Ma prof de math

Récit érotique écrit par admin le 19-03-2010
Récit érotique lu 28723 fois
Catégorie Teens

Cette histoire reste un fantasme et ne s’est jamais produite (malheureusement). Pour ne pas qu’elle soit reconnue (ou qu’elle ne se reconnaisse xD), je nommerai ma prof Céline. Il serait mieux de préciser aussi que j’ai 15 ans et bientôt 16.

Il était 15h. Le cours de mathématique avait commencer il y a 10 minutes. Je faisais mes exercies d’algèbre. C’était le dernier cours de la journée et nous étions tous assez dissipés. Mais j’oubliais de vous présenter ma prof : Céline,28 ans, taille moyenne,environ 1m65, brune aux cheveux mi-longs, toujours le mot pour rire , beau visage, beau cul bien rond et une parfaite paire de seins qui devrait sûrement faire un bon gros C. Ses seins, reparlons-en ; Tout les mecs de la classe fantasment dessus et je n’en connais aucun qui ne se soit pas encore branler en pensant à eux ! Soit, je me détourne un peu de ce fameux cours de math, mais Céline est tellement sexy qu’il est impossible de ne pas le mentionner.

Aujourd’hui, elle porte un jeans très moulant qui dessine parfaitement ses fesses bien rondes, et comme haut, un T-Shirt quant à lui aussi fort moulant qui nous mets tous dans un état…d’excitation je dirais. :D Parfois je me demande si elle le fait exprès mais visiblement pas. Elle ne se rend pas compte, bien qu’elle soit sublime et ait un corps de rêve, de l’effet qu’elle nous fait, et c’est peut-être mieux comme ça …

Je venais de finir une page d’algèbre, me retournai pour discuter avec mon voisin de derrière lorsqu’il fit appel à Céline pour lui poser une question. Elle s’approcha, derrière lui et s’abaissa pour regarder sa feuille.
Quel ne fut pas mon étonnement lorsque , sous mes yeux, je pus apercevoir la somptueuse poitrine de ma sublime prof de math, totalement dénudée ! Eh oui, aujourd’hui, en plus d’être habillée très sexy, elle ne porte pas de soutif’ ! La coquine…
Mon sexe se durcit en quelques secondes. Il n’a, à ma connaissance, jamais été aussi dur. Je continue de mater,(discrètement) ce serait bête de se faire prendre en plein cours !
 » Retourne toi s’il te plait » me lanca-t-elle, ayant vu que je m’étais retourné. Je crus d’ailleurs qu’elle a entrevu la direction de mon regard mais elle reste normale et ne réagit pas, ce qui me rassura.
Ce spectacle me confirma que ma chère professeur de math avait une poitrine pour le moins parfaite et extrémement généreuse !
16h. Le cours se termine rapidement mais j’ai une question importante a posé à mon prof par rapport à un ancien devoir qu’elle avait jugé « insuffisant », m’ avait-elle dit. Tous les élèves furent bientôt partis. Il ne restait plus que mes amis. Je leurs dis de ne pas m’attendre, que j’ai quelque chose à demander et les salue.

Je dois avouer que l’idée de se retrouver seul, dans une classe, avec mon professeur de math, en dernière heure est pour le moins excitant mais la seule chose que je désirait à ce moment, c’était rentrer chez moi mais j’allais vite changer d’avis…

Je m’avancai près de son bureau et attendis qu’elle termine d’écrire dans son agenda.
- « Tu as l’intention de rester longtemps ? » me demanda-t-elle.
- « Je voulais juste vous demander des explications par rapport au devoir d’hier. »
- « Bien, patiente un instant ». Elle se lèva, sortit de la classe et se dirigea vers le couloir. Quelques secondes après, elle rentra et ferma la porte.
- « Donc tu voulais me parler de ton devoir c’est cela ? »
- « Oui c’est exact »
- « Tu es sur que tu ne voulais pas me parler d’autre chose ?? »
- « Pardon ? Comme quoi ? »
- « Comme du fait que tu matais ma poitrine la tantôt ?! »
Je rougit instantanément et commenca à bafouiller : » Vous… mater … votre poitrine … Je… je… »
- « Allons ne t’affole pas, je sais très bien que je vous excite tous dans cette classe, du moins les garçons, et toi c’est une certitude à en juger par la bosse de ton pantalon… »
Je ne pus m’empècher de lacher un petit rire nerveux. Elle se retourna et s’abbaissa pour prendre quelque chose dans son sac.
Après sa poitrine, me voilà face à ses magnifiques fesses ! Elle m’allume,c’est clair. Elle commence à trémousser lentement puis, sûrement ses fesses bien rondes.Je bande, comme une bête, pour ne pas dire comme un taureau.
Elle sort de son sac une latte. Elle me regarde, avec un large sourire puis, descend son regard vers mon sexe en érection.
Céline va me sortir le grand jeu. A petits pas, elle se rapproche de moi et à quelques centimètres de moi, s’arrête. Je n’ai jamais été aussi excité de ma vie ; Mon poux s’accélère grave. Elle me dit délicatement et sensuellement :  » Je sens que tu es très excitée par moi, ca te dirait de passer le cap ?  »
Oui elle va le faire 
Ma prof s’abbaisse et se retrouve à genoux. Bien évidemment elle baisse mon pantalon ce qui , sans m’étonner, me surprend !
Avoir sa prof de math à genoux, prête à nous sucer, ca n’arrive pas tous les jours !
- »Enlève ton pantalon »
- »Oui m’dame »
- »Appelle moi Céline, mon choux. »
J’enlève mon pantalon, mon slip et dévoile ma verge qui, il faut l’admettre, est bien gonflée. Céline se munit de sa latte et mesure mon sexe.
- » Mon dieu , 18 cm ! Pour ton âge, c’est très impressionant ! »
- »Merci Céline mais un corps comme le tient, c’est aussi très impressionant ! »
- » Petit flatteur… » dit-elle avant de commencer à me branler.

Je n’avais jamais ressenti ça. La chaleur de sa main et la manière de toucher mon sexe frolaient la perfection. Enfin non, c’était parfait . Mais dans de telles conditions je n’aurai pas pu tenir très longtemps. Je le lui fit remarquer et elle me demanda de la prévenir lorsque cela arrivera et me promit qu’elle arrêterait.
- »Montrez moi vos seins Céline. » lui dis-je grossièrement.
- »J’y viens ne t’inquiète pas … »
- » Tout de suite ! » insitais-je.
- » Bien…tu aime dirigé…. Tu vas avoir tout le loisir de diriger mon corps mais sois patient ! »
Dis de cette manière, je ne pouvais que me plier à sa volonté.
Quelle saloppe quand même ! Il y a 3 minutes je lui posais une question et la voilà, en train de me branler !
Elle approcha sa bouche de ma verge en érection et se mit à l’embrasser, puis à l’engloutir. Je tremblais de plaisir et s’en rendant compte, Céline accélèra ses coups de langue. Quelle sensation ! Elle aurait été nue cela aurait été encore mieux. Je ne tint que quelques courtes minutes et puis impossible de me retenir, j’éjaculai toute ma semence dans sa bouche.
Elle l’avala avec délectatition. Elle continue de me sucer. Une minute après, je bandais à nouveau comme un taureau.
Ma « saloppe » comme je prends plaisir à l’appeler, continuait de sucer. Elle se leva alors et, pour ma plus grande joie, enleva son T-Shirt,révèlant sa poitrinevolumineuse. Je lui mordilla les tétons et lui toucha la seins avec vigueur. Elle gémissait de plaisir.
- » Enlève mon pantalon ! » me sussura t’elle à l’oreille. Je m’exécuta sans attendre.

Et nous voilà, tous deux nus, dans cette salle de classe.
- » Baise moi maintenant, Prends moi la chatte.Je veux sentir ton puissant sexe en moi ! »
Je la regarde d’un air sauvage, prêt à lui sauter dessus. Elle comprend et s’apprête à riposter Quand,soudain,
je la retourne et la pousse, ventre sur le bureau.
Je lui enfonce ma bite dans sa chate tendre, et chaude. J’en ai assez des préli. Je ne veux qu’une chose : La baiser ! Elle es trempée d’excitation. La vue de sa croupe, ses fesses rondes et son dos courbé m’excitent au plus haut point. Je la baise comme je ne baiserai jamais personne; avec force,puissance et sensualité.
Elle gémit comme une folle et m’en demande plus.
«  Ooooh mon étalon ! Plus profond ! Baise moi … Baise moi ! »
« NE T’ARRETES PAS! » me cria encore Céline.
Mes pénétrations sont de plus en plus rapides et profondes. Mon engin atteint maintenant le fond de son vagin.
 » VAS- Y PLUS VITE ! PLUS VIIIITE ! »
Je ne m’arrête plus, mes coups de reins lui défoncent l’arrière-train et lui font atteindre un puissant orgasme.
Je sens que le moment approche , j’ai l’impression de planer, je ne me sens plus et j’ai l’impression que je lui déchire le vagin, ce qui n’est pas pour lui déplaire à en juger par ses cris de plaisir.
Avant le moment fatidique, j’extrai mon pénis de son nid d’amour et le présentai face à son si joli visage. Mon flot de sperme partit instantanément et attérit sur sa poitrine voluptueuse, ses lèvres pulpeuses et son visage. Un bon facial !
Je me laissai tomber sur elle,exténué par cette première partie de baise.

16h30. Cela faisait une demie-heure que j’étais ici, avec ma prof. Elle est à poil par terre. J’étais sur elle. Je m’amusais avec ses seins.
- »Eh ben,… Tu m’en as fait une de ces levrettes ! »
- » Tu es une sacré saloppe Céline ;) . »
- »On remet ça demain si tu veux, mais chez moi cette fois-ci, j’habite tout près ? »
- » Bien, je t’accompagnerai »

Sur ces mots, nous nous rhabillâmes et je partis, après m’être vidé les couilles sur ma prof de math.


J'aime 17
19-03-2010 0 28723

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par admin

Settings

user-img