Vacances au Sénégal

Récit érotique écrit par baiserjouir le 17-10-2015
Récit érotique lu 12506 fois
Catégorie Partouzes-Orgies


Je devais avoir 25 ans quand je rencontrais une fille: Aline, assez dévergondée. J'avais déjà eu des aventures avec pas mal d'autres filles. Aline était à l'époque brune naturel. Elle était toujours très élégante. Nous nous étions rencontrés chez des amis. Un courant de sympathie est immédiatement passé, à tel point que nous sommes sortis ensemble. Elle m'emmenait chez elle. Elle était pire qu'un cyclone. Nous nous sommes embrassés, baisés et encore baisés. Vers la fin de la nuit, je ne pouvais plus que la sucer: je n'arrivais plus à bander. Nous nous sommes revues plusieurs fois avant de partir chaque un de notre coté. Je repense à Aline de temps en temps quand je tombe sur une file plus sensuelle que les autres.
Dix ans plus tard je pars en vacance au Sénégal, dans un petit hôtel très agréable: personnel au petits soins, des chambres bien équipées. Mon arrivée tardive fait que je vais me coucher aussitôt. Un peu fatigué par le voyage je fais la grasse matinée. A mon lever je remarque qu'en face de ma chambre se situe la piscine. Je vais prendre le petit déjeuner: quand je reviens une femme prend un bain. Je la remarque: sa silhouette me rappelle quelque un. Cette femme est blonde. Après dix de séparation, je ne la reconnais pas. Je suis à nouveau chez moi, dans la salle de bain pour prendre une douche. Quelque un frappe et rentre. Je pense qu'il s'agit certainement d'un employé de l'hôtel.
Je sors de la douche avec juste une serviette qui ne cache que mon bas ventre: surprise une femme nue sur un des lits. Autre surprise sa main courre sur son sexe: elle me regarde. Je vois des cheveux blonds très longs, et une petite toison brune sur son bas ventre. J'ai un choc: il s'agit d'Aline. Elle continue sa masturbation en me regardant d'un air particulièrement coquin. Comme de bien entendu je bande sérieusement. Je fais tomber la serviette. Elle regarde ma queue:
- Tu n'as pas changé: tu bandes toujours autant.
- Toi non plus tu n'a pas changée: tu ne pense qu'à jouir.
- Encore plus qu'avant.
Elle me tend un bras que je prend, me tire vers elle: je me retrouve serré contre elle. Aline n'a pas arrêté de se branler. Je l'embrasse: comme avant nos langues se retrouvent. Elles partent à l'aventure dans la bouche de l'autre. Je prends un sein, le caresse comme avant en lui pinçant très légèrement le téton qui est déjà bien dur. Elle se laisse faire. J'ai envie d'elle. Pour y arriver je sais qu'il faut d'abord que je la suce. Je pose ma tête près de son pubis. Elle sait fort bien ce que je veux: elle n'arrête pas sa caresse. Ou plutôt si elle l'arrête quand elle a jouit. Elle fait comme avant: elle gémit fortement en disant.
- Oui, je jouis. Oui j'en veux encore.
- Tu en veux où ?
- Ça m'ai égal, où tu veux.
- Si je te la mets devant ça ira.
- Je m'en fous, baises moi, fais moi jouir.
Elle écarte les jambes. Je vais sur elle: elle n'a même pas à me guider: je connais encore le chemin. Je sais qu'elle aime se faire mettre sans préparation. Elle est déjà bien humide. Je peux la pénétrer facilement. La danse repart: elle a besoin de plusieurs orgasmes consécutifs pour être à l'aise. Je la lime longtemps: j'ai les reins plus solides qu'avant. Je la sens jouir plusieurs fois. Elle reste sur le dos quand je sors pour aller rendre visite à l'autre entrée. La seule façon de se préparer est de se mouiller l'anus avec sa cyprine. Je peux rentrer relativement dans son cul. Pourtant il me semble qu'il est plus serré qu'avant. Je l'encule longtemps et enfin je jouis. Elle ne compte même pas ses jouissances.
Je lui demande pourquoi elle a l'anus plus serré.
- C'est simple: je ne baise plus que rarement avec des hommes. J'ai une petite amie qui m'attend sans doute dans notre chambre.
- Elle est jalouse ?
- Ça dépend de qui. De toi je ne pense pas: tu a été mon amant avant elle. Pour peu que tu la baises avec moi, elle aimera tout ce que te fais.
- Tout, comme à toi ?
- Bien sur, elle sait comment du me baisais avant.
- Avant quoi ?
- Avant que je la rencontre.
- C'est meilleur avec une fille ?
- C'est pas pareil. Nous baisons autrement, avec nos bouches, nos mains, nos sexes et quelque fois, pas toujours avec des godemichés.
- Et c'est pour que je serve de gode que tu veux que j'aille avec toi !!
- Si tu veux. Nous restons ici une semaine: tu pourrai nous baiser à tour de rôle ou ensemble: tu ne le regrettera pas.
Je la retrouve plus tard au restaurant. Nous sommes à la même table: pourtant il y a peu de clients. Elle me présente Laure, son amie: belle fille rousse naturelle, sexy au possible. Aline n'a pas mauvais goût. Finalement la trentaine leur va fort bien. Aline me décrit leur rencontre:
- Après que je t'ai quitté, j'avais un creux eu fond de mes reins. Tu sais ce que ça veux dite chez moi, j'avais envie de baiser, j'avais beau me branler ça ne me suffisais plus. Ma voisine un jour est venue chez moi: nous nous sommes plu: depuis nous vivons ensemble, tout en ayant chacune notre appartement. Nous nous retrouvons toutes les nuits pour baiser et elle me baise bien.
Laure ajoute en souriant:
- Je la baise sans doute bien: elle n'est pas en reste. La meilleure des preuves est qu'elle m'a acheté un godemiché vibrant, pour me le mettre au fondement, enfin au cul.
- Tu l'as demandé quand même et je m'en sers quelque fois aussi.
Je mets le haut las: elle ne vont pas me raconter leur vie. D'autant plus que plus je vois Laure, plus j'ai envie d'elle. Le repas fini, Aline m'invite à les accompagner à la plage du Cap Vert, où à cette époque il y a peu de monde. J'accepte et nous voilà parti à quelques kilomètres de N'Gor. En effet nous sommes seuls sur la plage immense. Aline ouvre le parasol qui a quelques difficultés à rester droit: les alizés soufflent. Les deux filles se mettent en petite tenue de plage. Je suis en slip de bain. Avant de s'allonger pour prendre un peu de soleil elles s'embrasent longuement. Je bande rien quand les regardant. Elles me voit: sous mon slip je ne peux pas cacher mes sentiments. Il me semble qu'elles se moquent de moi: elles son totalement nues maintenant. Je regarde cette fois Laure qui est réellement sexy:
- J'ai envie de vous deux, et pour le moment particulièrement de Laure.
- Chiche que tu nous fait l'amour sur la plage.
- Chiche que je vous fais jouir toutes les deux.
- A la foi ?
- Pourquoi pas ?
Je me lance dans une aventure bizarre: je veux baiser l'amante de mon ex et la baiser elle aussi. Le challenge est à tenter: pourquoi ne pas le faire.
A mon tour je suis nu: c'est vite fait. Elles regardent bien ma queue qui semble-t-il plait à Laure. Pour une disciple de Sapho c'est assez bizarre. Je pense surtout que les deux jeunes femmes sont à voile et à vapeur. Je ne me trompe pas. Laure me fait allonger, se couche à mes pieds, se coule vers moi pour me prendre la queue. Elle ouvre en grand sa bouche, sort sa langue comme pour me goûter. Je dois le plaire; elle prend la presque totalité de ma bite dans sa bouche. Je sens sa langue, ses joues, son palais me faire du bien. Je vais jouir: je le dis bien haute. Laure continue sa fellation. Je jouis dans sa bouche. Elle se relève pour aller le partager avec Aline. Leur baiser dure longtemps: elles se caressent sans arrêt. Bien blotties elles se pelotent avant d'entamer un 69 qui doit leur apporter une plaisir du tonnerre: elles gémissent jusqu'à la délivrance.
En attendant je n'en ai pas baisé une seule. J'ai toujours envie de Laure. Dès leur jouissance à mon tour de l'attraper. Je me jette sur elle, la renverse sur le sable. Nous nous trouvons sous le soleil. Ce n'est pas grave: je l'embrasse, elle répond. Je veux lui ouvrir les jambes. C'est Aline qui vient à mon secours: Elle l'embrasse à son tour. Je suis sur Laure, je veux la lui mettre. C'est Aline qui prend ma pine pour la mettre elle-même dans le vagin de son amoureuse. Pendant que je lime Laure, Aline est à genoux devant nous, les cuisses ouvertes, deux doigts sur son clitoris: elle jouit autant que Laure. Heureusement que Laure m'a sucé tout à l'heure: je peux bien tenir le coup. Quand je crois avoir donné assez de plaisir à Laure, j'attrape Aline pour le baiser. Elle se défend: elle ne me veut pas là où j'allais: Elle se tourne pour me donner ses fesses. Je préfère l'enculer comme ce matin: elle est devenue étroite:ma queue s'y trouve bien serrée. Posée sur le ventre j'ai un peu de difficulté pour la sodomiser. Enfin j'arrive à la lui mettre complètement. Elle jouit beaucoup. Quand je suis sur le point de jouir, elle le sent:
- Retiens toi encore, mets moi la à fond que tu me défonce le cul.
- Tu es une véritable salope, demander ça devant ta maîtresse. Garce, putain, sac à foutre.
Son amie s'y met à son tour:
- Garce, tu me trompe avec la première bite venue, Devant moi en plus. Et puis je la veux aussi dans mon cul.
Ainsi elle aussi veut une sodomie. Je sors d'Aline qui jouit encore. Cette fois je veux bien enculer Laure, en levrette. Tant mieux pour les deux femmes: elles sont en 69 dès avant que je sois dans le cul désiré. Aline passe une main pleine de cyprine sur le cul de notre commune amie. Je pose ma bite sur l'anus. Je la rentre doucement pour ne pas faire de mal à sa propriétaire. La surprise pour moi est de trouver un cul bien plus ouvert que celui d'Aline. Je sens mes couilles frapper la figure d'Aline, qui du coup se venge en me caressant les burnes. C'est encore plus excitant
Cette fois nous jouissons une dernière fois tous les trois.
Les deux femmes toujours aussi nues vont se laver les fesses dans l'Océan: elles profitent de la forte houle pour à la fois se rincer des restes des baises et pour prendre un autre plaisir totalement différent qui ne les fait pas jouir: des caresses presque continue des vagues sur leurs entrejambes.
Je vais les rejoindre, non plus pour baiser mais simplement prendre dans une eau finalement fraîche, presque trop. Les filles font comme moi, sauf que le cul leur démangent encore: elles sont serrées, les bouches embrassées, et certainement parce que je ne le vois pas, leurs mains sur les parties sensibles de leur sexe. Les reste de mon séjour ne se passent qu'en de très rares visites locale. Nous baisons pratiquement sans arrêt tous les jours, jusqu'à nous faire surprendre par un touriste qui heureusement ne vient pas se mêler à nos petits jeux.


J'aime 7
17-10-2015 0 12506

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par baiserjouir

Settings