Aaron ( troisième partie)

Récit érotique écrit par creamy2009 le 08-10-2012
Récit érotique lu 2711 fois
Catégorie Gay

En effet, il y a quelques jours, notre prof d'anglais nous a annoncé une nouvelle qui ne pouvait me faire d'avantage plaisir. 
C'est au tour de nos correspondants Anglais de venir en France. 
Ce jour là bizzarement j'aurai voulu sauter au cou de ma prof. 

Aujourd'hui dès notre première heure de cours, qui est un cours de Français, nous devons donc accueillir avec toute ma classe nos correspondants. 
Pour la 1ère fois imaginez à quel point je suis excité et vraiment impatient d'arriver au lycée. 

Benjamin qui discuté alors avec son voisin de derrière, se retourne et nous voyant Charlie et moi tout sourire nous demande : 
-Benjamin: "De quoi vous parlez les gars?" 
-Charlie: "Ah! ah! petit secret entre Chris et moi. 
Nous nous mettons tous les trois à rire. 
Précisons qu'avec Benjamin, malgré notre récente amitié, il ne sait rien de mon homosexualité. 

Mon inquiétude à cet instant est que pour l'occasion notre prof nous a demandé de rédiger un texte de bienvenue pour notre correspondant, chose que j'ai totalement oubliée tellement je suis heureux de retrouver l'amour de ma vie. 
Je décide alors d'écrire le texte à notre arrivée au lycée car nous arrivons toujours 10 à 15 minutes avant le début des cours. 

Occupé par mes discutions avec Charlie et Benjamin, je ne me rends pas compte que nous sommes presque arrivé. 

Nous voici enfin sur place. 
Je me dirige aussitôt vers le CDI (centre de documentation et d'information). 
Par chance, il est déjà ouvert, je m'installe dans le petit salon de lecture pour relire d'abord la lettre de mon cher Aaron, celle ou il m'annonce cette merveilleuse nouvelle de son arrivée et que j'ai reçue le même jour que celui ou la prof nous a annoncé la venue de nos correspondants. 
Dans cette lettre Aaron me dit que comme moi il a eu beaucoup de mal à se remettre de notre séparation, que je lui manque énormément,.... plein de mots d'amour et il termine par cette phrase magique :"I love you, you are my love for ever". 
Au bas de la page cette si jolie signature, son prénom entouré de tout plein de petits coeurs.
J'en fais la relecture au moins quatre fois. 
Pour accompagner sa lettre, il m'a envoyé une photo. 
Ah, vraiment ce qu'il est beau mon amoureux. 
Je ne peux plus quitter mon regard de cette photo prise dans son lycée, le lendemain de notre première nuit d'amour et véritablement perdu dans mes pensées, une jolie petite érection s'est formée dans mon boxer. 
Plus je regarde la photo et plus je revois toutes ces images de lui et moi depuis notre rencontre. 
Je suis vraiment comme hypnotisé.
Le temps passe et pas le moindre mot de bienvenue écrit. 
Tout à coup je sursaute sur ma chaise. 
La responsable du CDI vient de me taper sur l'épaule en me disant :
"Tu n'as pas entendu la sonnerie, dépêche toi, tu vas être en retard en cours".
Si il y a bien un cours auquel je ne veux surtout pas être en retard, c'est bien celui là. 
Pour le texte de bienvenue, puisque je n'ai rien écrit, je décide de faire une totale improvisation, prétextant à ma prof que j'ai appris mon texte par cœur pour faire honneur à mon correspondant. 
Plus que quelques minutes et je vais enfin retrouver, my love, mon amour, le garçon de mes rêves, Aaron. 
Je descends vers la cour de récré, le cœur léger.
Mon bonheur est si grand. 
Je me dirige d'un pas rapide vers ma classe toute dispersée devant le portail et notre prof essayant de rassembler tout ce petit monde. 
Je vous avoue que pour une classe de seconde cela ressemble plutôt à une classe de 6ème, voire de primaire. 
Une fois le "troupeau" rassemblé, la prof se met à faire l'appel. 
De l'autre côté, face à nous se tiennent nos correspondants.

De l'autre côté, face à nous se tiennent nos correspondants. 
Je les dévisage l'un après l'autre essayant d'apercevoir Aaron, mais chose étrange je ne le vois pas. 

Au même moment, une fille de la classe se rapproche de moi.
Elle se prénomme Virginie, elle est très sympa et je dois dire, elle me drague discrètement depuis la rentrée.
Ha! si elle savait. 

Elle se penche et me chuchote : 
-Virginie: "Ca commence bien avec les correspondants". 
-Moi: "Pourquoi tu dis çà?" lui répondis-je, déjà un peu inquiet.
-Virginie: "T'as pas entendu ce qu'a dit la prof tout à l'heure?" 
-Moi: "Non" lui dis-je, commençant à m'angoisser. 
-Virginie:" Elle a dit qu'il y a des absents de leur côté, et moi qui n'arrive pas à trouver mon correspondant parmi eux, je pense qu'il doit faire parti de ces absents". 
Quelle horreur, qu'a t'elle dit là? 
Que son correspondant ne soit pas là, je m'en fiche royalement, mais qu'Aaron ne soit pas là, c'est une catastrophe.

Pendant ce temps la prof réunit les autres de la classe avec leurs correspondants. 
Une fois la chose terminée, nous sommes 4 encore à côté de la prof, dont Virginie et moi. 

Ce n'est pas possible, je m'étais imaginé plusieurs réactions d'Aaron à nos retrouvailles, pour la discrétion, une poignée de main, une bise sur la joue ou discrètement un baiser sur la bouche caché dans un coin. 
Mais je n'aurais jamais cru qu'il ne soit carrément pas là. 
Pourquoi ? ce n'est pas possible, je suis en train de rêver. 
Les larmes me montent aux yeux et mon estomac commençe à se nouer.
Charlie me regarde et il a l'air aussi triste que moi. 
Il est le seul à comprendre ce que je peux ressentir à ce moment précis.                                                                 

D'un pas penaud, la tête baissée, je suis les autres vers la salle de cours. 
A côté de moi, Virginie, me prend par la main et pour la toute première fois je la laisse faire tellement je me fous de tout. 

La salle se trouve seulement au deuxième étage, mais je marche si lentement que j'ai cru en avoir monté 10. 
Je traine des pieds, les jambes en coton, fixant le sol.
Virginie, aveugle ou stupide, n'a rien remarquée.
Sur sa bouche un sourire radieu de pouvoir enfin marcher dans les couloirs me tenant par la main et moi dans un état pas possible, pratiquement, je vous jure sur le point de pleurer.

C'est peut-être difficile à croire, mais j'ai envie de chialer comme un gosse et de gueuler POURQUOI, AARON, POURQUOI? 
J'ai vraiment le cœur brisé de part son absence.
C'est fou l'effet que me fais ce garçon, mais c'est pour ça qu'il est le mec de ma vie.


J'aime 0
08-10-2012 0 2711

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par creamy2009

Settings