A l'insu de mon mari

Récit érotique écrit par mazaudier le 22-01-2024
Récit érotique lu 926 fois
Catégorie Infidélité

Il m’a fallu beaucoup de temps pour avouer mon infidélité à Éric, mon mari, que j’ai trompé avec Serge, son meilleur pote, qui ne l’ai plus aujourd’hui. Serge m’a

longtemps harcelé après nôtre rupture.

Éric a réagi d’une façon conforme à sa façon d’être. à peine surpris. Il me dit qu’il

n’avait rien vu d’anormal dans mon comportement. C’est surprenant.

Il me dit qu’il ne pouvais m’imaginer prendre du plaisir dans les bras d'un autre, et qu’il voulait bien pardonner. Il poursuivit en souriant que j’avais joué mon joker, et qu’il lui restait le sien.

J’ai rencontré mon mari dans une brasserie, lors du salon de l’auto à Genève, et nous sommes mariés quelques mois plus tard.. Il était beau gosse, et bon baiseur, bien monté. C’est à un autre salon qu’il ma présenté Serge, et avec qui j’ai eu une relation et avec qui je viens de rompre. Lui aussi était bien monté, et bon baiseur.

Après toutes ces rencontres, et ma révélation sur mon infidélité , mon mari me demande vraiment de considérer son envie de rencontrer Denis, gérant d’un stand au même salon de Genève.

Pour l’occasion, Éric, m’a demandé d’être sexy-chic, j’opte pour une robe assez courte, mieux vaut des chaussures plates telles que les ballerines, car pour la journée au salon, je privilégie le confort, et puis comme il fait froid, je porte une maille douce.

Denis est bel homme de quarante-deux ans, svelte, sportif, le regard vif, avec de beaux yeux bleus, c’est un charmeur qui doit aimer les femmes.

Dès le premier regard, Denis me trouble, n’hésite pas à me prendre par la taille en promenant dans les allées. Je le trouve de plus en plus tactile, pendant qu’Éric semblent m’oublier en dissertant avec un pote de Denis, sur les modèles sorties.

Après la présentation, Denis nous propose de nous inviter à déjeuner.

Nous retrouvons tous les quatre au restaurant, comme par hasard, je me retrouve en face d’Éric, avec Denis à droite et Alex à gauche.

Pendant l’apéritif, et ensuite lorsque nous commençons à manger, le regard de Denis ne laisse absolument pas la place à la moindre équivoque sur ses intentions à mon égard.

Je l’ai bien remarqué et je trouve même qu’il est sacrément « gonflé » de se conduire de la sorte devant Éric qui converse passionnément avec Alex.

Je me demande bien où il veut en venir et je ne réagis pas trop aux légères caresses qu’il m’adresse sous la table. Ôté de son mocassin, il promène d’abord son pied sur ma jambe. Puis, à plusieurs reprises, je sens sa main se poser sur ma cuisse et me la presser fermement pour remonter vers mon entrejambe.

Même s’il me chauffe scandaleusement, Éric ne voit rien et semblent passer un bon moment.

En ce qui me concerne, j’avoue que j’ai du mal à soutenir une conversation suivie, étant donné l’insistance qu’il met à me déstabiliser doucement par ses appels répétés

Cela ne m’énerve absolument pas mais je me demande bien ce qu’il peut avoir en tête alors que nous sommes en négociation pour lui acheter une si belle voiture neuve. La discussion est bien lancée autour de la table et cela fait d’ailleurs plusieurs minutes que je n’ai dit le moindre mot.

Ce n’est pas gagné d’avance mais finalement Éric et Alex s’accordent plutôt bien et ils n’ont déjà plus besoin de moi et même de Denis qui est passablement absent pour relancer les sujets de discussion.

J’en profite pour répondre scandaleusement à ses appels du pied mais d’une autre manière.

J’ai mis une petite robe toute légère qui descend bien au-dessus du genou, une petite robe fluide noire à fines bretelles.

La température ambiante et les coupes de champagne aidant, j’ai enlevé le petit gilet qui me couvrait les épaules.

Je porte des ballerines et des bas noirs. Je suis à présent sans rien ou presque sur le haut du corps, rien que les fines bretelles de ma robe avec un soutien-gorge noir finement brodé soutenant mes seins et un petit string noir qui me va parfaitement, mettant mes fesses en valeur comme Éric me l’a précisé en nous préparant.

Après avoir laissé traîner sa main sous la table pendant quelques secondes, Denis la pose sur ma jambe et je sens la douceur de ses doigts sur mes bas.

Il remonte sa main le long de ma cuisse et arrive au moment où il tombe sur la chaleur de ma peau.

Sans plus s’attarder, il pose l’extrémité de ses doigts directement entre mes jambes, juste sur ma chatte, il doit sentir la chaleur de mon humidité au travers du fin tissu de mon string. Il pose sa main à plat sur le haut de ma cuisse nue, juste au niveau du plissement de ma peau puis il passe doucement le bord de son index entre mes cuisses pour me faire sentir précisément son doigt sur ma fente.

Il doit sentir toute la chaleur, la douceur et la tiédeur de cet endroit si particulier.

Il ne fait aucun doute que mon envie est déjà montée fortement jusqu’à se faire ressentir au plus profond de mon ventre.

En un petit geste habile, Denis écarte le petit bout de tissu pour laisser son doigt glisser sur mon sexe en partie dénudé et il doit pouvoir sentir la chaleur de mon envie et la moiteur de mon désir. Je prétends une envie d’aller aux toilettes. Quand je reviens, Denis reprend là ou il en état resté. Il approche son doigt de ma chatte, et surpris que je n’ai plus de culotte, le retire immédiatement, comme s’il avait peur de se faire mordre. Les chattes non pas de dentier, sinon combien de bites en seraient ressortis amputées.

Tout à coup, Éric lui adresse la parole à mon mari, alors qu’il est en train de me caresser doucement, Denis arrive à lui répondre le plus sérieusement du monde.

Ainsi, pendant qu’il est en train de disserter, Denis reprend sa caresse et lorsque qu’il jette un petit regard vers moi, il doit voir que je suis en train de me mordre les lèvres de plaisir et que je serai bien incapable de prononcer le moindre mot.

Il doit s’apercevoir aussi que je tends mon bassin en avant, pour offrir ma chatte à ses doigts qui la fouilles. Il me fixe et comprend que je suis en train de jouir.

Et puis, Eric, qui s’étonne de mon long silence, intervient en me demandant si tout va bien, je lui réponds tout simplement, que la matinée m’a fatigué et que j’avais besoin de me détendre.

Malgré cela, Denis continue et laisse glisser son doigt entre mes lèvres et il en profite pour recueillir toute mon humidité pour le laisser traîner plus facilement sur l’intégralité de ma chatte. Je profite de ce moment pour répondre en posant vicieusement une main discrète sur son entrejambe.

Son sexe doit commencer à grossir depuis longtemps et il a beaucoup de mal à se tenir tranquille sur son siège. Heureusement il arrive à détourner la conversation sur un sujet un peu plus léger, sinon il n’aurait pas pu continuer à me caresser longtemps.

A présent, Éric et d’autres ont repris leur conversation sans nous, Denis intervient peu et fait semblant d’écouter et il peut continuer à s’occuper de moi comme il le fait depuis tout à l’heure.

Je ne sais pas comment vous expliquer, mais à ce moment précis, je suis à table avec mon mari que j’aime, et je suis là, à me laisser caresser discrètement par un presque inconnu, et je prends un plaisir fou, je suis en feu, je souhaite qu’il continue le plus longtemps possible.

Denis n’étant plus obligé de parler, il acquiesce de temps en temps, il peut se concentrer alors intégralement sur ce qu’il veut me faire ressentir.

Son doigt parcourt l’intégralité de ma chatte humide, je sens mon clitoris rouler sous ses doigts et puis lorsqu’il écarte un peu plus mes lèvres intimes, il doit sentir la chaleur de mon humidité qui se dégage de mon corps.

Il doit sentir que je meurs d’envie de lui, de son corps, de ses caresses, de ses baisers, j’éprouve des difficultés à me retenir, et me sourit quand j’atteins un deuxième orgasme, lorsqu’il arrive à glisser son doigt un peu plus précisément entre mes lèvres, il le pose à l’entrée de ma chatte et en un seul geste, il arrive à glisser un deuxième doigt, ce qui provoque chez moi une réaction que je n’attendais pas. Je sursaute sur mon siège tout en poussant un petit cri étouffé. Heureusement Éric discute toujours, s’arrête et se pose légitimement des questions.

J’ai pris soin d’ailleurs de jouer avec ma fourchette pour occuper mes mains et me donner une contenance qui a eu pour effet de leurs laisser penser que j’étais plongée dans mes pensées et que j’ai été surprise par mes propres mouvements qui se font d’ailleurs de plus en plus désordonnés.

Denis retire son doigt et décide de le laisser traîner tranquillement sur ma fente.

En poussant un peu, il arrive à le laisser descendre entre mes fesses.

Il remonte vers mon clitoris, il glisse doucement et sans aucun mal entre mes lèvres intimes. Puis il redescend le long de ma chatte pour revenir entre mes fesses. Lorsqu’il exerce une petite pression sur mon oeillet, je lutte intensément pour ne pas soupirer.

Soupirer de cette manière si particulière que cela ne laisserait aucune équivoque sur ce que je ressens en ce moment même sous les yeux d’Éric, mon mari.

Je fais comprendre alors à Denis, qu’il faut qu’il arrête assez rapidement de me provoquer ainsi sinon ça va mal finir. Mais voila, le troisième orgasme est là. Il va me violer littéralement sur la table, devant Éric, entre les verres, les assiettes et l’entrée qui est bientôt finie.

Il retire sa main, abandonne ma chatte et lorsque je le regarde, il me fait comprendre que je ne perds rien pour attendre et que ce n’est que partie remise.

Discrètement, il porte son doigt à sa bouche et il suce doucement et délicatement toute mon humidité recueillie sur son doigt.

Nous reprenons le repas et la conversation presque normalement.

Je vois dans ses yeux, que cet abandon le désole au plus haut point, mais il comprend qu’il ne serait définitivement pas convenable de continuer à tenter le diable ainsi devant les deux hommes.

Denis discrètement, me dit que nous devons continuer, qu’il a très envie de moi. Je lui dis que moi-même suis prête à recevoir sa bite dans ma chatte...et plus.

Je lui avouais que c’était une première pour moi, d’être caressée, doigtée, discrètement par un inconnu, et atteindre trois orgasmes devant mon mari, sans que celui-ci ne s’en aperçoive de rien.








J'aime 5
22-01-2024 0 926

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par mazaudier

Settings