44 kilos de viande fraiche

Récit érotique écrit par camille95 le 19-04-2021
Récit érotique lu 2544 fois
Catégorie Sadomazo

Je m'appelle Elodie, et suis une petite nana de 23 ans. Mince, bien foutue, un beau petit cul, et pour la poitrine, un joli 95B. Dans la rue, les mecs se retournent sur moi, parfois ils me sifflent, j'aime bien ça, je me crois jolie. Mais j'ai eu le malheur de te rencontrer, toi, un salaud de macho, qui a vingt ans de plus que moi, et qui m'a mis le grappin dessus. Au début, j'ai cru que tu avais des sentiments pour moi, mais j'ai vite compris que tout ce qui t'intéresse, c'est mon cul, ma chatte et mes nichons. Ah, j'allais oublier, ma bouche, aussi. Quand je dis que tu m'as mis le grappin dessus, en réalité, tu me terrorises, tu es brutal, égoïste, tu ne penses qu'à toi, à ton plaisir, et tu te fous pas mal de savoir si je jouis quand tu me baises. Tout ce que tu veux, tout ce que tu exiges de moi, c'est que je m'allonge, que j'écarte les cuisses bien sagement et que je ne bouge plus, jusqu'à ce que tu aies fini ta petite affaire et que tu te sois soulagé dans ma chatte. Même lorsque je te supplie de faire attention, parce que je ne prends pas la pilule, tu t'en fous, d'ailleurs, une fois tu m'as dit : " rien à foutre. tant pis pour toi si tu tombes en cloque, t'auras qu'à te démerder ". Maintenant, je te déteste, mais j'ai tellement peur de toi ... Tu le sais, tu en profites, et je suis obligée de faire tout ce que tu veux, même lorsque cela me répugne, ou lorsque tu me fais mal ... Parce que chaque fois que tu me sodomises, vu la taille de ta queue et de ton peu de délicatesse pendant cet acte odieux, ça me fait très mal. Mais toi, tu jouis, et en plus, tu rigoles : " arrête de geindre, connasse, ou je te colle une baffe sur ta p'tite gueule de pute ! Et puis si tu crois que ça va m'empêcher de décharger dans ton cul de salope, tu te goures, faut bien que j'me vide les couilles, moi ! ". A chaque fois, ça me fait terriblement mal, mais ça ne me répugne pas autant que lorsque tu me fais mettre à genoux, les mains attachées dans le dos, et que tu m'obliges à ouvrir la bouche ... Jamais tu ne demandes si ça me plaît ou pas ... tu t'en fous ... D'abord, tu m'ordonnes de te lécher les couilles. : " mieux que ça, salope, applique-toi, je sais que t'aimes ça, t'es qu'une petite sainte nitouche, mais en réalité, tu aimes ça, la bite, t'es rien qu'une grosse truie qui est faite pour ça, pour lécher et pour sucer des bites, pour te faire baiser et enculer ... Regarde-moi, salope, lève les yeux vers moi ..." Evidemment, j'obéis, et là, tu enfournes ta queue dans ma bouche, même jusqu'au fond de la gorge, et j'ai beau suffoquer, tousser, pleurer, tu continues à me filer, sans aucun ménagement, à grands coups de reins, des coups de queue qui cognent au fond de la gorge ... et même ça a l'air de t'amuser, lorsque je manque de suffoquer, tu rigoles, tu me tires par les cheveux pour m'obliger à avancer mon visage, jusqu'à ce que j'aie le nez dans tes poils, et je ne peux rien faire, juste subir ... Toujours en me tenant par les cheveux, tu me fais avancer et reculer sur ta queue qui va et vient sans répit dans ma bouche ... Et puis soudain, tu rugis comme un sauvage, je sens ta queue se gonfler encore plus, ton gland se gonfle aussi, et là, des deux mains, tu attires brutalement mon visage contre ton ventre, tu appuies de toutes tes forces sur ma nuque, tu me colles le visage contre ton pubis, le nez dans ta toison, et tu vides toute ta semence dans ma gorge en poussant des grognements de satisfaction ... Tu n'es qu'un porc ... Je n'aime pas le goût ni la texture visqueuse de ton sperme, je déteste ça, même, je manque vomir, mais tu me maintiens toujours fermement la tête : " allez, ma p'tite pute, avale tout, avale bien ... là ... ouiiii, c'est ça ... T'as une bonne petite bouche, ma poulette, on dirait que t'as fait ça toute ta vie ! Non, non, te relève pas tout de suite, faut lécher, maintenant, tu vas tout de même pas perdre les dernières gouttes ! " Voilà tout ce que je suis obligée de subir, à n'importe quel moment de la journée ou de la nuit ... car tu me sautes dessus à l'improviste, même lorsque je suis occupée à préparer ton repas, à faire la vaisselle ou à repasser tes chemises ... Parce qu'en plus d'être à ton entière disposition pour satisfaire toutes tes envies, tu veux aussi que je sois ta bonniche ... Une esclave sexuelle et une bonniche à plein temps, voilà ce que tu as fait de moi ... Je vis dans la peur ... Je ne sais jamais à quel moment tu vas me sauter dessus, ni de quelle façon tu vas avoir envie de te servir de moi ... Tout ce que je sais, c'est que tu as de gros besoins et que je n'ai pas intérêt à te résister quand ça te prend, parce que ça te met en colère, et dans ces moments-là, tu n'hésites pas à te montrer brutal et violent ... 


J'aime 9
19-04-2021 0 2544

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Settings