Mon épouse

Récit érotique écrit le 15-10-2023
Récit érotique lu 3962 fois
Catégorie Couple

UN BEAU CADEAU D' ANNIVERSAIRE


 


 


Je m’appelle Frédéric et je suis marié à Céline, depuis plus de 19 ans. Mon épouse est adorable, j’en suis amoureux comme aux premiers jours, et je pense que c’est réciproque. Elle m’a donné deux charmants enfants. Bien sûr, avec l’âge et deux maternités sa silhouette n’est plus la même que dans sa jeunesse. Cela lui a donné un charme encore plus sensuel. Je ne me lasse pas d’admirer ses rondeurs quand elle se déshabille, quand elle prend une douche. Ses seins et ses fesses rondes subliment sa féminité. Si vous rajoutez à cela son sourire canaille, vous comprendrez qu’elle m’excite toujours autant.


 


Je ne suis d’ailleurs pas le seul à éprouver cette attirance. Je n’en veux pour preuve que les regards des hommes dans la rue ou dans des réunions entre amis, qui lorgnent sur ses fesses et son décolleté généreux. Je dois bien reconnaître, que j’adorais ces regards et que cela « m’émoustillait » même un peu. C’était assez curieux mais extrêmement agréable d’être excité ainsi par ces regards envieux sur ma femme. Dans ma tête, j’imaginais à quoi ces hommes pensaient et plusieurs fois cela déclencha une érection J’eu la confirmation de cette découverte sexuelle un peu plus tard.


 


Un ami m’avait montré sa maitresse, et expliqué comment il l’avait rencontrée, sur un site de rencontres coquines. , j’y fis un tour et je découvris que cette pratique sexuelle s’appelait le candaulisme. Un rapide tour sur internet, m’en donna une parfaite définition :


« Le candaulisme est une pratique sexuelle dans laquelle une personne ressent de l'excitation en exposant ou partageant son conjoint à une ou plusieurs personnes.


Par extension, on parle aussi de candaulisme lorsque des rapports sexuels ont lieu entre une ou plusieurs personnes de différents ou même sexes, devant le regard consentant et demandeur du partenaire exclusif de celle-ci ».


 


J’appris aussi que cette pratique était partagée par de très nombreux hommes et couples. Les annonces passées sur le site me confirmèrent tout cela. Nombreux étaient les hommes qui cherchaient un partenaire de jeu sexuel. Ils y détaillaient leurs envies, proposaient des photos softs ou franchement hards.


 


Au bout de quelques temps, n’y tenant plus, je décidais de passer moi aussi une annonce. Je me contentai de quelque chose de très banal : « couple pour discussion et plus…. », Afin de voir ce qui allait se passer. Céline aimant poser pour moi, j’avais un stock important de photos. Rien que des photos sensuelles en lingerie ou petite tenue. Son sourire enjôleur et canaille en disait suffisamment.


Les réponses ne se firent pas attendre.


Dans la journée, de très nombreux adhérents me proposaient leurs services. Il y avait un peu de tout mais une chose était certaine, mon épouse ne laissait pas indifférent et nombreux étaient ceux, preuves à l’appui, qui avouaient ce masturber en regardant Céline. Ces photos de sexes en érection devant les photos de ma femme me confirmèrent par l’excitation qu’elles me procuraient que mon orientation sexuelle était bien le candaulisme.


Mais comment concrétiser. Il fallait trouver le partenaire qui plairait à Céline et à moi et surtout il fallait convaincre Céline d’accepter.


 


Je commençais doucement à lui en parler…lui racontant mon excitation quand je voyais des hommes mater ses fesses ou son décolleté. ….je lui avouais même une fois m’être masturbé en imaginant la regarder en train de faire l’amour avec un autre homme. Elle fut un peu surprise mais pas choquée, m’avouant même à demi-mots que cela devait être excitant aussi pour la femme. Rassuré, je me décidais à lui montrer le site et à être plus précis dans mes envies. Elle fut surprise, étonnée, et il faut bien le dire, flattée par tous ces commentaires élogieux et tous ces sexes en érection devant ses photos.


 


Cela ne me suffisait cependant pas et j’avais vraiment envie de vivre cette expérience en réel. Céline étant très timide, je ne pouvais compter sur elle pour se trouver un amant et le ramener à la maison. Je devais donc prendre les choses en mains.


Après de nombreuses recherches sur les sites spécialisés, après beaucoup de déception et de désillusions, je trouvais enfin, semble-t-il, l’oiseau rare.


Je lui proposais alors une rencontre afin de voir et découvrir quel amant j’allais offrir à Céline.


Il s’appelait Alexandre, avait 52 ans et me semblait présenter toutes les « garanties », en termes de gentillesse, de savoir vivre et d’éducation pour lui offrir mon épouse.


J’annonçais donc à Céline que j’avais trouvé l’amant idéal.


Sans dire oui, elle accepta cependant de le rencontrer avec moi dans un café. Elle était très intimidée et stressée. Alexandre se montra très agréable, séducteur, gentil….et je sentis que peu à peu mon épouse se détendait et qu’en elle, cheminait l’idée de finir un jour dans son lit. Nous nous séparâmes en se promettant de se revoir très bientôt.


En chemin, je demandais à Céline ce qu’elle pensait d’Alexandre et si elle était prête à franchir le pas. Elle m’assura qu’elle le trouvait charmant et enfin, à force d’insister, elle lâcha :


« Ce sera ton cadeau d’anniversaire ! »


 


Les jours passèrent, partagés entre excitation, attente, déception. Céline avait fait l’acquisition d’une tenue pour l’occasion. Je ne souhaitais pas la voir, ce qui renforçait encore mon excitation.


Enfin, 3 semaines après notre première rencontre, Alexandre nous convia au restaurant.


Céline passa un long moment dans la salle de bains à se pomponner et à s’habiller. Quand enfin, elle sortit, ce fut un choc. En tailleur, jupe chemisier, les jambes gainées de nylon, ses hauts talons la faisant cambrer et offrir ainsi sa généreuse poitrine, elle faisait très bourgeoise bcbg.


Arrivé au restaurant, je vis aussi à son regard, qu’Alexandre était lui aussi sous le charme.


Le repas fut un délice aussi bien par sa qualité, que par cette sorte d’excitation interne qui bouillait en chacun de nous. Nous parlâmes de choses et d’autres, sans rien évoquer de la suite de la soirée.


A la fin du repas, Alexandre nous proposa de finir la soirée dans un dancing très chic. Nous continuâmes de parler de la pluie et du beau temps en savourant une coupe de champagne. Enfin, Alexandre me demanda s’il pouvait inviter Céline à danser.


Je les regardais, mais le type de musiques proposées n’incitait pas à une « drague » en règle.


Enfin les stroboscopes et les flashs s’éteignirent pour faire place à une petite lumière douce. Ils étaient restés sur la piste et enchainais donc aussitôt la série de slows. A chaque nouveau morceau, il me semblait qu’ils collaient un peu plus, mais la faible lumière et la présence des danseurs m’empêchaient de bien voir. Elle avait les bras autour de son cou et lui, la plaquait fermement contre lui collant ses seins contre sa poitrine et plaquant son ventre contre le sien. Il lui murmurait des mots à l’oreille et quand ils se rapprochèrent de moi il l’embrassa sur la bouche. Ma frustration fut grande car au même moment un couple passa entre nous et je ne pus bien voir.


Je le dis à Alexandre en riant …..Et celui-ci, attirant Céline contre lui, l’embrassa goulument debout devant moi. Cela dura 30 bonnes secondes et aux mouvements de leurs mâchoires je voyais bien que leurs langues se fouillaient profondément la bouche.


J’étais hyper-excité et avais une érection monstrueuse, à tel point que je dus faire un tour aux toilettes pour me rafraîchir.


A mon retour, assis sur la banquette, il continuait de l’embrasser avec fougue, lui caressant les seins et le ventre par-dessus sa jupe. Connaissant ma Céline, j’imaginais fort bien que ses tétons devaient être durs et dressés et sa culotte abondamment mouillée.


La bouteille finie, il proposa de terminer la soirée chez lui car il habitait à deux pas. Dans la rue, il la tenait par la taille et s’arrêta plusieurs fois pour l’embrasser.


 


Arrivés chez lui, Céline disparut immédiatement dans la salle de bains. Au bout d’un moment il la rejoignit et restèrent un bon moment partis. Je sirotais mon café en commençant à me demander s’il ne la baisait pas dans la salle de bains, hors de ma vue.


Ils revinrent enfin en se serrant par la taille, il l’embrassa à nouveau debout au milieu du salon, lui disant qu’il allait lui faire l’amour toute la nuit. Il lui caressait les seins, glissant ses mains dans l’échancrure de son chemisier et commença à la déshabiller.


Il fit d’abord glisser sa jupe, dévoilant un superbe tanga mauve, qui mettait en valeur ses superbes fesses, et des bas dimup, soulignant ses magnifiques cuisses fuselées. Je me régalais à les regarder ainsi.


 Il lui caressait le bas ventre, d’abord sur la culotte puis, directement sur sa chatte. Me montrant sa main toute humide, il me dit :


-regarde comme elle a envie de baiser.


Cela la fit rire et elle se colla encore plus contre lui et commença à lui caresser le sexe. Quand il lui retira son chemisier, je crus que ses seins allaient jaillir du soutien-gorge tellement ils étaient gonflés. Après un bon moment à s’embrasser et se caresser mutuellement de façon de plus en plus appuyés, il l’entraîna vers la chambre.


Un peu étourdi, j’attendis la suite des évènements.


 


Au bout d’un moment, n’y tenant plus, je me dirigeais doucement vers la chambre. Ils étaient debout près du lit, lui nu, Céline en sous-vêtements, mais les seins sortis du soutien-gorge. Ils s’embrassaient et se caressaient toujours. Elle avait pris son sexe à pleine main, le masturbant doucement, ne s’arrêtant que pour lui caresser les couilles. Lui de son côté avait fait glisser le tanga et son index titillait son clitoris, la faisant gémir et se tortiller.


Il finit par enlever soutien- gorge et culotte. Elle se mit à genoux devant lui pour prendre sa bite dans la bouche. Elle était de dos et je ne voyais pas grand-chose, ce qu’elle du imaginer car elle fit un quart de tour afin de bien me montrer. Elle mettait en œuvre toute sa technique, avalent goulument la queue de son amant, lui palpant et malaxant les couilles. Parfois elle jetait un coup d’œil vers la porte pour voir si j’étais bien là, ce qui semblait décupler son ardeur. Alexandre lui maintenait, parfois la tête, l’obligeant ainsi à engloutir la queue le plus loin possible, mais d’autre fois il la repoussait car sans doute au bord de l’éjaculation.


Il s’est décidé de l’allonger sur le lit. Ses pointes de seins étaient dressées. Elle releva des jambes les pris dans ses mains afin de bien offrir sa chatte. Cette position où Céline s’offrait totalement décupla ma masturbation. Il écarta un peu plus ses grandes lèvres et y enfouit son visage. Je voyais nettement sa langue exciter son clito et rentrer le plus loin possible dans son vagin. Sa chatte était toute luisante dégoulinante de cyprine et de salive


Il se redressa et approcha sa queue. Elle était très raide, le gland bien décalotté. Il la pénétra en douceur, Céline se cambra en gémissant offrant ses tétons qu’il mordilla et suça avec avidité. Il la ramona un bon moment, sortant et rentrant sa bite et provoquant des gémissements de plus en plus forts. Soudain, elle enserra ses cuisses autour de lui ses muscles se contractèrent, en plein orgasme elle hurla,….je joui !!!!!!


 


Alexandre était un sacré baiseur et la queue toujours raide, il roula à côté d’elle en lui ordonnant :


-Vient d’enfiler


Céline ne se fit pas prier et, prenant la bite bien dure à pleine main, elle s’enfonça dessus en gémissant et commença à monter et descendre. Dans cette position, elle était face à moi. Je voyais ses gros seins se balancer au rythme de la baise. Il essayait de lui mordiller les seins et quand il attrapait un téton, il le mordillait et le suçait, ce qui la faisait encore plus gémir. Bouche ouverte, langue sur les lèvres, elle me regardait fixement, l’air de dire :


-     Regarde comme je me fais bien baiser


-     Je coule de partout


-     Ça te plait chérir, de voir ta petite femme se faire baiser ?


 


Parfois, il donnait un bon coup de rein, ce qui la faisait sauter en l’air. Elle se renfilait en grognant et continuait son manège.


Soudain, elle se mit à gémir


-     Ça vient, ça vient, je vais encore jouir


Lui :


-     Vas-y lâche toi, prends ton pied


-     -tu aimes te faire baiser ?


Elle


-     Oh oui tu me baises bien, j’aime ta bite…


…le reste se termina dans un cri et des soubresauts d’un orgasme d’une violence inouïe


Elle bascula sur le côté en se tortillant.


 


Queue toujours dressée, il l’attrapa,


-     met toi à genoux que je te baise plus profond et que je te fasse une surprise


Elle s’exécuta immédiatement offrant à notre vue son superbe cul. Il lui écarta encore plus les fesses afin de bien dévoiler son intimité. Il la léchait depuis le clitoris, jusqu’à son anus, le titillant, le léchant avec avidité puis recommençait. Céline, du coin de l’œil me regardait en gémissant


 


Il la fit tourner un peu pour que je voie bien et, me faisant un clin d’œil, il cracha sur sa rondelle et avec son majeur, il fit doucement pénétrer la salive dans son trou du cul. Elle devait aimer, car elle écartait de plus en plus les cuisses.


 


Se tournant vers moi, il me dit


-     elle a l’air d’aimer, je vais lui faire le cul.


Il commença à rapprocher sa bite, mais, à ma grande surprise il lui mit dans le vagin


-     je vais te faire jouir pour que ton cul se dilate bien et je t’enculerai


Je ne sais pas si c’est l’idée de se faire sodomiser ou les nouveaux coups de boutoirs qu’elle prenait, elle jouit presque immédiatement …..


Il se retira et entrepris directement de lui mettre deux doigts. C’est dingue comme ça semblait facile !!!


Il commentait :


-     pour une pucelle du cul, tu te dilate bien ma salope


-     dit-nous que tu veux te faire enculer


-     oui je veux me faire enculer !!


Plus fort et devant ton mari


 


-     oui je veux me faire enculer devant mon mari !!!!!


Il cracha dans son trou, la travailla avec ses doigts et enfin présenta sa bite et enfonça doucement. Elle l’accompagnait en se tortillant et en écartant ses fesses. Enfin le gland passa, elle poussa un hurlement et la bite disparut en elle.


Expérimenté, il allait doucement et sortait de temps en temps pour la lubrifier en crachant et me montrer son trou béant.


A la force de la baiser, il devait être au bout car il se retira brusquement, la retourna glissa sa bite entre ses seins et en quelques secondes, il l’inonda de foutre. Elle en avait plein les seins et jusqu’au visage.


M’étant masturbé déjà deux fois, je retournai dans la chambre qu’Alexandre nous avait prêté.


 


 


Un peu plus tard, alors que je m’endormais, j’entendis Céline et Alexandre prendre une douche ensemble. Ils devaient encore se tripoter car j’écoutais ma femme glousser le plus silencieusement possible. Enfin, entièrement nue, elle me rejoignit au lit. Je ne pus m’empêcher de la toucher. Elle était toute fraiche, mais sa chatte était encore humide et surtout, son cul était encore drôlement dilaté. Je la complimentais pour sa performance et elle, gentiment, soulevant le drap, elle prit ma queue bien gonflée dans sa bouche et se mit à me pomper doucement. Encore très excité, je ne tins pas longtemps et je déchargeais presque immédiatement. Elle ne se retira pas et avala goulument tout le sperme qui sortait.


 


Epuisé, je n’avais qu’une idée : dormir. Aussi, je lui dis


-     Chérie va le rejoindre, va encore te faire baiser.


 


La nuit dans une sorte de sommeil conscient j’entendis Céline jouir plusieurs fois, avant de sombrer dans un sommeil profond.


 


FIN


J'aime 21
15-10-2023 1 3962

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Settings