Chaude voisine

Récit érotique écrit par mazaudier le 09-10-2014
Récit érotique lu 32456 fois
Catégorie Infidélité

Il est quinze heures quand on sonne à la porte de Corinne, jeune et belle femme de trente huit ans. Elle se précipite pour ouvrir, pensant que c’est son fils Dany qui  rentre plus tôt de ses cours.

 

-Tiens, Djamel, dit-elle surprise. Dany n’est pas arrivé de son cours, mais rentre, tu boiras bien un sirop en l’attendant.

-Merci Madame, répond le jeune beur, c’est gentil.

 

Djamel suis Corinne à la cuisine, et remarque, sans le vouloir, qu’elle ne porte pas de culotte.

Pas méfiante, Corinne s’appuie sur le rebord de la table, tandis que Djamel reste debout.

Oubliant certainement qu’elle ne portait aucun sous vêtement, elle replie une jambe sur la table. Et donc ne se méfie pas quand Djamel s’approche d’elle.

 

-Mais Madame, vous ne portez pas de culotte, on voit toute vôtre petite chatte.

-Dis…curieux, répond Corinne, tu ne veux pas la caresser en plus.

 

Sans un mot, le jeune maghrébin passe une main sur les cuisses, et la glisse sous la mini jupe de Corinne. Sans se démonter, il lui caresse la fente légèrement humide. Bizarrement, Corinne ne le repousse pas. Au contrairement, elle écarte les jambes, et commence à onduler des fesses.

 

-Sale gamin…quel toupet, tu sais que suis une maman…

-Excusez Madame, dit Djamel en retirant sa main, je ne sais pas ce qu’il m’a pris.

- Non, poursuit Corinne, maintenant que ça devient intéressant. Tu ne sens pas comme je mouille…  tu as l’air de savoir ce qu’aiment les femmes toi…ou as-tu appris tout ça…

-C’est mon grand frère Madame, on regarde des films porno ensemble.

-Polisson, tu n’as que seize ans, et regarde comme tu fais mouiller ma petite chatte…et mon clito, décalotte le s’il te plait…comme dans les films…vas-y…doigte le…fais tourner ton doigt dessus.

-Comme ça Madame, mon frère m’a toujours dit. Si tu caresses la pastille d’une femme, tu verras comme elle bouge son cul. Il avait raison. Vous le bougez vôtre cul, salope. Vous aimez vous faire branler, hein Madame, même par un petit arabe de seize ans.

-Salaud, gémit Corinne, tu sais que je vais jouir hein…mais c’est tellement bon de se faire gratter le petit bouton…vas-y…je jouis…oui…oui…je jouis…sors ta queue que je la suce…s’il te plait.

 

Le corps de Corinne se vrille autour des doigts vicieux de Djamel. Celui-ci reste de marbre.

 

-Non Madame, vôtre fils va arriver, je ne voudrais pas qu’il surprenne son meilleur copain en train de s’amuser avec sa mère. Puis rendez-vous compte s’il vous entend crier.

-C’est ta faute vilain, c’est toi qui m’a fait crier. Tu m’as tellement chattée et doigtée…ce soir, viens me rejoindre dans la remise…Dany s’endort de bonne heure en ce moment. Tu pourras jouer avec moi…tant que tu voudras…je ferai ce que tu voudras…

-D’accord, répond le jeune beur, je viendrais…

 

Corinne est tirée de ses pensées érotiques, quand Dany arrive.

 

-Alors mon chéri, dit-elle en l’embrassant, tu as passé une bonne journée.

-Super maman, répond Dany. Djamel devait passer, tu ne l’as pas vu par hasard.

-Heu…non, souffle Corinne, pourtant, je n’ai pas bougé d’ici. Il va peut être passé.

-C’e n’est pas grave, je le verrai demain, reprend Dany, je suis cassé aujourd’hui, je mange, une bonne douche, et je vais me coucher.

-Comme tu veux mon chéri, c’est vrai que tu as besoin de repos. Mange, je viendrai t’embrasser avant que tu t’endormes.

 

En effet, à peine le dernier morceau mis à sa bouche, Dany monte dans sa chambre.

Corinne prend une douche, va même jusqu’à rasé son minou, puis enfile une courte nuisette, et regagne la remise ou l’attend Djamel, le jeune copain de son fils. Elle se dit que ce n’est pas bien ce qu’elle fait, s’offrir à un gamin de seize ans, mais son mari est si souvent absent. Puis son corps à besoin de caresses, surtout quand elle est en chaleur. Et c’es le cas en ce moment. Puis ce jeune maghrébin a une façon de jouer avec elle.

Djamel l’attend. Il se colle contre elle et l’embrasse avec fougue. Il glisse une main sous la nuisette, et est tout surpris de sentir la chatte entièrement épilée.

 

-Mais…Madame, vôtre chatte…on di…

-Celle d’une petite fille, poursuit Corinne, je sais, c’est pour toi que je l’ai rasée, ça ne te plait pas ?

-Oh que si, se réjouit Djamel, je sens bien vôtre fente.

 

Lentement, Corinne ôte sa nuisette, et s’allonge sur la paille. Elle s’étire langoureusement, bras en croix, jambes écartées.

 

-Ca fait si longtemps que je ne me suis pas trouvée nue devant un homme, roucoule-t-elle.

-Mais je ne suis qu’un gamin, répond Djamel.

-C’est encore plus excitant, souffle Corinne…vas-y…caresse moi partout…s’il te plait…hum…

 

En vrai expert, le jeune maghrébin fait courir ses mains sur le corps offert de Corinne. Les seins, dont il fait rouler les bouts entres ses doigts, puis un doigt, plus curieux, caresse le clitoris en partie sortie de sa cachette. Ce qui provoque des frissons par tout le corps de Corinne.

 

-Salaud…qu’est-ce-que tu me fais…tu n’as pas honte de faire ça à la maman de ton copain.

-Vous avez l’air d’aimer, sourit Djamel…

-Tu le sais petit garnement…déshabille-toi, je veux que tu sois nu toi aussi, je veux voir ta queue.

 

Djamel fait passer son tee short par-dessus son épaule, et quitte son bermuda. Jailli alors un sexe colossal pour l’âge du gamin. Bien dix sept centimètres.

 

-Mon dieu, s’extasie Corinne, comme tu es monté pour ton âge, si mon mari voyait ça. Mets ta bite dans ma bouche, ça fait si longtemps que je n’ai pas taillé une pipe.

 

Le jeune beur ne se fait pas prier. Il trempe sa bite qui se décalotte au passage des lèvres. En vrai connaisseur, il commence à se branler dans la bouche de Corinne, tout en lui caressant la chatte, en lui doigtant le clito maintenant entièrement décalotté. Celle-ci glousse de plaisir.

A force de va et vient, Corinne sent le gland vibrer dans sa bouche. Elle maintient Djamel par les fesses quand celui-ci éjacule, elle ne veut pas perdre une seule goutte de sa semence. Lentement, la bite ressort, s’attarde sur les lèvres humides de Corinne pour un nettoyage pervers.

 

-Ben mon salaud, dit-elle, tes couilles étaient pleines…niques moi maintenant…fais moi jouir…

-Mettez-vous à genoux Madame, je vais vous prendre en levrette….les femmes aiment bien…

-Ben…comment tu sais ça polisson…t’es un vicieux toi…mais c’est vrai que j’aime comme ça…

 

Corinne se met en position, tandis que Djamel se colle contre elle. Le gland décalotté est aux portes des deux orifices. La jeune femme sursaute quand elle le sent taquiner le petit trou.

 

-Hey…vilain…tu veux me sodomiser….salaud…

-Vous savez que les arabes aiment bien enculer les françaises.

-Enfoiré…tu sais que les françaises aiment se faire niquer par les arabes…vous savez si bien vous y prendre avec nous…puis avec la bite et la paire de couilles que vous avez, nos maris ne peuvent pas lutter...oh, salaud…vas-y, bourre moi le cul, bien profond…fais toi plaisir sale gosse...

 

Après dix minutes d’accouplement, Djamel se vide copieusement les couilles dans le petit trou de Corinne. Celle-ci couine comme une chienne.

 

-Enfoiré, gémit-elle, ça fait deux heures que tu me baises comme une pute…t’en as pas assez…

-On peut arrêter si vous voulez, répond Djamel fier de lui.

-Surtout pas, mets ta bite dans ma chatte maintenant. Elle aussi a besoin d’être labourer.

 

Djamel s’avère être un amant merveilleux, infatigable, pour le plus grand plaisir de Corinne, qui hurle de plaisir à chaque coup de queue.

Les deux amants se séparent vers cinq heures du matin. Corinne git sur la paille, bras et jambes en croix, épuisée. Djamel se penche sur elle.

 

-A un de ces soirs, dit-il, dans la remise.

 

Corinne n’a même pas la force de répondre.

 

.


J'aime 38
09-10-2014 0 32456

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par mazaudier

Settings