Chaud dans le foin

Récit érotique écrit par gustave le 09-11-2018
Récit érotique lu 7668 fois
Catégorie Gay

18 ans et encore puceau, cela commençait à me peser. Mes trois branlettes journalières avaient de moins en moins d’attrait. Il faisait chaud cet été là. Me promenant autour du village j’ai pris par hasard un petit chemin creux que j’ai de suite reconnu. Celui où gamin avec Yves et sa sœur nous jouions à des jeux pas trop innocents...que de souvenirs divins. Elle était peu farouche la Nine et se laissait tripoter par nous à tour de rôle tout en préservant son petit pucelage. Pour ses fesses là elle voulait bien la coquine Ces évocations m’avaient de nouveau donné envie de baiser.

Au bout du chemin tout à mes rêveries érotiques, (j’avais la trique), j’ai été surpris de trouver mon copain Yves.

Pour lui pas de vacances, il travaillait à réparer une clôture dans un petit pré recouvert d’un foin odorant venant d’être coupé.

-Tiens, te voilà, çà fait un bail que l’on s’est pas vu!

-Oui!

Les souvenirs à sa vue revenaient encore, lui sur la Nine, collé à elle et frottant sa verge dans sa fente de fillette. Jo ma copine et moi avec eux deux. Jo et Yves collés ventre à ventre et moi avec Nine..... Nous nous sommes assis dans le foin pour parler. Moi je bandais toujours un peu, j’étais excité et avais envie.

-Dis, ta sœur la Nine elle est pas là?

-Non, elle travaille en ville maintenant.

-Dis tu là.....tu lui fais encore?

-Non elle veut plus, elle a un fiancé! Pourquoi?

-Ben, dommage, si elle avait été là.....rien que d’y penser je bande, Tiens regardes!

Il m’a regardé sortir ma bite de ma braguette.

-T’es toujours branché toi!

-Oui! j’ai trop envie je me branle, fais le toi aussi!

-On pourrait nous voir!

-Non, allez fais le aussi! Ta sœur est pas là et j’ai trop envie!

Il a sorti sa bite, elle était comme la mienne, un peu plus longue peu être. En nous regardant nous avons commencé à nous masturber. L’excitation a encore grandi, j’avais envie de plus. Nous étions maintenant allongés l’un près de l’autre. Pour être plus à l’aise nous avions ouvert nos pantalons et les avions baissés à mi-cuisses.

-J’ai envie, laisse moi te le faire.

Je n’ai eu qu’a allonger ma main et l’ai saisie. Elle était chaude et lisse j’ai commencé à faire monter et descendre ma main sur lui. Yeux mi-clos sans bouger,Yves m’a laissé faire un moment, puis j’ai senti ses hanches bouger, venir à la rencontre de ma main.

-Tu aimes?

-Oui! oui n’arrête pas!

Je me suis collé contre lui, ses cuisses touchaient les miennes. Ma bite frottait sa hanche. C’était chaud, bon.

-On se le fait?

-On fait quoi?

-Ben comme avec ta sœur!

-T’es fou, et puis çà doit faire mal.

-Non, tu sais en pension beaucoup de mes copains le font!

-C’est vrai? Tu le fais toi?

-Non, je l’ai jamais fait, avec une fille non plus à part la Nine.

-Moi non plus, depuis deux ans qu’elle veut plus rien. T’es sûr çà fait pas mal?

-Je vais faire attention, çà ne lui faisait pas mal à elle quand on lui faisait. Tu me le fera après.

-T’es pédé?

-Non, mais j’ai jamais baisé, j’ai trop envie! Pas toi?

-Si!

Il était excité mon Yves, aussi excité que moi par ce que ma main lui faisait doucement sur sa bite tendue pour ne pas le faire décharger. Il laissa mon autre main caresser ses fesses, les écarter et mes doigts frôler sa rondelle. Il tendait son petit cul vers moi. J’ai mis de la salive.

-Fais attention, fais le doucement! Mets encore de la salive.

-Oui! Je vais te le faire maintenant. Tiens ma bite, guide là.

Il s’est couché sur le ventre. Je me suis mis derrière lui et l’ai saisi aux hanches pour le coller à moi en le soulevant. Ma bite guidée par sa main a trouvé très vite son petit œillet gluant de ma salive. J’ai poussé, poussé encore et d’un coup je suis entré,le gland d’abord. Puis nous avons poussé tous les deux et je me suis logé en lui, mon ventre contre son petit cul rond de garçon. Je n’étais plus puceau. C’était chaud, serré comme dans la Nine, mais là nous étions trop jeunes pour que cela compte comme un dépucelage. Je suis resté un peu sans bouger. Il s’était couché complètement sur le ventre cuisses largement ouvertes, et je pesais sur lui.

-Tu as mal?

-Non. Vas y, c’est bon!

-Comment on fait?

-Retire la et enfonce là, fais comme l’étalon quand il baise.

Çà je savais pour l’avoir vu chez lui à la ferme de ses parents.

Je l’ai pris comme une fille, tout en le masturbant. J’étais très excité et après quelques va et vient mon ventre collé à son cul tendu, je me suis vider dans ses reins en gémissant mon plaisir.

Lui aussi avait joui dans ma main et dans le foin.

fdmvvvms

Puis alors que nous nous relevions de notre couche de foin, nous avons entendu des voix dans le champ voisin. Les fermiers arrivaient pour ramasser leurs bêtes.

C’est ce qui ce jour là avait préservé mon petit cul de la visite de la pine de mon copain d’enfance.

J’ai maintenant 55 ans et suis toujours vierge de là.


J'aime 21
09-11-2018 0 7668

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Settings