Découverte de la zoophilie 9

Récit érotique écrit par nousdeux09 le 27-09-2022
Récit érotique lu 1483 fois
Catégorie Zoophilie

-        Elle est prise encore une fois, TOM se retourne cul à cul avec Geneviève, elle pousse des cris de plaisir, Marcel filme la scène, Jacqueline lui caresse les fesses, le dos, puis sa rondelle, et la pénètre avec douceur et ne bouge plus , de l’autre main ses doigts saisissent son bouton gonflé, le caresse avec délicatesse, le pince légèrement, Geneviève pousse des cris de plaisir

-        Geneviève, oh oui que c’est bon, encore, oui plus fort, plus vite oh que c’est bon, j’en peu plus et s’écroule.

Au bout d’une vingtaine de minutes, sent arriver sa libération …

Oh TOM que c’est bon, il va sortir, ça y est, elle est libérée, sa vulve s’écoule du jus de TOM, Jacqueline libère sa rosette et son bouton, elle respire profondément

-        Jacqueline, vient face à Geneviève, la regarde en souriant, tu vas bien

-        Geneviève, oui très bien, j’en peu plus, je suis vidée, il est super, elle se redresse, se retourne, regarde Marcel, je suppose que tu as eu une belle vue

-        Marcel, oh que oui, tu as un abricot magnifique, j’aimerais bien jardiner ton intérieur, il doit être bien accueillant

-        Jacqueline, Marcel tu es terrible, laisse la se remettre, elle saisit la main de Geneviève et se dirigent vers les toilettes extérieures, Marcel les suit et regarde Jacqueline faire la toilette de Geneviève, les deux femmes rient

-        Geneviève, si mon mari me voyait dans cette situation je ne sais pas ce qu’il en penserait en riant, merci à vous deux.

Une fois la toilette terminée, ils se dirigent tous les trois sur la terrasse, les deux femmes s’installent sur un transat et se détendent.

-        Marcel, souhaitez-vous un apéritif ?

-        Geneviève et Jacqueline, volontiers une vodka et un bourbon

-        Marcel, avec plaisir, disparait et revient avec une table roulante avec tout ce qu’il faut et s’installe face aux deux femmes et commence à les servir, les regarde

-        Jacqueline, Geneviève tu passes la soirée avec nous si tu le souhaites, tu pourras rentrer quand tu veux, nous sommes presque des voisins

-        Geneviève, merci mais je ne veux pas vous déranger

-        Jacqueline, tu ne nous dérange pas, au contraire, ce sera avec plaisir, sauf si tu as des contraintes

-        Geneviève, Sophie n’est pas là, mon mari rentre dans deux jours et SAM a de quoi pour la nuit et garde la maison

-        Jacqueline, ce sera avec plaisir que nous passerons cette soirée et nuit ensemble, tu pourras prendre la chambre de Sophie

-        Geneviève, avec plaisir

-        Marcel, en la regardant, comme je te le disais tout à l’heure, tu as un bel abricot, une belle fente

-        Geneviève, vous le pensez vraiment

-        Marcel, oui vraiment, je suppose que ton mari l’aime bien

-        Geneviève, je crois oui, enfin j’en suis sûre

-        Marcel, se penche vers elle, tend la main vers sa toison, son doigt frotte délicatement sa fente, ce qui la fait sursauter un peu, il insiste un peu, sa fente est légèrement humide

-        Geneviève, le regarde, puis Jacqueline, leur fait un sourire, puis écarte un peu plus ses jambes, en regardant Marcel

-        Marcel, tu commences à être humide, tu aimes

-        Geneviève, oui, c’est très bon

-        Marcel, en se baissant, je confirme tu as un bel abricot, une belle fente, donc un beau jardin que j’aimerais bien travailler, si tu es d’accord, naturellement

-        Geneviève, il faudra le conquérir

-        Marcel, on peut être deux à le conquérir

-        Geneviève, oui avec plaisir

-        Marcel, Je remarque que tes tétons sont bien tendus, ils demandent à être sucer et téter, qu’en penses-tu ?

-        Geneviève, oui bien sûr, j’aime bien cette caresse

-        Marcel se lève, se met face à Geneviève, retire son short et laisse apparaître son sexe qui commence à se tendre.

-        Geneviève, le découvre, un peu inquiète

-        Marcel vient s’assoir à califourchon sur le pied du transat, saisit les chevilles de Geneviève, les écarte de part et d’autre du transat, elle est ouverte devant lui, la prend par la main et l’attire à lui, ils sont face à face, ses mains se posent sur sa poitrine, la caresse, saisit les tétons, les fait rouler entre ses doigts, elle pousse un petit cri, il se penche  sur ses seins, en gobe un, le suce, le mordille, l’aspire, Geneviève lui saisit la tête et le plaque sur ses seins, se laisse aller, gémis, sa poitrine est gonflée, devient dure, elle sent sa fente devenir de plus en plus humide, elle se laisse aller, sa amin droite se dirige vers sa fente et rencontre le sexe de Marcel, qui est de plus en plus tendu, elle le saisit sa main ne peut l’entourer, elle commence à le masturber, il quitte ses seins et vient poser ses lèvres sur les siennes, sa langue force le passage, elle l’accueille, un long baiser les unis, puis elle se retire

-        Geneviève, prend moi, je te donne mon jardin, fait moi plaisir, fait moi jouir

-        Marcel, avant d’entrer dans ton jardin, je vais te faire jouir intensément, longuement, je vais te faire crier de plaisir, alors il se lève et entraîne Geneviève vers un matelas de plage, la fait mette à genoux, la fait s’allonger sur le ventre, glisse un coussin sous son bassin ce qui fait remonter son bassin, tu as vraiment un bel abricot, mais avant je veux découvrir ta rosette, lui saisit les fesses, les écarte et la découvre, tu as une belle petite rosette, ton mari s’en occupe

-        Geneviève, non, il n’a jamais demandé

-        Marcel, tu aimerais découvrir

-        Geneviève, je ne sais pas, qui sait

-        Marcel, regarde cette rosette, il laisse tomber de la salive sur celle-ci, Geneviève sursaute, alors Marcel promène sa langue sur sa rosette, écarte fermement ses fesses, elle se laisse faire, sa langue descend vers sa fente, la pénètre, puis remonte vers sa rosette, force un peu le passage, elle s’ouvre légèrement, puis redescend vers sa fente, ce manège dure plusieurs minutes, Geneviève pousse des cris, se tortille, se cambre, Marcel la maintient fermement, son plaisir est là, crie, se cambre, vibre, puis se détend, Marcel se retire, retire le coussin, la fait pivoter sur le dos, écarte ses cuisses, regarde sa fente et sa bouche vient se poser sur elle, sa langue la pénètre, la fouille, il la suce, l’aspire longuement, puis ses lèvres se posent sur son bouton, il l’aspire avec délicatesse, sa langue le titille, il le sent gonfler, alors Marcel saisit ses fesses pour l’empêcher de se soustraire à ce baiser, elle pousse des cris, gigote de plus en plus, ses mains se posent sur la tête de Marcel, il ne cède pas, elle se cambre en poussant des cris, Marcel boit sa cyprine avec plaisir, puis elle se détend, ne bouge plus, Marcel reste collé à sa vulve, sans bouger, puis au bout de quelques minutes, reprend son manège ce qui réveille Geneviève, qui se laisse faire, alors Marcel la pénètre encore une fois avec sa langue puis reprend son bouton qui est sorti de son fourreau, il est tendu, gonflé, Geneviève se met à crier, de plus en plus fort, son orgasme est de plus en plus fort, elle n’en peut plus, s’écroule, Marcel la regarde, puis Jacqueline, qui disparaît quelques instants et revient et s’installe à nouveau sur son fauteuil

-        Geneviève, ouvre les yeux, regarde Marcel, ce fut délicieux, mon jardin est à toi, si tu le veux toujours

-        Marcel, maintenant ?

-        Geneviève, oui maintenant, je veux ton outil, bien en moi et loin très loin

-        Marcel, comme tu veux, souhaiteras-tu que je l’arrose ?

-        Geneviève, oh que oui, arrose le bien

-        Marcel, saisit le coussin, lui glisse sous ses fesses, ce qui lui fait cambrer sa fente, il la regarde, lui écarte les jambes, elle est vraiment très belle, regarde Jacqueline, qui se lève, un grand tube de gel à la main et commence à en mettre sur sa fente, l’étale bien, puis en met à l’intérieur

-        Jacqueline, je te prépare bien, pour ton jardinier, il te veut étroite, tu vas voir ce que tu vas ressentir

-        Marcel, alors referme les jambes de Geneviève, les maintient entre ses bras, Jacqueline enduit son sexe tendu de gel, puis le présente devant sa fente, frotte son gland sur celle-ci, qui commence à s’ouvrir, Jacqueline retire sa main et vient se mettre à côté de Geneviève, lui caresse ses seins gonflés et tendu, la regarde, vient déposer ses lèvres sur celles de Geneviève, qui l’accueille, alors Marcel force le passage rendu très étroit ce qui fait réagir Geneviève, Jacqueline la maintient bien, elle se tortille, Jacqueline quitte ses lèvres, Geneviève pousse des cris, Marcel entre de plus en plus en lui disant, j’aime ton jardin étroit, tu sens bien mon outil qui entre

-        Geneviève, oh oui, il est énorme, il me dilate mon intérieur, je suis brulante, je me crois vierge, oh que c’est bon, je suis trempée

-        Marcel, tu es prête

-        Geneviève, oh oui, oui, oui

-        Marcel, d’un grand coup de rein la pénètre fortement, ses bourses contre ses fesses

-        Geneviève pousse un cri

-        Marcel ne bouge plus, la regarde, elle ouvre les yeux, une larme apparaît, alors il se retire doucement, il est bord des petites lèvres, ne bouge plus, puis entre à nouveau fortement, qui la fait crier à nouveau

-        Geneviève, le regarde, elle le sent loin en elle, son gland lui semble toucher son col de l’utérus, il est énorme, ses parois sont en feu et trempées, elle sent un orgasme qui arrive, Marcel le sent, il sent ses parois vibrer, ne bouge pas, elle pousse un cri en se cambrant, ne bouge plus.

-        Marcel, au bout de quelques minutes, reprend son va et vient, doucement, Geneviève ouvre la bouche, sa respiration est profonde, Marcel accélère lentement et profondément, Geneviève respire de plus en plus rapidement, alors marcel accélère son rythme, elle est trempée, pendant plusieurs minutes, il la pénètre, elle crie, gigote de plus en plus, Marcel va de plus en plus vite, elle se cambre fortement, elle est tendue, Marcel va de plus en plus vite, elle pousse un cri, Marcel se bloque en elle et se vide longuement et ne bouge plus

-        Geneviève sent les jets de sperme en elle, elle est inondée de celui-ci, elle est en nage, pleine de plaisirs, elle est bien elle sent en elle le sexe de Marcel, il la remplit entièrement

-        Marcel, au bout de quelques minutes, toujours en elle, maintient toujours fermement les jambes serrées de Geneviève, la soulève légèrement, Jacqueline retire le coussin et dépose une serviette à la place, alors Marcel la dépose délicatement sur celle-ci, se retire doucement de son vagi,, pose ses pieds sur le matelas, lui ouvre les jambes, au bout de quelques instants on voit apparaître un peu de sperme qui s’écoule, Jacqueline filme avec plaisir cette fente qui se vide doucement, il se lève, vient se mettre à genoux près du visage de Geneviève, elle tourne la tête vers lui, il lui dit, tu veux goûter ton plaisir

-        Geneviève lui sourit, pourquoi pas je ne me connais pas, elle s’avance vers le gland de Marcel, lui donne quelques coup de langue, ouvre ses lèvres, alors Marcel entre en elle, elle le suce en le regardant, elle lui saisit ses bourses, les caresses longuement, Marcel entre un peu plus, sa langue enroule son sexe, le suce longuement, puis se retire, un goût délicieux, toi et moi un bon mélange, en riant doucement, je crois que je vais aller faire un brin de toilette

-        Jacqueline lui tend la main, viens je t’accompagne, Geneviève garde la serviette sur sa vulve et disparaissent toutes les deux à l’intérieur

-        Marcel se sert un bon bourbon, s’allonge sur le transat en attendant le retour des deux femmes ……..


J'aime 19
27-09-2022 0 1483

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par nousdeux09

Settings