assena le coup de grâce :

" Et tu comptes le garder pour te laver, ça fait aussi maillot de bain ? "

Les lycéennes se remirent à rire, et tous les regards se braquèrent vers elle. En retenant ses larmes, Laure se tortilla pour retirer sa ridicule petite culotte. Comme Orane lui avait ordonné, elle ne fit pas un geste pour se dissimuler. Et l'hilarité générale repris de plus belle.

- A mon avis, il n'y a pas que sa garde robe qui a flambé se moqua Samia,
- Tu m'étonnes repris une autre fille, elle en a même perdu tous ses poils dans l'incendie !
- Je comprends mieux la culotte de petite fille, maintenant reprit Claire.
- Non, sérieusement, pourquoi tu as fais ça ? questionna Nathalie, un peu gênée de voir cette fille qu'elle admirait ouvertement en si mauvaise posture.

Laure prit sur elle pour sortir son boniment d'une voix claire et ferme. Orane la laissait dire en silence, et Laure, mise en confiance, broda à l'envie sur un nouveau petit ami tellement beau, attachant et sensible qu'elle n'avait pu refuser ce " petit plaisir " au " nouvel amour de sa vie ". Au fur et à mesure de ses enjolivements, la jolie déléguée reprit confiance et retrouva ses attitudes d'autrefois. A force d'arguties et de jolies tournures, elle se sentait presque capable de retourner la situation, et en effet, ses camarades avaient fini de plaisanter à son sujet, et Laure retrouvait même dans certains regards une lueur de compréhension, et même d'envie pour cette " si jolie romance ".

" Mais au fait, demanda soudain Samia, qui est cette perle qui mérite tant de sacrifice ? " Aïe, Laure n'avait pas prévu ça. Elle chercha à toute vitesse un nom quelconque, mais Orane lui coupa l'herbe sous le pied.

" Moi je sais, dis la jeune asiatique jusque là silencieuse, c'est Richard Thomas ! Je les ai surpris ensemble il y a 15 jours, ici même. "

Laure comprit en une fraction qu'Orane l'avait joliment piégé. Richard est un gros garçon boutonneux, si laid et si bête qu'il était la honte du lycée (et probablement aussi de sa famille). Il était devenu une telle tête de turc pour les autres élèves que ses parents avaient été obligés de le changer d'établissement en cours d'année. Les réactions ne firent évidemment pas attendre :


- Quoi ! Ce gros porc abject ! tu te moques de nous, Orane, fit claire, visiblement sidéré
- Oui, allez Laure, dis-nous la vérité reprirent Ludivine et Nathalie en chœur.
- N'est ce pas la vérité, Laure ? Vas tu me traiter de menteuse ? la défia l'Asiatique, prenant à parti toutes les autres filles.

Laure était tétanisée, incapable de dire un mot. Elle comprit en un éclair à quel point Orane l'avait berné. Déjà, elle voyait sa rivale faire un pas vers son sac, d'où dépassaient les coins d'une large enveloppe kraft. Les photos. Si elle démentait, Orane n'hésiterait pas un instant à les montrer.

" Je… Non… Heu, je veux dire… Si, c'est… C'est vrai lâcha-t-elle tristement. "

C'était un cauchemar pour la jolie étudiante. Il était de notoriété publique que même si Richard Thomas était le dernier homme sur Terre, toutes les filles du Lycée préférerait devenir gay et laisser l'espèce humaine s'éteindre plutôt que de coucher avec lui. Elle-même avait beaucoup fait voir à ce pauvre garçon. Et maintenant, toutes les filles de sa classe pensaient qu'elle trouvait cette larve obèse irrésistible et sexy, et était même aller jusqu'à se raser la chatte pour mieux l'exciter. D'après ses propres paroles. Elle comprenait mieux maintenant pourquoi Orane l'avait laissé sortir son beau baratin romantique. Comme une chasseuse cruelle, elle lui avait laissé entrevoir une porte de sortie avant de l'exécuter froidement. Du grand art.

- J'en reviens pas ! s'esclaffa Claire, c'est lui ton " prince au regard renversant ", un type qui porte des lunettes double foyers.
- Incroyable, fit Nathalie avec une moue dégoûtée, tu es amoureuse du gros porc !
- Après tout ce que tu lui as fait endurer, c'est dingue ! reprit Ludivine
- Comme quoi, l'amour, la haine, c'est du pareil au même, ria une autre fille
- Qui se ressemble finit par s'assembler ! Ou l'inverse, je ne sais plus.

Les filles rirent tellement fort que Mme Jacquet passa la tête par la porte afin de leur demander de se calmer. Elle ne remarqua pas Laure, mais les rires reprirent du coup de plus belle. La professeur secoua la tête, résignée, avant de les laisser seules à nouveau. Maintenant, presque toutes les filles l'entouraient, se moquait d'elle. Nue, rasée, l'adolescente ne se sentait que plus vulnérable à leurs plaisanteries. Sa situation empirait à telle vitesse qu'elle se demanda si elle n'aurait pas mieux fait de laisser Orane montrer les photos, et de s'enfuir d'ici à toutes jambes. Mais encore une fois, elle s'était laissé porter par les événements, et se maudissait de son manque de réactivité. Et lorsque Samia repris la parole, elle sentit que les choses allaient encore empirer. La beurette avait un caractère farouchement indépendant, et avais toujours vu d'un mauvais œil le côté " reine du bal " de la déléguée.

- Moi je me souviens d'une fois où Laure nous avait proposé à Claire et à moi de rigoler un peu avec le gros porc…
- Oui reprit Claire, je me rappelle. On l'avait coincé en salle de sciences, et Laure l'avait faussement accusé de lui avoir mis une main aux fesses et menacer de le dénoncer aux autres garçons.
- Qui l'aurait sûrement massacré, ce pauvre gros.
- Eh ! bien, il faut croire que maintenant elle aime ça, se faire peloter par Richard se moqua l'Asiatique
- Oui, faut croire ! reprirent les autres. En attendant, le gros avait paniqué, et était prêt à tout pour éviter la correction. Alors Laure lui a fait faire le tour de la pièce, à quatre pattes, en grognant comme un porc. Couik, Couik ! C'était tordant.
- Incroyable, alors comme ça Laure, tu lui as fait du chantage, toi, ironisa Orane en la fixant dans les yeux. Laure ne put que baisser encore plus la tête.
- Ouais, acquiescèrent les lycéennes, c'est vraiment ignoble de faire ça à quelqu'un. Même si c'est Richard Thomas
- En tout cas, maintenant, le gros porc a trouvé une amoureuse reprit Samia. Au fait, Laure, la fiancée du cochon, c'est pas la truie ?

Ce fut le déluge, toutes les filles riaient, l'appelait " Laure, la truie " en imitant le cri de l'animal. Samia et Claire se firent un clin d'œil, et l'empoignèrent avant le pousser dans les douches : " Allez, la truie ! C'est l'heure du bain. " Ainsi, bousculée, Laure tomba au sol. Deux de ses camarades la maintinrent à genoux en lui appuyant sur les épaules.

" A ton tour de faire la cochonne, reprit méchamment Samia. Comme ton petit ami avant, ça me paraît normal, non ? Qu'est ce que vous en penser, vous autres ? "

Toutes les filles acquièrent en riant. Laure commença à prendre peur. Les dernières révélations de Samia avaient définitivement retourné l'ensemble des filles contre elles. Déjà fusaient les insultes et les exhortations à obéir. La pauvre Laure craignait sincèrement qu'elles ne finissent par en venir aux mains. Elle n'arrivait plus à penser tant cela lui paraissait irréel. Comment toutes ses soi-disant copines pouvait-elles lui faire ça ? Comment avait-elle pu être déchu si vite ? Paniquée, elle ne voyait aucune issu, a part se plier à leurs exigences avant qu'elles ne lui fassent vraiment mal. Alors elle s'appuya sur les mains et commença à avancer autour des douches. Un coup lui cingla les fesses : une des filles avait roulé sa serviette de bain pour la fouetter. " En couinant, la truie ! " De surprise, Laure lança un petit cri perçant qui provoqua un enthousiasme général. Les filles formèrent une haie autour de son parcours, et chacune lui gifla les fesses d'un coup de serviette à son passage. Laure se pressait à 4 pattes pour éviter les coups, et au fur et à mesure que ses fesses lui cuisaient, elle couinait de plus en plus fort. Ses " Hoink ! hoink ! " stridents se perdaient au milieu des cris et des rires.

Ses camarades de classe finirent par l’abandonner en larmes dans un coin des douches. Nathalie fut une des dernières à la quitter, la toisant de façon méprisante : " Vraiment, je ne comprends pas comment on a pu traîner avec toi. Tu peux oublier mon numéro de téléphone, tu es vraiment trop nulle, en fait. "

Laure resta recroquevillée sur elle-même pendant que les adolescentes se lavèrent et s'habillèrent, quittant peu à peu le gymnase. Elle continua de pleurer ainsi durant un long moment. Elle entendit soudain un bruit qui la fit se redresser. Orane la contemplait en silence, appuyer désinvoltement contre l'encadrure de la porte.

- Elles sont toutes parties, si c'est ce que tu attendais dit finalement l'Asiatique.
- Qu'est ce que tu veux encore ! lui cria Laure, laissant enfin exploser sa colère. Tu peux être contente, dès demain, tous le lycée sera au courant de ce qui vient de se passer. Ma vie va être un enfer ! Tu peux montrer les photos, si tu veux, je ne t'obéirais plus ! De toute façon, je ne vois comment cela pourrait pire, après ça !

Pendant que Laure se libérait de sa colère et sa frustration, Orane s'approcha d'elle en la fixant des yeux, sans un mot. Lorsqu'elle fut tout près de Laure, celle-ci fit un geste pour le repousser. L'Asiatique s'empara de ses poignets et plaqua vivement sa bouche contre la sienne. En sentant la langue chaude et fine d'Orane envahir sa bouche, Laure se débattit plus férocement. Mais malgré son corps gracile, l'Asiatique était vive et énergique. Sans cesser de l'embrasser, elle réussit à immobiliser les bras de Laure dans son dos. Laure lui donna alors quelque coup de pieds, et réussit à la faire trébucher. Orane s'agrippa alors plus fortement à elle, et l'entraîna dans sa chute. Plaquée au sol, Laure ne put de nouveau empêcher Orane de l'embrassée. Imperceptiblement, elle cessa peu à peu de se rebiffer. Malgré elle, son corps réagissait à se baiser passionné. Orane relâcha son étreinte pour caresser le bas de son dos. Elle continua de picorer de baiser son visage, et lui caressa tendrement les seins. La jolie déléguée ne luttait plus, au contraire, son corps allait au devant des gestes doux de l'Asiatique. Elle sentit son ventre s'allumer d'un coup, se libérant brutalement l'excitation accumulée dans la journée. Orane lui murmura quelques mots à l'oreille : " Tu n'as pas encore compris, n'est ce pas ? Ce n'est pas à cause des photos que tu m'obéis. Ce n'était qu'un prétexte pour libérer ce que tu cachais au fond de toi. Ce que tu avais si peur de t'avouer à toi-même que tu t'es protéger derrière un vernis de suffisance de prétention. Ce besoin de te sentir dominée, asservie, esclave… " Laure essaya de protester, mais elle put lâcher qu'un long soupir de plaisir. " J'aime te sentir comme ça, ajouta Orane, complètement fragile, complètement abandonnée " Jamais Orane ne lui avait parlé d'une voix si chaude et douce. Encore sous le choc de ce qui venait de se passer, elle avait désespérément besoin de tendresse et d'affection. Et que ce doux réconfort vienne précisément de la personne responsable de ces tourments la troublait encore davantage. Oui, sa rivale avait raison. Malgré tout ce qu'elle pouvait dire, les épreuves de cette journée l'avaient terriblement excité.

La tête d'Orane se glissa lentement entre ses cuisses, sans cesser de l'embrasser. Le simple fait de sentir la pointe de la langue de l'Asiatique se poser sur son clitoris déclencha en elle un orgasme violent. Orane accentua encore sa caresse, et Laure s'allongea sur le dos, la tête renversée, et s'abandonna sans plus aucune honte au plaisir qui continuait de l'envahir. Orane lui fit véritablement l'amour, sans aucune violence, rien exiger d'elle. Laure fut traversée par des vagues de jouissance fantastiques. Quand elle fut enfin repue, elle se laissa délicatement laver en silence par son amante sous la douche. Laure était complètement déstabilisée par ses sentiments envers l'Asiatique. Elle avait éprouvé tellement de haine envers elle il y a seulement un instant, et à présent… Elle se sentait reconnaissante, elle souhaitait lui plaire pour la remercier du bonheur qu'elle venait de lui offrir. Et le sourire mutin d'Orane qu'affichait en la dévorant des yeux n'arrangeait rien.

" Tu commences à admettre l'évidence, n'est ce pas ? " lui demanda-t-elle. Sans lui laisser le temps de répondre, Orane enchaîna : " Je vais donc te rendre les photos, quand dis tu ? Puisque tu m'as dit ne plus vouloir me servir, elles ne me servent à rien. Reprends les, et tout sera fini entre nous. "

Laure en resta sans réaction. Elle n'avait qu'à les reprendre et cela serait terminé. Plus d'ordre, plus d'humiliations. C'était une chance inespérée. Pourtant la déléguée ne fit pas un geste pour s'en saisir. Car cela signifiait aussi ne plus avoir de relations avec Orane, ne plus connaître les plaisirs de la soumission. " J'ai envie de t'aimer, ajouta Orane en lui caressant le visage, de te donner du plaisir, que tu m'en donnes, mais aussi que tu me montres jusqu'où tu peux aller, que tu me montres que tu peux aller plus loin encore pour moi. J'ai envie de te faire mal quand je devine ton envie d'avoir mal. " Cette déclaration acheva d'enflamma la lycéenne. Elle connaissait Orane depuis l'enfance, et pourtant elle ne l'avait jamais regardé ainsi. Elle était remplie de vénération pour cette fille si belle, autoritaire, intransigeante et douce à la fois. Toujours nue, elle se mit à genoux, les mains dans le dos.

- Vous avez raison, Mademoiselle. J'aime être une esclave, votre esclave… Je… Je crois que je vous aime. Je suis fière de vous appartenir.
- C'est bien, il est bon qu'une esclave aime sa Maîtresse lui souri Orane. Je suis satisfaite de ton comportement, tout à l'heure. Tu as déjà bien été punie, je vais donc lever ta sanction. Tu ne seras pas cravaché. Mais, par contre, j'espère que tu n'as pas oublié ta promesse de remerciement ?
- Non, Mademoiselle. Laure parue hésiter un instant puis ajouta : Aurais la permission de vous lécher après, s'il vous plaît Maîtresse ?
- On verra rit Orane, si tu as bien travaillé, peut être…

Et c'est avec un air gourmand que Laure rampa lécher les baskets de Mademoiselle pour les nettoyer. Lorsque les deux adolescentes quittèrent enfin le gymnase main dans la main, la nuit était tomber depuis longtemps.

RATING

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Cliquez ici pour vous connecter ou pour créer un compte

Récits / Histoires érotiques de la même categorie