Premiers émois (4)

Récit érotique écrit par cerebrox le 19-07-2014
Récit érotique lu 7146 fois
Catégorie Inceste

Les premiers jours de mon initiation se déroulèrent sans que jamais mon père n'y fasse allusion, même de manière ironique. Je commençais à croire que maman m'avait menti ou bien encore, j'allais jusqu'à imaginer que cette grosse salope trompait son mari. En réalité, je le compris plus tard, papa avait opté pour la stratégie du silence afin de me donner, concernant mes rapports avec ma mère, beaucoup d'assurance par la pratique sexuelle répétée. Il avait jugé bon, en fin psychologue, de se tenir faussement en retrait de façon à me laisser abuser de ses charmes avec la plus grande liberté. Mais, lorsqu'ils se retrouvaient tous les deux au pieu, le soir, elle lui racontait par le détail, pendant qu'il la sautait, les progrès que je faisais et combien elle aimait cet inceste. Combien la nature de leur relation de couple en avait été changée. Elle se disait bouleversée par quelque chose qui la dépassait, sans trop savoir où tout cela allait nous mener. En enfer, sans doute, mais elle ne se voyait pas s'ennuyer éternellement au paradis. Mon père avait, de son côté, beaucoup plus de désir pour elle et il lui assurait qu'il prenait à nouveau son pied à la baiser depuis qu'elle avait osé commettre l'irréparable dont il ne l'avait pas crue capable. J'étais fier d'être la cause directe de cette fraîcheur, de ce regain de sexualité entre mes parents que le train-train quotidien depuis plus de 23 années avait fini par user. Ils s'aimaient à nouveau comme aux premiers temps de leurs ardeurs passionnées, aux temps de leur rencontre où je n'étais pas né. Et, si ma naissance avait un sens, maman et lui venaient assurément de le découvrir, rétrospectivement. Papa, dans un élan de générosité, poussa même le vice jusqu'à s'absenter tout un week-end où il dormit à l'hôtel pour ne pas nous déranger. Il téléphonait bien dans la journée, mais c'était par simple curiosité. C'était le moyen le plus efficace de nous permettre de resserrer davantage nos liens, mère et fils. 48 heures à deux pour faire vraiment connaissance! C'était véritablement ça pour moi la Liberté. J'étais déjà moins nerveux et plus réfléchi quand il s'agissait d'approcher celle qui occupait désormais jour et nuit mon esprit et qui me faisait tourner la tête. Je voulais la posséder quasiment sans arrêt. J'ai niqué à couilles rabattues durant deux jours et deux nuits, par tous les trous, celle qui m'avait élevé pour que je lui défonce un jour le cul. L'heure de cette bonne cochonne avait sonné. Elle en prit pour son grade. Je me régalais. Je ne limais pas seulement pour me défouler, je désirais plus que tout l'entendre brailler, complétement métamorphosée par les transes du plaisir que je lui donnais. J'aimais tant la regarder jouir que je l'obligeais à se branler devant moi dans les positions les plus provocantes. Elle se prêtait facilement à mes jeux de plus en plus poussés avec une docilité confondante qui m'étonnait. Mon père savait-il réellement quelle sorte de goule il avait épousée ??! Je me mis à jouer avec elle à la poupée qui ne dit jamais non. Je voulais surtout savoir jusqu'à quel degré de bassesse et d'humiliation une mère amoureuse de son fiston pouvait aller. Je pris très vite goût à cette inversion perverse des rôles. C'était moi qui commandait et ma chienne de mère qui obéissait. Je lui attachai les poignets dans le dos avec un vieux foulard, m'emparai de la laisse et du collier du clébard pour lui faire prendre des positions de soumission, un bandeau sur les yeux. Je lui fis répéter les pires grossièretés que je connaissais pour l'obliger à me supplier de la sodomiser. J'attrapai à pleines mains ses lobes fessiers que j'écartai à l'extrême pour garer ma queue dans son fion gras et clapoteux. Elle raffolait de ça, la truie ! "Branle-toi, connasse ! Branle-toi pendant que je te fais le cul." J'ai craché dans son petit trou distendu plus d'une fois, j'y ai pissé aussi. Son envie de moi semblait galvanisée par mes assauts sadiques. Maman n'était décidément pas une femme comme les autres...

J'aime 5
19-07-2014 0 7146

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par cerebrox

Settings