Logo Mes Fantasmes - Récits érotiques
CE SITE CONTIENT DU CONTENUE RESERVE AUX ADULTES! VOUS DEVEZ AVOIR PLUS DE 18 ANS POUR LE VISITER

Ma séxualité

Récit lu 10258 fois

Salut, ça risque d’être un peu long mais je vais vous raconter mon histoire, pour commencer, je suis bi, j’aime ma copine, j’ai la plus grande tendresse pour elle mais j’aime aussi les garçons, notamment aux alentours de 15 ans même si je suis un garçon un peu plus grand que ça aujourd’hui. Commençons par le début, l’enfance, plutôt solitaire, je me suis rendu compte que je n’étais pas comme les autres vers l’âge de 5 ans, en maternelle. Les garçons attrapaient les filles et les emmenaient dans une cabane pour les déshabiller et j’aurais voulu en faire partie et me faire déshabiller moi aussi. Ensuite, ça a été des jeux avec mes copains d’école du genre montre la moi et je te la montre …. Rien de bien original …. on s’amusait aussi avec mon cousin qui a quelques mois de moins que moi à « t’es pas cap » et je lançais de nombreux t’es pas cap de la montrer, t’es pas cap de rester une heure à poils ….. plus les chatouilles de pieds (qui m’excitent toujours beaucoup) …… j’avais aussi un copain de classe qui était un voisin par ailleurs avec qui on jouait à celui qui enlève les chaussettes de l’autre dans le noir alors j’en profitais pour lui chatouiller les pieds et le tripoter. A l’adolescence, ça c’est amplifié mais il fallait jouer plus serré pour ne pas être découvert. J’ai rapidement su me branler et je me suis mis à beaucoup fantasmer, toujours sous la forme de jeux. On a continué à jouer à celui qui enlève les chaussettes de l’autre dans le noir puis j’en ai profité pour passer au jeu de celui qui enlève le pantalon de l’autre. On a fait un jeu comme ça avec mon voisin, copain de classe. On a joué avec son petit frère de 9 ans. On s’es mis dans le noir et on s’est battus pour s’enlever le pantalon. J’ai pu enlever le pantalon du petit frère mais c’était plus dur pour mon pote alors je me suis laissé faire et j’ai bien fait. Il m’a enlevé mon pantalon puis a baissé mon slip en disant à son petit frère de vite rallumer. Quand le frère a rallumé, j’étais le bite à l’air, devant mon pote qui tenait mon slip baissé dans ses deux mains et matait avec un air ébahi. En effet, assez en avance physiquement, j’étais un ado alors que lui ne l’était pas encore et il n’avait jamais rien vu de tel et comme je bandais pas mal (mais ça pendait encore), il me dit texto : « mais elle est énorme, beaucoup plus que la mienne !!! ». Son petit frère matait aussi comme un malade et comme il était un slip, on voyait une raideur de ce côté-là. Un peu gêné par cette phrase, j’ai fini par remonter mon slip. Ensuite, comme il était de plus en plus coincé, je n’ai jamais pu faire grand-chose avec lui. Juste une branlette dans le slip (sans la sortir) à côté de lui sous prétexte de jeu et voilà. Si, une fois, en voyage scolaire à l’âge de 14 ans, on était dans la même chambre, je me suis déshabillé devant lui (je suis très exhib depuis toujours) et j’ai bien vu qu’il m’a fortement maté mais sans plus. A la même époque, je ne pouvais pas trop m’amuser en fait, parce que j’étais un peu trop sage et aussi parce que je bandais trop vite et que je ne pouvais pas me dévoiler si facilement. Au collège, en 4ème et 3ème, j’ai retrouvé un ancien copain de classe de primaire qui, déjà à l’époque, était un obsédé sexuel exhibitionniste. Il aimait se branler en classe, sous les bureaux et je n’ai jamais osé jeter un œil sous le bureau mais j’enviais son voisin, un petit rouquin timide qui passait son temps à côté de lui et profitait de tout. J’ai aperçu sa bite une fois parce qu’il se branlait au cours d’une sortie cinéma avec la classe et que presque tout le monde pouvait le voir, et il aimait ça l’obsédé. Je fantasme encore sur le voyage en Espagne que nous avons fait avec notre classe en pensant qu’il était dans la même chambre que deux petits blonds super mignons dont un avait l’habitude de toujours se promener pieds nus (ce que je trouve super sexy). J’imagine ce qu’ils ont du faire cette nuit là avec un fou de bite comme ça, surtout qu’il y avait une baignoire dans la chambre, même pas séparée des lits et que je sais qu’ils se sont lavés ce soir là. Moi, dans ma chambre, il y avait le copain et voisin dont j’ai parlé avant plus un petit brun qui ne me plaisait pas trop et un pote qui me plaisait assez par son côté petit gosse rondouillard. On n’a pas osé prendre de douches car les douches étaient aussi dans la chambre, sans séparation. Quand mon petit rondouillard s’est mis en caleçon pour la nuit, le caleçon trop serré laissait sortir sa bite et ses couilles, j’ai maté et le lui ai fait remarquer, Il a un peu rougi et s’est caché, plus tard dans le car, on a parlé cul tous les deux puis on a fait mine de se rouler une pelle en mettant la main et il a mis sa langue sur ma main !!!! mais je n’ai pas osé recommencer. A cette époque aussi, je rencontrais les copains de ma sœur, de 3 ans plus jeunes que moi mais assez prometteurs pour certains dont un petit châtain très mignon et tout petit dont on reparlera longuement plus tard. Je jouais gentiment à quelques jeux comme les chatouilles de pieds …. Une fois, un des garçons m’a dit en me tendant son pied nu : « vas-y lèche », il a été surpris parce que je l’ai fait !!!!! Vers 13 ans, j’ai aussi continué les jeux avec mon cousin. En fait, on jouait au strip poker. La 1ère fois, il a perdu et j’ai pu voir les quelques poils autour de sa bite et ça m’a rassuré. Ensuite j’ai perdu et il a vu que je bandais m’ai n’a rien dit. Enfin, comme on était assez concurrents, on a vite commencé à essayer de s’humilier au maximum par des gages un peu ridicules (faire le chien à poils, lécher les pieds de l’autre en disant « oui mon maître » ….) mais rien de très sexuel jusqu’au jour où il me dit alors que j’avais perdu : « bon, on va faire ton gage plus tard, chez moi ce soir ». Arrivé chez lui, comme prévu, il me dit qu’il avait invité son meilleur copain, plutôt mignon d’ailleurs et il dit, très direct à son copain : « avec mon cousin, tu vois, on fais des strip pokers et le perdant a un gage alors je veux lui mettre un gage qu’il ait bien la honte ». En effet, il me fit enlever mon pantalon et mon slip mais garder le reste, j’avais l’air un peu con en chaussures de ville avec ma bite raide qui sortait sous la chemise puis il me dit : « tu vas t’en faire une », je lui dit : « une quoi » (mais je savais quoi), il me dit, un peu gêné quand même « une branlette quoi !!! ». Je fis le mec dépité et je me branla devant lui et son pote, il m’obligea aussi à récupérer le sperme dans mes mains. Ensuite, j’ai voulu lui faire des gages un peu pareil mais il n’a jamais voulu se branler devant moi alors on a arrêté les jeux. Pour en revenir au petit châtain, copain de ma sœur, je l’ai revu plus tard, j’avais 17 ans et lui allait sur ses 14. On est vite devenus copains et on a vite joué au strip poker. Il fut le 1er à perdre, un peu timide, il avait enlevé son slip sur son lit et croisé les jambes alors je lui ai demandé de me montrer, il écarta les jambes et je vis sa petite bite un peu raide, droite. Je lui ai fait remarquer qu’il bandait et il m’a dit que c’était le stress mais qu’il pouvait faire mieux et qu’elle était plus grosse quand il était à fond. On a ensuite eu quelques jeux genre chatouilles … il m’a vu aussi à poils et je bandais assez, il m’a dit juste après que je n’avais pas à me plaindre avec une bite de cette taille. Ensuite, comme il avait des cassettes de cul chez lui et qu’il connaissait la cachette, je lui ai demandé d’en matter une puis je lui ai dit que ça me donnait envie de me branler. Alors, il est parti chercher des kleenex et, comme si de rien n’était, il a baissé son bermudas et son slip jusqu’aux chevilles, s’est assis sur un fauteuil devant moi et s’est branlé. Je l’ai sortie et j’ai fait pareil, il m’a matté 2 ou 3 fois en se retournant.

RATING

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Cliquez ici pour vous connecter ou pour créer un compte

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

 

Récits / Histoires érotiques du même auteur