Logo Mes Fantasmes - Récits érotiques
CE SITE CONTIENT DU CONTENUE RESERVE AUX ADULTES! VOUS DEVEZ AVOIR PLUS DE 18 ANS POUR LE VISITER

Coquine et son cocu

Récit érotique lu 373 fois

J'avais déjà vécu un certain nombre de trios dans le passé avec Lucie, ma ravissante épouse, environ quatre ou cinq. Ils m'avaient toujours excité, j'étais toujours devenu plus dur, et plus performant qu'à tout autre moment où nous avions des relations sexuelles ensemble. Je n'ai jamais beaucoup analysé à l'époque, pourquoi cela m'excitait autant. Je savais juste que ça allait être l'une des nuits de sexe les plus intense que j'allais probablement apprécier.

A part une fois où Lucie semblait s'intéresser uniquement au gars avec qui nous étions et ou je me sentais vraiment comme une étranger, ce qui n’était pas particulièrement agréable, même si c'était l'exception.

Mais rien ne s'était passé depuis un certain temps, peut-être trois ans.

Même si je me doutais que Lucie avait eu des relations, quand j'étais en déplacement. Là, c'était donc hors de l'ordinaire quand Lucie s'est mise à discuter avec un mec rencontré lors de nos vacances dans le sud de la France.

Lui, Dave, beau gosse, et Jessy, sa copine, une blonde avec un corps à mourir, logeaient dans le même hôtel que nous.

L'endroit n'avait rien de spécial, juste de simple bungalows, réunies autour d'une piscine. Chacun était isolée du bassin, par d’abondantes plantes vertes, ce qui donnait à la piscine une atmosphère assez privée.


J'ai remarqué l’attention que Dave avait envers Lucie, tout au long de l'après-midi. Il semblait que chaque fois qu'elle avait envie de se rafraîchir dans la piscine, lui aussi. Chaque fois qu'elle allait au bar pour une autre tournée de boissons, il était là pour l'aider à les porter. Lucie répondait au avances de Dave, bien sûr. J’ai eu à plusieurs reprises, l’occasion de surprendre Dave mettre sa main dans le haut du maillot de bain une pièce, soulever ses seins pour qu'ils forment un décolleté plus visible.


Après que Lucie et Dave se soient affrontés pour faire quelques tours de piscine ensemble, je les ai regardés se tenir contre la paroi, parlant à voix basse. Caché derrière un magasine, je m'assurais de ne jamais les perdre de vue. Je ressentis un curieux sentiment d'excitation, alors que je les surveillais discrètement.

Dave était face au mur, ses mains sur les margelles, et Lucie se tenait juste à côté de lui, ses seins se pressant sensiblement contre son bras. Son visage était maintenant plus proche du sien, lui chuchotant à l'oreille. Je ne pouvais deviner ce qu'elle disait mais je n'avais aucun doute que c'était quelque chose de sexuel. Elle avait ce regard sur son visage que j'avais vu si souvent quand elle était excitée par un homme.

C'était une sensation tellement étrange, presque comme si c'était moi qui étais l'intrus, le transgresseur, pour avoir regardé secrètement l'épisode illicite se dérouler devant moi.

Certes, c'était Lucie qui faisait tous les mouvements, sa bouche léchant presque son oreille, debout avec son corps contre le sien. Je pouvais l'imaginer presser sa chatte contre sa cuisse sous l'eau. Bien sûr, Dave ne protestait pas. Qui le ferait, avec une femme survoltée se frottant contre vous dans un décor tropical érotique et une bonne dose d'alcool ? Même avec le mari à quelques mètres seulement, simulant un léger sommeil, ce serait une tentation savoureuse pour n'importe quel homme.

C'est à ce moment-là que j'ai entendu les chaussures compensées de Jessy taper sur le carrelage. Lucie s'est jetée en arrière et partit dans

une langoureuse nage sur le dos. Jessy a appelé Dave et a dit qu'ils devraient se préparer pour le dîner.

Une fois que le couple fut parti, j'ai enlevé le magazine de mon visage. Lucie était assise de l'autre côté de la piscine, juste en face et n’arrêtait pas de me regarder. Je n'eus aucune difficulté à savoir ce qu’elle pensait, je pouvais tout simplement le déchiffrer grâce au regard qu'elle m'avait lancé à ce moment-là. Cela semblait être un mélange de regret, de défi.

Quoi qu'il en soit, j'avais faim et j'ai dit à Lucie que j'allais prendre une douche et m'habiller pour le dîner.


La salle à manger était remplie principalement de couples, quelques familles, chacun ayant sa propre table. Nous avons mangé un délicieux repas et discuté amoureusement. Je me souviens que Lucie avait commandé des huîtres pour accompagner le champagne. J'ai, bien sûr, abordé le sujet des huîtres prétendument aphrodisiaques. C'est à ce moment-là que j'ai remarqué que Lucie jetait de brefs regards en direction de la table de Dave et Jessy.

Après que nous ayons fini le champagne et le dessert, Lucie, ivre, a repoussé son assiette.

Je suppose qu'elle avait déjà remarqué que le serveur s'approchait de notre table pour ramasser les couverts. Pendant tout le temps qu'il débarrassait, Lucie le regardait, les jambes légèrement écartées.

Au moment où il le serveur a commencé à s'éloigner, elle l’interpela.


-Tu sais que je ne porte pas de sous-vêtements.

-Mais enfin, ma chérie, dis-je, un peu de tenue.

-Oh ça va...je voulais lui proposer de lui tailler une pipe en guise de pourboire.

-Ça suffit...partons…


Mais à quoi jouait-elle, voulait-elle attirer mon attention, ou celle plus probable, de Dave.

Sur le chemin du retour, Lucie se blottit contre moi, peut être pour se faire pardonner de ce qui c’était passé au restaurant.

A ce stade, j'attendais avec impatience une nuit d'abandon sexuel avec ma femme qui semblait maintenant prête à me tailler une pipe, à me lécher les couilles. La courte marche pour retourner à notre bungalow semblait être douloureusement longue cette nuit-là. Ma main glissait de haut en bas dans le dos de la robe en satin, mes doigts confirmant joyeusement la déclaration précédente concernant son manque de sous-vêtements. Je ne voulais pas vraiment m'arrêter là, mais à un moment donné, Lucie m'a retourné pour me faire face et a attiré mon visage vers ses seins. D'une main, elle a tiré le haut de sa robe vers le bas et sur le côté jusqu'à ce qu'un sein soit complètement exposé. Elle a porté le mamelon à ma bouche et a haleté quand je l'ai roulé entre mes lèvres.

Au même moment, elle releva sa robe, et sentis sa main prendre la mienne, la guider entre ses jambes.


-S’il te plaît...branles moi, là...droite contre le mur.

-Mais ma chérie, nous sommes presque arrivé.

-Je t’en prie...branles moi la chatte...touches comme elle est mouillée.

-C’est vraiment ça que tu veux.

-Oh oui...je veux sentir la puissance de tes doigts dans mon ventre.


C’était la première fois, que je voyais mon épouse dans un tel état.

Inexorablement, elle emmenait ma main exactement à l’endroit désiré.

Elle enfonça elle même mes doigts dans l’antre chaud de sa chatte, commença à bouger. J’avais l’impression que mes doigts épongeait l’abondante mouille.

Même dans la pénombre, je pouvais deviner chaque détail…l’humidité accrue sur mes doigts, alors qu'ils s'enfonçaient plus profondément dans sa fente, le clitoris s'agrandissant alors qu'il répondait aux caresses de mon pouce, glissant dessus et autour. Je pouvais entendre les doux bruits sourds de l'humidité croissante qui suintait d'elle.

Soudain, la respiration s’accéléra, les cris s’échappèrent de sa bouche. Puis l’orgasme, d’une violence inouï, à la faire vaciller sur ses jambes.

L'intensité de l'orgasme de Lucie m'a presque effrayé, c'était comme si elle avait une crise. Tout son corps s’était mis à vibrer de manière incontrôlable. Je l'ai soutenue pendant que l'orgasme traversaient tout son corps, le faisant onduler et frissonner pendant de longues minutes.

Finalement, Lucie s’est calmée. J'ai baissé sa robe, l'ai lissée et proposé de rentrer au bungalow. Pour me remercier de ce câlin improvisé, elle se pendit à mon cou, me donna un tendre baiser.

La respiration de Lucie était un peu plus lourde que la normale mais à part ça, elle a retrouvé son calme rapidement. Après cinq ans de mariage, j'apprenais encore des choses sur cette femme extraordinaire. Alors que nous partions, j'ai remarqué une zone d'humidité étonnamment importante sur le béton où nous nous trouvions. Je l'ai signalé à Lucie qui a éclaté de rire, me rendant responsable.

Bien sûr, j'ai reçu une gifle amicale sur l'épaule et un reproche que j'allais sûrement aller en enfer pour l’avoir branlée comme ça, sans se sourciller si quelqu’un pouvait nous surprendre. Mais compte tenu de ce qui s'est passé plus tard dans la nuit, j'ai pensé que c'était ma femme qui avait le plus urgent besoin de rachat…

Au moment où nous sommes retournés à notre bungalow, il était bien plus de onze heures. La combinaison d'un dîner alcoolisé et du désir de Lucie d'une longue masturbation sur le chemin du retour, nous avait emmenés dans la partie la plus calme de la soirée. Nous pouvions entendre le groupe local jouer des rythmes relativement calme, dans le bar mais je n'avais pas l'intention de danser ce soir. A moins que ce ne soit du genre horizontal. Avoir doigté la chatte de Lucie effrontément sur le chemin du retour du restaurant, m'avait réveillé à un niveau assez douloureux. Bien sûr, j'étais plus qu'heureux de savoir qu'elle avait pris autant de plaisir, mais je n'étais pas si altruiste que je n'attendais pas quelque chose pour moi aussi. Aussitôt arrivés dans notre chambre, mes mains se sont tendues vers Lucie. Mes doigts effleurèrent le dos soyeux de sa robe, qui glissa au sol. C’est entièrement nue qu'elle se dirigea vers la salle de bain.


-Je n’en est que pour une minute, me dit-elle.

-OK, je me sers un verre. Je suppose que tu n’en veux pas..


Je me suis versé une vodka prise dans le mini-bar et j'ai regardé le liquide tourner dans le verre avant de tout avaler et de profiter de la combustion lente alors qu'il pénétrait dans ma poitrine. La scène obscène de Lucie sur la voie semi-publique plus tôt, avaient rendu ma queue bien raide, plus que je ne l'avais été depuis des semaines et je pensais que ce serait vraiment dommage de le gaspiller. Dommage pour Lucie, bien sûr.

Alors que je me préparais à me précipiter dans la salle de bain et à la traîner dans la chambre, à la jeter sur le lit et m’occuper sérieusement d’elle, la porte s'est ouverte. Je ne sais pas quelle émotion me traversa le plus à ce moment-là. L’incrédulité, la déception, le sentiment d'injustice, la frustration.

Lucie est sortie de la salle de bain vêtue de son maillot de bain une pièce, et ajustant l'une des bretelles comme si elle se préparait pour quelques longueurs de piscine. Non, ça ne pouvait pas être, elle savait sûrement à quoi je m'attendais. Mais elle ne m'a même pas regardé, s'est juste dirigée directement vers le miroir sur le mur et s'est regardée. Je pouvais sentir la colère monter en moi alors que j'enregistrais son manque d'intérêt.


Lucie regarda sa montre. Je ne pouvais pas le croire ! J'étais là à attendre avec impatience une nuit de sexe, et elle vérifiait l'heure !


-Allez, dit-elle, enfile ton maillot, et allons nous baigner au clair de lune.

-Mais Lucie...que fais-tu?

-Allez mon amour...prends la bouteille et des verres.


Que voulait-elle au juste? Peut-être que j'allais avoir de la chance après tout. On sait que les femmes sont changeantes, qu'elles sont sujettes à des sautes d'humeur sauvages. Je m'étais changé et j'avais attrapé une serviette en un clin d'œil. Peut-être que Lucie voulait une séance d'amour romantique sous la pleine lune. Eh bien, ça me convenait. Tant que je finissais avec ma bite enfouie profondément dans sa chatte brûlante.

Je me dépêchais de descendre les escaliers menant à la piscine lorsque Lucie m'appela d'en haut.


-N'oublie pas de verrouiller la porte.

-Merde...


C’est vrai qu’il y avait eu des vols dans deux bungalows récemment, et je ne voulais pas que nous perdions nos appareils photo ou notre argent.

Il m'a fallu un certain temps pour localiser les clés et je les ai finalement trouvées dans la salle de bain. Lucie les avait laisser là quand elle s'est changée. J’ai vu la bouteille de vodka, ainsi que quelques gobelets.

Au moment où je suis j’arrivais à la piscine, je ne pouvais même pas voir où était Lucie. Il y avait quelques lumières miniatures colorées dans les plantes autour de la piscine et quelques lumières sous-marines mais elles n'ont pas projeté beaucoup de luminosité, et ce n'est que lorsque je l'ai entendue parler, que je l'ai vue à l'extrémité la plus sombre du bassin.

Eh bien, cette soirée se transformait en une série de surprises.

Car il y avait Dave, le gars que nous avions rencontré plus tôt dans la journée, et qui avait été si attentif à Lucie à chaque occasion.

J'aime 5

RATING

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Cliquez ici pour vous connecter ou pour créer un compte

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

 

Récits / Histoires érotiques du même auteur