Vacances au camping

Récit érotique écrit par mazaudier le 28-08-2022
Récit érotique lu 1600 fois
Catégorie Infidélité

Comme chaque année, nous passons, avec ma femme Francine, nos vacances dans un camping. Cette année, Gérard, mon meilleurs pote, et venue passer quelques jours avec nous. Nous formons tous les trois, un trio de copains inséparables.

Il nous arrivent, Gérard et moi, à aller prendre un bain de minuit. Arrivé au bord de la la plage, nous ôtons nos vêtement, et nous retrouvons entièrement nus.

Je rentre dans l’eau, et je sens la main de Gérard se posait sur mes fesses. Puis, lentement, elle glisse entre mes cuisses, saisit mes petites couilles, qu’il fait rouler entre ses doigts. Elles sont dure à cause de la fraîcheur de l’eau. J’écarte légèrement mes jambes pour lui faciliter le passage. Son autre main glisse sur ma hanche, jusqu’à mon sifflet. Lui aussi est tout raide, refroidi par l’eau.

Lentement, il décalotte mon fifre, caresse le base du gland, là ou sa fait du bien. Je passe un bras autour de son épaule, quand il me fait jouir.

Ce n’est pas rare quand Gérard fait pleurer mon petit sifflet.

Puis nous regagnons la plage. Pendant qu’il s’essuie, je tombe à genoux, et prend sa grosse queue en bouche. J’adore lui tailler des pipes, sentir son sperme giclé dans ma bouche, tout avaler. Puis je lui nettoie le gland avec ma langue.

Après ce merveilleux moment, nous regagnons la tente, ou nous attends Francine. Elle est entièrement nue, et attend avec impatience, sa dose ce câlins.

Nus nous allongeons chacun d’un côté, et commençons à la caresser. Lentement, elle saisit nôtre queue en érection, et commence à nous branler. Avec Gérard, nous l’embrassons, caressons et suçons ses magnifiques seins.

Puis Gérard glissait lentement son visage entre ses cuisses, passait sa langue sur sa fente. Je sentais le souffle de ma femme dans mon cou.

- Hum...le salaud…

- Qu’est-ce qu’il te fait…

- Si tu savais...il me lèche la chatte...aspire mon petit bouton…

- Et t’aimes pas ?

- Oh oui….c’est tellement bon...mais...il me fais jouir…oui salaud...vas-y...oui…

Le corps de Francine était pris de spasmes, gémissait de plaisir quand elle atteignait orgasme. Elle me prenait la bouche, mordait mes lèvres.

Puis Gérard remontait doucement sur elle, jusqu’à ce que sa queue soit au niveau de son sexe. L’énorme bite tendue écartait les lèvres intime, et pénétrait la chatte. Francine ne pouvait retenir un immense soupir. Elle gémissait de plus en plus quand la bite se mettait en action, lui arrachant des petits cris de plaisir. Pendant ce temps, Gérard attrapait mes petites couilles, les faisait rouler entre ses doigts. Au même moment, Francine branlait mon sifflet. J’imagine ce qu’il ce serait passé, si les deux mains s’étaient rencontrées.

Une fois, j’étais allongé sur le dos, Francine sur moi, en plein soixante neuf. Je lui mangeais la chatte, pendant qu’elle suçait mon fifre. Gérard arriva derrière elle, enfonça sa queue à la place de ma langue. Sous mes yeux, je voyais sa bite coulisser dans la chatte de Francine. Soudain, il se tendit.

- Non Gérard, crache pas dans ma chatte, dit Francine, je prends pas la pilule.

Gérard se retirait, enfilait sa queue dans ma bouche, et se vidait les couilles. Dans cette position, j’étais obligé de tout avaler.

- Nettoie bien ma queue, disait-il, qu’il n’y est pas de traces, je vais la baiser encore.

Chaque fois qu’il jouissait, c’est moi qui avalais son sperme. Un vrai régal.

Puis je décidais d’aller aux toilettes, les laissant un moment tous les deux, à leurs ébats amoureux. Une nuit, en rentrant plus tôt des toilettes, je trouvais Francine, empalée sur la grosse que de Gérard.

- Oh putain...elle est bonne ta queue...oh oui salaud...baises-moi...bien profond.

Puis elle s’écroulait sur son torse, lui prenant la bouche dans un sulfureux baiser.

Quand je revenais, c’est Gérard qui allait. Francine me racontait tout ce qu’il s’était passé.

- Quel vicieux...si tu savais ce qu’il a fait à ma petite chatte...avec ses doigts, sa langue...il me paralyse quand il suce mon petit, bouton...moi aussi je l’ai sucé ce soir...mais pourquoi ta queue n’est pas aussi raide que la sienne. Je la sens bien elle, elle rempli bien ma chatte...la tienne, c’est tout juste si je la sens...et ses couilles, elles sont énormes par rapport à tes petites noisettes.

- Je sais ma chérie qu’il est mieux monté que moi, et qu’il te donne du plaisir.

- Je voulais te demandais, tu serais fâché si je lui demandais de me sodomiser. Je sais que je n’ai jamais voulu le faire avec toi, mais avec une grosse queue, ça me tenterait bien. T’imagine sa grosse bite coulisser dans le petit trou de ta femme.

- Si ça te fait plaisir, vas-y ma chérie...fais-toi enculer s’il est d’accord.

Je pensais à la chance qu’elle allait avoir, de sentir le gros calibre de Gérard lui labourer le cul. Ce dont j’ai toujours rêvé qu’il me fasse, mais qu’il n’a jamais voulu.

Puis ils partaient tous les deux aux douches. Ils y restaient presque une heure. Je me doutais qu’il devait la baiser, se faire tailler une pipe. Quand à moi, je parvenais à m’endormir, ne les entendaient pas rentrer.

Quand je me réveillais le matin, le les trouvais, Francine endormie entre les bras de Gérard. Elle tenait sa queue déjà en érection.

Au réveil, elle m’avouais que Gérard l’avait sodomiser, droite contre les faïences.

Le soir, avec Gérard, on retournait prendre nôtre bain de minuit. Gérard s’amusait avec mon petit oiseau, jusqu’à ce qu’il le fasse pleurer. Puis sur la plage, je lui tailler une bonne pipe. Je prenais plaisir à avaler son jus.

En fait, mon pote s’amusait à faire jouir le mari et la femme...sacré vacances…

Avec Francine, on l’adore...


.

.


J'aime 1
28-08-2022 0 1600

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Rencontre avec mon chéri

...

14-12-2022 5 0 429

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par mazaudier

Settings