Obscure Découverte: Chapitre II: Le Test: Partie I

Récit érotique écrit par Chipie le 18-12-2022
Récit érotique lu 259 fois
Catégorie Couple

Résumé : Deux hommes……Une femme…….Une première expérience…….Je vous invite à poursuivre mes aventures à travers ce deuxième opus…… 


 

**********

 


A mon retour, simplement vêtue d’un string et d’un soutien-gorge assortis, Rudy a fait disparaître toute trace de notre méfait, de notre accouplement bestial. Une tasse de café fumant à ma place, mon homme m’invite à le rejoindre. Tout en m’embrassant, il me demande un délais de 48heures pour rédiger notre contrat de confiance ainsi que ma lettre d’appartenance.

 


Afin de combler ma curiosité légitime sur mon devenir, Rudy m’avoue que ce genre de rapport fougueux, bestial, est pratiqué régulièrement à l’agence. Mais qu’avant mon intégration, il va m’enseigner les bases afin que mon apprentissage en soit facilité.

 


Les premiers rudiments que mon chéri m’enseigne portent sur la posture d’attente que je dois adopter en toute circonstance face à un haut dignitaire, un maître, une maîtresse ainsi qu’aux enseignants de la confrérie. Ils portent également sur ma façon de m’adresser aux membres de la congrégation et enfin sur les premiers ordres simples et les premières consignes, qu’il m’oblige à mettre en application dès que mon contrat sera rédigé et signé.

 


Hâte de prouver à mon amoureux que je suis digne d’être sa soumise, les deux jours qui me sépare de mon avenir, sont une impitoyable torture psychologique. Je pense sans cesse à ce contrat et à son contenu. Excitée mais également anxieuse à l’idée de me lancer, je compte les jours, les heures et les minutes avec une appréhension quotidienne grandissante.


 

Le jour tant attendu pointe son nez. Après une folle journée, je rejoins Rudy chez lui et découvre le sésame tant convoité. Je le lis avec une particulière assiduité, tout y figure, mes devoirs, mes obligations, le code rouge, les pratiques acceptées, les pratiques refusées catégoriquement, les punitions en cas de mauvaises conduites, d’inefficacité, le partage de mon maître, ainsi que ma lettre d’appartenance.

 


Je découvre également l’existence d’un système de notation de popularité qui m’expose à des missions. Que mon intronisation ne sera effective qu’à la suite d’une soirée en fin de parcours initiatique. Mais qu’avant toute chose, je dois valider une sorte d’examen d’entrée. Fortement excitée par ce que je viens de lire, je signe les documents officialisant ainsi l’abandon de mon corps aux désirs facétieux, aux envies lubriques et aux fantasmes pervers de mon homme mais également aux membres de l’agence.

 


Même si mon engagement et ma volonté de satisfaire mon homme dans mon futur rôle de soumise sont entier, je reste légèrement inquiète et interrogative sur ce droit d’entrée qui me turlupine. Pour dissiper mes craintes, Rudy m'informe que samedi soir, un homme appartenant à l’agence viendra valider ou pas mon dossier ainsi que mon examen de passage, mais qu’en vertu du règlement il ne peut m’en dire plus.

 


Les jours qui suivent sont destinés à m’enseigner la posture d’attente, qui consiste à me tenir bien droite, les épaules légèrement en arrière afin de mettre ma poitrine en valeur, de baisser la tête et de croiser les bras dans le dos.

 


Doucement, jours après jours, j’apprivoise cette posture que je finis par maîtriser. Rudy poursuit mon éducation de base. En complément, il m’habitue à recevoir des ordres simples mais autoritaires, à assouvir ses attentes, ses moindres pulsions, m’indique ma façon de me vêtir lorsque nous sommes ensembles. Studieuse et appliquée, je m’efforce d’être digne de lui en toutes circonstances.


 

Lentement, je me fais à l’idée de me promener entièrement nue chez lui, de répondre par un « oui Maître » à ses injonctions, de me familiariser avec ses instruments de bases, de m’abandonner intégralement, de lâcher prise totalement.

 


Les jours défilent et c’est avec une boule au ventre et anxieuse que le samedi en question se profile. Bien que Rudy me rassure en permanence, j’ai peur de ne pas être à la hauteur de ses attentes et de l’ espoir qu’il place en moi. Ne sachant pas à quoi m’attendre, je demande conseil à mon homme. Bienveillant, il me demande d’être moi-même en toute circonstance, que je ne suis pas encore sous le statut d’apprenante, de me laisser guider par le déroulement de la soirée.

 

 


Après une nuit calme sur énormément de points et une grâce matinée, je m’emploie à honorer les rendez-vous pris par Rudy, afin d’être captivante, envoûtante, séduisante pour notre hôte de ce soir.

 


A mon retour, tout est quasiment prêt, les verres sont installés sur la table basse, les petit-four du traiteur sont au frais, les plateaux de victuailles sont dressés et en attente de dégustation et le champagne de marque illumine la cave à vin de mon amoureux.

 


Il nous reste une petite heure avant le grand saut. Mon homme enfile son ensemble blanc en lin, se coiffe et s’agrémente de son parfum préféré. De mon côté, sous les ordres de mon chéri, j’enduis mon corps d’une crème hydratante au doux et subtil parfum de vanille, enfile mes bas auto fixant, couvre mon corps d’un chemisier bordeaux en soie fine que je laisse ouvert sur la naissance de ma poitrine, glisse dans ma jupe plissée blanche qui arrive à mi-cuisses et chausse mes escarpins bordeaux.

 


Dépourvue de soutien-gorge, la soie qui frotte ma poitrine, fait pointer légèrement mes tétons et délivre un léger prémices d’excitation. Sans string, le léger contact de l’air sur mon intimité éveille mes sens. Devant le miroir de notre chambre, je me trouve belle, désirable. Nous avons à peine le temps de nous féliciter que notre invité sonne à la porte.

 


Cachée derrière mon amoureux, j’accueille notre invité sans trop savoir comment me comporter. Rudy vole à mon secours en me présentant son ami Luc, qui en guise d’approche, effectue un baise-main des plus respectueux et mondain. Luc est un bel homme au physique bien agréable. La quarantaine, les cheveux légèrement grisonnants, la voix douce, la peau mate et soyeuse, je le trouve attirant, séduisant au point qu’une douce papillonnade envahit mon fort-intérieur déjà bien émoustillé.

 


Alors que les deux hommes prennent place dans le salon et que Luc examine mon dossier, je me dirige vers la cuisine pour effectuer les derniers préparatifs avec un divin mélange d’anxiété et de trouble. Après une profonde inspiration et les derniers conseils avisés de mon homme en tête, je fais mon apparition avec la ferme intention d’être moi-même et de profiter de cette soirée.

 

 

Assis dans le canapé, notre invité me scrute de la tête aux pieds. Il analyse, détail, inspecte ma façon d’être, ma manière de tenir mon rôle de maîtresse de maison, ma prestance, ma tenue, ma coiffure, mon maquillage et ma jovialité.

 


Conformément aux indications de mon homme, je tourne le dos à Luc et dépose sur la table basse les éléments culinaires. Penchée en avant, les jambes légèrement écartées, je suis consciente que ma courte jupe ne cache pas grand-chose et que la vue que j’offre à Luc sur la large bande en soie de mes bas est une invitation pour lui. Je sens son regard se poser sur ma croupe, je me sens observée. Ce sentiment accroît mon trouble, je me sens excitée par son regard insistant. Aguicheuse, je prends mon temps, laissant à notre invité le plaisir des yeux. Entreprenant, Luc glisse sa main sous ma jupe et laisse flâner la pulpe de son index sur ma fente légèrement humide. S’apercevant de mon état, mon visiteur profite de l’aubaine pour explorer la finesse de mes lèvres vaginales, l'étroitesse de ma vulve. Il poursuit ainsi son incursion, prenant son temps pour découvrir mes trésors intimes et termine par flatter mes fesses, avant de m’inviter à prendre place sur le canapé.

 


Assise à côté de lui, une coupe de champagne en main, il m’interroge sur mes motivations, mes attentes dans la pratique de la soumission. Alors que la conversation prend une tournure plus intimiste et obnubilé par mes tétons qui tendent l’étoffe de mon chemisier, Luc se rapproche de moi et pose sa main sur ma jambe. Tout en me fixant profondément dans les yeux et en écoutant mes explications, sa main flâne sur mon genoux et remonte sur ma cuisse. Au fur et à mesure, ses aller-retours se font plus indécents, directifs, sa main repousse un peu plus à chaque fois le fin tissus de ma jupe, au point de dévoiler la lisière de mon bas.

 


Assis dans son fauteuil, se délectant de sa coupe de champagne, Rudy assiste et observe silencieux, avec un air radieux la scène que nous lui jouons.

 


Décroisant mes jambes pour faciliter l’accès à mon intimité, Luc abandonne ma cuisse, se rapproche encore et pose sa bouche sur le lobe de mon oreille qu’il suce et mordille avec passion. Dans la continuité de son investiture, il entreprend de déboutonner mon chemisier et plonge sa main dans mon décolleté à la découverte de ma poitrine. Sollicitée sur mes zones érogènes, je me sens vulnérable, toute chose. Ma respiration change, je laisse échapper des petits couinements, gémissements évocateurs du plaisir que je ressens. Son savoir-faire à peloter mon sein me rend folle. Dans un long soupir, je ferme les yeux et profite de sa caresse lentement dirigée.

 


Désireux de prolonger le spectacle, notre invité délaisse ma poitrine et mon oreille, remonte ma jupe sur mon ventre et repart à l’assaut de ma chatte nue, qu’il titille avec dextérité. Ses doigts passent sur mon sillon à plusieurs reprises, effleurent le pourtour de mes lèvres vaginales, agacent et titillent plus que de raison mon clitoris. Sous ses attouchements, je fonds, je veux qu’il me prenne, qu’il me baise sauvagement, qu’il me souille. Ma motte luisante de mouille attire l’œil de Luc. Il me tire vers lui d’un coup sec, écarte mes jambes au maximum, saisit un sushis sur le plateau, l’enfonce dans ma chatte brûlante et plonge sa tête dans le compas de mes cuisses. Le contact de sa bouche, de ses lèvres sur mon abricot juteux, me propulse dans un état second. Le salaud me bouffe si bien la chatte que je convulse de plaisir, je râle, gémis de satisfaction. Il lèche, lape, suce mon sexe sans répit et me libère de son étreinte quand il a récupéré l’intrus planté en moi.

 


Voulant dévoiler mon côté entreprenante à notre invité, j’invite Luc à se lever. Debout, face à moi, je l’allume, l’aguiche avec des regards évocateurs, puis ne tenant plus face à mon désir pour cet homme, je colle mes lèvres sur les siennes. Tout en l’embrassant avec sensualité, je déboutonne sa chemise et dévoile son torse chaud et imberbe. Alors que nos langues s’unissent et tournoient l’une autour de l’autre, je laisse courir ma main sur son entrejambe et caresse, à travers l’étoffe de son pantalon, la bosse qui déforme le vêtement.

Jouant la provocation, l’allumeuse sexy, je me retourne, plaque mes fesses contre son bas-ventre et ondule lascivement ma croupe contre sa trique prisonnière de son écrin. Face à mon excitation grandissante, galopante, Luc invite mon homme à nous rejoindre.

 


Entourée par mes deux mâles en rut, je les embrasse à pleine bouche à tour de rôle. Rudy m’ôte mon chemisier et dévoile ma poitrine aux pointes tendues à la vue de Luc. Seins nus, chacun de mes amants s’empressent de poser leurs bouches dessus. Je trésaille sous le contact des langues, ils me lèchent, me sucent les pointes avec dextérité. Les mains de mes amants se baladent sur mon ventre, sur mes cuisses, sur mes fesses.

 


Rudy, dans un geste maîtrisé, fait sauter les deux petits boutons en nacre de ma jupe, qui glisse le long de mes jambes et termine sa course folle sur le sol.

 


Totalement nue face à mes deux pervers, ils investissent mon corps d’une agréable manière. Luc pose sa main droite sur mon clitoris, qu’il sollicite en exerçant des petits cercles, sa main gauche saisit une de mes fesses, qu’il palpe tout en s’aventurant vers mon petit trou. La main gauche de mon Rudy se pose sur ma vulve et entreprend mes lèvres vaginales, tandis que sa main droite se pose sur ma fesse libre et la palpe outrageusement. Je suis sollicitée par les quatre mains et les deux bouches de mes hommes. Transcendée par leurs attouchements qui deviennent plus profonds, plus appuyés, je suis aux anges. Ma respiration devient plus ample, plus rapide. Je gémis doucement, agréablement. Ravie, je suis aux portes du point de non-retour, aux portes du basculement.

 


Passive sous leurs caresses, mais ne voulant pas être inactive, je promène mes mains sur les bosses proéminentes qui tendent à l’extrême les habits de mes comparses du soir. Je palpe, caresse, les sexes prisonniers. Devant la température et la tension sexuelle qui grimpent, je me dérobe de mes amants. Alors que Rudy se déshabille, Luc me retourne et me penche en avant, exhibant ma croupe à ses yeux lubriques.

 


Luc ballade ses mains sur mon dos. De mes épaules, elles glissent sensuellement sur moi et terminent sur la cambrure de mes reins. Ce point extrêmement érogène et sensible chez moi, déclenche une houle de plaisir que je manifeste en gémissant et en ondulant des fesses. Agitant ma croupe sous son nez, Luc empoigne mes fesses, les écarte et laisse filer un long filet de salive qui se pose sur mon trou du cul. Poussant le jeu à l’extrême, il saisit une tomate cerise Trilly, la pose sur ma rondelle plissée et pousse l’objet en moi. Mon cul aidé par la salive, s’ouvre et avale l’ogive ovale. Pour me féliciter de cette intromission, Luc claque sauvagement mes fesses à plusieurs reprises.

 


Consciente que petit à petit la soirée bascule, je me redresse, me retourne, m’agenouille devant notre invité, dégrafe son pantalon et libère une longue, belle et épaisse queue aux veines prononcées. D’une main, je saisis le monstre, j’en mesure la circonférence, la dureté, et branle lentement, doucement, la chose que je convoite, tandis qu’avec mon autre main, je pèse, palpe, malaxe ses bourses.

 


Avec un regard vicieux de provocation, j’ouvre la bouche, sors ma langue et lèche avec délicatesse, volupté la hampe et le gland du sexe de Luc avant de l’introduire avec une infime lenteur dans ma bouche soyeuse. Je savoure ce morceau de choix, j’aspire, tète, cette belle queue qui me comble. Ma pipe savoureuse propulse mon amant dans une euphorie qui le transcende.

 


Luc empoigne ma longue chevelure, se dégage de mon étreinte et me force à me déplacer à genoux vers mon homme qui se branle devant le spectacle que nous lui jouons. Alors que je porte le sexe de Rudy à ma bouche, Luc en profite pour se débarrasser de ses habits et nous rejoins en me tendant sa queue épaisse que je branle avec ardeur.

 


Comprenant parfaitement les attentes de notre hôte, j’abandonne à regret le délicieuse queue de mon mec pour reprendre celle de Luc en bouche. Pour le plus grand plaisir de mes chérubins, j’alterne. Je gobe à tour de rôle, avec délectation et application, la bite de l’un et de l’autre pendant plusieurs minutes.

 


Luc saisit ma tête à deux mains, pointe sa verge face à ma bouche grande ouverte et l’enfonce d’une seule et unique poussée. Il force sur ma tête pour que j’avale le monstre en entier. Son gland bute contre ma luette, je creuse mes joues pour mieux le prendre. Il baise ma bouche sans ménagement. La gorge profonde qu’il m’inflige est rude, intense, bestial.

 


Dès que Luc se retire de ma bouche, mon homme s’empresse de le remplacer. Avec la même fougue, la même énergie, Rudy plonge sa trique au fond du gosier et me baise avec rage et détermination. La bave me coule, je suffoque sous l’inquisition de sa verge. Ma bouche n’est plus qu’un vulgaire trou.

 


Rudy empoigne mes cheveux, tire ma tête en arrière, me demande d’ouvrir ma bouche et de tirer la langue. Pour montrer à notre invité du soir ma docilité et afin de mettre toutes les chances de mon côté, je m’exécute sans rechigner.

 


Ma langue à peine sortie, comme pour asseoir sa domination, son emprise sur moi vis-à-vis de notre hôte, Rudy me crache dessus. Ses sécrétions atteignent ma bouche, ma langue, mes lèvres et mes joues. Comme pour mieux me souiller, il les étale sur mon visage puis m’embrasse avec amour et passion.

 


Excités par le paroxysme de la perversité, mes deux lascars m’obligent, tout en me claquant les fesses, à me déplacer à quatre pattes, comme une bonne chienne, en direction de la chambre d’amis préparée pour l’occasion. Fermant la marche de notre dépravé trio, Luc saisit au passage le bol de tomate, le seau à champagne et dépose le tout à ses pieds, avant de prendre place dans le fauteuil en face du lit.

 


Je comprends de suite son désir de jouer les voyeurs. Je saisis son envie de me voir me faire prendre, de me faire saillir, de me voir onduler, bouger, me déhancher sur une queue, de me voir empaler, prise jusqu’à la garde par une bite bien épaisse.

 


Avec un regard complice, j’invite mon homme à s’allonger à plat dos sur le lit et l’enjambe immédiatement. Mes deux mains sur le torse de mon conjoint, j’ondule mon bassin sur sa pine turgescente. Très facilement, son glaive trouve le chemin de mon sillon. Sensuellement, je fais aller mon bassin d’avant en arrière, je décris des petits cercles, je frotte ma vulve sur son sexe en prenant soin de ne pas m’empaler.

 


Prisonnier entre mes lèvres, je le branle lentement. Son sexe palpite, tressaute contre mon antre. Je m’arrange pour que son gland bute à chaque mouvement de mon bassin contre mon clitoris gorgé. Excitée, je lutte de toutes mes forces contre cette boule de feu qui me dévore et contre cette irréversible envie de m'enfiler sur la queue de mon homme.

 


Mes gémissements, mes halètements, mes couinements envahissent la pièce. L’odeur des hormones sexuées remplissent la pièce qui se transforme petit à petit en temple de débauche où, baigne le désir, l’envie et la luxure de la sexualité.

 


Face à mon envie grandissante de sentir le sexe de mon chéri m’investir, je me soulève légèrement, saisis son membre, le positionne à l’orée de ma vulve trempée de mes sécrétions et lentement me laisse glisser sur la colonne de chair. Lentement, doucement, je m’empale tout en gémissant de satisfaction. Je savoure l’écartement de mes chairs intimes, je frémis au contact de son sexe contre mes parois internes. J’exulte d’émotion de l’avoir en moi.  

 


Me sachant observée par Luc, qui ne perd pas une miette de ce qui se joue sous ses yeux, je prends mon temps pour m’empaler intégralement sur la raideur turgescente de Rudy. Je savoure, déguste ce moment intime où mon émoi est en effervescence, en osmose avec mes pulsions.



 

A suivre…….



J'aime 4
18-12-2022 0 259

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Settings