Maman infidèle

Récit érotique écrit par mazaudier le 25-07-2021
Récit érotique lu 27991 fois
Catégorie Infidélité

A l’approche de la quarantaine, Katy, ma ravissante maman, et Conrad, mon père, sont toujours aussi amoureux, et ce après dix ans de mariage. Mon père, ingénieur dans une société pétrolière, est en déplacement à l’étranger.

Je pensais faire quelques chose de spécial pour maman, à l’occasion de la fête des mères. Je voulais lui faire une surprise, en l’invitant au restaurant.

Je sais qu’elle préfère manger seule pendant sa pause, alors je pensais qu'elle apprécierait la surprise de son fils.


Alors que j’attendais discrètement, sur le parking de son bureau, je l’ai vu par hasard, quitter l'immeuble avec son patron. Les voir marcher ensemble vers sa voiture, était un spectacle qui attirerait l'attention de n'importe qui. Pensez, une superbe femme blanche, accompagnée d’un élégant et très séduisant homme noir. Il y a de quoi faire tourner des têtes.

Ma mère était particulièrement belle aujourd'hui. Son maquillage était parfait, et elle portait une tenue plus classe que d'habitude, comme si elle avait un rendez-vous important. Physiquement, elle était très belle, pour son âge.

Même s'il était son patron, je ne comprenais pas à pourquoi ils sortiraient ensemble. C'était juste trop étrange. Il n'y avait aucune raison qu’ils soient

« ensemble». Pourraient-ils l’être? Il n’y a qu'un moyen d'en être sûr.


Je les ai suivies alors qu'elles montaient dans sa voiture et sortaient du parking. Des pensées de suspicions tourbillonnaient dans mon esprit pendant que je conduisais. Étaient-ils juste amis ? Si oui, très bien, peu importe. Tromperait-elle mon père avec lui ? L'idée que ma mère ait une liaison avec un autre homme, me nouait l'estomac.

J'ai eu environ cinq bonnes minutes pour réfléchir à tout cela, avant qu'ils ne se garent dans l'allée d'une superbe villa. Je me suis immédiatement senti malade en me garant contre le trottoir d’en face. La villa était cossu, ajourée par de grande baies vitrées.

Ils sont sortis de la voiture, grimpés les marches de la terrasse, et sont rentrés. J’ai vu les mains du patron de ma mère, lui pincer les fesses.

Les idées les plus affreuses circulaient dans ma tête.

Comment a-t-elle pu faire ça à notre famille ? Comment a-t-elle pu prendre le risque pour des relations sexuelles avec ce black, qui j'en suis sûr, s'en foutait pas mal d’elle. Pourtant, le visage restait sérieux, contrairement au sien, qui avait l’aire très enthousiaste. C’est comme si elle ne voulait pas, mais qu’elle le devait. J'ai eu envie de sauter et d'arrêter tout ça, mais je ne pouvais pas me résoudre à le faire pour une raison quelconque. Au lieu de partir, j'ai décidé de rester.

Alors qu'ils entraient dans la villa, et fermaient la porte, je sortis de ma voiture, et me précipitais sur la terrasse. Je ne connaissais pas l’endroit, mais espérais les surprendre. Je le vit lui, debout, au milieu de la chambre.

Un bref sentiment de soulagement m'envahit alors que je pensais qu'elle avait peut-être changé d'avis à propos de tout cela. Peut-être que c'était censé être leur première fois, et qu'elle avait des doutes ?

Mais cela ne semblait pas le cas, quand elle fit irruption dans la chambre.

Ils se déshabillèrent, et se dirigèrent lentement vers le lit.

Ma mère, si pudique, se présentait, entièrement nue face à un quasi inconnu.

Je me suis penché d’avantage, pour mieux les espionner. Je pensais que j’allais assisté au pire moment de ma vie.

Pourtant, le visage de ma mère restait très sérieux, alors que lui, semblait plus enthousiaste. C'était presque comme si elle ne voulait pas se donner, mais qu'elle devait le faire.

J’avais envie de partir, mais je ne pouvais pas me résoudre à le faire. Au lieu de ça, je décidais de rester pour avoir la preuve, que ma mère trompait bien mon père.

J'ai vu ma mère, entièrement nu, allongée sur le lit. Lui, totalement nu aussi, face au miroir, semblait être se caresser la queue.

Il s’est approchait du lit, la bite en érection. Elle était énorme.

Maman s’appuya sur un coude, et, de l’autre main, la saisit, et la prit en bouche. Lentement, il lui écarta les jambes, et se mit à lui caresser la chatte. J’ai vu son doigt tournait sue son clitoris sorti de son capuchon.

J'ai toujours été excité à la vue des poils pubiens d'une femme, mais les siens étaient inexistant. Elle était totalement épilée.

Ma mère fixait son amant dans les yeux, et lui dit « finissons en.»

Il lui a murmuré quelque chose à l’oreille, auquel elle a répondu, puis s'est ouverte pour lui, alors qu’il guidait son calibre vers sa chatte. Il lui a fallu quelques secondes pour mettre son gland à l'intérieur avant de la pénétrer.

Maman eu un sursaut en sentant cette énorme queue entrer en elle.

Peut-être était-ce censé être leur première relation, et qu'elle avait des doutes ?

Je pouvais l’entendre haletait à chaque poussée. Il plaça ses mains autour de sa taille et commença vraiment à s'enfoncer. Il était évident que cette bite n'avait rien à faire en elle. Je m’en aperçus en entendant ses gémissements de douleurs. Il la regardait comme si elle n'était qu'un objet pour lui, se moquant des rictus de douleur qui marquaient son visage. Ma mère, en revanche, avait un autre regard.

Il a commencé à aller de plus en plus vite, enfonçant sa bite plus loin, la poussant à fond. J'ai été étonné de voir à quel point cette bite géante pouvait être enfoncée si profondément dans le corps menu de ma mère. Je pouvais la voir serrer ses mâchoires à cause de la douleur et fermer les yeux, faisant apparaître toutes les rides de son visage. Il a commencé à aller plus fort au point qu'elle ma mère ne pouvait plus tenir la cadence, et dût enfouir son visage en larmes, dans les draps.


Je pouvais à peine supporter de voir cela arriver à ma mère. Pourtant, en même temps, je devenais incroyablement excité aussi. Le tabou était incroyable. Le sexe interracial,était quelque chose sur lequel j'ai toujours fantasmé, sans parler du fait que c'était la première fois que je voyais ma mère dans un cadre sexuel. J'ai débattu de l'opportunité de continuer à regarder, mais je n'ai pas eu à prendre cette décision car quelqu'un montait les escaliers, j'ai donc dû partir. J'ai marché aussi tranquillement que possible jusqu'à ma voiture.

Mon esprit était dans une frénésie absolue alors que j'attendais dans ma voiture et essayais de penser à quoi faire ensuite. Mais il ne m'a pas fallu longtemps pour prendre ma décision. Aussi horrible que tout cela ait été, j'avais une envie irrésistible de continuer à regarder ma mère se faire baiser par ce black à la bite monstrueuse. Alors je suis sorti de la voiture et je suis retourné vers leur chambre aussi silencieusement que possible.


Quand j’arrivais, il était en train de la prendre en levrette. Désormais, c’est de plaisir que ma mère gémissait. Elle a eue un orgasme terrible, puis tomba, les bras en croix sur le lit. Son patron se dirigea à la salle de bains.

Ma mère était toujours nue sur le lit, et son patron revint de la salle de bains. Sa queue était flasque maintenant, mais était toujours énorme alors qu’elle balançait entre ses jambes.

Il s'est approché de ma mère, a jeté un mouchoir sur le lit et s'est habillé.

Ma mère s’est assise face à moi et a utilisé le mouchoir pour essuyer le sperme qui coulait de sa chatte. Le mouchoir ne semblait pas être suffisant grand, pour tout le sperme qui s'échappait de l'intérieur de son corps. Elle se leva, et alla jusqu'à la salle de bain, tout en tenant, le mouchoir entre ses jambes. Il a souri et ri en lui giflant les fesses pendant qu’elle se dirigeait vers la salle de bains. Elle a ignoré le geste.


-Embrasse ton mari, et ton fils, dit-il ironiquement.

-Très drôle, lui répondit-elle en claquant le porte.


Je suis retourné à ma voiture et ai attendu qu'ils sortent. Il sortit de la villa, souriant et satisfait. Ma mère, en revanche, avait l’air abattue.

J'étais dans un état de confusion totale. Pourquoi faisait-elle ça ? Et si papa l'apprenait ? Dois-je essayer de lui parler ? J'aimais trop ma famille pour que quelque chose comme ça nous sépare.

Alors que j'étais assis dans ma chambre à essayer de gérer toute cette situation, j'ai entendu la porte du garage s'ouvrir. En ce début d'après-midi, et compte tenu des événements de la journée, Je pensais que ce devait être ma mère qui rentrait tôt à la maison. Je descendis les escaliers quatre à quatre pour aller la voir.

-Salut maman, dis-je aussi négligemment que possible. ,

-Hé... mon chérie, je ne m'attendais pas à te voir ici à cette heure. Tu n'as pas cours à cette heure ci? répondit-elle en se dirigeant vers la cuisine. J'ai remarqué qu'elle marchait anormalement, comme si elle avait mal.

-Je n'ai pas cours l'après-midi les mardis et jeudis après-midi. Et toi, pourquoi rentres-tu si tôt ? Ai-je demandé, connaissant déjà la réponse.

-J'ai ressenti des douleurs à l’estomac, quelque chose que j'ai mangé sans doute. Mon patron a remarqué que je n'étais pas en forme, et m'a laissé prendre le reste de la journée.

-Oh, j'espère que tu te sens mieux. Je suis passé à ton travail avant l'heure du déjeuner pour t’inviter au restaurant, mais tu n'étais pas là," répondis-je.

Elle s'est ensuite retournée et a ouvert le réfrigérateur pour se servir un verre de jus de fruits.


-Eh bien merci, et désolée de t’avoir manqué. Je suis sortie manger avec quelques amis du travail. C'était juste entre femmes.. Mais j'apprécie.

Pour autant que je sache, c'était la première fois que ma mère me mentait sur quoi que ce soit. Elle avait toujours prêché l'honnêteté et la moralité toute sa vie, et là, elle mentait à propos d'une liaison.

Elle termina rapidement son verre et se dirigea vers les escaliers où je me tenais et me pinça la joue d'un air espiègle.


-C'était vraiment gentil de ta part de faire ça pour moi. C'est toujours un bon sentiment d'être apprécié par ici. De toute façon, j'ai besoin une douche et une sieste rapide. Je te verrai avant l'heure du dîner, a-t-elle dit.

La voir de près comme ça m'a encore énervé. Ses cheveux habituellement soignés étaient en désordre, ses yeux semblaient avoir pleurés. Elle avait l’air d’avoir transpiré. Mais ce que j'ai trouvé le plus excitant, c'est une légère odeur de sperme qui s’évaporait de son corps, alors qu'elle passait près de moi. Je suis sur que cet espèce de black, a dû vraiment la remplir, pour qu'elle en ait encore l’odeur. Et à voir la taille de sa queue, et la grosseur de ses couilles, je suis sûr qu'il y a encore beaucoup en elle.

Je suis retourné dans ma chambre et j'ai fermé la porte. À ce stade, j'étais extrêmement excité et j'étais dur comme un roc en pensant à ce qui venait de se passer, et à ce que j'avais vu plus tôt dans la journée. Pourrais-je vraiment le faire ? Pourrais-je vraiment me faire plaisir en pensant à ma propre mère ? Une partie de moi voulait juste prendre une douche froide et prétendre que tout cela ne s'était jamais produit. L'autre partie m’a dit de prendre soin de mes envies sexuelle.

C'est à ce moment-là que je l'ai fait. Je me suis allongé sur mon lit et j'ai sorti ma bite, commencé à me branler en pensant à ma mère. J'ai pensé à cette salope infidèle, qui elle allait dans la villa de son amant noir, et servir d’objet sexuel. J'ai pensé à la taille de la bite de ce mec et à combien il a dû lutter pour rentrer dans sa petite chatte et la baiser de l'intérieur. J'ai pensé à son visage quand il la baisait. Il y a deux heures, l'expression de douleur qu'elle avait sur son visage alors qu'elle serrait les dents et fermait les yeux.

C'était une vision qui me rendait fou.

J'ai entendu la douche commencer à couler dans sa salle de bain et j'ai commencé à fantasmer sur son corps pour la première fois de toute ma vie.

J'étais proche de jouir. Ce qui m'a envoyé au bord de l'orgasme massif, c'était de penser qu'elle était penchée sur le lit, pendant que son patron l'empalait avec sa bite géante la faisant pleurer de douleur.

Je me suis allongé sur le lit pendant quelques minutes, avec du sperme sur tout le ventre en pensant à ce que je venais de faire. Pour la première fois de ma vie, j'avais fantasmé en pensant à ma propre mère. La femme qui m'a mis au monde, qui m’a allaité, la femme que j'aimais plus que tout au monde. Un sentiment de honte m'envahit alors que je réalisais ce à quoi je venais de penser. Mais je savais que ce ne serait pas la fin. Ce que j'ai vu aujourd'hui était simplement trop érotique pour arrêter de fantasmer.

En même temps, pour le bien de notre famille, je devais faire en sorte que cette affaire se termine. J'ai décidé d'aller voir son patron au plus vite et de le convaincre d'en finir car je n'avais pas le cœur d'en parler à ma mère. Je savais où se trouvait son bureau depuis que maman me l’a présenté à moi, et à papa, lors d'une visite de son lieu de travail. Ce jour là, elle nous avait présenté Fred, son patron.

J'ai passé le reste de la journée à trouver comment l'aborder à propos de toute cette épreuve, et comment lui dire d’arrêter de jouer avec ma mère. Mais en attendant, avant d'aller me coucher ce soir-là, je n'ai pu m'empêcher de me branler une seconde fois, en pensant à elle une fois de plus.

Je me suis réveillé le lendemain matin pour découvrir que ma mère restait à la maison pour la journée. Elle a dit qu'elle se sentait encore un peu malade depuis hier, et qu'elle avait besoin de repos supplémentaire. C'était l'occasion parfaite d'aller voir son patron et de découvrir ce qu'il y avait derrière tout ça, et d'y mettre fin. Alors au lieu d'aller en classe, je me suis dirigé directement vers son travail.

Je n'ai pas eu de mal à trouver son bureau une fois sur place. Et plus m'approchais, plus je devenais nerveux. Je n'avais aucune idée de comment tout cela allait se dérouler, et c'était la partie la plus effrayante. Mais, pour le bien ce nôtre famille, je devais le faire.

Il m'a fait entrer dès que j'ai frappé à la porte.

-Hé là, je me souviens de toi, dit-il d'une manière amicale en me serrant la main. Alors qu'est-ce qui t’amène ici aujourd'hui ?

-Merci de m’accorder un peu votre temps, monsieur. J'irai droit au but, je suis ici pour ma mère.

-Oh, c'est vrai, elle a été malade aujourd'hui. J'espère qu'elle va mieux.

-Ce n'est pas ça, enfin si,en quelque sorte. Écoutez, ce que je veux dire, c'est que je vous ai vu emmener ma mère chez vous, hier, et la baiser. Je suis venu vous demander d'arrêter de la voir..

Je m'attendais au moins à ce qu'il ait l'air surpris, mais il resta là avec un visage impassible et resta silencieux pendant un moment.


-Pourquoi le devrais-je?" Il a demandé.

-Parce que c'est ma mère et qu'elle est mariée. Si mon père l'apprenait un jour, notre famille serait détruite.

-Eh bien, il ne le saura pas, si tu ne dis rien, dit-il. Crois-moi, nous sommes extrêmement prudent. Personne ne le sait, à part toi maintenant.

-Très bien, je vais aller trouver vos supérieurs et leur dire. Et à en juger par ces photos de famille là-bas, je suis sûr que ta femme aussi entendra parler de ça.

-Je doute fortement que les personnes qui dirigent cette société te croiront, puisque ta mère dira simplement ce que je veux qu'elle dise. Et elle n'est vraiment pas en position de dire le contraire à nos petites réunions privées.

Disons simplement que nous avons un accord à ce sujet. Tu vas juste te mettre dans l'embarras, toi et ta mère."

Ce salaud avait raison, je n'avais aucun moyen de l'arrêter à part le dire à ma mère, et je ne voulais pas ruiner notre relation en évoquant ça.


-De quel accord parlez-vous ? Demandais-je.

-Tu vois, la haute direction a ordonné des licenciements. Et puisque votre mère est ici depuis près de quinze ans. Elle reçoit un salaire généreux, ce qui la place en tête de liste des personnes dont je dois me débarrasser, afin de rajeunir nôtre personnel.

-Alors vous l’avais forcée de coucher avec vous en échange de son travail ?

-Appelle ça comme tu veux, mon garçon, mais ce n'est pas si simple à mon avis. Elle a vu la liste des licenciés, et elle savait ce qui l’attendait. Alors elle est venue à mon bureau en pleurant sur le fait qu'elle aime vraiment ce travail. Elle a joué sur le fait, qu’elle ne serait pas en mesure de trouver un emploi équivalent. Hé bien, vous avez l'idée de ce qui se passait à côté.

A ce moment , je me suis retrouvé transpercé sur chacun de ses mots. Je n'étais plus en colère, mais curieux. Il était évident que ce qu'il avait laissé entendre s'était produit, mais j'avais besoin de détails pour mes propres raisons personnelles.

-Dites-moi ce qui s'est passé, lui ai-je demandé.

-Eh bien, si vous voulez vraiment savoir, je suis allé dans son bureau pour la consoler. Elle m’a supplié, s’est levé, m’a m'embrasser, à frotter son bassin contre moi. Elle m'a demandé si cela l'aiderait dans son travail en s’offrant à moi. Je lui ai dit que cela pourrait. Alors elle s'est mise à genoux, a ouvert mon pantalon, et m’a tailler une pipe, comme la petite salope qu'elle est.

L'entendre décrire ce moment de la façon dont il l'a fait, a envoyé un petit frisson dans mon corps. J'ai soudain ressenti la même émotion rare de dégoût total mélangée à un fort sentiment d'excitation sexuelle, comme j’ai ressenti hier en les regardant baiser à la villa.

-Alors pourquoi la voyez vous toujours ? Demandai-je.

-Parce que nous avons convenu qu'elle prendrait soin de moi un peu plus longtemps pour que je ne la licencie pas. Vingt fois de plus, c'est le nombre que je lui ai donné, et elle pensait que c'était juste. Et si elle ne le faisait pas, et aller pleurer à n'importe qui, je ferais en sorte que son mari découvre cette petite pipe qu'elle m'a fait. Si elle en parle à mess supérieurs, alors ce sera sa parole contre la mienne, et je suis beaucoup plus menteur qu'elle ne l'est ...et elle le sait."

Une vague d'émotions m'envahit en entendant cela. Je ne pouvais tout simplement pas croire que ma mère s'abaisserait un jour à ça. Et pire encore, je ne pouvais pas croire que ce type la faisait chanter, pour du sexe. Et il semblait qu'ils n'étaient pas sur le point d'y mettre fin de si tôt puisque son travail était en jeu.

Je me trouvais toujours curieux à propos de tout cela et ressentais les mêmes sentiments intensément érotiques que j'avais ressentis hier.

-Alors, à combien de fois êtes-vous ? J'ai demandé

-Cet après-midi, c'était la première fois. Donc, nous allons certainement nous voir davantage. Mais ne t’inquiètes pas, elle est entre de bonnes mains.

-Et qu'en est-il de la protection ? Je ne peux pas imaginer quelqu'un comme ma mère prendre de tels risques.

-Eh bien, eh bien, dit-il. Tu as jeté un coup d'œil à l'intérieur, n'est-ce pas? Tu n'aurais pas su que nous n'utilisions pas de préservatif autrement. Et si tu devais le savoir, ses trompes sont ligotées, depuis des années. En plus, elle s'est assurée que nous étions tous les deux testés au préalable.

-Je vérifiais juste si elle allait bien, pour m'assurer que vous ne la respectiez.

-Conneries, cria-t-il. Si tu la regardais, t’aurais pu empêcher que tout cela se se produise, au lieu de regarder ta mère se faire baiser. Mais je comprends maintenant. Tu as aimé regarder, n'est-ce pas? Je suis sur que tu as un faible pour ta propre mère, n'est-ce pas ?

Il m'a eu. Je ne savais pas comment répondre parce que c'était vrai, et je ne pouvais pas le nier. Il avait raison à propos de la villa, j'aurais au moins pu essayer de les arrêter mais je ne l'ai pas fait.

-Alors dis-moi..." continua-t-il. Qu'est-ce qui t'a donné envie de nous regarder baiser ? T’aurai aimé être à ma place, ou tu voulais juste voir une grosse bite noire, enfiler la petite chatte de ta maman ?

-Les deux je suppose, avouais-je à contrecœur.

-Bon sang, j'aime ce que j'entends, a-t-il dit. Franchement, je pense que c'est chaud comme l'enfer. J'ai toujours eu un faible pour l'inceste mère et fils en tant que fantasme, mais en fait, avoir un fils qui me regarde baiser sa petite maman sage...quel pied .

-Et maintenant, ai-je demandé.

-Je vais te faire une proposition, si tu veux absolument voir ta mère se faire baiser, je vais l’inviter à passer à la villa. Nous pourrions convenir d’un jour. Tu pourrais l’entendre crier quand elle jouit. Si tu acceptes ça, je pourrais ramener la dette de ta mère à dix séances. Ta famille pourrait reprendre une vie normale.


L'idée de conclure ce genre d'accord avec le patron de ma mère était sans doute erronée, aucun doute là-dessus. Mais en même temps, je n'ai pas pu résister non plus. Surtout de toutes les émotions que j'ai ressenties la veille. J'ai donc accepté sa proposition qui a été scellée par une poignée de main.

Il m'a donné sa carte de visite et m'a dit de lui envoyer un e-mail, et qu'il me répondrait. Et même si j'ai accepté sa demande, j'ai quand même passé le reste de l'après-midi à me demander si je devais le faire ou non.

Mais plus j'y pensais, plus je devenais excité, même si je savais à quel point sa proposition était terrible. Mais à la fin, nous obtiendrions tous ce que nous voulons. Maman garderait le travail qu'elle aime, et n'aurait pas à le voir autant de fois. Il peut toujours la baiser, et plus important encore, je peux les regarder de près.

Je lui ai envoyé un e-mail ce soir-là, alors que j’étais à table avec maman. Je la regardais en souriant, connaissant ses secrets sexuels, que je pourrais revoir bientôt. Je n'ai pas pu m'empêcher de regarder sa bouche pendant qu'elle mangeait. Sachant qu'elle a sucé une énorme bite black, avec ces mêmes lèvres. Plus j'y pensais, moins je me sentais coupable de regarder.

Il ne fallu pas longtemps à Fred pour répondre ce soir-là. Il m’a donnait rendez-vous à onze heures, le lendemain. Le plan était qu'ils fassent l'amour pendant que je me cachais dans le placard et que je regardais à travers une petite ouverture. J'ai eu du mal à penser à cette situation, et plus encore, quand il me dit que maman aussi était prévenu.

Le lendemain, je me suis réveillé très tôt pour voir ma mère avant qu'elle ne parte travailler...et elle ne m'a pas déçu. Ma mère est quelqu'un qui s'habille toujours de manière très professionnelle et prend grand soin d'elle, mais aujourd'hui, elle avait l'air beaucoup plus élégante que d'habitude, encore plus que la dernière fois qu'elle s'est faite baiser. Elle portait un tailleur-pantalon noir assorti avec de fines rayures blanches, un chemisier en soie, et une paire de s escarpins noirs. Elle portait également un peu plus de maquillage que d'habitude, et coiffait ses cheveux plus élégamment que son style ondulé habituel. Avant qu'elle ne parte, je lui ai fait un compliment sur son apparence qui l'a fait rougir d'appréciation. Elle m'a donné le baiser d'adieu habituel et m'a demandé d'être sage.

Mais qui est le plus sage des deux.

Si seulement elle savait…


Je me suis présenté à la villa à onze heures pétante. J'étais nerveux, honteux de ce que je faisais, peur de me faire attraper par ma mère, et peur qu’elle ne soit attrapée par mon père. De toute façon, je devais regarder.

Nous avons longuement parlé de ma mère, avec Fred. Il m'a dit à quel point il la trouvait belle et qu'elle était sa première maîtresse. Il m'a également demandé comment elle était à la maison, et d'autres choses personnelles à son sujet. Il a adoré quand je lui ai dit à que quand elle était seule la nuit, je l’entendais gémir. Elle devait se caresser, me dit-il. Je lui ai dit aussi à quel point elle sentait le sperme le jour où elle est rentrée à la maison après avoir eu des relations sexuelles avec lui. Au fur et à mesure que nôtre discutions devenait plus décontractée, j'ai finalement trouvé le courage de lui poser la question embarrassante sur la taille de son sexe. Il a fièrement répondu.

« Vingt deux centimètres?»


Soudain, vers onze heures trente, il a reçu un SMS de ma mère lui disant qu'elle était arrivée. Il m'a immédiatement caché dans le grand placard, laissant une ouverture suffisamment petite pour que je puisse avoir une vue dégagée sur eux en train de baiser, mais en même temps, sans être vu. J'ai attendu nerveusement à l'intérieur pendant quelques minutes, jusqu'à ce qu'il la fasse enfin entrer dans la pièce depuis le hall.

-Je suis surprise que tu m’aies donné rendez-vous aujourd’hui.

-Comme je l'ai dit dans l'e-mail d'hier soir, je veux que ce soit du spécial. Je sens que nous allons beaucoup nous amuser.

-Finissons-en, nous devons retourner au bureau après, a-t-elle dit.

-Je ne pense pas que tu retourneras au travail après ça. Si tu n'as pas pu revenir la dernière fois, tu ne le feras certainement pas cette fois. Tu sais que les blacks aiment bien baiser la petite chatte des blanches, surtout si elles sont mariées. Maintenant, déshabille-toi…

Elle s'est approchée de la chaise près du lit et j'ai pu la voir pour la première fois. Elle était belle et élégante. J'ai commencé à me dresser alors qu'elle enlevait avec désinvolture sa veste et son pantalon tout en me tournant le dos, et, en femme élégante qu'elle est, les pliait soigneusement rangés.

Puis, d'un mouvement rapide, elle détacha rapidement son soutien-gorge et enleva sa culotte. "Incroyable" était le seul chose qui m'est venue à l'esprit, car ma mère était maintenant entièrement nue. Pour penser, j'ai vécu avec cette femme pendant dix huit ans et je n'ai jamais réalisé sa beauté de cette façon ni même aperçu son corps magnifique.

Il s'est approché d'elle, complètement nu lui aussi,


-C'est dommage que ce corps soit réservé, qu’à un seul homme, pendant toutes ces années, tu es tellement belle, des seins superbes. Ton mari doit aimer caresser tes jolies seins, dit-il, alors qu'il se penchait pour les sucer les bouts.

-Oui... il aime, répondit-elle en gémissant ...moi aussi j’aime...

Après avoir terminé, il se redressa, se regardèrent dans les yeux pendant un moment avant de partager un baiser. Ce n'était pas seulement un simple baiser, mais un baiser passionné où leurs mains étaient partout sur le corps de l'autre. Je pouvais imaginer leurs langues s’activer dans leur bouche. Je ne pouvais pas croire que ma mère l'embrassait comme ça alors que ses mains et étaient partout sur son corps.

Il interrompit soudainement le baiser et utilisa la force pour la pousser à s'asseoir sur le lit. Elle savait ce qu'elle avait à faire, elle savait qu'il voulait qu’elle lui taille une pipe. Elle a immédiatement commencé à frotter sa queue incroyablement grosse, entre ses mains et a commencé à le caresser.

-Maintenant, suces moi petite salope, tu sais ce qui est bon pour toi," dit-il.

Cela me faisait mal de l'entendre dire cela à ma mère. Mais la regarder se préparer à prendre cette bite noire dans sa bouche a soudainement tout changé. Elle la souleva, et le guida vers sa bouche avant d'enrouler étroitement ses lèvres autour de son gland. On aurait dit qu'elle avait du mal à le prendre en entier. Elle a ensuite fermé les yeux d'humiliation, avant de bouger lentement la tête d'avant en arrière. En fait, je pouvais même voir la forme de la queue de Fred, à travers les joues de ma mère, alors qu'elle le suçait.

C'était un spectacle surréaliste de voir qu'elle lui donnait du plaisir. Elle avait l'air d'essayer de faire de son mieux pour lui, alors qu'elle continuait à hocher la tête à un rythme beaucoup plus rapide, tout en maintenant cette prise ferme avec sa bouche. Il s'amusait clairement alors qu'il passait ses mains dans ses cheveux, la regardant comme si elle était son nouveau jouet. Ce qu'elle était de toute évidence.


-Tu aimes tailler des pipes, n'est-ce pas? Dit-il. Qui aurait pu penser ça?

-Je ne le fais jamais à mon mari, mais si cela peut sauver ma carrière, qu'il en soit ainsi.

-C'est ce que j'aime entendre. Retournes- toi, mets-toi à quatre pattes.


Il attrapa son bras et la tira entre ses jambes, pour qu'elle lui suce à nouveau la bite. Je me sentais mal pour elle, sachant à quel point elle avait dû se sentir dégoûtée et dégradée à ce moment-là. Mais en même temps, j'étais tellement excitée par ce que je voyais que je ne pouvais intervenir.

J'ai continué à regarder avec émerveillement ma mère secouer la tête plusieurs fois avant de la sortir de sa bouche pour lécher le reste du sperme de sa hampe géante.

-Heureux maintenant? dit-elle avec sarcasme.

-Bien sûr que je le suis. J'ai eu ce que je voulais, n'est-ce pas ?


Ma mère leva les yeux au ciel à son commentaire alors qu'elle se levait pour aller aux toilettes. Elle est passée juste devant moi sans savoir que son fils venait d'être témoin de tout cet événement. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser à quel point elle avait l'air terrible, par rapport à quand elle est entrée pour la première fois. Ses cheveux auparavant soignés étaient en désordre, et son visage autrefois élégant était maintenant couvert de maquillage barbouillé et de sueur. Elle avait des traces de sperme tout autour de sa bouche et de sa chatte.

Ma mère s’attarda dans la salle de bain, avant de sortir pour s'habiller. Lorsqu'elle est revenue dans la pièce, il s'est levé et a tendu la main pour attraper sa culotte, puis s'est allongé sur le lit alors qu'il était encore nu.


-Je garde ça en souvenir, dit-il en faisant tourner sa culotte entre ses doigts.

-Peu importe, assure-toi juste que ta femme ne le trouve pas.


Elle avait l'air bouleversée, alors qu'elle mettait son soutien-gorge, mais ne dit rien. Il est sorti du lit, l'a serrée dans ses bras alors qu'elle était encore en train de s'habiller.


-Embrasse ton mari et ton fils pour moi quand tu rentreras à la maison.

-Très drôle," dit-elle alors qu'elle sortait rapidement de la pièce.

Il s'est approché de moi et a ouvert la porte du placard après qu'elle soit partie.

-Je vois que tu as apprécié le spectacle," dit-il, regardant la grosse tache de sperme que j'avais laissée.

-Je l'ai fait, lui dis-je alors que je m'approchais pour m'asseoir sur le canapé. Mais beaucoup de ces trucs étaient exagérés. Je ne m'attendais pas à ce qu'il lui arrive quelque chose d'aussi dégradant.

-Détends-toi gamin. Bon sang, tu l'as vue quand elle a joui. Elle a adoré chaque seconde, peu importe ce que tu pourrais penser. Comme je l'ai dit hier, j’obtiens tous ce que je veux depuis cet accord.

Il a jeté la culotte de ma mère sur moi. « Tiens, prends ça en souvenir »


















































J'aime 26
25-07-2021 0 27991

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par mazaudier

Settings