L'entretien d'embauche

Récit érotique écrit par cerebrox le 18-03-2015
Récit érotique lu 12407 fois
Catégorie Infidélité

Elle tenait vraiment à obtenir ce poste de secrétaire médicale même si la proposition d'un entretien préliminaire d'embauche qu'elle venait de recevoir par courrier ne faisait clairement pas mystère sur ses faibles chances de succès personnel étant donné le nombre de candidates diplômées qui s'était déjà présenté. Au chômage depuis trop longtemps et soucieuse d'aider son mari à subvenir à leurs maigres ressources financières, Chloé était fermement décidée, cette fois, à jouer des coudes et de ses charmes incontestables pour décrocher enfin un véritable emploi. Elle n'avait pas d'autre choix. Quand les temps sont durs, il faut savoir mettre de côté la morale afin de se donner les moyens, afin de donner un coup de pouce au destin. Elle s'était donc fait belle au matin du rendez-vous convenu. Parfumée et revêtue de ses plus beaux atours, elle avait soigné sa présentation. Une robe légère à fleurs sexy, des sandalettes de marque. Une coupe au carré et un bandeau noir dans ses cheveux blonds qui donnaient à sa silhouette un air retro nullement démodé que son homme trouvait fort séduisant. La fraîcheur de Chloé était vraiment bandante. On avait lu et étudié son cv. Sa photo avait sans doute retenu l'attention des recruteurs. Il fallait, désormais, mettre le paquet pour ne pas décevoir son interlocuteur. Confiante mais stressée, elle se retrouva bien vite descendue du bus, puis assise dans un fauteuil confortable en face d'un vieux type à lunettes à l'air sévère et soucieux, guère sympathique, devant lequel, malgré tout, dans l'intimité de ce bureau confidentiel, il s'agissait de faire bonne figure en tête à tête. Chloé, quoique d'excellente humeur et nullement désarçonnée par les manières peu engageantes du vieux satyre, sentit très vite que pour séduire ce rustre, ce ne serait pas une mince affaire. Tant pis ou tant mieux. Il faut savoir ce que l'on veut! Chloé se sentait résolue et prête à tout pour travailler. L'homme en blouse blanche, habitué à jouir de son privilège et de tout son prestige, l'avait devinée. Ses façons et ses paroles devinrent rapidement déplacées, inconvenantes. Il se permettait des gestes à l'appui de ses vicieuses familiarités. Il posa alors sa grosse main ridée, mais chaude, sur l'avant-bras de sa jolie partenaire si avenante et peu farouche qui ne fit aucun geste d'humeur et conservait, malgré le sans-gêne de ce cochon de scientifique, un plaisant sourire à toute épreuve. Encouragé par cette absence de refus, ce vieux dégueulasse poussa plus avant ses investigations verbales et manuelles. Il s'était soudain rapproché de sa vis-à-vis pour lui caresser la cuisse, glisser sa grosse mimine sous la robe de Chloé en lui faisant, plus que jamais, comprendre que de son attitude avec lui dépendait la promesse d'emploi. Le pervers docteur se penchait, maintenant, vers les lèvres vermeilles et luisantes, la belle bouche de la jeune femme pour l'embrasser avec une envie peu commune. Chloé lui rendit son baiser sans aucune appréhension, à son grand étonnement. C'était bien plus facile qu'elle ne l'aurait cru. Chloé n'avait rien contre les vieux et ce type, bien que peu sympathique, ne lui parut pas repoussant. C'était pourtant la première fois pour elle que les choses allaient si loin avec un autre que son mari. Chloé se découvrit même agréablement troublée, comme envoûtée par la situation et cet excité très entreprenant qui lui suçait la langue en lui pelotant la poitrine. Ses mains baladeuses ne tardèrent pas à la déshabiller. Chloé était trempée, le vieux en fut flatté. Il lui avait dégrafé son soutif avant de lui commander de virer sa petite culotte souillée. C'est à poil et assise devant le bureau du type qu'elle dut se livrer à une parodie de démonstration de traitement de texte à l'ordinateur pendant que le vieil obsédé mal poli lui palpait honteusement le cul et les seins, heureux de pouvoir jouer avec ce bel objet, lui murmurant les pires insanités à l'oreille. Chloé se laissait faire. Totalement détendue, chauffée à blanc et très désireuse d'être prise, elle se laissa entrainer jusqu'au fauteuil pour être enfilée en levrette. Une formidable et très inattendue surprise la combla d'aise. Ce porc en chaleur était pourvu d'un sexe en érection deux fois plus gros que celui de son mari. Ce fut délicieux une fois les difficultés de la première pénétration passées malgré une mouille abondante. Jamais Chloé n'avait éprouvé de telles sensations de douce violence sexuelle. Ce salaud savait y faire et lui caressait si habilement le clito en la pénétrant pour hâter son orgasme que, effectivement, il ne fut pas long à survenir...Chloé chavira, après quelques longues minutes d'un tel traitement profond et si inhabituel en plaintes assourdies, le corps secoué par de saisissantes décharges. C'était l'extase, d'autant plus qu'on lui confirma, peu après, alors même qu'elle s'appliquait à téter le gros gland suintant du monsieur qu'elle était, sans conteste, la personne idoine pour un tel poste. En effet, Chloé, après une période d'essai très concluante, confirma tout le bien que ses supérieurs pensaient d'elle.

J'aime 28
18-03-2015 0 12407

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Rencontre avec mon chéri

...

14-12-2022 5 0 394

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par cerebrox

Settings