Vacances découverte au Maroc 1

Récit érotique écrit par nousdeux09 le 30-09-2022
Récit érotique lu 1815 fois
Catégorie Couple

Vacances découverte au Maroc 1

Après 3 ans de mariage, Stéphanie et moi, Marc, avons décidé de faire un voyage au Maroc, chez l’habitant, en pleine nature en ne se refusant rien pour 10 jours d’évasion, de découverte, de plaisirs.

Stéphanie, 28 ans, rousse, mi longs, pour 1m70, 45kg, menue, petite poitrine 85C,

De belles petites fesses et une belle petite toison claire

Moi, Marc, 36 ans 1m85, brun, pour 55 kg, relativement bien taillé et ce qu’il faut où il faut.

Nous sommes un couple heureux, bien dans notre peau et dans nos relations sexuelle, aimons les imprévus, la découverte.

Au boulot, j’ai un ami Marocain, Moussa, marié avec une française, qui a un oncle au Maroc et qui m’a fait savoir

qu’il avait une belle propriété et mettait à disposition de touristes une belle chambre d’hôte

et de différents services comme le hammam, massages.

La propriété est située à une quarantaine de kilomètre de Marrakech en pleine campagne et il m’a proposé d’en parler à son oncle.

Quelques jours après ma demande, je reçois un coup de fil de Moussa, m’informant que son oncle était d’accord pour nous recevoir car nous étions ses amis, partant pour 10 jours chez eux, je le remerciais et lui demande de transmettre mon acceptation et attendons ses directives.

Le retour ne se fit pas attendre, son oncle et sa tante seront à l’aéroport pour nous accueillir,

son oncle Rachid sera accompagné de son épouse Yasmine et présentera une affiche avec nos prénoms, Stéphanie et Marc et naturellement ils seront habillés dans la tenue traditionnelle du pays.

Avec tous les renseignements j’informe Stéphanie de la date de départ de notre voyage au Maroc, le vendredi 3 juillet avec décollage de Marignane à7h45 et arrivée à Marrakech après 3h de vol, elle était radieuse, il nous restait 15 jours avant le départ.

Nous avons passé notre soirée au restaurant Marocain pour nous mettre dans l’ambiance et une fois rentrés à l’appartement, nous avons passés une nuit torride en ayant des arrières pensées dans ma tête.

La veille du départ, bagages prêts, Moussa m’avait confié une enveloppe pour son oncle Rachid,

nous étions fin prêt en sachant que le lendemain il nous faudrait quitter notre appartement au plus tard 6h, donc levé à 3h, donc nuit de repos.

Le lendemain nous quittons notre appartement, bagages dans le coffre, nous avons décidé de nous habiller confortablement pour le vol, Stéphanie en jupe blanche large et un chemisier noir ample aves ses petits mocassin, pour moi un pantalon noir large et une chemise blanche ample, il faut être à l’aise pour passer 3 heures dans un avion.

Nous arrivons à Marignane, direction l’embarquement, enregistrement des bagages, nous passons la sécurité et nous voici dans la salle d’embarquement, il y a du monde et on se demande qui aurons nous comme voisin de siège, nous franchissons la passerelle et entrons dans l’avion, nous sommes en début car je n’ai pas choisi la zone économique, nous arrivons à nos sièges, la place hublot est déjà occupée par une femme, une bonne quarantaine, belle femme, elle nous sourit, par respect, Stéphanie se positionne à côté d’elle, elle s’installe, moi à coté, la femme nous dit bonjour, que nous lui rendons, on commence a discuter, elle va à Marrakech, car elle est responsable d’une entreprise import/export et nous nous allons passer quelques jours de vacances chez un ami en dehors de Marrakech.

Elle est très sympa et souriante, Stéphanie continue à discuter avec elle, moi je prends une revue, on nous annonce le décollage et nous voilà parti pour un pays de découverte et de plaisirs.

Stéphanie se lève pour prendre une couverture dans le coffre, il faut dire qu’elle est habillée légèrement en levant les bras, sa jupe remonte découvrant ses cuisses, notre voisine n’en perd pas une, finalement Stéphanie se pose, se recouvre de la couverture, sa voisine baisse au ¾ le rideau de hublot, Stéphanie lui sourit et s’installe confortablement, elle va faire un petit somme.

Je suis bien sous ma couverture, je ferme les yeux, mon coude touche ma voisine qui saisit mon bras pour qu’il repose confortablement sur l’accoudoir, je la regarde me sourit que je lui rends son sourire et je me sens partir.

Au bout d’un certain temps, je sens la main de ma voisine se poser sur ma main, je ne bouge pas, car je ne veux pas la froisser, elle me la caresse délicatement, je retire ma main et la pose sur la sienne, alors elle la retire doucement, je suis surprise.

Après quelques minutes je sens sa main se poser sur ma jupe, j’ai une réaction de crainte, je ne comprends pas, mais je ne bouge pas, sa main fait remonter doucement ma jupe, un frisson me saisit, la première fois qu’une femme se comporte comme ça avec moi, ma cuisse finit par être découverte, heureusement que la couverture me cache.

sa main effleure ma cuisse, je sursaute légèrement, sa main est chaude et douce, elle me caresse délicatement, pétrit ma cuisse, je sens la chaleur m’envahir, je n’en reviens pas que cette caresse me fasse cet effet, ma poitrine devient de plus en plus dure, mes mamelons sont en érection, sa main sent que ma peau régit, je garde les yeux fermés en me demandant ce qu’elle allait faire.

Je n’attends pas longtemps pour le savoir, sa main glisse vers l’intérieur de mes cuisses que je resserre, sa main est prise entre mes cuisses, elle insiste pour me les faire ouvrir, je ne résiste pas je m’ouvre légèrement, sa main se glisse alors entre elles et se pose sur ma vulve, je sursaute, je garde les yeux fermés, j’ai peur de ce qui va se passer et en plus devant tout le monde.

Ses doigts frottent délicatement ma fente à travers mon shorty, la première fois qu’une femme me touche, je n’en reviens pas de me laisser faire, heureusement Marc dort bien, s’il savait, sa main devient de plus en plus précise, heureusement que mon shorty me protège, mais malheureusement il est ample, elle pourrait se faufiler vers ma vulve, mais non, elle se penche vers moi en me demandant si j’aimais, en lui répondant oui car la première fois qu’une femme me touche, alors elle me glisse à l’oreille, d’aller aux toilette et de retirer ma culotte, je la regarde, elle me sourit, j’hésite, son doigt appuie sur ma fente et me dit , laissez-vous faire, nous avons 3 h de vol alors autant se faire plaisir, je lui souris.

Je suis folle, j’obéis, je retire ma couverture, mes cuisses apparaissent, je baisse rapidement ma jupe, je me lève enjambe Marc qui dort profondément, dans mes contorsions ma voisine a une vue sur ma culotte, je n’en reviens pas de mon comportement, je file aux toilettes, je ferme derrière moi, je me regarde dans la glace, je suis rouge, mes seins me font mal, ils pointent dans mon sg, heureusement sinon tout le monde pourrait les voir, j’hésite sur la demande de ma voisine, puis finalement, je relève ma jupe, fait glisser ma culotte la retire, puis je touche mon sexe, il est trempée, je n’en reviens pas de cette situation, je sors des toilette et me dirige vers ma place, tout le monde se repose, j’arrive, Marc dort toujours, ma voisine me sourit, me tend sa main je la saisi, j’enjambe Marc et naturellement ma voisine a une vue de choix sur ma vulve, je me dépêche, je m’installe, je remarque que sa robe est remontée sur ses cuisses, rapidement je remets la couverture, je serre les cuisses et ne bouge plus, je suis tétanisée, mon cœur bat fortement, ma bouche est sèche, ma voisine se penche vers moi en me disant, il ne faut pas avoir peur, vous êtes belle et vous avez une belle petite fente avec une belle petite toison, je lui souris alors elle me dit, remontez bien votre jupe, ce que je fis , alors elle pose sa main sur ma cuisse et remarque que j’ai toujours les jambes serrées, elle me glisse à l’oreille, écartez vos jambes, je n’ose pas, elle exerça une pression sur ma cuisse, je les ouvris, je mourrais de honte, sa main glissa vers ma vulve, me touche délicatement, elle sent ma réaction, son doigt se promena sur ma fente, sa main saisit la mienne, elle la dirige dans son entre jambes, ouverte et la pose sur son sexe, elle n’a pas de toison, je veux la retirer mais elle la bloque sur son sexe, elle se penche vers moi et me dit, maintenant faites comme moi, je la regarde, et me dit, oui, faites comme moi, vous êtes déjà bien mouillée ce qui veut dire que vous appréciez.

Son doigt ouvre mes grandes lèvres, elle frotte délicatement mon intérieur, je fais de même, sa vulve s’ouvre très facilement, mon doigt la touche délicatement, je sens ses doigts chercher mon clitoris, le trouve et avec deux doigts le serre délicatement, ce qui me fait vibrer, je lui rends sa caresse, elle vibre comme moi, je sens le plaisir arriver, j’ai peur, je ne veux pas crier, elle sent mon plaisir arriver, elle saisit mon visage, le tourna vers elle, ses lèvres se posèrent sur les miennes, sa langue força le passage, ses doigts était de plus en plus précis, je lui rendais son baiser, nos langues s’enroulaient, j’étais aux anges, l’orgasme arriva brusquement, je resserrais mes cuisses , sa main était bloqué avec ses doigts pinçant mon clitoris, je n’en voyais plus la fin, je n’arrêtais plus de vibrer, ma main pinçais fortement le bouton de ma voisine, elle se cambra doucement, notre baiser n’en finissait pas, puis finalement nous nous sommes relâchées, nos sexes étaient trempées, nous nous regardâmes, avec un petit sourire et me dit à l’oreille, pour une première pour vous vous avez eu du plaisir, si votre mari savait, je ne lui dirait rien, je ne veux pas le choquer alors elle me dit, il aimerait peut être vous voir faire l’amour avec une femme, je ne sais pas et je ne veux pas savoir.

J’avais la couverture jusque sous le menton, mes seins pointaient, ma poitrine était dure, je n’en revenais pas, je sentis sa main glisser sous la couverture, remontait sur le haut de mon chemisier, elle défit deux boutons, sa main glissa dans mon chemisier, toucha ma poitrine et me glissa à l’oreille, vous avez une belle petite poitrine bien dure, tendus et pendant ce temps-là elle fit sortir un sein de son bonnet, me le malaxa, je fermais les yeux, elle saisit mon mamelon, le titilla, le tira, le pinça, tout délicatement, j’adorais cette caresse, Marc savait bien y faire, ma poitrine me faisait mal, ma tête se plaqua contre le dossier elle me dit à l’oreille, donnez-moi votre bouche, ce que je fis rapidement, nos langues se cherchaient s’enroulaient, elle me pinça plus fortement le mamelon, je me cambre, sa main bloque ma tête sur ses lèvres pour m’empêcher de crier, puis je me relâche, en sueur, elle retira sa main de mon chemisier, laissant le sein sorti de son bonnet, je repris mon calme, j’étais vidé, mais bien et heureuse de ce plaisir, en me disant notre voyage commence bien.

Ma voisine me dit à l’oreille, écartez, bien vos jambes, ce que je fis, un peu honteuse de ma réaction, sa main se faufila à la naissance de mes fesses, son doigt se faufila entre elles, son doigt trouva mon œillet ou ma rondelle comme dit Marc, elle se mit à le caresser longuement, une sensation que je connaissais, mais agréable, elle me glissa à l’oreille, vous êtes très étroite par là, votre mari ne s’en occupe pas, je lui souris, il aimerait bien, mais j’hésite, à ce moment-là son doigt força un peu le passage en me disant, détendez-vous, je fis un peu la grimace et elle fit entrer ses deux premières phalanges, son doigt commença à se promener en moi, son pouce se posa sur ma fente et entra  en moi, j’étais prise des deux côtés, ce manège dura plusieurs minutes, puis se retira, en me disant à l’oreille, je vous attendrai aux toilettes femmes de l’aéroport avant d’aller chercher nos bagages, il faut que je vous vois.

je passe ma main sous la couverture, je remets mon seins dans son bonnet, je baisse ma jupe, je saisis ma culotte, je n’y arrive pas pour la mettre on risque de me voir, Marc se réveille, je lui fait un bisous sur ses lèvres et lui dit qu’il faut que j’aille aux toilettes, il se lève me laisse passer et me diriger vers les toilettes, il me semble avoir une drôle de démarche avec les fesses à l’air, je suis obligée d’attendre, un homme sort, je prends la place.

En revenant des toilettes je remarque Marc qui discute avec ma voisine, en arrivant Marc se lève, ma voisine en profite pour se lever et se dirige vers les toilettes et je demande à Marc, de quoi parliez-vous, de toi, que tu étais très belle et que j’avais beaucoup de chance et espérait que notre voyage se passera bien.

Notre voisine revient, nous nous levons, passe et s’installe à sa place Marc en profite pour se dégourdir les jambes, une fois assise, elle me demande mon téléphone, je le récupère dans mon sac, lui donne, elle écrit quelque chose, me le rend, je remarque qu’elle m’a donné ses téléphones au Maroc et France et son prénom, Laïla, je lui donne mon numéro et mon prénom, elle me remercie, en me disant quand je serais en France je vous appelle et nous pourrons nous rencontrer si vous le souhaitez, j’ai un grand studio à la Vieille Chapelle.

Me souriant elle me remercie de mes caresses, il y avait longtemps que ça lui n’était pas arrivé, je lui rends son sourire et lui dit que je n’avais jamais touché une femme.

Marc revient, souriant, nous commençons à discuter tous les trois, elle nous parle de son travail, de son entreprise, nous de notre travail de notre choix du Maroc pour notre voyage, à ce moment l’hôtesse nous demande ce que nous désirons comme collation, que nous prenons, je me penche vers Marc et lui fait un bisou sur la bouche, nous buvons notre jus de fruit.

Le commandant de bord vient nous annoncer notre descente sur Marrakech avec une arrivée dans 30 minutes, Laïla se penche vers moi discrètement et me glisse à l’oreille, on se retrouve aux toilettes femmes avant d’aller récupérer les bagages, je la regarde en souriant, pas de problème.

L’avion est en phase de descente, atterrissage dans 5 minutes, je me calle contre Marc, il me fait un bisou en me souriant, l’avion touche le sol et filon vers le point de débarquement, arrêt de l’avion, nous nous levons , le débarquement commence, nous sortons de l’avion et arrivons dans une grande salle où tout le monde attend les bagages, je ne vois pas Laïla, je dis à Marc, je vais aux toilettes pendant qu’il attend les bagages et en souriant me dit de ne pas me perdre et lui répondant de ne pas avoir peur et que si on veut m’enlever je crie, je cherche les toilettes, les trouve, toilettes femmes, j’entre un endroit très propre, spacieux, il n’y a personne, j’en profite pour me rincer les mains et j’entends derrière, moi, Stéphanie, je me retourne et je vois Laïla me faire signe de la rejoindre dans une cabine, je la rejoins rapidement, me fait entrer et referme rapidement la porte.

Alors elle se colle à moi, pose ses lèvres sur les miennes, sa langue force le passage, nos langes se cherchent elle soulève ma jupe, descend doucement mon shorty, me le retire , le pose sur son sac, elle me fait monter sur la cuvette, les jambes un peu écartées, je voulais voir ta petite fente, je n’ai jamais vu de rousse, tu es magnifique, alors elle pose ses lèvres sur ma fente, sa langue me fouille, elle trouve mon clitoris, l’aspire, le suce, ses mains on saisit mes fesses, je vibre, je repousse un cri, je tremble, je viens d’avoir un orgasme, elle me soutient, sa bouche me libère, elle m’aide à descendre, elle me sourit, dépose un baiser sur mes lèvres et me demande si elle peut garder mon shorty, je suis surprise en lui faisant remarque que j’allais être nue sous ma jupe, alors elle me répond qu’au Maroc les femmes sont souvent nus sous leur caftan et puis elle aura des sensations, je lui laissais mon shorty, elle le sentit avec un sourire, le mit dans son sac et me dit, qu’elle espérait que nous soyons heureux pendant ces 10 jours et qui sait, qu’elle découvrirait des plaisirs sexuels avec son mari et des habitants du Maroc, car les femmes sont très fortes entre elle et les hommes adorent les petites jeunes comme toi, je rougis, elle répond que Marc a peut-être des fantasmes comme moi, alors il faut les réaliser, je lui souris en lui disant, nous en avons et espérons les concrétiser

Avant de nous séparer elle me dit qu’elle espère me revoir à Marseille et que nous pourrons communiquer par texto, elle dépose un baiser sur mes lèvres, entrouvre la porte, une femme vient d’entrer, elle me fait signe de sortir, puis me suit, nous nous dirigeons vers la sortie, la femme nous regarde avec un sourire.

Nous nous séparons, je rejoins Marc, je fais très attention que ma jupe ne se soulève pas et fait attention de ne pas trop me trouver à contrejour, les bagages arrivent, nous les mettons sur un chariot, nous nous dirigeons vers la sortie, passons par la police, on perd un peu de temps, puis la douane, beaucoup plus rapide, j’entrevois Laïla, elle me sourit, nous arrivons dans le hall où il va falloir trouver Rachid et son épouse, il fait très bon grâce à la clim., il y a beaucoup de monde, finalement nous apercevons un homme portant une affiche avec nos prénoms, nous nous dirigeons vers lui

Marc, se présente, un bel homme grand, en tenue locale blanche, à côté de lui, une belle brune, cheveux longs, aussi en tenue locale, nous nous présentons, il se présente, Rachid, son épouse Yasmine, il prend nos mains pour nous saluer, sa femme ne bouge pas, il nous la présente, il souhaite prendre notre chariot, je décline sa proposition et remercie il nous demande de le suivre, Stéphanie est prise en main par son épouse, nous sortons de l’aéroport, une chaleur intense nous saisit, nous nous dirigeons vers le parking, Stéphanie et Yasmine marche côte à côte, ne disent rien, je discute avec Rachid, nous arrivons devant une grosse voiture, un 4x4 blanc, il ouvre le coffre, embarque nos valises, ouvre la porte arrière pour faire monter Stéphanie, m’ouvre la portière avant, fait le tour de son véhicule et ouvre la portière à son épouse puis monte à sa place, met le moteur en route, laisse le moteur tourner et nous demande comment s’est passé le voyage, si pas trop fatigués et nous félicite de notre tenue pour le voyage et la chaleur pour l’arrivée, pour la première fois nous voyons Yasmine sourire, elle est magnifique, alors Rachid nous dit, vous êtes des amis de notre neveu, qui vous apprécie énormément et réciproquement pour lui et son épouse, aussi, chez nous vous êtes chez vous, tout en parlant il met la clim en route en nous précisant que nous allons avoir, si tout se passe bien, presque une heure de route et nous allons à l’entrée du désert, alors profitez bien du paysage et il démarre.

Pendant le voyage je discute avec Rachid, nous parlons de son neveu Moussa, nous travaillons tous les deux dans la même entreprise, sommes amis depuis plusieurs années et nous nous rencontrons souvent tous les quatre, tout en discutant, je remarque que Yasmine et Stéphanie le courant commence à passer, je remarque qu’elle détaille Stéphanie, de la tête aux pieds, sa jupe est à mi cuisses, son chemisier assez ouvert ce qui permet à Yasmine de découvrir un peu sa petite poitrine sous son Sg, je suis surpris car je pensais les femmes marocaines plus réservées, alors Rachid me dit, on dirait que le courant passe entre elles, je ne veux pas te froisser, mais tu as une femme très belle et jeune, je me charge de lui répondre, je te remercie, elle a 28 ans et effectivement elle est belle.

Nous continuons à rouler, puis au bout d’une vingtaine de minutes il bifurque sur la droite, une petite route et nous filons droit devant, le paysage est magnifique, le paysage est de plus en plus désert et surprise au bout d’un moment je vois au loin un espace de verdure et Rachid nous dit, nous arrivons, j’espère que vous allez vous plaire, nous arrivons devant un portail, qui s’ouvre un homme d’un certain âge nous salut, que je lui rend, au bout du chemin nous arrivons devant une grande bâtisse, de plein pied, magnifique, nous nous regardons, surpris de ce lieu, on sent qu’il est aisé.

La voiture s’arrête devant l’entrée de la bâtisse, il nous invite à descendre en nous disant, vous êtes ici chez vous, les amis de notre neveu sont nos amis, arrive un homme, il file au coffre, récupère nos bagages, disparait dans la maison, alors Rachid nous dit

Yasmine et moi nous allons vous accompagner dans votre espace privé, nous les suivons, avant de franchir l’entrée, nos hôtes se déchaussent, ce que nous faisons, nous regardons cet intérieur luxueux, nous traversons une grande salle, pas de table et chaises, uniquement une table basse au centre, des tapis et une multitude de coussins, on se dit, nous allons vivre local, ce qui nous fait plaisir mais un peu inquiets, nous arrivons dans une cours intérieure, avec un bassin au milieu, un jet, des plantes, des fleurs un arbre, Stéphanie, me regarde, émerveillée, puis nous franchissons une porte à deux battants et nous entrons dans une grande pièce, au milieu encore une table basse et autour encore des coussins, la luminosité est tamisée, des persiennes empêchent le soleil de pénétrer dans la pièce des voilages à chaque fenêtre.

Nous franchissons une porte et Yasmine nous dit

- Votre chambre, au fond à droite, votre salle bain, ici, en tirant un rideau, une grande penderie pour vos affaires personnelles, vous avez à votre disposition des tenues locales si vous souhaitez les utiliser.

La chambre est magnifique, surprise, un grand lit circulaire, une grande moustiquaire qui le recouvre, à gauche en entrant une grande glace.

La salle de bain est spacieuse, une grande baignoire, une douche sans vitre, deux lavabos et une grande glace, alors Stéphanie leur dit

- Merci à vous, nous, sommes émerveillés de notre chambre, nous allons être heureux et en plus avec des hôtes aussi accueillants, charmants que vous, encore merci

Alors Rachid nous dit, nous vous laissons vous installer, si vous avez besoin de quoi que ce soit, vous avez une à votre service une femme de chambre, il vous suffit de l’appeler avec le téléphone intérieur, après vous pourrez nous rejoindre dans la grande pièce que vous avez vu en entrant, nous prendrons un rafraîchissement et puis nous vous ferons visiter notre maison, alors Stéphanie leur répond

- En vous remerciant, nous nous rafraîchissons un peu et vous rejoignons, nous vidons nos valises et vous rejoignons.

Une fois nos hôtes partis, Stéphanie me saute au cou, m’embrasse en me disant, merci pour ce voyage, je suis heureuse, mes mains se posent sur ses fesses et je découvre qu’elle n’a pas de culotte, ce que je lui fais remarquer, elle me sourit.

Nous ouvrons nos valises, sortons nos vêtements, Stéphanie me dit, je vais vite prendre une douche pour me rafraîchir, j’en ai pour 5 minutes, elle se déshabille rapidement, elle est nue et disparaît dans la salle de bain, je me sélectionne un pantalon large et une chemise blanche très large, pas de chaussures car pieds nus à l’intérieur, faut respecter les coutumes

Stéphanie sort de la salle de bain, heureuse, nue, ses petits seins tendus, sa petite toison, si on avait le temps j’aurais bien fait l’amour, ce qu’elle voit, elle me sourit, non pas maintenant, file à la douche, il ne faut pas faire attendre nos hôtes, ce que je fais

Quand je sors de la douche, Stéphanie est habillée, robe blanche arrivant aux genoux, le haut légèrement décolleté pour ne pas froisser nos hôtes, naturellement elle porte un sg blanc, je m’habille rapidement, un peu d’eau de toilette pour chacun, du N° 5 pour Stéphanie et nous filons tranquillement rejoindre nos hôtes, nous arrivons dans la grande pièce à vivre, une pénombre agréable, nos hôtes sont là, habillé en traditionnel, Yasmine une grande robe, légèrement transparente, nous sommes agréablement surpris sans savoir si elle porte des sous vêtement, Rachid nous invite à s’assoir dans les coussins, nous sommes face à face, l’atmosphère est chaleureuse, avant de m’installer je remets à Rachid l’enveloppe que m’a remise Moussa, par correction la met dans la poche de sa djellaba et je m’installe.

La discussion s’engage, nous parlons de Marseille, puis du Maroc, nous propose de nous faire découvrir les environs, de tous les services que nous aurons, pour Stéphanie ce sera Yasmine qui s’en occupera et pour les hommes ce sera Rachid.

Il nous parle de son travail, il possède des magasins au souk de Marrakech, de vêtements, épices, des produits pour touristes et un établissement de soins pour femmes, arrive deux femmes portant un plateau avec une collation, des friandises, des fruits, des jus de fruit, du thé, on nous demande ce que nous souhaitons, nous prenons un thé à la menthe, les parfums se mélangent dans la pièce, ambiance bien agréable, je remarque que Rachid ne quitte pas des yeux Stéphanie, la façon dont elle est assise, a fait remonter sa robe et je me dis, j’espère qu’elle a une culotte, Yasmine remarque le manège de son mari, me sourit, je lui rend et je me demande si nos hôtes ne sont pas en train de nous draguer, non je rêve, il est vrai que Yasmine est magnifique, je la détaille, me regarde, elle bouge un peu, j’entrevois ses jambes, j’aimerais bien savoir ce qu’elle porte dessous, Rachid tout en discutant ne lâche pas Stéphanie.

après avoir longuement discuté et apprécier la collation, notre hôte nous propose d’aller nous reposer et en fin d’après-midi on viendra nous chercher pour faire le tour de la propriété.

Nous nous levons, remercions nos hôtes et nous nous dirigeons vers notre chambre tout en appréciant l’environnement intérieur.

Une fois dans notre chambre, je dis à Stéphanie

- Tu as fait une touche à Rachid, il n’a pas arrêté de te regarder, il t’aurait bien mangé, j’espère que tu avais une culotte

- Bien sûr que j’avais une culotte, par contre Yasmine elle était très belle, cette tenue un peu transparente sans savoir ce qu’elle avait dessous, Rachid est bel homme

- S’il te proposait de s’occuper de toi …

- Je ne dirais pas nom, mais je suis mariée maintenant

- Oui je sais, mais une partie à 4, serais-tu tentée

- Tous les deux avec eux ?

- Oui

- Tu plaisantes

- non découvrir des plaisirs que nous ne connaissons pas, j’ai cru que tu étais tentée

- Bon on passe à autre chose, j’aimerais que tu me fasses l’amour

- Une proposition qui ne se refuse pas, attends, si je t’attrape je te viole, Stéphanie se sauve, nous nous courons après dans notre chambre, je finis par l’attraper, je la prends dans mes bras, elle gigote, je la jette sur notre lit, je lui remonte sa robe, la retire, elle se retrouve en culotte sg, je retire mon pantalon, ma chemise, je me jette sur elle la bloque, lui fait glisser sa culotte, apparait sa belle vulve bien taillée, je la mets sur le ventre, je suis assis sur ses fesses, je dégrafe son sg, le retire, je me retourne, toujours assis sur elle, ses petites fesses devant moi, elle se tortille, crie pas trop fort pour ne pas ameuter la maison, mes mains se posent sur ses belles fesses, les écarte, apparaît sa rondelle, je luis dis, tu es magnifique, je pose ma bouche sur ses fesses, ma langue se pose sur sa rondelle, elle sursaute et disant, non stp, ma langue descend vers sa vulve, l’écarte, ma langue commence à la fouiller, elle est trempée, cette petite histoire de viol l’a excitée, je commence la sucer, elle gémit, se détend, je la retourne, lui écarte les cuisses, lui écarte la vulve et commence à la sucer, la fouiller, elle gémit, elle saisit mon sexe, le prend en bouche, m’aspire, un cuni délicieux, au bout d’un bon moment, nous sentons notre plaisir arriver, elle me libère, je la retourne, me positionne entre ses jambes, elle écarte ses lèvres, je frotte mon gland sur celles-ci et puis doucement je la pénètre, de plus en plus profondément, une fois plaqué à elle je ne bouge plus, ses jambes me bloque en elle, je sens son vagin vibrer, elle me dit de ne pas bouger, elle me saisit la tête pose sa bouche sur la mienne, nos langues se trouvent, elle gémit de plus en plus, son vagin se resserre, un orgasme la tétanise, se cambre puis se laisse tomber, je ne bouge pas, je connais ma petite femme, ses seins sont tendus sous mon torse, au bout de quelques minutes, elle me dit, prend moi, loin, fort, jouissons ensemble, alors je commence mon va et vient, lentement, profondément, je ressort à la limite de ses lèvres et me replonge en elle, je sens que mon plaisir arrive, et me dit, plus vite, plus vite, elle pousse des petits cris, serre les dents, se cambre, je me libère, mon jet la percute au plus profond d’elle, je me plaque et ne bouge plus.

Au bout de quelques minutes, je me retire délicatement, nous sommes sur le dos, je me remets doucement, je me retourne vers Stéphanie, elle a les yeux fermés, elle se remet, je me lève discrètement et file à la salle de bain, laissant ma chérie, repus, sur le dos, les jambes légèrement ouvertes ……..


J'aime 10
30-09-2022 1 1815

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par nousdeux09

Settings