Cocu soumis et humilié

Récit érotique écrit par lailatvx007 le 04-06-2024
Récit érotique lu 555 fois
Catégorie Couple

En rentrant un jour chez moi vers 20h, je suis loin de m'attendre à la soirée que je vais vivre. Aucun signe de ma femme Samira jusqu'à ce que j'ouvre la porte de la maison qui donne, comme dans beaucoup de maisons modernes, sur le grand séjour.

Ma femme est nue, à cheval sur les cuisses d'un grand black et embrochée sur sa queue. Elle monte et descend, aidée par les mains de son amant sous ses fesses. A chaque fois qu'elle est en haut, elle se laisse tomber avec un gémissement de plaisir ! Sa queue me paraît énorme et ma chérie n'a aucun mal à l'absorber totalement ! Comment est-ce possible ? 20 cm au minimum par 5 ou plus de diamètre ! C'est lui qui m'interpelle : « Regarde cocu, comment ta femme prend son pied ! Ce n’est pas comme avec ton petit zizi de lopette ! ».

 

Samira me regarde en souriant, les yeux ailleurs, comme si elle était dans un autre monde ! Alors que je me reprends pour quitter la pièce, il m'interpelle à nouveau : « Reste avec nous, tu ne vas pas manquer ce spectacle ! Tu ne l'as jamais vu jouir comme elle va le faire. Tu as la meilleure vue, c'est quand même mieux que de rester caché dans l'escalier pour la mater se faire baiser dans votre lit conjugal ! ».

 

Je ne bouge plus, j'en suis incapable ! Ils savaient tous les deux que je les avais vus maintes fois.

« Déshabille-toi, cocu ! Tu risques de tacher ton pantalon ! En plus d'avoir un tout petit truc, on ne peut pas parler de queue ou de bite quand ça fait 5 cm, mais en plus, ta femme m'a dit que tu étais éjaculateur précoce. Regarde petite merde, tu es tout excité, tu n’as même pas eu le temps de te déshabiller que tu t'es éjaculé dessus ! ».

Je baisse les yeux. Effectivement, le devant de mon pantalon est orné d'une grande tâche, et il me rappelle à l'ordre : « Je t'ai dit à poil lopette, dépêche-toi avant que je me lève ! Tu risques de le payer cher ! ».

 

Pendant tout ce temps, ma femme a continué de s'empaler sur son gourdin et ce ne sont plus des gémissements mais des hurlements de bonheur bientôt accompagnés de plusieurs jets de cyprine qui arrosent les cuisses de son amant !

- Je suis sûr que ce n'est pas la première fois que tu vois cette chienne s'envoyer en l'air ! C'est une vicieuse ta femme et toi, un voyeur déréglé. Je vais la dresser !

 

Samira ne réagit pas. Après son orgasme, elle s'est affalée le dos sur le buste du black. Il en profite pour lui triturer les tétons qui sont dressés. Elle est fière d'elle et me défie du regard.

- Dis à ton cocu de venir nettoyer tes cochonneries ! Au moins, qu'il serve à quelque chose !

- Karim mon mari cocu, viens à quatre pattes nettoyer les cuisses de mon Maître Ali, et nettoyer ma chatte en même temps. Je ne voudrais pas être obligée de lui demander de te fesser ou te fesser moi-même !

 

Je viens jusqu'à eux à quatre pattes, incapable de réagir mais aussi très excité par la situation ! Je lèche ses cuisses comme elle me l'a ordonné, puis sa chatte remplie de cyprine et du sperme de son amant. Je ne suis même pas écœuré ! Elle s'aperçoit que j'ai encore une fois un début d'érection :

- Mais dis-moi si je ne me trompe pas, cocu, ton petit zizi s'est allongé ! Tu aimes lécher le sperme d'un vrai mâle ? La prochaine fois, si tu es obéissant, tu auras le droit de lui nettoyer son zob. Pour l'instant, monte prendre une douche et laisse-nous tranquille ! Tu pourras redescendre quand je te le dirai !

J'appréhende le diner. Pour éviter toute remarque, je prépare le diner une fois que son amant et Maître, comme elle l'appelle, est parti et qu'elle m'a demandé de lui laisser le 1er étage pour elle seule.

 

Le début du dîner est glacial jusqu'à ce que ma femme brise le silence :

- Karim mon chéri, je suis fatiguée, me dit-elle. Mon Maître m'a éreintée ! Je ne souhaite pas reparler de cela, nous en reparlerons ensemble demain matin à tête reposée. Je tiens juste à te dire que je t'aime toujours même si ça peut te surprendre, mais que je ne reviendrai pas en arrière. Pour éviter de se gêner, je te demande de dormir dans la chambre d'amis. Nous sommes d’accord ma lopette ?

Honteux mais excité, je hoche la tête en signe d'accord.

 

Le lendemain matin, je retrouve ma femme au petit déjeuner qui s'est levée la première.

Elle, qui avait l'habitude de descendre en nuisette cachant à peine sa poitrine et ses fesses, est en legging et tee-shirt, sans soutien-gorge. Le legging est encore plus érotique que la nuisette car il est si collant qu'il met en valeur le bombé de ses fesses de sportive et surtout les détails de sa chatte. Je suis étonné.


Une fois le petit déjeuner terminé, elle me demande de la rejoindre au salon.

« Karim, tu vas m'écouter et tu parleras après, me dit-elle. Si tu as des questions, j'y répondrai si j'en ai envie. Je ne veux rien t'imposer et je vais te faire deux propositions.

La 1ère, et je peux comprendre, tu décides de divorcer et de quitter la maison. Dans ce cas-là, je te donne une semaine pour vider tes affaires et partir ! Nos avocats se chargeront des formalités, mais je ne lâcherai rien, puisque c'est à cause de toi que nous divorçons même si tu n'es pas totalement responsable de ton impuissance ! Tu ne m'as jamais fait jouir avec ton truc minuscule et en plus, tu éjacules en moins d’une minute et encore quand tu arrives à te retenir ! Je demanderai une pension et comme la maison m'appartient à moitié, je la garderai. Je trouverai sans problème l'argent pour te payer ta part. Bien sûr, je serai obligée d'expliquer pourquoi je divorce à toute ma famille et à nos amis. J'ai épousé un impuissant et un soumis sans aucune dignité !

 

La 2nde, nous restons ensemble et tu peux continuer à vivre ici. Tu dormiras dans la chambre d'amis. Tu acceptes de m'être totalement soumis, tu n'as plus le droit de me toucher ni de me mater nue, au risque d'être puni ! Si ce matin, je ne suis pas en nuisette, c'est pour éviter ton regard sur mon intimité. Tu ne verras plus ni mes seins, ni mes fesses et encore moins ma chatte ! Si je suis en nuisette ou à poil, tu devras baisser immédiatement les yeux ! Mon Maître et mes amants pourront venir quand ils veulent ici, me baiser dans l'ancien lit conjugal et où ils veulent ! Je suis libre de partir avec eux sans te dire où ! Il y aura d'autres contraintes pour toi, et tu les découvriras au fur et à mesure. Tu respecteras mon Maître, et si tu l'oublies, tu seras puni. Ni nos familles, ni nos amis, ni tes relations professionnelles ne sauront les relations particulières que nous avons ! Sauf pour mes amies et leurs conjoints que j'aurais mis au courant. Tu pourras nous servir comme une bonniche et à poil !

Tu as jusqu'à dimanche soir pour me donner ta réponse ! Et pas question d'en changer après ! Crois-moi qu'avec mon avocat, tu perdras tout ! ».

 

La journée de samedi me paraît très longue, je préfère réfléchir en allant me promener même si je sais que déjà, au fond de moi, j'ai la réponse. J'ai juste besoin d'un peu de temps pour l'accepter.

Le dimanche matin, je descends prendre mon petit déjeuner nu. En arrivant dans la cuisine, je baisse les yeux même si ma femme est en legging.

- Maîtresse Samira, je souhaite vous servir et vous respecter comme tout bon soumis respecte sa Maîtresse

- Je savais que tu allais choisir cette proposition ! Avant de t'assoir, mets-toi à genoux et embrasse chacun de mes pieds pour montrer ton infériorité à ta Maîtresse !

 


J'aime 4
04-06-2024 0 555

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Settings