Nina

Récit érotique écrit par baiserjouir le 16-05-2016
Récit érotique lu 4019 fois
Catégorie Partouzes-Orgies

Mina porte toujours des dessous vaporeux, sans slip ni soutien gorge. Dans sa chambre où elle nous reçoit avec ma femme, elle est entourée de deux "serviteurs" noirs. Dès le départ, après les bises d'usage pour moi, elle embrasse ma femme sur la bouche. Le plus étonnant est que ma femme répond à ce baiser. Je regarde mieux autour de nous: la chambre est ornée de petites sculptures et de peintures extrêmement érotiques: couples ou groupes baisant, masturbation de femmes, gays en pleine baise, etc. Les deux "serviteurs" me semble dotés d'organes plutôt développés. Mina nous demande de nous déshabiller devant elle. Elle détaille nos corps comme au conseil de révision. Elle examine de très près ma femme/ Pour moi une seule partie de mon corps retient son attention: ma bite déjà bien dure.
Posés sur une tablette, à porté de main je remarque divers jouets sexuels. Mina est sacrément portée sur la baise. Après ce premier baiser à ma femme, elle me propose calmement de venir la baiser. Je jette un œil sur les deux garçons qui me semble être là que pour aider à leur patronne à bien jouir, ainsi que les invités. 
Déjà ils sont proches, très proche de ma compagne: ils lui caressent les seins, un des deux pose une main sur la fesses de son alter ego. Il me semble que tout ce qu'ils font est mis au point depuis longtemps. Ils la font asseoir en tailleur sur le lit: son sexe est à la porté de la bouche de Mina qui s'empresse de venir lui sucer le clitoris. Je sais que ma femme adore les cunnilingus C'est pourtant sa première fois avec une femme. Elle se tient légèrement penchée en arrière pour que la langue la lèche bien. Elle reçoit presque aussitôt une main entre les fesses qui va chercher son anus. Elle écarte les fesses pour permettre l'exploration de cette partie où elle aime que j'y mette ma bite. En guise de pine, elle a deux doigts qui lui rentrent dans le cul. Elle ferme les yeux sans plus se préoccuper de moi. Je bande de plus en plus: je vais me branler, quand je reçois la main de celui qui caresse les seins de ma femme. Il me prend en entier la bite et doucement me décalotte pour remonter de plus en plus vite. Il sait formidablement bien masturber. Il sait surtout modérer mes ardeurs sans me faire jouir: je regarde sa main, la laisse me branler, alors que c'est bien la première fois depuis mon adolescence qu'une main masculine me touche là. J'étais près à lui rendre la pareille quand je vois que c'est la main de celui qui travaille l'anus de ma femme qui s'empare de la bite, le branle lentement pour qu'il ne jouisse pas de suite. Décidément ces deux zigotos semble plus que doués pour faire jouir le autres. Ma femme jouit et se laisse aller vers moi. Elle a bien vue que je me faisais masturber par un autre. Elle me demande ce que je dirai si elle se faisait aussi enculer par un des deux. Comme je sais qu'elle adore se faire mettre par devant et par derrière, de mréférence ensemble, je n'y vois aucun inconvénient. Elle murmure que si je veux baiser Nina, je n'ai pas à me gêner. Je suis pour dès le début: je n'attends qu'un signe de Nina qui ne tarde pas heureusement. 
Ma femme est déjà avec une bite au con et l'autre au cul. Elle va jouir plusieurs fois, comme à chaque fois. Nina m'attire vers elle en me tendant les lèvres pour un baiser. Nos langues n'en finissent plus de sa battre. Je mets directement ma main sur son sexe sans passer par un pelotage en règle: pas d'importance pour elle seul compte les plaisirs de son entrejambe. Je cherche je ne sais quoi dans sa moule, je sais que je vais finir par lui caresser le clitoris qui ressort un peu de ses lèvres. J'y passe des doigts pour voir qu'il est réellement très développé. Je ne le branle pas comme tel, je le masturbe comme une petite bite. Elle ferme les yeux, les ouvre un instant pour regarder si je bande bien. Elle prend juste le bout de ma queue la serre fort entre ses doigts et m'oublie. Quand elle jouit, elle se couche enfin: elle m'entraîne avec elle. Je suis entre ses jambes pas encore ouvertes. Elles les écarte lentement comme pour m'exciter d'avantage: c'est gagné. Je bande plus fort, alors elle prend ma bite, la dirige vers son con. J'y rentre: il y fait si chaud que je crois être dans un four. Elle me tiens les fesses pour que je suive son rythme et pas le mien. Petit à petit elle arrive à poser deux doigts juste à l'entrée de mon anus. Elle ne me demandait rien, sauf après m'avoir prévenu: je vais de rentrer mes doigts. Elle le faisait avec une telle douceur qu'elle me faisait bander plus fort. J'arrivait à jouir à peu près en même temps qu'elle. J'entendais à coté de moi les gémissements de la jouissance de ma femme.
Nina après nos jouissances nous montrait les bites toujours bien bandées de ses "aides". Dans un langue que je ne comprenais pas sans doute une langue africaine. Les deux s'approchaient de ma femme et de moi: le premier venait enculer ma femme, devant moi et le second me couchait sur le ventre et avec beaucoup de douceur me sodomisait. Je sentais une drôle d'impression dans mon cul: ce n'était pas désagréable du tout; Je tendais une main vers ma femme qui la prenait pendant que tous les deux nous étions enculés. Devant nous Nina avait pris un godemiché énorme pour se le mettre au cul. Je ne pensais pas qu'un cul puisse absorber un tel diamètre. Ma femme gémissait et jouissait plusieurs fois consécutives. Je me laissais faire avec cette queue dans mon anus, quand brusquement, comme ma femme je jouissais aussi. C'était mon premier orgasme provoqué par une bite étrangère. 
Nina nous regardait avec des yeux brillants. Pour elle la nuit n'était pas terminée. C'était au tour de la femme de lui cirer la moule. Comme quand elle avait rendu le premier baiser j'étais étonné de la voir poser sa bouche sur le sexe d'une autre. Je la voyais le nez perdu parmi les poils pubiens. Je voyais qu'elle caressait les seins de cette amante d'un jour. Je voyais les mains de Nina la guider sur son con. 
Mon épouse était les fesses en l'air. J'allais venir lui mettre ma pine dans le cul, quand Nina ordonnait à un de ses esclaves sexuels de venir sauter encore une fois sur le trou libre. Il venait, lui mouillait bien l'anus avant de lui planter sa queue dans l'anus. Ma femme gémissait encore plus Je n'en pouvait plus. Je prenais une décision anormale pur moi: à mon tour je plongeais ma queue dans le cul de celui qui enculait ma femme. J'avais l'impression de l'enculer à travers ce corps de jeune homme. Nous avons joui ensemble. Ma femme était aussi étonnée que moi de m'avoir vu enculer un homme.
Nina appelait le second noir vers elle: il devait lui mettre un gode dans le con et l'autre dans le cul. Sa queue aussi devait servir: dans la bouche. Avec ma femme et le premier, celui que je venais d'enculer, nous les regardions. Ma femme nous prenait les deux queues et nous branlait: c'est la championne de la masturbation. Elle sait faire durer un branlette plusieurs minutes sans faire jouir. Je lui mettait ma main sur son sexe, lui prenait le clitoris. L'autre lui mettait une main au cul et lui branlait l'anus. Elle jouissait toujours. Celui qui l'avait déjà enculait jouissait aussi. Je restais seul en piste. Elle me faisait mettre sur le dos, prenait ma queue, la mettait dans la bouche et me suçait. J'avais entre mes lèvres son clitoris que je léchais largement. Nous jouissions encore. 
Je me mettais sur le coté, m'endormais.
A mon réveil je voyais ma femme à la prise avec Nina et un des serviteurs. Elles faisaient un 69 et l'homme lui mettait encore la bite au cul. Je bandais à nouveau. Je n'allais quand même pas enculer cet homme une autre fois. Je venais donner ma queue à Nina qui ouvrait sa bouche, me léchais tout d'abord avant de me prendre totalement en bouche: j'étais contre sa glotte. Elle tétait plus que suçait. J'avais, malgré ma fatigue un plaisir énorme. Pourtant je ne jouissais pas très vite. Je subissais le contre coup des précédentes baises. Enfin ma femme jouissait, Nina également: j'étais le dernier avec celui qui enculait ma femme. Nous avons joui ensemble. Nina gardait mon sperme dans la bouche pour le déguster
Ma femme voulait rentrer à la maison. Je désirais la même chose. Nina déçue de nous voir partir nous donnait en cadeau une de ses sculptures: une femme avec un homme devant et un autre derrière. Une façon de nous rappeler nos dépravations de la nuit.
En rentrant nous échangions nos impressions sur la nuit: elle avait bien sucé une autre fille, je mettais fait enculer et en avait joui, j'avais enculé un homme et en avait joui. Nous étions étonnés tous deux de nos baises particulières. Ma femme me disait enfin qu'elle avait pris rendez vous pour nous deux avec Nina, pour une autre baise. Nous avions presque trop joui. Nous en voulions encore, avec plus de perversité si c'était possible.

J'aime 2
16-05-2016 0 4019

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par baiserjouir

Settings