La soumission de Laure

Récit érotique écrit par mazaudier le 20-11-2021
Récit érotique lu 323 fois
Catégorie Partouzes/Orgies

C’est le troisième après-midi, cette semaine, que Djamel le passe au lit à baiser Laure, son ancienne patronne. En effet, le jeune maghrébin de vingt deux ans, s’occupait des espaces vert, de la somptueuse villa. Il avait été recommandé à Marc, pour son sérieux et ses compétences.Laure est une très belle femme de quarante ans, marié à Marc depuis bientôt vingt ans. Il ont un fille, Ludivine, âgée de dix sept ans, très jolie elle aussi.Souvent l’été, Laure regardait Djamel travailler, elle admirait ses pectoraux luisant de sueur. Le jeune homme dégageait une virilité hors du commun. Il lui arrivait, quand il faisait bien chaud, de lui porter un verre d’eau fraîche. Chaque fois, elle tremblait en voyant son torse musclé, évitant son regard. Il était clair que Laure était attirés physiquement par le jeune rebeu.Bientôt, Marc s’aperçut que Djamel tournait autour de sa femme, et que celle-ci ne repoussait pas ses avances. Aussi, décida-t-il de mettre un terme à ses agissements, et décida de licencier le jeune rebeu. Laure en fut malade.Djamel jura de se venger. Quoi de mieux que de baiser la femme de son ancien patron.Un matin, alors que son mari s’était absenté pour la semaine, on sonna à la porte. Elle était en train de prendre le petit déjeuner avec sa fille Ludivine.- Tu vas ouvrir ma chérie, je ne suis pas très présentable en peignoir.- OK, maman...tiens, Djamel, quelle surprise...entrez, maman est au salon.Le sang de Laure ne fit qu’un tour. Que voulait-il ?- Bonjour madame.- Heu...bonjour, répondit Laure en tremblant, que vous arrive-t-il ?- Vôtre mari a laissé une enveloppe sur son bureau pour moi.- Très bien suivez-moi...Avez-vous trouvé du travail ?- Pas encore madame, vous savez, c’est dur.-Tenez...ça doit être ça...je connais des amis qui cherche des ouvriers pour entretenir leur espace vert, je peux leur en parler si vous voulez.Djamel s’approche de Laure, lui prend les mains.- Non madame, je ne trouverais jamais une femme aussi belle que vous.- Mais...ne dites pas ça...puis vous connaissais mon mari, il ne supportait pas que je vous parle.- Je sais madame, mais si vous saviez combien de nuit j’ai pensais à vous.- Attendez...ma fille va partir à la fac, on aura tout le temps pour discuter.C’est comme ça qu’une fois Ludivine partie, Laure et Djamel se retrouvèrent au lit. C’est la première fois que Laure trompe son mari.Mais devant la fougue du jeune maghrébin, elle s’offre totalement. La relation est intense, Djamel lui faisant découvrir d’autres plaisirs, inconnus pour elle.Deux heures plus tard, elle atteint son énième orgasme.Puis elle insista pour qu’il s’en aille, les horaires de sa filles étant imprévisible, elle ne tenait pas à ce qu’elle les surprenne au lit, en train de baiser.Après un long baiser, Djamel quitta la villa.Toute les nuits, Laure s’imaginait blottit dans les bras de Djamel, à faire l’amour des heures entières, bravant les interdits des vœux du mariage.Un après midi, contacté par Laure, Djamel revint à la villa. Il était quinze heures. Il en repartit vers dix huit heures, après avoir passé un après midi torride à baiser Laure, qui acceptait tout, et n’importe quoi de son amant. Petit à petit, elle commençait à se soumettre aux caprices du jeune beur. C’est cet après-midi là, quelle connu sa première sodomie, et le goût du sperme dans la bouche. En effet Laure ne s’était jamais faite enculer, et n’avait jamais taillé de pipe, encore moins avaler. Elle découvrait une autre facette de l’amour physique, dans les bras d’un amant pervers.Quant à Djamel, il était fier de lui. Il obtenait enfin sa vengeance.Pris par leur intense relation, ils ne remarquèrent pas la présence de Ludivine. Celle-ci les épiait depuis un moment, par entrebâillement de la porte. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle était toute excitée, de voir sa mère se faire baiser par un jeune arabe. Elle la voyait le chevauchant, empalée sur son énorme bite. Un coup dans la chatte, un coup dans son petit trou, pour finir dans sa bouche.Ludivine avait déjà surpris sa mère en train de faire l’amour avec son père. Mais là, elle pouvait comparer la taille ridicule de la queue de son père, à celle de Djamel.« Pauvre papa, si tu savais la queue que maman a dans la chatte.»Ludivine sentait une agréable chaleur envahir son ventre. Elle glissait une main sous sa robe, écartait sa culotte, caressait sa petite chatte, jusqu’à l’orgasme.Depuis ce jour, la jeune fille parvint à intercepter tout les rendez-vous de sa mère avec Djamel. Elle put à sa guise, organiser, sans prendre le moindre risque, ses séances de voyeurismes.L’instant qu’elle préfère, c’est quand sa mère hurle de plaisir, en atteignant l’orgasme, et ils sont nombreux. Pendant que sa mère jouit, Ludivine sent une agréable chaleur, tenailler son ventre. Il lui arrive de se caresser, jusqu’à la jouissance. Ludivine avait pris l’habitude de voir sa mère se faire baiser par l’énorme queue de Djamel, mais à force, elle négligea sa surveillance, fit moins attention.Un jour, elle sentit une main taper sur son épaule. Elle se retourne en sursautant. C’est Djamel qui revenait de la salle de bains. Un moment d’inattention, et elle ne s’était pas aperçu qu’il avait quitté la chambre.- Regarde qui est là, dit Djamel en poussant Ludivine dans la chambre....on regarde maman se faire baiser ? Petite vicieuse...et t’aimes voir ça?Laure a juste le temps de tirer le drap sur elle, pour cacher sa nudité.- Et si on lui montrait ce qu’on fait, sourit Djamel. Comme je te bouffe la chatte, comme tu me suces, comme je te baise, t’encule...ça devrait lui plaire. Et si vous jouiez toute les deux. Ce doit être excitant de voir la mère et la fille se lécher la chatte.Laure s’oppose littéralement à la proposition de Djamel, mais celui-ci insiste.- Arrêtes Djamel...laisses la partir, elle est jeune.- Vous attendez quoi de moi, demande timidement Ludivine.- Que tu te mettes toute nue, et que tu rejoignes ta mère.- Djamel...mais tu es fou, ne lui impose pas ça. Je suis sa mère…Pendant que Djamel essaie de convaincre Laure d’accepter, Ludivine se déshabille. Elle se plante, entièrement nue, au pied de lit, tousse pour attirer l’attention du couple maudit. Ils ont un regarde admiratif, en découvrant le corps superbe de la jeune fille. Des hanches faites au tour, des seins hauts perchés, et bizarre pour son âge, la chatte toute épilée.- Putain, dit Djamel, quelle est belle. Comme sa mère, n’est-ce pas Laure. J’ai hâte de vous voir toute les deux au lit, pour savoir qui est la plus belle. Et qui va faire jouir l’autre en premier.
Laure ne dit rien, mais au fond d’elle, reconnaît la beauté insolente de sa fille.C’est au tour de Djamel de faire le voyeur. Il s’assied au bord du lit, pour ne rien perdre de la scène érotique qui se profile.Les deux femmes commencent par s’enlacer, se donner se tendre baisers. C’est Djamel lui même qui guide la main de Ludivine et la glisse entre les jambes entièrement écartées de sa mère. Ludivine remonte à l’intérieur, caresse la chatte humide de Laure, puis enfouie son visage entre ses cuisses. La langue parcours la fente à moitié ouverte, lèche le clitoris totalement décalotté. Les lèvres aspirent le petit organe.C’est à ce moment que Laure lâche ses premiers gémissements.Djamel se penche, ne veut rien perdre de la scène. Une jeune fille qui joue avec la chatte de sa maman, n’est pas courant.- Ouah...comme elle mouille, fait remarquer Ludivine.- Ben c’est normal, sourit Djamel...regarde comme tu as sorti son clitoris. Elle aime ça...hein que t’aimes ce que te fait ta fille ? Avoue…- Oh oui...c’est bon ma chérie. Vas-y...tes doigts, enfonce-les dans la chatte de maman….branles la...fais-moi jouir...oh mon dieu...je jouis...oui...oui…Laure se cambre sur le doigt de sa fille, qui la possède. L’orgasme est puissant, interminable. Ludivine se penche sur sa mère, lui prend les lèvres dans un sulfureux baiser. Laure rougit de honte de savoir que c’est sa propre fille qui l’a faite jouir.- Hum, t’es une petite salope maman...se faire branler par sa fille..- C’est vrai que je suis une salope...mais c’était tellement bon ma chérie…- Je sens qu’on va bien s’amuser toutes les deux, quand papa sera absent.Tu sais maman c’est bientôt les vacances. J’inviterais mon copain Samir. C’est un jeune marocain de dix sept ans. Tu verras comme il est bien monté pour son âge. Rien à voir, avec le zob insignifiant de papa.Laure sait désormais, qu’elle va être l’objet sexuel de Djamel, Ludivine, et maintenant de Samir. Elle va être obligé de se soumettre, à leurs moindre caprices.Rendez-vous est pris avec Samir, au prochain déplacement de Marc.. Pour l’occasion, Ludivine a imposé à sa mère de l’accueillir en nuisette, sans rien dessous, la chatte parfaitement épilée, pour bien dégagé la fente et le clitoris.En outre, elle veut qu’elle soit entièrement soumise.Une fois dans le salon, et les présentations faites, Ludivine ses place derrière sa mère, soulève la nuisette.- Regarde comme elle est belle, ma maman. Tu peux la caresser si tu veux.- Heu… je sais pas, dit Samir gêné. Mais c’est vrai qu’elle est belle.- Allez, n’est pas peur...je suis sure qu’elle envie qu’on la caresse. N’est-ce pas maman ?Laure acquiesce de la tête, ce qui encourage Samir à s’engager d’avantage.Samir, fait tourner Laure sur elle même. Il ôte la nuisette, et la pousse vers le canapé, un doigt dans le cul. Laure se retrouva assise sur le canapé, jambes écartées. Ludivine s’approcha, s’agenouille, la visage entre les cuisses de sa mère, et entreprend de lui bouffer la chatte. Samir se plaça à genoux sur le canapé, la queue en érection, qu’il enfonce dans la bouche de Laure.Celle-ci se cambre sur ses pieds, son clitoris aspiré et léché par les lèvres et la langue de sa fille. C’est ce moment que choisit Samir, pour se vider copieusement les couilles, dans la bouche de Laure. Il se retira légèrement, lui demanda de lui nettoyer le gland avec sa langue.Ludivine se redula, laissant Samir s’occuper seul de sa mère. La jeune fille prenait un réel plaisir à voir sa mère se faire prendre dans toutes les positions, par tous les trous. Elle jubilait de l’entendre hurler de plaisir, quand elle atteignait l’orgasme. Et des orgasmes, il y en a eu.Quand Djamel arriva, le trios alla à la chambre. C’est là que Ludivine assista à la double pénétration de sa mère. Puis elle retourna s’asseoir, jouissant d’entendre sa maman hurler de plaisir, sous les coups de queues incessant de ses deux amants.-T’aimes ça, hein...te faire baiser par des beurs, faisait remarquer Samir..- Oh oui, c’est bon...vous êtes tellement mieux monte que mon mari…Samir et Djamel quittèrent la villa, après s’être fait sucer une dernière fois. Comme a son habitude, Laure a tout avaler.Ludivine rejoint sa mère, la saisit par l’oreille, l’emmena à la salle de bains, pour une bonne douche.- Tu es pleine de sperme, cochonne...tu devrais avoir honte. Alors écoute, Chaque fois que papa sera en déplacement, on passera la nuit ensemble.- Oh oui ma chérie, tu t’occuperas bien de la petite chatte de ta maman.- Il faut que tu prennes du plaisir maman. Je sais qu’avec papa, c’est pas toujours le cas. Il est violent, t’insulte, et en plus, il a un petit zob, comparé aux autres.- C’est vrai que Djamel et Samir sont mieux montés que lui, et me donne beaucoup plus de plaisir que ton père. Mais ça reste mon mari.Depuis Ludivine organise des soirées cul, pour sa mère. Demander aux deux rebeus de passer la nuit à la faire jouir. Elle projette même, que les deux jeunes rebeus, enculent son père, Marc...et devant sa femme.Mais ça, c’est une autre histoire…




J'aime 12
20-11-2021 1 323

Commentaires

Superbe !

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par mazaudier

Settings

user-img