Aaron (Dixième partie)

Récit érotique écrit par creamy2009 le 08-10-2012
Récit érotique lu 3389 fois
Catégorie Gay

Alors que je range mes affaires dans mon casier, mon tendre Aaron toujours prés de moi, voici Charlie tout sourire et son corrspondant David qui nous rejoignent.
Charlie se place entre Aaron et moi, plaçant ses bras autour de notre cou, un peu comme l'avait fait Virginie à la récréation.                                                             Mais pour le coup, je vous avoue que nous sommes beaucoup moins génés.
-Charlie: "Alors cette heure de perm?" lance t'il tout bas me faisant un petit clin d'oeil.
-Moi: "Patience petit curieux tu seras tout toute à l'heure" lui répondis-je le sourire aux lèvres et lui retournant son clin d'oeil.
Mon tendre amour ne peux s'empecher de rajouter dans son français désastreux que j'adore:
-Aaron: "Et le curiosité ce etre une vilain défaut."
Nous voila partis dans un fou rire tout en nous dirigeant vers la cantine.                                                  
David, tout en riant nous regarde quand même d'un drole d'air.
C'est vrai qu'il n'est au courant de rien concernant mon amour et moi.
Je pense qu'il va falloir le mettre dans la confidence.
Encore faut t'il qu'il sache garder un secret.
Ah, mais c'est vrai que tout le monde ne s'appelle pas Grégoire.                                                                 

A propos, les images me revenant en tete, une petite question me démange et je la pose aussitot à Charlie.
-Moi: "Charlie, est-ce que Grégoire était en perm avec toi?
Charlie: "Pourquoi tu me parles de cet imbécile?"
Moi: "Pour rien, je t'expliquerais quand nous serons à table, un peu plus tranquille."
Il y a un peu trop d'oreilles qui trainent à mon gout autour de nous.
Voila pourquoi je décide alors d'attendre d'etre à l'interieur du refectoire pour parler de l'escapade d'Adrien et Grégoire.

Comme chaques jours, nous nous plaçons dans la file d'attente tout en sortant nos cartes de cantine, mais le plus d'aujourd'hui c'est que l'amour de ma vie est là prés de moi.

Tiens, voila Virginie et ses copines accompagnées par leurs correspondants.
Elles se placent juste à coté de nous.
-Virginie: "Alors, vous avez fait quoi pendant la perm?"
Non, mais quelle curieuse, je vous jure.
-Moi: "On était au CDI". (quel menteur!!!!)
-Charlène (une autre fille de ma classe): "Ben, j'y étais aussi et je ne vous ai pas vu."
Ola, comment me sortir de cette galère?
Je sors le premier truc qui me vient a l'esprit.
-Moi: "Pourtant, on était dans le petit salon de lecture".
-Charlène: "Remarque j'ai pas détaillé tous le monde et puis y'a Adrien aussi qui m'a dis qu'il allait au CDI et que je n'ai pas vu."
Sans le savoir Charlène me conforte dans l'idée que c'est bien Adrien que nous avons appreçu tenant la main de Grégoire.


Apparement il n'y a pas que son appétit alimentaire que mon cher et tendre Aaron a envie de satisfaire puisque soudain il tente de passer sa main derrière mon dos afin de discretement éffleurer mes fesses, mais.....
Au même moment, poussée par ceux qui sont derrière elle, Virginie me bouscule et ce sont ses fesses que la main de mon amour rencontre.
Elle se retourne alors et m'adresse un large sourire.
Je suis rouge pivoine.
Ca y est, que va t'elle encore penser, maintenant qu'elle crois que c'est moi qui ai voulu toucher son postérieur.
Aaron est aussi rouge que moi de honte.
Du coup il fourre sa main dans la poche de son pantalon pour etre sur qu'elle ne rencontre plus de petit cul étranger.
Charlie quand à lui ne peut s'empecher de rire.
Il explique à David qui n'a rien vu ce qui vient de se passer en omettant bien sur de préciser qu'Aaron voulait volontairement me toucher les fesses.
Et nous nous mettons tous les quatre à rire de l'absurdité de la situation.

Devant la porte, Anne-sophie et Laurent parlent et semblent bien rigoler tout en vérifiant les cartes de chacuns.                                                                   Je vous dis que tout les deux ça va se finir par un mariage.

Arrive enfin notre tour de rentrer dans le réfectoire.
A ce moment là, je vois que sur la fiche de vérification, Anne-Sophie inscrit une petite chose qui doit lui sembler anodine, mais que perso, je trouve trés mignone.
"Chris T + Aaron S".
Ah, elle aussi, si elle savait.

Aprés avoir pris nos plateaux et nous etre servis, nous essayons de repérer le coin le plus tranquille afin de pouvoir bavarder sans etre dérangé.
C'est prés de la baie vitrée donnant sur la cour et le terrain de sport que nous nous installons.
Je m'apprete alors à raconter à Charlie et David ce qui s'est passé avec Grégoire et Adrien, quand.... 
Tiens, quand on parle du loup, il pointe le bout de son nez.
Voici cette peste de Grégoire et sa bande d'abrutis.
Bien évidement, il faut qu'ils viennent s'installer tous prés.
Tiens, bizarre, leurs correspondants ne sont pas avec eux.
On dirait que même eux n'ont plus réussi à les supporter.
Sinon, j'espère pour Grégoire qu'il n'a pas choisi cette place exprés pour se rincer l'oeil sur mon tendre Aaron car je crois bien que cette fois ci je pourrais perdre mon sang froid.                                                                        Comme si il avait lu dans mes pensées, Aaron change de place et vient se placer à ma droite.
Ainssi, il tourne le dos à Grégoire.

Soudain regardant dans leur direction....
Mais attendez, comme c'est bizarre.
Devinez qui s'installe à la droite de Grégoire, là, tout prés, tout, tout prés.
Bien entendu c'est Adrien.
Mais encore une fois, ça ne prouve rien.
J'ai quand même du mal à croire à tant de coïncidences.

Faisant un petit signe à Aaron, Charlie et David pour leur demander de se rapprocher pour que je n'ai pas à parler trop fort, je vais pour commencer à raconter notre petite sortie en amoureux.
-Moi: "Au fait, David, serais tu garder un secret?"
-David: "Oui, bien entendu, tu pouvoir avoir confiance en moi".
J'esquisse un petit rire en entendant ces fautes de français qui me rappelle vaguement un autre petit londonien à qui j'adresse un clin d'oeil et qui me répond d'un merveilleux sourire.
-Moi: "Ok, mais absolument personne ne doit etre au courant de ce que je vais te dire, ça doit rester entre nous quatre".
-David: "Ce etre promis, tout rester entre nous."
-Charlie: "Tu peux lui dire, on peut lui faire confiance, paroles de meilleur ami."
Ayant donc décidé de lui accorder ma confiance sur ces mots de Charlie, confiance partagée par mon cher et tendre qui rajoute: "It's ok.", je prends mon courage à deux mains et commence à raconter sans rentrer dans les détails afin de garder une certaine intimité ce qui s'est passé entre Aaron et moi lors de notre séjour à Londres.
J'avoue que j'ai trés peur en pensant que David puisse etre homophobe.
Mais il n'a pas l'air choqué par ce que je raconte, bien au contraire, il me regarde les yeux tout brillants.
Il a l'air rêveur.
Je me demande alors si finalement il n'y aurait pas une part d'homosexualité en lui.
Mais je le connais trop peu pour lui poser ce genre de question.                                                             

Mais il semblerait bien aussi que rien de "particulier" ne ce soit passé entre Charlie et lui lors du séjour.
Tous les deux ont l'air de n'etre rien de plus que de bons amis.                                                                        Il faut dire qu'en tant qu'amis d'enfance, j'aurais été étonné si Charlie ne m'avait rien confié au cas ou il s'était passé quelque chose entre eux.
Sans doute l'aurait t'il fait le jour ou je lui ai avoué mon homosexualité, si lui même avait vécue une expérience gay.

Lorsque je termine mon histoire David n'a qu'une réaction:
-David: "It's wonderful et vous etre amoureuse?"
C'est Aaron qui se charge de répondre:
-Aaron: "Chris is my love for ever."
Si nous n'avions pas été autant entouré, j'aurai bien répondu sans utiliser le moindre mots, mais hélas beaucoup trop d'yeux dans les parages et d'auatnt plus ceux de "la bande à Basile."
-David (la main sur le coeur): "Je souhaiter à vous tous plein du bonheur."
Nous échangeons une petite bise en signe de remerciement, mais aussi comme un lien qui nous unis de part le secret que je viens de lui confier.
Peu m'importe ce que peuvent alors penser "Grégoire et les nazes".
Je narre alors l'éscapade matinale.
Charlie et David sont tout ouie et ne disent mots.
Je m'apprete à parler de ceux qui s'est passé aprés notre arrivée dans l'ex salle d'anglais, quand tout à coup.....


Le pied d'Aaron vient taper dans ma cheville.
Je me dis alors "ah, le petit coquin il ne va pas me refaire le coup de ce matin, pas ici ce serait trop risqué".
-Aaron: "Regardez!".
Je vois alors que son visage est tournée vers la table des casses c...... en foire.
Mais....                                                                     
J'allucine autant qu'au moment ou je les ai vu main dans la main. 
Adrien a sa main appuyé sur la cuisse de Grégoire.
Alors là, si vous me dites que ça ne signifie rien.
De plus, il est en train de parler à l'oreille de Grégoire.
Soudain il se lève, prend son plateau et sort.
Mais au lieu de prendre la porte habituelle, celle prés de notre table, il prend celle à l'opposée qui mène vers le coin de la cour ou se trouve les toilettes.

Nous continuons de manger l'air de rien, quand....
Grégoire se lève à son tour quelques secondes plus tard.
-Grégoire ( à Hugo, Cédric et Maxime): "On s'retrouve devant la salle du club radio." 
Les trois petits toutous à leur mémère répondirent "ok" d'un signe de tete.
Puis Grégoire emprunte la même sortie qu'Adrien.
Cette histoire devient de plus en plus louche.
Les fait sont là.
Malgrés cela, j'ai quand même un gros doute.
De la gay-attitude chez Grégoire et Adrien, j'ai vraiment du mal à le croire.                                              

Faisant mine d'aller chercher de l'eau, Aaron se lève et regarde discrètement par la porte ou est sortie Grégoire.     Il y reste quelques secondes, puis revient s'asseoir.
-Aaron (a voix basse): "Je ne pas savoir si Adrien y etre aussi, mais Grégoire etre dans le toillette".
Moi: "C'est vraiment pas croyable, ces deux là nous cachent quelque chose."                                            En plus ça confirmerait nos soupçons sur ce que nous avons vu ce matin."                                                   -David: "Pourquoi, vous avoir vu quoi?"
Je raconte alors le moment ou nous avons vu avec Aaron, Grégoire et Adrien revenir vers le lycée main dans la main.
-Charlie: "Ah, c'est de ça dont tu voulais me parler tout à l'heure. Pétard, mais alors ça explique pourquoi  la teigne est arrivée en perm cinq minutes avant la sonnerie."
-Moi: "Et Laurent lui a rien dis?
-Charlie: "Non, parce qu'il a inventé l'excuse qu'il était au CDI, qu'il a eu un coup de fil de ses parents et que comme c'était presque l'heure Isabelle (la documentaliste du CDI) lui a dis d'aller en perm en attendant la sonnerie.
-Moi: "C'est pour ça que nous l'avons vu sortir de perm.     Sur le coup j'ai cru qu'on avait eu des hallucinations."         Nous rions tout les quatres.

-Moi: "Mais Adrien alors? Et puis comment sont t'ils rentrés sans se faire voir? Ils n'ont pas pu passer par l'entrée principale et ils ne sont pas passés par le passage du terrain de sport."
-Charlie: "Je crois savoir, ils ont du passer par dessus le petit grillage derrière la loge de la consièrege et de là rentrer par la porte qui mène à l'infirmerie.
Ensuite ils ont du traverser, un le couloir, l'autre la cour.
Je ne vois que ce moyen.
Quand au fait que vous n'ayez pas vu  Adrien, c'est qu'il devait etre sur le deuxième palier du CDI."
A ce moment là, je regarde Aaron qui a l'air aussi paniqué que moi.
-Moi: "P..... et si il nous a vu nous embrasser."
-Charlie: "T'inquiète, tu sais bien que si il avait vu quelque chose, il se serait empressé d'aller tout répeter au roi des cons."
-Moi: "Ouais, c'est vrai, t'as raison".
Et nous nous mettons à nouveau à rire.

Il n'empèche que nous nous demandons quand même ce qu'Adrien et Grégoire peuvent bien faire dans les toilettes car c'est maintenant quasiment certains qu'ils y sont enssemble.

PDV Grégoire.
(Flashback quelques instants avant qu'Adrien ne sorte de la cantine).                                                             

Je fais un petit signe à Adrien pour lui parler discretement à l'oreille.
Celui-ci se penche et appuie sans faire gaffe sa main sur ma cuisse.
-Grégoire: "Tu n'as pas oublié notre petit pari de ce matin?"  Adrien esquisse un petit rire.
-Adrien: "Aprés ce que moi j'ai été obligé de faire, ça risque pas, pourquoi?"
-Grégoire: "Ouais, mais ça je te signale que c'était ton idée, sinon, je crois que c'est le bon moment pour vérifier".
-Adrien: "Quoi ici, t'es fou?"
-Grégoire: "Mais non pas ici, leve toi, sors et va m'attendre aux toilettes"
-Adrien: "T'es sur de vouloir faire ça maintenant?"
-Grégoire: "Je te rappelle que moi j'ai fais ce que tu m'as demandé tout de suite, à moins que tu n'es peur de perdre?"                                                                    -Adrien (en riant): "Arrete tes conneries, c'est toi qui devrait avoir peur. Bon je t'attends, mais bouge ton cul qu'on se fasse pas choper par les pions."

Adrien prend son plateau et sors de la cantine.
Mais qu'est-ce qu'ils ont ces empaffés de Chris et Charlie à le regarder comme ça? 
Bon, faut que je me dépèche, j'ai autre chose à faire que de calculer ces abrutis.
Je me lève, mais avant de sortir je donne rendez-vous à Max, Cédric et Hugo devant la salle du club radio.
J'emprunte alors la même sortie qu'Adrien, mais je me sens quand même un peu fébrile à cause du pari que nous avons fait.

Lorsque j'arrive à mon tour aux toilettes, Adrien est devant les lavabos en train de m’attendre.
Nous jetons un oeil autour de nous pour etre sur que personne ne nous voit.
Il rentre dans une des cabines et je le suis toujours autant fébrile.                                                                      Il ferme alors la porte à double tour.
Il semble bien qu'a cet instant, l'excitation que peut engendrer notre pari est au plus haut point.
Bizarement de mon coté, mon sexe a du mal à rester sagement dans son boxer.
-Adrien: "Alors comme ça tu as voulu parier avec moi que tu as une plus grande queue que la mienne?"
-Grégoire (avec un léger rire): Exact, tout comme toi tu as parié que je ne serais pas cap de marcher dans la rue en te tenant la main et comme je te l'ai dis ce matin, je suis certain que ton sexe ne dois pas faire beaucoup de mal aux filles tellement il doit etre minuscule."
-Adrien (avec un leger rire lui aussi): "C'est ce qu'on va voir, p'tit con."                                                        

Je comprend alors que nous allons passer à l’acte.
Je ne peux plus reculer.
De toute façon, quelle humiliation si je le faisais.
C'est quand même moi qui ai provoqué cette situation.

Si on m'avait dis qu'un jour je me devrai baisser mon pantalon et mon boxer devant Adrien et que lui ferai de même afin de comparer nos queues respectives, je ne l'aurai jamais imaginé.
Jusqu’à ce moment, je pensais que nous ne le ferions pas.
Le connaissant depuis tant de temps, je sais qu'Adrien est plutot du genre à relever des défis, mais là, je pensais vraiment qu'il avait parié ça avec moi juste pour rire.

Pourtant, c'est bien lui, ce même Adrien qui commence à défaire doucement sa ceinture et sa braguette pour faire descendre son jeans sur ses chevilles.
Il s'amuse même le petit salaud à le faire avec une certaine sensualité.
Je le suis dans son geste et fait lentement glisser mon  pantalon sur mes cuisses.
Dans le même geste nous baissons nos boxers.
Nous avons alors sortis nos bites ensemble.

J'y crois pas, mais c'est qu'il bande comme un dingue le Adrien.                                                                        Quoi que de mon coté, on ne peut pas vraiment dire que mon sexe soit au repos.                                        

Aprés nous etre placé l'un à cote de l'autre nous avons comparé.                                                                   -Grégoire: "Tiens et qui c'est qui a la plus grande?"
-Adrien: "Ok, j'avoue tu m'as battu, mais t'en penses quoi de ma queue microscopique, celle qui ne fait pas de mal aux filles?"
C'est vrai qu'Adrien avait lui aussi une trés belle queue, bien horizontale et courbée un peu vers la droite.
Nous aurions pu alors remballer nos affaires et sortir, mais...

J'aime 0
08-10-2012 0 3389

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par creamy2009

Settings