Aaron (Seizième partie)

Récit érotique écrit par creamy2009 le 08-10-2012
Récit érotique lu 3621 fois
Catégorie Gay

Ce matin, malgré le fait que nous étions un peu pressés, j'ai vraiment mis les bouchées doubles rien que pour Aaron. 
J'ai enfilé mes fringues préférées. 
Une jolie chemise à carreaux, un tee-shirt et un jeans légèrement délavé. 
Je me sens véritablement et pour la première fois très attirant à tel point qu'il me semble voir le regard de certaines des filles se poser sur moi. 

Soudain, alors que nous dicutons avec Charlie, David et Virginie voila que s'approche à nouveau Grégoire, peste et compagnie. 
-Charlie: "Ca vous a pas suffit, vous en voulez encore ?" 
N'écoutant même pas la question de Charlie, cette bande de crétins des alpes me dévisage, ils me détaillent même. 
- Hugo: "Dis donc, mon choux, t’es vraiment canon ce matin !" 
Les autres abrutis derrière lui sont pliés de rire. 
-Maxime (avec un vrai sourire à la con): "C'est que t'es terriblement sexy." 
Je sens alors la colère remonter, j'ai vraiment envie de leur mettre mon poing dans la gueule, mais Charlie et David me retiennent. 
Je pense alors à mon Aaron qui doit revenir d'un instant à l'autre. 
Que penserait-il de moi si il me voyait agir ainsi ? 
Que je suis comme cette bande de cons, que j'aime la bagarre ? 
Et ça je ne le veux pas. 
Déjà, si il savait que nous venons de nous battre. 
Je n'ose imaginer sa réaction. 
Par chance aucune trace visible, rien ne lui permettant de savoir qu'une bagarre a eu lieu. 

Alors qu'ils sont tous en train de glousser comme des poules dans un poulailler, Charlie leur lance : 
-Charlie: "Putain, mais vous pouvez pas fermer vos gueules !" 
Grégoire me fixe alors droit dans les yeux : 
-Grégoire (en ricanant): "Laisse-moi deviner, ce ne serait pas pour ton cher Aaaaaaaron que tu t'es fringué comme une pute ?" 
Cette fois-ci c'est la réflexion de trop, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. 
Des années que je supporte ses sarcasmes espérant qu'il redevienne celui qu'il était avant, mais là je n'en peux plus. 
Je repousse assez violement Charlie et David qui me retiennent toujours et empoigne Grégoire par le bras l'obligeant à me suivre. 
Les petits toutous sont prés à nous suivre. 
Je les foudroie du regard. 
-Moi: "Vous les toutous, à la niche." 
Grégoire, et bien heureusement, leur fait signe de rester à leurs places. 
Il traine derrière moi, mais je l'entraine tout de même jusqu'au au fond du couloir ou se trouve le recoin du local d'entretien. 

Je lui lache le bras et attrape son pull. 
De là, je le plaque contre le mur. 
-Moi: "Alors écoute moi bien espèce de petit con, abruti, sans coeur et sans cervelle....." 
-Grégoire: "Et tu crois que tu me fais peur ?" 
-Moi: "Parce que tu crois que toi tu me fais peur avec ta carure de moustique ?" 
Il a l'air super surpris de me voir réagir comme ça, alors que jusque-là, je supportais sans presque rien dire. 
-Moi: "Alors comme ça, je suis fringué comme une pute pour Aaron ?
Et là il me répond avec son sarcasme habituel.
-Grégoire: "Exactement sale con, une pute et un épouventaille ça va bien enssemble, non?"
Je le fixe droit dans les yeux, un regard emplis de colère.
Là, ça en est vraiment, mais vraiment trop, non seulement il m'insulte, mais voila qu'a présent il insulte mon Aaron.

Je n'arrive plus à me retenir, je lui tire une giffle dans laquelle je met toute la colère que j'éprouve à son égard.
Sa joue est rouge vif.
Je n'en reviens pas de ce que je viens de faire, moi d'un naturel si doux.
Je suis si perturber de mon geste que.....
Que je regarde ma main, je le regarde lui et....

D'un seul coup je met à pleurer.
Et là tout mon saoul doit sortir.
-Moi: "Voila, j'espère que tu es content de toi? Un an de merveilleuse amitié et puis du jour au lendemain, mr me tourne le dos préférant jouer les caïdes de bas étages plutot que de tenir tete à une bande de gros nazes. Et si ce n'était que ça, non content de ne plus me parler, mr s'amuse, bande, jouie en m'insultant et en m'humiliant dès que l'occasion se présente. Et pour finir le fin du fin, je découvre aujourd'hui que tu es prets à frapper une fille.
Mon pauvre Grégoire, je me demande depuis toutes ses années comment d'adorable, on peut passer au rang de minable comme tu l'as fais. Tu me dégoutes, me répugnes."

Soudain, il relève la tete et me fixe droit dans les yeux. 
Je pleure toujours. 
-Grégoire: "Et bien connard, tu crois quoi, que tu m'as fait mal avec ta giffle de fillette? Non seuleument j'ai rien senti, mais en plus je suis arrivé à te faire pleurer comme une gonzesse, comme une pute que tu es. Et là tu vois je jouis. Et tu sais quoi? Tes jérémiades de sale merdeux tu peux te les mettre au cul." 
Je suis complètement effondré de part sa réponse. 
C'est impossible, son coeur a été broyé dans un mixer? 
Même si j'ai regretté mon geste, je pensais que cette giffle allait enfin le faire réagir, mais non, encore une tentative vaine. 
Je crois bien que jamais plus Grégoire ne redeviendra Grégoire. 
Je suis là, larmoyant tout en le regardant. 
C'est alors qu'il me pousse violement, à tel point que je tombe. 
Il rejoint les autres, l'air de rien, marchant de son air supérieur. 
Retentit, alors la sonnerie.

Aaron a fait la queue aux toillettes..... 
C'est pas possible, tout le monde avait envie de faire pipi en même temps ce matin ou quoi ? 
Purée la sonnerie va bientot retentir, faut que je me dépêche. 
Et mon Chris qui m'attend devant la salle, il doit se demander ce que je trafique. 
Je me dépèche de monter les escaliers pour vite retrouver mon amour avant le cours. 

Tiens c'est bizarre. 
C'est quoi cet attroupement ? 
Et pourquoi tout le monde regarde vers le bout du couloir ? 
Je regarde dans la même direction, mais ne vois rien. 
En plus, j'aperçois Charlie, David et Virginie, mais mon Chris ou est-il ? 
Tout cela est vraiment étrange. 

Lorsque je m'approche de Charlie, j'entend juste la fin de sa phrase : 
-Charlie: "........, un vrai connard ce Grégoire." 
-Aaron: "Pourquoi, qu'est-ce il avoir encore fait ce abruti ?" Charlie fait un bond comme si il était surpris de me voir. 
-Charlie: "Ah, c'est toi.....euh....euh Grégoire, euh...non rien du tout." 
-Virginie: "Ben en fait....." 
Charlie lui marche sur le pied. 
-Aaron: "Bon, que se passe, pourquoi tu dires que Grégoire etre une vrai connard ? Et ou etre Chris ?" 
-Charlie (d'une façon plutot stressée): Ben, si je dis que Grégoire est un connard, c'est parce que c'est la vérité, c'est tout. Et Chris.....euh....t'inquiète il a juste été chercher son livre d'anglais qu'il a oublié dans son casier." 
Mon oeil, je sais trés bien que Chris avait son livre dans son sac, nous l'y avons remis hier soir aprés avoir fait notre exercice. 
Je ne dis rien, mais me demande pourquoi Charlie se met à me mentir comme ça ? 
Pourquoi a-t-il empêché Virginie de finir sa phrase ? 
Pourquoi David continue-t-il de regarder vers le fond du couloir en se mordant les lèvres comme ça ? 
Faut arreter de me prendre pour un con les gars. 
Je veux bien que je suis blond et que je parle français comme une vache espagnole, mais faut pas me prendre pour un débile. 

Soudain, tout est clair. 
Je comprend parfaitement ce qui se passe. 
Chris n'est pas là, alors qu'il devait m'attendre devant la salle, Grégoire n'est pas là non plus, Charlie qui dit que Grégoire est un connard, tout le monde regarde vers le fond du couloir...... 
Ce salaud de Grégoire a encore du faire une crasse à Chris qui n'a pas du arriver à se retenir cette fois-ci. 
Il a du l'entrainer au fond du couloir pour lui casser la gueule à l'abris des regards. 
Bon sang, pourvu que je me trompe, mon coeur m'avait promis de ne pas lui taper dessus. 
-Aaron: "Charlie, dis moi le vérité, il y avoir un bagarre entre Chris et Grégoire, ce etre ça ?"
Charlie (toujours aussi stréssé): "Mais non pas du tout, qu'est-ce qui te fais dire ça?"                                      Je serais bien aller faire un tour dans la direction ou tout le monde regarde, mais.....    


Tiens voila le connard qui arrive. 
Qu'est-ce qu'il a à rouler des mécaniques comme ça ? 
Etrange, il est seul. 
Ou est Chris ? 
Je me serais trompé ? 
Finalement ils n'étaient pas ensemble ? 
Mais alors que faisait cet abruti dans ce recoin du couloir ? Il se branlait peut etre ? 
Tous ses clones se réunissent autour de lui en disant: "Alors ? Alors ? Alors ?" 
-Grégoire : "........." 
Il ne leur répond même pas. 

Ah enfin voila Chris. 
Bon sang, mais qu'est-ce que c'est que cette mine déconfite ? 
Lui qui était si joyeux ce matin. 
Il marche d'un pas super lent, regarde le sol et traine des pieds. 
David, Charlie et Virginie sont autant consternés que moi. 
Qu'a-t-il bien pu se passer entre eux pour que mon Chris soit dans un tel état ? 
Oh, ce Grégoire, je le déteste, je le hais. 

Voila déjà Mme Leroy (la prof d'anglais) qui ouvre la porte de la salle. 
Chris attrape ma main qu'il serre trés fort. 
Tiens bizarre, ce salaud de Grégoire n'a pas une mine réjouie lui non plus, il rentre dans la salle en silence regardant lui aussi le sol. 
Mais qu'est-ce qu'il s'est passé ? 
Lorsque Chris prend place et qu'il relève enfin la tete, je m'aperçois qu'il a les yeux tout rouge. 
Purée, j'y crois pas, cet empafé l'a fait pleurer. 
Mais je vais le........ 

Ce cour d'anglais, qui est pourtant notre dernier cour ensemble avant celui de sport, n'a aucune saveur. 
Mon Chris d'amour, toujours tete basse, ne dit rien, ne bouge pas. 
Seul sa main continue de tenir la mienne. 
Je ne sais pas quoi faire, je suis si mal de voir mon amour dans cet état. 

Soudain alors que madame Leroy a donné des exercices à faire et que la classe est super silencieuse, comme sortant de sa torpeur, Chris lache ma main et donne un coup de poing sur la table accompagné d'un "Putain". 
Tout les visages se retournent évidement sur lui. 
-Madame Leroy : "Chris, est ce que je peux savoir ce qui te prend ?" 
-Chris (accompagné d'un petit rire géné) : "Excusez moi madame, c'est juste que je n'ai pas bien compris l'exercice." -Madame Leroy : "Et bien demande à ton correspondant de t'expliquer au lieu de crier des insultes en plein cours." 
Le silence revient. 

J'aime 0
08-10-2012 0 3621

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par creamy2009

Settings