Brésil, la grande île (2)

Récit érotique écrit par Kewine le 19-02-2022
Récit érotique lu 238 fois
Catégorie Couple

J’arrose son dos, puis lui fait couler de l’eau sur les cheveux. Elle apprécie car il fait bien chaud. J’arrose ses seins qui effleurent quasiment l’eau, la marée commençant à remonter. Je continue de la pénétrer en levrette dans ce paradis d’eau calme et peu profonde, caché entre les rochers.


D’un coup elle a une réaction de surprise.

Qu’est-ce qu’il y a ma chérie ?

Il y a des poissons qui me chatouillent les pieds.


Jusqu’alors concentré sur le plaisir que je lui donne, mais aussi sur ce que je ressens de mon sexe, je sens moi aussi ces poissons glisser sur mes pieds, et contre mes genoux.

Ce n’est pas désagréable n’est ce pas ?

Oui c’est vrai que dans l’eau, avec toi qui m’arrose le dos, les fesses, la tête et les seins, plus les poissons, ça donne des sensations nouvelles.

Si ça te fais du bien c’est ce que je souhaite le plus.

Oui tu m’en fais aussi du bien avec ton sexe…

moi aussi, je m’en délecte…la vue est imprenable…

mais tu me prends ! Continue !

Je ne comptais pas m’arrêter en si bon chemin ma chère…j’adore ce chemin chaud et humide, comme ceux que nous avons fait à pied …

oui fais moi prendre mon pied…

alors accroches toi…

en me rapprochant d’elle je lui embrasse le cou et je lui presse les seins. Je me redresse et la pénètre vigoureusement. Mon bassin claque contre ses fesses. Ma bite en durcit encore, elle en gémit. Je ralentis et glisse un pouce en haut de la raie de ses fesses et descend vers son œillet. Je le laisse appuyer légèrement dessus. Là elle se contorsionne sur mon sexe et appuie de son œillet sur mon pouce. Je ne bouge plus mais c’est elle qui ondule des fesses et s’empale sur moi. Je sens un tsunami enfler depuis mes bourses.

Mais j’ai envie de faire durer le plaisir, alors avant d’atteindre un point de non retour, je gémis fortement et me retire d’elle. Elle gémit aussi mais je sais qu’elle en veut encore.

Je m’assois dans l’eau et descends mon visage vers ses fesses et les embrasse, tout en caressant son abricot. Elle gémit…

oh oui vas y…

son abricot est trempé de cyprine, mes doigts y pénètrent en glissant à merveille. Mine de rien d’avoir les bourses dans l’eau fait désenfler le tsunami qui menaçait de m’emporter. Je laisse ma langue glisser le long de sa raie et lui lèche l’œilleton. Elle aime ça, c’est la première fois que nous le faisons.

Ça y est, l’orage dans mon sexe est passé, je suis prêt à la reprendre par derrière en mode tornade. Du coup je glisse en elle jusqu’à la garde et la pilonne à un rythme effréné. Je continue un bon moment avant de ralentir pour des pénétrations très profondes. Elle cambre aussi ses fesses pour me faire rentrer encore plus loin. J’ai l’impression de me faire aspirer en elle. Plaqué contre ses fesses écrasées, elle ondule comme elle le peut, elle halète et gémit. Alors tout en restant profond en elle je fais des mouvements de va et vient de petite amplitude. Elle n’en peut plus, et moi je sens ses lèvres écrasées contre ma verge. Je desserre mon étreinte pour recommencer à la pénétrer de toute la longueur de mon sexe… à fond les manettes, puis j’enfonce d’un coup mon pouce dans son œillet. Elle explose de plaisir alors que je la pénètre lentement.

Je la sens se contracter autour de ma verge. Ça me rend dingue de plaisir.

Elle se retourne d’un coup et plonge la tête la première sur mon sexe, qu’elle engloutit entre ses lèvres tout en l’enserrant d’une main. Elle me suce goulûment tout en me branlant et me caressant les couilles de l’autre main. Là je ne vais pas tenir, là je vais exploser. Le tsunami se lève dans mes bourses, monte à mon pubis et ma queue avec la puissance et la vitesse d’un éclair. Elle a juste le temps de me sortir de sa bouche et amener ses seins à portée de mon gland rouge gonflé comme une cerise mûre. J’éjacule violemment sur ses seins. D’abondantes giclées de sperme maculent ses tétons, ses seins, entre ses seins…elle continue tant que ma bite se contracte avant de m’embrasser langoureusement.

J’ai rarement eu un orgasme pareil lui dis je.

Moi non plus me répond elle en éclatant de rire, c’était trop bon !

Je fais couler à nouveau de l’eau sur ses seins pour enlever toute cette semence. Puis la couche sur le dos, elle flotte et je la maintient sous ses fesses. Je ne compte pas m’en arrêter là. Je glisse mon visage le long de ses jambes, jusqu’à atteindre son abricot. La vue sur ses seins qui émergent de l’eau est sublime…


J'aime 4
19-02-2022 1 238

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Settings