De retour au bungalow

Récit érotique écrit par Kewine le 11-03-2022
Récit érotique lu 2408 fois
Catégorie Couple

Cet hiver avec ma compagne nous avons décidé de partir au soleil. Marre du froid, des journées courtes, de ces giboulées et gelées matinales. 

Là on lève le camp pour le Costa Rica. 


C’est magnifique, ultra dépaysant et riche de chez riche côté nature. De nature on s’en gave. Promenades à pied, à vélo, en barque, en catamaran…

Après une semaine on a vraiment déconnecté de cette vie speed et de ses tracas divers. On se met au vert, on se fait plaisir. On respire, on profite, on fait rentrer chaque molécule de cette ambiance au plus profond de nous. Relax…on a récupéré de notre fatigue et sommes rechargés à bloc de soleil. Encore une semaine, c’est parfait.


En cette fin d’après-midi, après une superbe promenade le long de la rivière jouxtant la jungle, nous arrivons à notre hébergement. 

Nous nous mettons pieds nus, retirons nos lunettes de soleil , je pose mon panama et elle se détache les cheveux histoire d’être à l’aise. Je porte un bermuda jaune, un t-shirt bleu clair. Elle porte une robe de couleur lila, style papier crépon.

Nous nous servons un verre de vieux rhum, sur la terrasse de notre bungalow, que nous dégustons debout, appuyés contre le garde corps . C’est bon de sentir cette chaleur nous traverser. Je la regarde, ses beaux yeux verts pétillent d’allégresse. Elle me sourit, heureuse. Je lui sourit en retour. On se ressert un petit verre, assis en tailleur face à face. On plane doucement. 

-On rentre ? lui dis-je une fois nos verres vidés.

-Allez oui. 

-Je te suis.

Je remarque que tu te déhanches plus que d’habitude en rentrant. Le rhum te donne l’humeur joueuse, me dis-je.


Nous sommes ensembles dans notre petit bungalow au bout du monde, perdu en pleine nature avec juste le ruissellement d'une petite rivière et le gazouillis des oiseaux en toile sonore, avec cette agréable odeur de bois mêlée au doux parfum des fleurs sauvages. 


Je me sens bien avec toi, en parfaite harmonie entre ton cœur et l'environnement. Nous nous rapprochons l'un de l'autre, caressés par ces doux rayons de soleil qui filtrent à travers les persiennes. Je t'embrasse et te regardes dans les yeux, ces beaux yeux qui m'ont séduit, et je sens mon cœur se réchauffer, je tombe comme dans une autre dimension...comme si nous étions seuls dans un lagon d'eau chaude et turquoise. Mes lèvres sont comme irrésistiblement attirées par les tiennes, par ton beau sourire. Je ne puis résister à t'offrir le baiser le plus tendre dont on puisse être capable. Le contact avec tes lèvres me procure un sentiment de bonheur et me pousse à t'embrasser encore plus langoureusement, à ce que nos deux bouches ne fassent plus qu'une, à ce que nos langues s'entrelacent dans une spirale sans fin. Mon cœur bat à tout rompre, et bien serrés l'un contre l'autre, enlacés avec mes bras autour de ta taille, les tiens autour de mon cou, je sens aussi ton cœur battre la chamade. Je nous sens submergés d'amour. J'embrasse encore tes lèvres, toutes humides de tendresse et encore plus douces que jamais, puis ta joue, et très délicatement ton oreille, où j'y chuchote un petit "je t'aime " auquel tu me réponds d'un bisou délicieux. 


J'adore sentir ta main passer sur mes cheveux, tandis que je te caresse derrière le cou, je peux sentir les caresses de tes cheveux soyeux qui effleurent ma main. Je t'embrasse dans le cou, avec pleins de petits bisous tous aussi légers et doux qu'une fleur de coton. Ton odeur et celle de tes cheveux sont délicieuses, je ne pourrai jamais me passer de ton corps qui sent si bon. Je m'ennivre de ton odeur en prenant de profondes inspirations qui embaument mon cœur. J'embrasse de nouveau ton cou, tes lèvres, ton front. Ma respiration devient haletante, le désir monte en moi, je me rapproche de ton oreille et y dépose un baiser, puis prend le lobe de ton oreille entre mes lèvres, ma langue glisse alors sur l’arrière de ton lobe, pendant que je passe mes mains dans ton dos, en me pressant contre toi, et laisse mes mains courir sur ta robe, où je peux sentir et deviner les formes qui te font si belle. 




Je sens aussi ta poitrine se presser contre mon torse, je caresse ton dos, mes mains parcourent toute sa surface, des épaules aux hanches, où je ressens la chaleur de ton corps sous tes vêtements. Je glisse une main sous ta robe, qui parcourt ta peau, effleure ta culotte aussi douce que la soie, et passe mon autre main sur ton ventre, que je caresse délicatement. J'entend ta respiration se faire haletante, qui se mêle à la mienne, et ton désir ne mérite pas moins qu'un gros bisou passionné. 


Ma main remonte sur ton ventre et glisse délicatement sur ton soutien-gorge, qu'elle parcourt en remontant jusqu'à ton cou, redescend au milieu de ta belle poitrine, avant de remonter glisser sur ton sein, où je sens poindre ton téton tout raidi de désir sous ton sous-vêtement. Je sens aussi ta main me caresser le dos, le ventre, le torse; les caresses douces de tes doigts frais me procurent un intense bonheur. Ta main glisse très agréablement sous mon bermuda, sur mon caleçon et mes fesses. Mes doigts tremblants de désir passent sur ton autre sein, y caressent ton téton, pointant dans ton soutien-gorge bien au chaud sous ta robe. Je prend entièrement ton sein dans ma main pour le presser doucement, puis mon autre main fait de même, et je les presse l'un contre l'autre, les remonte puis les écarte, les redescend puis les represse, et je savoure les caresses de tes mains qui se sont faufilées sous mon caleçon et me pressent les fesses. Je t'imite alors en pressant tes fesses bien fermes, décrit des cercles tout en les serrant bien contre moi, et t'embrasse passionnément tandis que nos bassins pressés l'un contre l'autre ondulent et font monter notre excitation.


Depuis tes fesses, je passe une main vers le devant de ton corps, où j'effleure ta culotte et passant sur ton pubis, tandis que ta main passe sur le devant de mon caleçon et cherche le bouton de mon bermuda, avant d'y descendre la fermeture éclair. Tout en repassant tes mains sur mes fesses, tu fais tomber mon bermuda sur le sol, et j'accompagne alors ton initiative pour ôter mon tee-shirt et me retrouve tout juste en caleçon, et commence aussi à te déshabiller, en écartant les bretelles de ta robe pour la faire glisser sur ta poitrine, puis tout au long de ton corps, sur tes hanches puis tes jambes. Je fais alors glisser chaque bretelle de ton soutien-gorge sur tes épaules et le descend sur ton ventre, découvrant tes seins magnifiques, bien ronds et bien galbés, si bien que tu te retrouves en petite culotte. Nous nous allongeons entrelacés sur le canapé, nous entrecroisant les jambes, continuant baisers et caresses. Ma main effleure tes seins, dont la douceur de la peau est absolument sensationnelle, mes doigts titillent lentement tes tétons, et décrivent des cercles, spirales et boucles à chaque recoin de tes seins, si beaux, si doux, si agréables au toucher...J'aime aussi ressentir tes caresses sur mon torse et mes tétons. Je t'embrasse encore dans le cou, caresse ton ventre, et amène mon visage à tes seins, que je couvre de bisous tout humides, en saisissant tendrement tes tétons entre mes lèvres, parcourant leur pointe de ma langue, de haut en bas, de bas en haut, se promenant sur le tour de tes tétons durs d'excitation. Ma langue parcourt tes seins, tandis que ma main glisse sur ta petite culotte, et descend entre tes cuisses, puis le long de ta cuisse, le long de ta jambe, jusqu'à ton pied, avant de remonter le long de ton autre jambe, elle te caresse la cuisse, et redescend en caressant la douceur de ta peau, avant de remonter jusqu'à ton entrejambe, depuis le bas des fesses jusqu'à ton bas ventre. Je continue à faire le tour de tes seins avec ma langue, les presse doucement dans mes mains, souligne de ma langue la base de tes seins, les caresse en repassant sur les tétons, puis redescend une main, qui poursuit son chemin le long de tes cuisses et de ton entrejambe. Elle remonte le long de tes cuisses en longeant l'extrême bord de ta culotte jusqu'à ton aine, redescend par l'autre côté, remonte au milieu de ton entrecuisse.


L'excitation m'a gagné depuis longtemps, je suis raidi dans mon caleçon, et chacune de tes caresses accentue mon excitation, tu décris des petits cercles sur le haut de ma bosse, puis redescend ta main dessus en appuyant jusqu'entre mes jambes, et remonte en faisant glisser tes doigts sur mon caleçon, en recommençant dans un mouvement qui m'enivre. Ma main caresse ta culotte avec insistance et appuie le tissu sur ton entrejambe en parcourant le relief de ton sexe, en suivant la ligne d'entre tes lèvres, et je ressens toute la chaleur de ton désir, ta culotte humide révèlant ton excitation. Je suis aussi humide d'excitation et ressent une goutte perler au bout de ma bosse dont la température est devenue plus que brûlante. Tes caresses remontant le long de mes cuisses, passant avec sensibilité sur le bas de mon entrejambe, remontant sur la proéminence de mon caleçon et insistant au niveau de son extrémité par des frottements répétés me font brûler de mille feux. 


Mon membre distend le tissu de mon caleçon, que tu fais maintenant glisser sous mes fesses…En commençant doucement à faire glisser l’avant de mon caleçon vers le bas, tu fais redresser mon membre à la verticale, qui ressemble à un tipi indien…En continuant à le faire glisser le long de mes jambes, tel une arbalète mon membre dur vient claquer sur mon bas ventre et tu me délivre ainsi de cette surchauffe. Sous le mouvement de va et vient de tes doigts, je me déroule et me découvre, mon gland gonfle et rougit, il ressemble maintenant à une cerise bien mûre et luisante, que tu ne résistes pas de caresser, tout en parcourant de ton autre main mon corps de caresses, la sensation est délicieuse. A mon tour je descend ma bouche vers ta culotte et applique des bisous appuyés sur ton entrejambe trempée. J'embrasse la lisière de ta culotte, glisse ma main sur ta toison puis redescend entre tes cuisses que tu écartes pour faciliter le chemin vers ta fleur. Mes doigts caressent le bas de ta fente et appuient dessus, te faisant gémir d'envie. Après t'avoir retournée sur le ventre, j'ôte ta petite culotte, et découvre tes fesses magnifiques. Je les caresse, de bas en haut, de gauche à droite, je souligne la base de tes fesses avec ma main, je remonte entre tes deux magnifiques lobes charnus, les caresse d'un mouvement circulaire, les embrasse, passant doucement ma langue dans la ligne du haut de tes fesses, jusqu'à ton dos. Tu écartes les cuisses pendant que je faufile ma main de long de la ligne de tes fesses, en redescendant jusqu'à ton petit abricot, dont je suis de mes doigts la petite fente toute humide d'excitation. 


Tu te retournes alors sur le côté, tête bêche avec moi, nous levons tous deux un genou, attrapons chacun nos fesses et portons mutuellement nos sexes à nos lèvres. Je sens tes lèvres enserrer ma cerise et lui diffuser toute leur chaleur. Je sens si bien ma cerise rouler sur ta langue, sous ta langue, sur les côtés, elle tourbillonne autour en m’envoyant des éclairs de plaisir. Je sens tes lèvres mouillées et chaudes descendre le long de mon membre dressé puis remonter vers ma cerise, tes montées et descentes m’allument littéralement. Je sens tes lèvres me serrer encore plus sur ma cerise, en descendant elles frottent fort sur mon frein et c’est délicieux. Tu frottes maintenant tes deux lèvres sur mon frein, allant de plus en plus vite...tes lèvres font place à ta langue...Elle lape mon frein, ma cerise, comme si elle voulait faire fondre un bâton de glace en deux minutes. Tu exerces une pression très prononcée de ta langue sur ma cerise, j’adore...Je te retourne alors sur le dos, mon sexe toujours dans ta bouche, et t'embrasse tout en continuant à explorer ton fruit de ma passion. Je remonte entre tes lèvres pour atteindre ton clitoris, avant d'en faire le tour et de redescendre le long de ta fente, puis remonte et insiste davantage sur le petit bouton de ta fleur, pleine de rosée et qui commence à éclore sous la chaleur. Mes doigts redescendent jusqu'au bas de tes fesses, puis remontent un peu avant de rentrer doucement dans la clochette de ta fleur. Ils y pénètrent puis remontent alternativement, favorisés par l'humidité torride et les ondulations de ton bassin. 


Je sens tes mains effleurer mes prunes...Je les sent se contracter, elles sont toutes dures pendant que tu continues de les caresser, je sens ton doigt remonter entre elles, puis redescendre jusqu’à la base de mes fesses...Tes caresses mêlées au jeu de tes lèvres et de ta langue sur mon sexe me font tendre encore plus...Je bande vraiment fort. Je ne peux m’empêcher de bouger mon bassin d’avant en arrière pour faire glisser encore plus profondément ma cerise dans ta bouche, puis quasiment la ressortir de tes lèvres. Tu parcours toute la surface de mon gland avec ta langue...Je bouge volontairement mon penis et le durcit très fort alors que ta main remplace ta bouche et me secoue lentement...Tu déroules au maximum mon prépuce vers le bas, tend mon frein, puis remonte en essayant de faire recouvrir mon gland de mon prépuce. Je gémis fort lorsque tu accompagnes la redescente de ta main d’un coup de langue très appuyé sur la terminaison du méat de ma cerise...tu encercles alors fortement la base de mon penis et sans faire glisser ta main tu remontes en tendant toute la peau de mes prunes, alors qu’une grosse perle de liqueur incolore se met à poindre au bout du canal de ma cerise, puis enfle jusqu’à commencer de couler le long de mon gland...De tes doigts tu étales ces gouttes toutes glissantes sur mon gland...puis tu frottes mon frein en me faisant gémir fort... je brûle et sens même la plante de mes pieds brûler...tu extrais une nouvelle perle de liquide et la lèche puis tu m’invites à t’embrasser, avec la langue pour partager avec moi ce nectar sucré...en même temps je sens que tu presses mes prunes vers le haut avec la paume de ta main, puis fais glisser tes doigts partout sur mon sexe...


T’allongeant sur le dos, les cuisses bien écartées, je me tourne vers ta fleur, que je parcourt de ma langue, dessinant le contour de tes lèvres, puis suivant la ligne de ta fente, titillant son petit bouton, faisant le tour de la clochette et y pénétrant chaudement. Ma langue pénètre et ressort avec insistance, puis en appliquant une pression parcourt la fleur de pétale en pétale, puis de bouton en clochette, de pétale à clochette, de bouton à pétale avant de se reperdre dans la clochette. D’une main sur ton pubis, je tend ta peau et dégage encore plus ton clitoris, je le couvre de baisers, puis fais glisser frénétiquement le bout de ma langue dessus. Tu gémis tout en pressant encore plus ton bas ventre sur ma bouche...Alors que j’ai l’impression d’allumer un feu avec ma langue sur ta groseille complètement exhibée et bien gonflée par ma main tendant la peau de ton pubis, je glisse deux doigts dans ta clochette et les agite rapidement, tu cries de plaisir alors je continue avec ma langue et mes doigts. Tu sursautes de plaisir pendant que le bruit de succion de mes doigts qui te pénètrent ne cachent pas que tu mouilles abondamment. J’espère que cela te procure autant de plaisir que ce que compte t'en donner, toujours est-il qu'attirant mon visage vers le tien je comprend vite que l'envie à atteint son comble, et reviens à toi après être remonté vers ton ventre en le couvrant de baisers, j’ai senti des millions de papillons crépiter dans ton bas ventre, puis je remonte encore vers toi en passant mon visage dans la vallée de tes seins, je presse au passage ton sein gauche brûlant d’excitation puis t’embrasse et partage avec toi le goût salé de ta fleur. Ces préliminaires ont été délicieux, cet échauffement devrait nous permettre de faire durer notre plaisir, alors je t'embrasse d'un baiser exprimant mon envie débordante. Me serrant au plus près de toi, la cerise et la clochette se rapprochent instinctivement, comme aimantés...La cerise commence a butiner doucement la clochette, avant d'y glisser et pénétrer profondément dans un réel gémissement de plaisir. Tout mon corps s'abandonne à toi, je sens la chaleur de ton corps envelopper tout mon sexe, les sensations sont intenses, je t'aime, je t'aime et je t'aime encore. 






 Serrés l'un contre l'autre au plus près, emboîtés pour ne faire qu'un, je me sens pénétrer au plus profond de ton corps, chacun des mouvements de mon bassin, accompagné des ondulations de ton corps me semble un nouvel instant de plaisir. Blotti entre tes cuisses, pressé contre tes seins, je peux sentir ton bassin qui se cambre et ta fleur se contracter, mon pénis bien serré dans ton abricot tout ferme, pénétrant en appuyant sur les parties les plus sensibles de ton corps. J'imagine ton plaisir redoubler d'intensité à chaque pénétration. Je sens alors ton entrecuisse se décontracter, tes cuisses s'écarter, je te pénétre plus rapidement, et je glisse mes bras sous tes cuisses, remonte plus haut sur ton corps, alors que tu inclines ton bassin vers moi et appuie de tes talons sur mes fesses pour me sentir au plus profond de toi. Je sens ta fleur complètement éclose et butinée passionnément, tout en profondeur autour de ma cerise surexcitée. Nos mouvements sont plus rapides, le plaisir monte en nous, haletants, je te regarde, ton visage semble perdu dans un flot de sensations. Je ressens à nouveau ton dos se cambrer et me ressens tout serré en toi, mon pénis pénétrant en appuyant sur tout l'intérieur de ta clochette, avec un angle tout particulier, qui je sens décuple ton plaisir, que j'accentue encore en augmentant l'afflux dans mon pénis, le rendant encore plus dur et gonflant ma cerise. Puis tu te décontractes de nouveau, et j'en profite pour passer tes chevilles sur mes épaules, et me redresser, découvrant tes seins, qui bougent à chacun de nos mouvements, ainsi que le triangle de ta toison dorée. Tes seins virevoltent au rythme de nos sexes. Ta fleur à présent est toute mouillée, et glisse merveilleusement pour accueillir ma cerise au plus profond de ton abricot. Elle est si mouillée que j'en glisse parfois en dehors, et la vue de ma cerise en train de replonger entre les pétales gonflés de plaisir de ta fleur décuple mes sensations. Je n'ai plus comme unique but que de te donner le maximum de plaisir. Ne pense pas au mien, je suis déjà dans les nuages, mais suis tous les désirs de ton corps, insiste sur tous les mouvements qui t'excitent le plus. Positionnons nous comme tu le désire pour atteindre le septième ciel, je t'y rejoindrai à la vitesse d'une fusée. 






Me rallongeant sur toi, nos corps entrelacés se retournent, nos bassins toujours pressés l'un contre l'autre, je me couche sur le dos. Te voyant à genoux au dessus de moi, je peux à nouveau contempler tes seins, et te rapprochant de moi pour m'embrasser, je sens tes seins et tes tétons effleurer ma poitrine, ce qui me procure une sensation de caresse d'une délicatesse exquise. Te relevant et découvrant ta poitrine généreuse, je peux prendre tes seins entre mes mains et les presser doucement. Mais rapidement, le mouvements de ton bassin m'arrachent à mes caresses, et me procurent un plaisir que je contrôle difficilement. Je me sens complètement assouvi à tous tes mouvements, et tu me procure vraiment un plaisir incomparable, surtout quand tu te relèves doucement, avant de glisser rapidement ton bassin vers l'arrière et engouffrer ardemment ma cerise au plus profond de toi. Je gémis de plaisir, je suis tout à toi. Je caresse aussi tes fesses, en décrivant des cercles, puis les presse entre mes mains, les écarte encore, et remonte doucement la ligne de tes fesses jusqu'en bas de ton dos. En redescendant, je peux toucher le bord de tes lèvres et sentir mon pénis pénétrer entre elles. Tout est brûlant, tout est mouillé, tout glisse avec délice. Je suis à nouveau arraché à mes caresses par les sensations que tu me procure, et de voir te redresser, passer tes mains dans tes cheveux, en donnant à tes seins bien galbés la plus belle forme que je leur connaisse. Je les presse à nouveau de mes mains. Je sens que mes cuisses sont trempées de la cyprine qui coule de ta fleur...J'ai envie que tu te retournes, dos à moi, et, toujours agenouillée sur moi, et écartant ta jambe gauche, passant ta jambe droite au dessus de mon ventre, tu pivotes sur moi, nos bas ventres toujours bien serrés l'un contre l'autre, et je peux à présent te voir onduler sur moi, voir tes fesses monter et descendre sur moi, et je peux contempler cette scène magnifique, caresser la courbe de tes hanches, tes belles fesses, ton dos...tu te penches alors en avant, et je sens tes seins effleurer mes genoux, je contemple alors tes belles fesses, bien galbées, bien lisses, bien écartées, et vois mon pénis glisser amoureusement entre les pétales de ta fleur. La vue est imprenable, je te caresse les fesses, les presse de mes mains, les caresse à nouveau en décrivant des cercles, remontant par le milieu en effleurant ton œillet, passant sur tes hanches, et redescendant sur les côtés, puis jusqu'à ton entrejambe, puis dans l'autre sens, remontant depuis la base de tes fesses vers tes hanches, puis en redescendant je glisse mes doigts sur la ligne de tes fesses, effleure à nouveau ton œillet puis le sommet de ta fleur. Je glisse alors mon pouce contre mon sexe et l’accompagne dans ton abricot…tu gémis de plaisir en sentant cette pénétration épaisse dans ton abricot trempé et à présent distendu. La pénétration devient encore plus profonde quand tu te redresse, je sens que tu écrases littéralement ton bassin sur moi, tu gémis fortement. Je sens ta main glisser du haut de mes cuisses sur mes prunes prêtes à exploser…te baissant à nouveau je garde mon pouce et mon sexe en toi, et glisse par surprise mon index dans ton œillet…tu adores et je te pénètre encore plus vite…je sens des afflux de cyprine lubrifier nos sexes.






Je me redresse, et en t'attirant vers moi, tu te couches sur tout mon corps, je t'embrasse dans le cou, puis te le caresse ardemment, mes mains redescendent sur tes épaules, passent sur tes seins, sur tes tétons qui pointent d'excitation, et continue à te les caresser,puis à te les presser l'un contre l'autre. Je souligne de mes doigts la base de tes seins, puis ton ventre, tes hanches, tes cuisses...Mes mains remontent en te caressant l'intérieur des cuisses, puis le bord de tes lèvres, ton aine, tes hanches, et mes mains se rejoignent pour glisser au milieu de ton ventre, sur la toison de ton bas-ventre, s'approche du haut de ta fleur, et effleurent le petit bouton de ta fleur. Je gémis de plaisir en sentant ton corps onduler sur le mien, en sentant ma cerise glisser en toi, je caresse tout le tour de ta fleur, me faisant plus insistant sur le haut de tes lèvres, sur ton clitoris gorgé de plaisir, je t'embrasse de nouveau sur le cou en remontant mes mains sur tes seins, et entend tes discrets petits gémissements de plaisir, je nous sens vraiment dans une autre dimension. Je continue de toucher ton petit bouton, pendant que je sens tes fesses s'écraser sur moi, et je te pénétre au plus profond de ton corps, encore et encore...Mes doigts frottent frénétiquement ton clitoris glissant de nos sécrétions de plaisir...tu adore...tu gémis fort... je continue de faire glisser mes doigts sur ton clitoris tout en te pénétrant couchée sur moi...tu serres tes seins l’un contre l’autre, tu les presse en ondulant tes fesses sur mon bassin...cela me rend dingue, il faut changer de position tout de suite car je suis près d’exploser...







Je t’allonge sur le ventre, les jambes légèrement écartées, et glisse mon penis dans ton abricot. Je resserre tes jambes sur mon sexe et me plaque bien serré contre tes fesses. Je te vois agripper les draps de tes mains en gémissant…J’écrase littéralement tes fesses. Je sens ton sexe gonflé à bloc sur le mien tendu comme un arc. Je touche ta bouche de mes doigts, que tu te mets à sucer comme mon sexe quelques minutes plus tôt. Tes fesses pressées contre moi m’excitent encore. Je te retourne puis te recouche sur de dos, me presse bien entre tes jambes et pénètre en toi profondément, mon pénis glisse en toi rapidement, je te sens toute mouillée, ta fleur est inondée de liqueur chaude de plaisir dont un mince filet coule vers tes fesses. Je te sens contractée, et mon pénis frotte avec pression dans ton sexe, je sens que tu prends du plaisir chaque fois que je m'enfonce en toi, je te sens haletante, au bord de l'orgasme. Je continue mes va et viens en toi, que tu accompagnes avec les ondulations de ton corps, en remontant tes fesses pour appliquer un contact bien appuyé avec mon pubis...J'insiste en le frottant sur le tien, et en particulier sur ton clitoris surchauffé d'excitation. L'orgasme monte en nous, il est en train de t'emporter. Il t’emporte dans un puissant tourbillon de jouissance, il libère tout le désir, toute l'excitation et tout le plaisir accumulé en toi, je sens l'orgasme inonder tout ton corps, ton abricot s'ouvrir et se fermer sous des contractions qui te font tressaillir de plaisir. Mais qu'est ce que j'aimerais savoir ce que tu ressens vraiment, cela semble si intense...T'entendre te laisser aller sans retenue, gémir de plaisir, crier de jouissance me comble de bonheur, et je m'enfouis encore puissamment en toi pour prolonger ton plaisir. Tu halètes, gémis, tremble de plaisir extrême. De le voir, je sens mon sexe chauffé à blanc, je sens la sève monter en moi, je sens le plaisir m'inonder tout entier, je tremble de tous mes nerfs, avant d'exploser de plaisir, ma cerise explose et libère son nectar d'amour, ses spasmes libèrent toute en toi toute ma liqueur de plaisir. L'orgasme se prolonge encore à chacun de tes mouvements de bassin, mes soubresauts de plaisir inondent ta fleur et répand notre plaisir. Nos corps atteignent une sensibilité extrême, chaque caresse sur tes seins t'emporte dans l'infini, le moindre mouvement de ton bassin me déclenche un éclair de plaisir. 


Doucement nous ralentissons le rythme, surfant sur une vague de bonheur... je sens mon sexe débander légèrement, te repenetrant de temps en temps. Je me sens détendu, le plus heureux du monde, toi aussi je l'espère. J'ai encore envie de t'embrasser, car bien sûr l'amour que j'ai pour toi dépasse bien les limites d'un gros câlin même aussi intense soit t'il. Je me retire de toi délicatement et m'allonge contre ton corps encore brûlant, je ne peux m'empêcher de glisser ma main sur ta hanche, sur tes fesses, le long de ton dos, puis sur tes seins doux, fermes, beaux...J'ai déjà envie de refaire l'amour avec toi, mais le sommeil nous emporte dans les bras de l'un et de l'autre.


Je suis heureux d'être avec toi mon cœur, et j'espère qu'on partagera encore beaucoup de moments comme celui là, et je m'abandonne contre toi, à un sommeil de bonheur.






Je me réveille doucement et te caresse les fesses, et tu caresses les miennes en retour…je bande à nouveau contre tes fesses, ce que tu as très bien ressenti puisque tu empoigne mon sexe, remonte ton bassin et le glisse en toi…Je te pénètre alors vigoureusement. Sans prévenir tu te mets à genoux, bien cambrée en avant et m’offre une vue sur tes fesses et ton sexe, vue qui m’attire vers elles. Je glisse mon sexe super dur entre tes lèvres , m’enfonce au plus profond de toi , et te pénètre très vite et puissamment. Tu n’en peux déjà plus tellement tu gémis et que je sens ton sexe gonflé m’enserrer étroitement. Je m’arrête de bouger, en vois tes fesses s’écarter de moi et se rapprocher tout doucement…je sens mon sexe coulisser en toi délicieusement. Tu recommences, plus ou moins vite, jusqu’à écraser tes fesses contre moi. Cela m’allume à un point qui n’est pas permis…alors je prend le haut de tes fesses et te pénètre le plus vite que je peux. Tu hurles de plaisir. Mon sexe s’enflamme littéralement dans le tien. Je continue à secouer tes fesses contre moi et je jouis violemment. Je te sens jouir aussi tellement ton sexe de contracte. Je sors alors mon sexe de ton abricot et le glisse tout le long de ta fente dégoulinante…je tapote mon sexe sur ta fente et te pénètre à nouveau. Nous sommes comblés et filons sous la douche…


J'aime 6
11-03-2022 3 2408

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Souffrance exquise

Y...

10-09-2023 6 0 783

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Settings