Ma femme et le patron du bar

Récit érotique écrit par mazaudier le 30-03-2024
Récit érotique lu 670 fois
Catégorie Infidélité

Depuis longtemps, j’ai des fantasmes candaulismes. L’idée de partager ma chérie, de la savoir excitant d’autres hommes, me raconter ensuite, au cas ou je ne serais pas avec elle, et encore bien d’autres idées me rendent dingue.

Ambre et moi étions en vacances dans le sud de l’Italie. Pratiquement tous les soirs après le dîner nous sortions dans un bar très sympa avec piste de danse. Dès le premier soir nous avions bien remarqué qu’elle avait attiré le regard des hommes, mais aussi celui du patron.

Ambre le trouvait charmant également, et nous l’avons évoqué plusieurs fois en faisant l’amour de retour à notre hôtel. Elle sait combien ça m’excite quand elle me dit qu’elle trouve un homme à son goût. Alors pendant qu’elle me faisait une gâterie le premier soir, je lui avais suggéré d’imaginer que ce n’était pas moi, mais au patron du bar qu’elle était en train de tailler une pipe. Pour mon plus grand bonheur, elle mis beaucoup d’ardeur à sa fellation.

Les soirs suivants, cela a stimulé Ambre à lancer quelques sourires au patron, pour mon plus grand plaisir. Une ou deux fois, il est venu nous dire quelques mots, se présenter, Gino, et s’assurer que tout allait bien.

La nuit je continuais à l’évoquer pendant que nous faisions l’amour, et ça l’excitait terriblement lorsqu’elle imaginait sa queue la pénétrer, plutôt que la mienne.

Le dernier soir avant nôtre départ, alors qu’Ambre allait se préparer pour sortir, je me suis approché d’elle, je l’ai enlacée et je lui ai glissé à l’oreille…

« Et si ce soir tu te laissais séduire par Gino ? ».

Elle a sourit et n’a rien dit. Je me suis éloigné pour la laisser à sa préparation.

Elle est enfin apparue devant moi, portant une longue robe en tulle très légère et un peu transparente. Il n’y avait aucun doute sur le fait qu’elle ne portait pas de soutien gorge, et juste un mini string en dentelle. De plus la robe était fendue très haut sur le coté et laissait voir sa jambe droite dès qu’elle s’asseyait. Pour couronner le tout, elle portait des sandales à talons fins et très hauts.

Je crois que si je n’avais pas eu envie de savoir jusqu’où nous allions aller, nous ne serions jamais sortis de la chambre et eu bien du mal à calmer mon érection… Nous sommes arrivés au bar et comme nous étions vendredi soir, il y avait plus de monde que d’habitude, et aucune table n’était disponible.

Alors que nous nous dirigions vers le bar. Gino est arrivé vers nous et a présenté des excuses, qui n’étaient pas nécessaires, mais a insisté pour nous offrir une bouteille de champagne, pour s’excuser de ne pas avoir de table pour accueillir des clients maintenant réguliers, et en particulier ma magnifique femme.

Ma chérie a vu tout de suite l’opportunité de commencer un rapprochement, et s’est empressée de déposer un baiser presque sur ses lèvres pour le remercier de sa gentillesses et de ses compliments. Gino est resté discuter avec nous le temps d’une coupe, en dévorant Ambre, et les sourires qu’elle lui lançait, puis il a été appelé par un des serveurs.

Nous avons continué à profiter de la bouteille de champagne tout en évoquant la situation. Ambre me dit en souriant qu’elle pensait effectivement lui plaire et qu’elle le trouvait vraiment séduisant, en me faisant un clin d’œil. Avec un grand sourire, je lui ai répondu que clairement, Gino ne savait pas où regarder, entre ses seins et ses jambes. Et j’ai ajouté que la voir déposer un baiser si près de sa bouche n’avait pas manqué d’avoir un certain effet sur moi. Elle s’est penchée vers moi et m’a déposé le même baiser qu’elle lui avait donné un peu plus tôt…

C’est ce moment que Gino a choisit pour réapparaître, s’excusant cette fois de sa disparition, et en nous commandant une autre bouteille. Ambre lui a répondu sur un ton très sérieux, qu’elle était très déçue de sa conduite. Puis a laissé un blanc. Au moment ou Gino déstabilisé, allait répondre elle a continué en disant qu’il ne serait pardonné que s’il l’invitait à danser.

Le sourire du bel italien est revenu immédiatement et il m’a regardé. Il a trouvé mon sourire encourageant, alors il a proposé son bras à Ambre.

A ce moment, j’ai su que ma coquine était la. C’est le nom qu’elle aime que je lui donne dans ces moments, et que je lui répète avec plaisir. Elle m’a à nouveau donné ce baiser si proche des lèvres avant de s’avancer vers la piste de danse au bras de Gino. Pendant un bon moment je les ai regardés danser, se frotter, et une fois la main de Gino est même passée dans la fente de la robe de ma femme, pour aller se positionner sur ses fesses, sans qu’elle ne s’y oppose…

Les danses se sont enchaînées, leurs corps toujours plus proches.

Je leur lançais des sourires et je bandais fort de voir ma chérie si belle, de voir ma coquine chauffer le patron du bar. Ils sont revenus vers moi, cette fois Gino avait son bras autour de la taille de ma chérie.

Il a constaté que j’avais bien avancé dans la consommation de la bouteille de champagne, et a proposé que nous en prenions une autre dans son bureau. Ambre m’a regardé avec un grand sourire, j’ai répondu que Gino avait déjà été si aimable et généreux que c’était avec plaisir. Nous l’avons suivi dans son bureau.

L’endroit était insonorisé, avec pour seules lumières une faible lampe et une autre venant d’une glace sans teint qui laissait voir le bar.

Gino a mis de la musique et est parti chercher une bouteille. J’ai pris ma femme dans mes bras et je lui ai dit que c’était à mon tour de danser un peu avec elle. Je l’ai serrée fort contre moi en l’embrassant à pleine bouche. Gino est revenu, il a préparé des verres et ouverts la bouteille. Pendant ce temps, j’ai orienté Ambre pour qu’il puisse voir ses fesses, et j’ai commencé à tirer sa robe depuis le haut de la fente pour les lui dévoiler. Sans m’arrêter Ambre m’a demandé ce que je faisais. Ses fesses maintenant complètement à l’air, moi tenant le pan de sa robe sur le coté, j’ai simplement répondu en demandant à Gino s’il ne voulait pas venir nous rejoindre. Il a hésité un court instant avant de s’approcher et venir se coller contre ma femme…

Pendant un moment nous avons dansé de la sorte, ma chérie entre nous deux. Moi sentant ses seins durs et ses bouts tendus, elle sentant sans aucun doute l’érection de Gino contre ses fesses. J’ai soufflé dans son oreille...

« Tout va bien ma chérie ? »

Elle m’a répondu dans un soupir.

«…Oui… Très bien même…»

J’ai continué en lui faisant remarquer que d’habitude, quand elle me répond comme ça c’est qu’elle me sent bander très fort derrière elle. Dans un soupir, elle à répondu « oui » et faisant comme s’il n’était pas contre elle, elle a continué.

« Mais là, c’est Gino qui bande très fort contre les fesses de ta coquine. »

« Tu as envie de lui ?

Tout en poussant ses fesses encore plus contre lui, Ambre me répond avec un nouveau soupir… « Oui…» Puis elle m’embrasse goulûment avant de tourner la tête sur le coté pour embrasser Gino à son tour à pleine bouche…

Après avoir alterné ces baisers entre lui et moi, elle s’est mise à soupirer et à se contrer sur Gino. Je me suis alors éloigné pour les regarder. La main du patron du bar en a profité pour passer devant et caresser les seins de ma femme. Il en a sorti un de son décolleté, a joué avec son téton. Il l’a fait gémir, elle se cambre de plus en plus pour mieux sentir sa queue contre ses fesses. Il a descendu sa main pour la passer dans la fente de la robe. Aux soupirs que poussait Ambre, je savais qu’il était en train de jouer avec son clitoris.

Comme je m’y attendais, très vite ma chérie n’a pas pu résister et a commencé à trembler de son premier orgasme. Puis elle s’est tournée pour faire face à Gino, elle à sorti sa queue en un rien de temps, avant de s’accroupir pour le prendre en bouche.

Après bientôt une semaine que nous en parlions et qu’elle l’imaginait, elle était enfin en train de sucer le bel italien. Elle l’a sucé doucement, puis fougueusement et doucement à nouveau, s’attardant sur le frein en lui caressant la base en même temps. A tel point que j’ai cru qu’il allait jouir. Ambre s’est redressée et l’a entraîné vers un fauteuil proche de celui dans lequel j’étais assis en lui disant…

« Je veux te sentir en moi…»

Il s’est assis, elle a remonté sa robe, enlevé son string, il a enfilé un préservatif et elle s’est assise sur lui me faisant fasse. Je regardant la queue de Gino pénétrer la chatte d’Ambre de plus en plus profond.

Une fois bien au fond, elle a commencé à remuer sur lui sans le laisser sortir… Elle m’a regardé droit dans les yeux…

« Ça te plaît mon chéri de me voir si coquine ? Ça te plaît de me voir faire bander un autre homme ? Ça te plaît de me voir me faire baiser ?.

Le souffle court, mon excitation décuplée par ses mots, je n’ai pu répondre qu’un « Oui… Oui, j’adore te voir si salope….»

Elle a alors commencé à monter et descendre sur la bite raide de Gino qui allait profond en elle et m’a demandé de venir près d’eux pour qu’elle me suce…

« Tu sais combien ta coquine rêvait d’avoir une bite dans la bouche pendant qu’elle se fait prendre…»

Difficilement, je me suis levé pour m’approcher. Ambre a commencé par me branler en commentant…

« Oh oui, comme tu es dur…C’est vrai que tu avais envie que je me fasse prendre par un autre…Et qu’est ce que j’aime ça aussi…»

Puis elle a commencé à me sucer avec ardeur. Le patron du bar, qui ne devait pas s’attendre à ce déroulement de la soirée, n’a pas mis longtemps à se crisper, à chercher à pénétrer Ambre plus profondément et à exploser. Avec son dernier coup de boutoir il a également fait jouir ma femme... très fort…

J’étais à deux doigts d’éjaculer aussi en entendant son plaisir, mais elle a su s’arrêter à temps, me disant… prends moi maintenant…

Ambre a attrapé un coussin derrière Gino, s’est mise à quatre pattes dessus, la tête entre ses cuisses, prête à le sucer à nouveau pendant que je serai en elle.

Ce moment indescriptible que j’aime tellement était arrivé. Pénétrer Ambre après un autre homme, pénétrer sa chatte déjà dilaté, déjà chaude, encore ruisselante de désir. Sentir comme elle réagit encore du plaisir qu’elle vient d’avoir Je savais déjà que je ne pourrai pas résister longtemps avant de jouir, d’autant que Ambre avait retirer le préservatif de Gino, et avait déjà sa bite dans la bouche… ,

Quelle autre vision de rêve. Une queue en train de reprendre de la vigueur sous les coups de langue de ma femme, sous ses caresses expertes. Il a rebander à toute vitesse rendant le spectacle encore plus excitant pour moi et la gâterie encore meilleure pour ma coquine. Très vite je n’y tenais plus et j’ai déchargé tout ce que je pouvais. Je suis resté en elle pour encore quelques va et vient car je la sentais proche elle aussi. C’est Gino qui a explosé à nouveau et qui a sans doute déclencher son nouvel orgasme.

Donner du plaisir aux hommes l’excite tellement.

Gino lui a donné de quoi s’essuyer le visage, puis nous a servi un verre. Ambre lui a donné son string « en souvenir ». et lui a promis de revenir l’an prochain.

Nous sommes rentrés à l’hôtel, non sans que Ambre ne donne un sulfureux baiser au patron du bar, devenu son amant d’un soir.

Nous avons traverser le bar, les regards se tournant vers Ambre qui ne portait, de façon évidente, plus rien sous sa robe fine…

Une fois arrivé, nous avons à nouveau fait l’amour en parlant de la soirée, de ses sensations, de son désir pour Gino et du plaisir que j’avais eu à la voir avec lui…





J'aime 7
30-03-2024 0 670

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par mazaudier

Settings