Vie à trois 2

Récit érotique écrit par cerebrox le 14-07-2014
Récit érotique lu 4889 fois
Catégorie Sadomazo

ça amuse le Maître de savoir que ma femme (qui, en vérité, tient plus de la femelle, désormais) puisse tomber enceinte d'un père inconnu. Il la baise plus souvent qu'il ne la prête, mais il sait aussi combien sont mystérieux les caprices de la nature. Le séjour au foyer pour immigrés a duré deux après-midi consécutifs où Cathy a été livrée en pâture et besognée par tous les trous à la chaîne et sans interruption ni merci, enchaînée à son guide qui l'a baladée à quatre pattes jusque dans les couloirs des chiottes de l'établissement. Ce dernier a ramené ma moitié comme on ramène un objet humain ébriqué qui a trop servi, une viande à trous au visage défait par la fatigue, les coulées de rimmel, les traces de foutre séchées sur le front et les joues, les cheveux collants et ébouriffés , sans culotte, pieds nus et la robe déchirée. Elle me parait difficilement reconnaissable. Le Maître lui intime l'ordre de s'allonger sur la table basse du salon et d'écarter les jambes. ça coule encore de sa chatte rasée aux lèvres rouges et enflées. ça suinte du trou du cul aussi: "T'es bien pleine, on dirait, ma bonne salope. Un vrai sac à foutre !", dit le Maître visiblement content d'elle. Cathy dégage de fortes odeurs de sueur mâle et de foutre mêlées. Epuisée par ces deux journées éprouvantes endurées, mon épouse trouve à peine la force de répondre aux questions pressantes du Maître des lieux qui exige des réponses précises: combien d'orgasmes ? combien de types ? ce qu'elle a préférée ? Les trucs les plus humiliants acceptés ? Cathy murmure des phrases à peine audibles et se doit de répéter sinon, c'est la cravache. Je reçois l'ordre, pour ne pas tacher le tapis du salon, de m'accroupir afin de sucer l'entrejambe boursouflé de celle qui, plus que jamais, reste mon épouse, pour le meilleur du pire. J'aspire au creux des grandes lèvres et lèche, par instants, les coulées anales. René a dit vrai: Cathy est une outre remplie de foutre et j'en avale en quantité. C'est positionné au-dessus de sa figure souillée, la tête calée sur un coussin, que le Maître choisit de lui baiser la tronche, ses deux grosses mains en étau serrées sur ses tempes pour assurer la vigueur de ses brutaux assauts buccaux: "Tiens, salope! Tiens, putain de ta race!...ça t'apprendra à me faire bander comme un taureau !" Cathy suffoque et en bave au sens propre comme au sens figuré, sans moufter cependant. Par intermittences, il s'arrête, reprend des forces en bombant son cul vers l'arrière et me somme de venir lui brouter le derche, les bourses. J'obéis et m'empresse de le satisfaire. Puis, c'est l'explosion, les râles du Maître qui enfonce une dernière fois sa queue au plus profond du gosier de sa soumise pour se vider, très égoïstement. J'ai mal aux couilles et la cage, comme d'habitude, me fait horriblement souffrir. Mais, je supplie en vain. Je peux embrasser ma femme, mais pas question de la prendre, même si j'en crève d'envie. Je reçois une cinglante volée de coups de cravache qui calme mes velléités. Enfin, je reçois l'ordre impérieux d'aller m'asseoir sur le cône en latex, le cul enduit de gel, pour y subir une dilatation douloureuse, en guise de punition. Cathy qui n'avait pas même la force d'aller se doucher, après cette première aventure, a dormi des heures tout habillée sur le canapé du salon. C'est le Maître qui l'a réveillée par un fougueux baiser. J'apporte, sur un plateau, du café et des croissants et j'obtiens l'autorisation de sucer le Maître qui sort de sa douche matinale et dont le peignoir est grand ouvert pendant qu'il se beurre ses tartines et sirote sa boisson chaude. Cathy doit rendre hommage au Maître en se prosternant à ses pieds. René lui caresse la tête comme on manifeste de l'attention à son animal domestique et l'invite à se masturber, cuisses repliées sur les coussins du canapé, la chatte bien exposée aux regards insistants et salaces du Maître. Elle doit se faire jouir en racontant son week-end pour pouvoir espérer un moment de répit. Plus que les avilissements nombreux qu' elle fut plus ou moins contrainte de vivre, ce qui intéresse au plus haut point le Maître de notre couple, c'est l'exposé de ses ressentis qu'elle doit relater sans fausse pudeur ni mensonges. Elle avoue avoir eu deux orgasmes très intenses dans les bras de trois Antillais très membrés qui l'ont tringlée avec une sensualité peu commune dans toutes les positions possibles avant de s'en désintéresser, une fois les couilles à sec. Je bande en écoutant le long récit détaillé de ma femme. J'aime l'authentique putain docile qu'elle est devenue et je suppose qu'il en est de même pour elle me concernant. Le Maître a saisi le martinet qui se trouve posé sur la commode, à proximité, pour me fouetter le cul pendant que je le pompe sans discontinuer, à quatre pattes, entre ses jambes ouvertes. Je sursaute à chaque coup porté sur ma croupe et j'entends bientôt Cathy emportée brusquement par le plaisir qu'elle se donne, pousser des gémissements que je connais bien. Revenue à elle, Cathy obtempère immédiatement lorsque le Maître lui commande de venir me goder avec du gros calibre. J'ai, 24/24 heures, le cul enduit de gel et les intromissions, même les plus larges, se font sans trop de difficultés. Cathy s'applique car elle sait combien je savoure ce qu'elle me fait. Oh, merde! Je viens, malgré la cage qui me ratatine le sexe, de décharger sans permission: "Nettoie tes cochonneries, pourri !" Je dois lécher les flaques répandues sur le tapis et les coups de martinets sont soudainement plus violents. D'une main ferme, le Maître m'a saisi par le cou et m'écrase une moitié de la face dans ma propre déjection. Il a sorti l'engin en latex visqueux de mes entrailles et m'oblige à le sucer pour le rendre propre et Cathy, sur injonction, s'empresse de venir m'embrasser. C'est pas beau, tout ça ?! Je sais combien les preuves d'amour de ma femme passent par les directives les plus abjectes de notre Maître à tous les deux...

J'aime 1
14-07-2014 0 4889

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par cerebrox

Settings