Je suis peut être papa sans en etre sur (vécu)

Récit érotique écrit par gengiskhan le 04-01-2024
Récit érotique lu 1861 fois
Catégorie Inceste

                         Suis-je le Père ou pas nul ne le sait

           J’ai une demie sœur, (Valérie) fille de deux ans de plus que moi, tres brune comme sa mère, c’est la fille de mon père et d’une autre femme qu’il a enceintée avant d’épouser ma mère fille qu’il n’a pas reconnue. La dame s’est mariée avec un autre mec en gardant sa fille.

            Par convention entre mon père, ma mère et la mère de ma demie sœur, mon père prend en partie les charges que sa fille génère, en formulant le souhait de la voir quand il est la et qu’il puisse la prendre pendant une partie des vacances, le tout a été accepté. Cela fait qu’on se côtoie au moins les Week-ends ou mon père est présent et pendant une partie des vacances.

         Résident dans la même ville mais pas dans le même quartier, on ne va pas dans les mêmes établissements scolaires, mais on sort des fois ensemble pendant la coupure d’étude de la semaine et parfois le Week end.

         Mes parents et moi on habite une maison avec cuisine salle d’eau, trois grandes pièces, dont une tres grande dans laquelle fut réaliser deux mini chambres pour nous deux, j’en occupe une et ma sœur l’autre périodiquement.  

         On joue énormément ensemble, balades, cinéma et autre. Puis nous avons pris connaissances de nos différences corporelles mutuelles. Enfin elle est partie dans une université, on ne se voie presque plus, elle a d’autres relations que son demi frere, c’est la vie.

        De mon côté, je sors avec des potes, un voisin et le fils d’un bouquiniste chez qui je trouve des livres que je ne devrais pas avoir dans les mains du type (Justine et les malheurs de la vertu) du marquis de Sade, un vieux pote de la vieille. Quelques relations avec des nanas bien sûr, mais à cette époque que du flirte, les mains un peu baladeuses ce qui ne se passait pas toujours tres bien

       Puis, je parts pour mon service militaire, un long moment de divertissement PTDR.  On ne communique plus que par écrit. Elle m’apprend qu’elle va se marier avec un certain Nicolas, (un gars qu’elle a connue au lycée et qui est allé dans la même fac qu’elle) C’est prévu juste au moment ou je suis libérable du moins grasse a la perme dite libérable, je suis invité à être son témoin.

 Je réponds

--- Ok Mamour un plaisir mais c’est moi qui irai chercher la jarretière pour la mettre en vente aux enchères

--- Humm pour me rappeler notre jeunesse.

Elle me répond

--- Bien sûr il n’est pas question que ce soit quelqu’un d’autre, je t’ai prévu une surprise à ce sujet.

--- Il est bien entendu que tu me sers de chauffeur aussi pour nous rendre à la mairie puis à l’église et ensuite au restaurant, la grand-mère a réservé près de chez elle, puis à l’hotel ou elle nous a réservé une chambre.

Moi

--- Avec grand plaisir ma chère et jolie frangine, par la même occasion tu m’en réserves une aussi parce que je ne vais pas faire 120 bornes apres la fête pour rentrer à la maison. Même si je ne suis pas trop picoleur la fatigue plus le peu d’alcool c’est dangereux. Un contrôle et je suis bon pour retourner à la caserne pour finir mon temps adieu la perme libérable.


Elle

---Tu viens aussi me chercher puisque notre père ne peut pas prendre ta mère et passer me prendre sans risquer d’être en retard, et maman et beau papa seront déjà sur place eux.

Moi

---Ok Mamour tu sais tres bien que s’est toujours avec un grand plaisir que je m’occupe de toi.

Elle

--- Oui ça je le sais bien, je peux te demander tout ce que je veux c’est toujours oui Mamour, pour ça que je te demande de me servir de chauffeur. Puisque beau papa et maman seront partie la veille chercher grand-mère et grand- père. (Parents de sa mère).

                                                                    LE JOUR J

      Je passe donc chercher ma sœur chez ses parents, là où son mec n’a pas pu voir la robe de mariée. J’arrive je sonne, elle me donne le code de l’immeuble, elle ne peut pas descendre pour ouvrir, j’arrive dans l’appartement je trouve une superbe petite minette presque complètement nue d’environ 1.60 m, une poitrine tres ferme un petit 80 C au plus un 70cn de taille et 85 de hanches a vu d’œil, elle n’est couverte que par un superbe slip tangua en dentelle, et ladite jarretelle à mi-cuisse une superbe nana légèrement pulpeuse.

 Moi

--- Mamour hummm qu’est-ce que tu es belle, un joli bijou.

Je ne l’avais pas vu depuis au moins un an voire un an et demis avec ce service.

     Elle enfile sa robe et je comprends tres vite le problème. Une superbe robe bustier avec des boutons dans le dos.

Moi

--- Je comprends c’est pour accentuer le plaisir de découvrir le contenu cette myriade de petits boutons à défaire dans ton dos.

Elle

--- Ben tu vas te faire un plaisir de me boutonner, tu auras eu le plaisir de m’habiller pas de me déshabiller

    Ce plaisir m’a permis de lui déposer des bisous du bas de ses omoplates au creux de ses reins et cette superbe petite poitrine, n’a aucun besoin de soutien-gorge alors pas de bretelle qui gâcheraient cette image de pureté.

   J’accompagne donc cette belle créature a la mairie là où le monde nous attend, tout va pour le mieux. Bon nous voilà tous parti pour l’église, par ce que son mec est d’une famille très catholique.

    Je charge les deux tourtereaux dans ma voiture et nous voilà parti pour 120 bornes, au restaurant. La nourriture rien à dire, mais un peu beaucoup trop d’alcool à mon gout, je n’en suis pas amateur mais d’autre si, pour moi une flute de champagne en apéro et la même chose pour le gâteau bien suffisant. Avant ce dessert j’ai la joie d’être appelé à aller chercher cette jarretière ou le piège est que je dois la prendre sans utiliser les mains. Pour ça que ça ne pouvait être que son frère pour que les parents acceptent. Je me glisse sous la table des mariés, la mariée me facilite quand même un peu la chose en s’asseyant sur le bord de sa chaise et en écartant un maximum les cuisses, en remontant sa robe qui cache quand même ma tête avec la nappe en plus.

    Quel plaisir que de glisser ma tête sous cette robe tres large et ou un filet de lumière me laisse voir qu’un joli buisson noir a pris la place du tanga, la tentation est trop belle, je remonte ma tête une peu plus haut entre ses cuisses et dépose un baisé sur son buisson et un coup de langue dans la jolie fente sur son clitoris saillant, puis je m’attache à faire glisser avec mes dents cette jarretière le long de sa jambe pas super facile mais j’y arrive quand même.

    Quelques quolibets bien surs en même temps que des applaudissements pour l’exploit

--- C’était beau là-dessous surement

Moi

--- Surement mais pas assez de lumière pour admirer, puis quelques devoirs à faire pas de temps non plus de se rassasier de ce superbe spectacle.

Ma sœur

---Tu ne voulais pas non plus que je te donne une lampe torche.

Moi

--- Ben si tu n’étais pas ma frangine ça ne m’aurait pas déplu d’aller explorer plus loin.

La vente ne fait, pas un énorme rapport, surement du au vendeur, on passe aux desserts puis aux divertissements.

   Une grande salle pour danser c’est bien mais toujours des boissons alcoolisées.

   La mariée ouvre le bal avec son beau-père, le père de son mari, puis le grand père et notre père et quelques amis qui me sont totalement inconnus.

   Mon tour arrive enfin, un plaisir que de la tenir dans mes bras, ça me ramène plein de souvenirs

Ma soeur

--- ça t’a plu mon petit cadeau pour la jarretière Hiiii, je n’avais pas prévu le coup de langue, j’espère que tu as aimé.

Moi

--- Mamour c’était terrible, je n’ai jamais eu le droit d’aller jusque-là avant, super apprécié.

   La soirée continue sans problème apparent, du moins pour moi, je danse avec une splendide créature aux cheveux blond vénitien presque rousse dont je suis encore et toujours amoureux (ma maman) C’est une autre histoire, puis la mère de ma sœur, puis d’autres personnes du sexe féminin, dont la mère du marié, ma sœur revient à un moment pour me dire.

Ma sœur

--- Excuse-moi mais faut qu’on s’en aille, Nicolas est complètement ivre, j’ai honte.

    Sa mère lui dit

--- Ta nuit de noces est tres compromise à mon avis, tu aurais dû t’occuper de lui avant.

Ma soeur

--- Valérie il est assez grand pour faire attention à ce qu’il fait, je me suis occupé des invités comme lui mais moi je ne trinque pas plusieurs fois avec tout le monde.

      Je salut tout le monde en excusant les mariés, puis je charge le marié dans la voiture à l’arrière, Mamour monte à côté de moi.

Elle

--- S’il vomit je ne veux pas que ce soit sur moi.

Moi

--- Merci pour ma voiture aussi lol

      17 bornes à faire pour aller à l’hotel routes de campagne, un peu sinueuse la route. J’aide l’ivrogne à monter dans la chambre, je le fous sur le lit, lui retire ses godasses, puis ma frangine m’indique que ma chambre c’est la porte juste à côté la grand-mère en a réservée une, juste à côté de la leur en plus, à la demande de sa petite fille.

Je dépose un bisou sur la bouche de Mamour et je lui souhaite bonne chance.

    Je gagne ma chambre, juste le temps d’enlever, ma veste ma cravate ma chemise et mon pantalon qu’elle frappe à ma porte, qui ça peut être d’autre qu’elle à 00h 20, j’ouvre bien sûr.

Ma soeur

--- Il dort je n’arrive pas à le réveiller, comment j’enlève les boutons de ma robe

Quelle me dit à moitié en pleure, je l’embrasse encore une fois sur la bouche mais un baisé bien plus appuyé.

Moi

--- Je vais le faire ma chérie, tu sais bien et là avec le plus grand plaisir du monde, te déshabiller c’est bien mieux que de t’habiller.

     Et me voilà parti à défaire la myriade de boutons que j’ai mis tant de temps à boutonner, je les défais en commençant par le haut. Au fur et à mesure que son bustier s’ouvre je dépose de nouveau des bisous sur son dos le long de la colonne vertébrale.

Ma sœur

--- Humm ça fait du bien heureusement que tu es là.

    Je bande comme bien sûr, sa robe tombe par terre, elle se tourne face à moi, elle est nue, elle n’a pas remis le tanga que j’ai vu le matin. Elle est magnifique, je n’arrive pas à me retenir, je prends sa tête dans mes mains, je l’embrasse avec fougue en mettant ma langue à la recherche de la sienne. Elle répond avec autant de force, elle me pousse en continuant ce baisé amoureux, je tombe à plat dos sur le lit, elle tire sur mon slip (et oui je ne mets pas de boxer) pour le descendre. Ma bite claque sur mon ventre tellement je bande. Elle monte sur le lit, à cheval sur mes cuisses, elle continue à avancer jusqu’à apporter sa chatte sur ma bouche.

Moi

--- Hummm oui j’adore ta jolie petite chatte, si parfumée, je vais te la dévorer.

  Je la fouille de la langue je lèche son clito ses petites lèvres, elle me fond dans la bouche, je m’abreuve de sa cyprine, de cette divine liqueur.

Elle

--- Oohh ouiiii que c’est bon, ce n’est pas toi qui devrais me faire ça, surtout aujourd’hui.

    Elle m’enlève ce superbe millefeuille que je savourais, se recule redescend vers le bord du lit. Elle coince ma bitte dans les lèvres de sa chatte et me masturbe en frottant son clito dessus, c’est divinement bon. Elle se penche et m’embrasse encore hyper amoureusement, j’ai l’impression que c’est moi qui viens de l’épouser. Puis

Ma soeur

--- depuis le temps que j’en ai envie je ne peux plus résister j’ai bien trop souvent fantasmé là-dessus, j’ai bien trop souvent rêvé que tu me faisais l’amour, que je te recevais dans ma chatte, au point ou quand je le faisais avec un autre je pensai à toi.

     Elle se redresse un peu prend ma bitte, frotte dans ses petites lèvres avec mon gland, puis sur son clitoris, elle le place sur l’entrée de son divin puit d’amour et elle se laisse redescendre dessus, son pubis vient se coller au mien. Elle roule des hanches, pas un va et vient, non elle tortille ma verge dans sa chatte elle la pressure, elle me décalotte à fond.

Moi

--- Waouh putain que c’est bon, Je ne vais pas pouvoir tenir Mamour c’est bien trop fort, Mamour ralentis, ça vient trop vite.

Elle

--- Oui c’est bon fais-moi ma nuit de noce, une vraie comme j’en rêvais, c’est bon ouiiiiiii c’est trop bon

Moi

--- Fais attention ma chérie, on n’a pas mis de capote.

Elle

--- Je m’en fiche mettre une capote mais pas avec toi, de toi je veux tout, je veux que tu fasses de moi comme si j’étais ta femme, remplie-moi.

Moi

---Tu veux que je jouisse dans ta chatte ?????

Elle

--- Ouuuiiiii je veux que tu jouisses en moi, Je ne te laisserais pas sortir je veux tout ton jus dans mon ventre, dans mon utérus, salaauuuud oouuii c’est boonn

--- je ne veux pas oublier ma nuit de noce, remplace le baiisssee moiii foort.

Moi

--- attention je vais jouir

       Je pensais que c’était pour s’exciter son discourt mais non elle ne se retire pas, elle vibre je sens ses cuisses trembler légèrement contre les miennes, elle crie presque

Elle

--- ouiii donne-moi prends moi encore et encore, je veux que tu jouisses encore dans ma chatte,

Je la baise trois fois, je lui fais l’amour 1 fois plus calmement, je la prends couchée sur le dos les cuisses relevées sur sa poitrine un coussin sous les fesses, j’effectue des vas et viens bien plus calme mais aussi profond que possible, elle me regarde dans les yeux.

Elle

--- oohh oui aime moi, aime moi fort j’ai envie de ta passion, donne-moi tout ton amour, je suis totalement à toi, engrosse-moi, je veux que tu me mettes enceinte ce soir.

Apres un long moment je lâche encore une fois ma semence au fond de son divin fourreau contre son utérus.

Elle croise ses jambes derriere mes reins et me sert contre elle, au cas où j’aurais voulu me retirer, apres ce qu’elle venait de dire.

Elle

--- Je t’aime comme une dingue, pourquoi tu es mon frère…. Pourquoi on ne peut pas …

Elle ne finit pas sa phrase. J’ai de plus en plus l’impression d’être son mari, elle me parle comme si je l’étais, c’est vrai que je l’adore, apparemment elle le ressent bien.

Puis elle retourne dans sa chambre vers 4 heure 4 heure 30 du matin.

    A 10 heure le lendemain on rende les chambres donc on se retrouve dans le hall, je les ramène au restaurant ou ils doivent tous déjeuner en famille moi je repars. Je salue tout le monde, serre la main de Nicolas qui me remercie de ce que j’ai fait pour eux et qui s’excuse de son comportement, elle me raccompagne à ma voiture, me dit qu’elle a réussi à faire l’amour avec son mari ce matin, un peu bâclé mais il a joui en elle. Bêtement je lui demande

Moi

--- Pourquoi tu avais encore besoin de sexe ??

Elle

---Ben non pas vraiment mais si je suis enceinte faut bien qu’il puisse penser que c’est de lui.

Moi

--- Pourquoi tu ne prends pas la pilule !!!

Elle

--- Non j’ai arrêté il y a 3 mois, on voulait profiter de notre nuit de noce pour réaliser notre souhait me mettre enceinte, on veut un enfant aussitôt que possible.

Moi

--- je croyais que c’était par excitation que tu disais cela, je pensais que tu prenais la pilule donc pas besoin de capote, je ne pensais pas que tu étais en train de te faire mettre enceinte. Mais tu es féconde en ce moment c’est sûr ?

Elle

--- Normalement oui, c’est entre le 11ème et 16 ème jours que j’ai une poussée de température, donc je suis féconde d’apres mes périodes. J’ai vérifié depuis trois mois, aujourd’hui on est le 14 ème jours de mon cycle.

Moi stupéfait

--- Qu est ce que tu voulais dire hier quand tu as dit « « pourquoi on ne peut pas » »

Elle

--- Moi je t’aurais bien épousée apres tout tu n’es que mon demi-frère pas mon frère.

Elle m’embrasse tres amoureusement, rapidement pour ne pas risquer d’être surprise puis

Elle

--- Tu peux venir quand tu veux pour faire l’amour, je t’ai dit que j’étais à toi et je le maintiens, maintenant qu’il a fait ce qu’il fallait avec son comportement pour que je réalise mon rêve je compte bien le continuer, si tu veux.

    Je la regarde dans les yeux, j’y lis quelle dit vraiment ce qu’elle pense, pas des paroles en l’air

Moi

--- Merci mon petit cœur je t’adore tu sais

 Je m’en vais, hyper perturbé tout le long de la route et plusieurs jours apres aussi. Son comportement et ses paroles m’ont perturbé esprit. Je la trouve tellement jolie et avenante que j’aurais bien aimé pouvoir l’épouser aussi. Je ne me suis donc pas gêné pour le faire tant que je ne pouvais pas vraiment avoir de relations intimes avec celle qui est devenue mon épouse 6 mois plus tard.


J'aime 8
04-01-2024 2 1861

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Settings