les leçons de piano 6/

Récit érotique écrit par nordenvie le 07-08-2014
Récit érotique lu 3962 fois
Catégorie Sadomazo

 

Il fait noir dehors, j'ai mon esprit tout embrouillé, je repasse en mémoire ces deux heures, je marche          je rentre.

 

Hervé est là devant la télé.

Il m'entraîne au restaurant (aujourd'hui je n'ai absolument pas pensé à préparer quoi que ce soit pour le repas!), on parle enfin il parle, on mange, je bois (j'ai l'impression d'être un peu ivre), je regarde les gens autour de nous, des couples, des femmes, d'autres femmes        je cherche quoi

Je cherche qui devrais-je plutôt dire          pas une ne lui ressemble, pas une n'a ses chevilles, ses yeux, son nez, sa taille fine      pas une n'a ses fesses non son cul!

 

Nous avons fait l'amour en rentrant, enfin Hervé m'a baisé, il en avait envie et je n'ai pas voulu lui dire non, comme d'habitude c'était bien, moi en –dessous puis au dessus, je l'ai sucé un peu et puis il a joui en moi comme un petit garçon. Je n'ai pas simulé, non enfin je ne crois pas, de toute façon il n'a rien vu.

 

Hervé dort déjà!

 

Sur le chevet mon téléphone portable m'indique un message, il est sans doute arrivé pendant que nous baisions, je n'ai rien entendu en tous cas, qui peut bien m'écrire à cette heure là ? de la pub? Le message s'ouvre sur

"votre mari semble devoir gagner ……enfin personnellement ça ne me dérange pas bien au contraire…….mais vous on dirait que vous le faites exprès!"

A demain, 19 heures précises!

Julie.

Envoyé: jeudi 24 avril 2008 à 01.23

De 06.65.22.39.58

 

A près ma douche, j'ai enfilé la même nuisette que ce matin ………………Je me caresse doucement, lentement, je fais rouler mon clito entre mes doigts, je le pince, je le masse ………..je mouille abondamment…………je serre les dents et les yeux……….jouissance magique! ………….Je lèche mes doigts, la paume de ma main ………….j'aime le goût de ma mouille ……………..avons nous toutes le même goût ? 

 

Je m'endors en pensant ……….à elle…………pourquoi me répéter cette phrase, quel sens lui donner?

         personnellement ça ne me dérange pas bien au contraire………..

quelle robe vais je mettre demain…………..je plonge!

 

 

VENDREDI 25 AVRIL

 

Ce matin, debout à 8 heures.

Hervé lui s'est levé un peu avant, m'a apporté une tasse de café,-

 

Je regrette ne pas pouvoir comme hier, traîner dans mon lit …… mais le vendredi, Delphine, une voisine, vient faire tout mon repassage,-

 

Je déteste repasser, que ce soit les chemises, les pantalons, les draps……. Je déteste ça, et depuis maintenant plus d'un an, Delphine vient chaque semaine chez nous, le vendredi matin, pour m'éviter cette corvée,-

 

C'est Hervé qui un jour m'a rapporté le numéro de téléphone de Delphine,-

Elle avait passé une annonce à la boulangerie du quartier,-

Je l'ai reçue, nous avons discuté, et puis tout s'est organisé très simplement,-

 

Delphine doit avoir une quarantaine d'année,-

Elle est un peu plus forte que moi, avec de jolies hanches, de belles formes,-

Toujours souriante, elle enfile toujours une blouse en arrivant, blouse le plus souvent blanche, parfaitement propre, nette, qui semble être comme la vitrine de son travail,-

 

Delphine arrive en général vers 9 heures, s'installe dans la cuisine et repasse pendant deux voire trois heures d'affilée,-

Parfois elle lance la machine à laver en arrivant, quand elle s'aperçoit que la machine est pleine (j'ai souvent du retard!),-

 

 

8h30, Hervé vient de partir,-

Je réfléchis à la robe que je vais mettre ce soir, plantée là devant la penderie de mon placard,-

Le miroir reflète ma silhouette, me flatte, me dit que je suis la plus belle dans cette nuisette ….

Bon là il faut que je change de nuisette, raisonnablement la soie et la dentelle ne sont plus très nettes …. notamment là, entre mes cuisses, là où je mets la main…….

La nuisette est très courte, la dentelle arrive juste sous mes fesses, juste sous mon sexe…

Ma main droite se pose sur mon sexe, mes doigts caressent mes grandes lèvres, écrasent mon clito qui s'embrase presque immédiatement…….

Non non il ne faut pas …pas maintenant non…….je n'ai pas le temps……..oh oui qu'est-ce que c'est bon

La porte de l'appartement s'ouvre, Delphine entre, je l'entends s'installer, mes jambes tremblent, mon ventre s'embrase, j'explose!

 

Je mets quelques 10 mn à reprendre mes esprits, j'enfile alors un très long pull au-dessus de ma nuisette, remet en ordre mon visage, cligne plusieurs fois les yeux pour leur donner un peu plus de vie et me dirige vers la cuisine,-

 

Delphine, comme à son habitude, a déjà installé la table à repasser, la centrale vapeur est branchée,-

Elle est accroupie devant le lave linge et y enfourne le linge sale!

Là je prends conscience que depuis plusieurs jours, je me laisse aller!

Le linge est séparé en trois piles, en fonction des couleurs, de la matière……

 

- Bonjour Madame,

- Bonjour Delphine, vous allez bien..

- oui oui, tout va bien! je me suis permise de faire le tri dans le linge pour lancer la machine à laver

- vous avez bien fait Delphine, merci, cette semaine j'ai été débordée et je n'ai pas eu le temps de le faire

- oh pas de problème,    par contre, Madame, en ce qui concerne vos sous vêtements, je vais les laver à part pour ne pas les abîmer

Et là elle me montre le panier posé sur le côté, dans lequel je distingue mes culottes, mes soutiens-gorges, mes strings, mes bustiers aussi, empilés les uns sur les autres…. 

J'ai une bouffée de chaleur. Jamais je ne laisse ainsi traîner mes sous-vêtements, sous-vêtements que je lave toujours moi-même à la main, pour les protéger, pour les garder beaux.

Et avant même que je réponde, elle prend le panier sous le bras

- Si ça ne vous dérange pas je vais les faire tremper tout de suite dans la salle de bains pendant que vous prenez tranquillement votre petit déjeuner

Je ne réponds pas, l'esprit perdu entre le désir de dire non et la confusion d'avoir ainsi tout laissé traîner,-

Delphine est déjà dans la salle de bains,-

Je m'installe un peu comme un automate à la table de la cuisine et me sers un café,-

Je n'arrive pas à l'avaler, il est chaud…… j'ai chaud aussi avec ce pull ………. Je suis un peu bête car maintenant, avec Delphine dans la salle de bains, je ne peux plus prendre ma douche, et dire que j'ai encore ma nuisette sur moi, toute imprégnée de ma mouille, de mon odeur, de ma jouissance

 

Je me lève, quitte la cuisine et me dirige vers ma chambre,-

Grâce aux miroirs de mes penderies, je vois Delphine dans la salle de bains,-

Elle se retourne plusieurs fois, suspendant ses gestes, elle semble écouter, elle ne me voit pas c'est sûr, alors que moi, je la vois très bien,-

Elle paraît inquiète, se retourne sans arrêt,-

Elle tient ma culotte en dentelle noire LA PERLA dans les mains! Que fait elle? Elle la positionne devant son ventre, sur sa blouse blanche, elle s'admire devant le miroir!  Je souris!

Et là maintenant c'est mon soutien-gorge MARLIES DECKERS qu'elle tient ……….non je ne le crois pas…..hop elle entrouvre sa blouse, fait glisser les bretelles et les bonnets de son propre soutien-gorge, dégagent deux seins plantureux de sa blouse qu'elle habille avec mon soutien-gorge!

Et elle change, libérant au passage ses seins que je regarde ébahie, la gorge sèche

 

Régulièrement elle écoute, se retourne, observe, pour reprendre son activité,-

Une par une, mes culottes sont admirées, et quand elles lui plaisent, elle les "essaye" en les posant sur son bas ventre, au-dessus de sa blouse, les seins à l'air offerts à ma vue dans l'attente d'un nouvel essayage,-

 

Je ne peux m'empêcher de l'observer, mon ventre se tord à la vue de mes dessous ainsi exposés et essayés sales, par Delphine,- J'ai encore plus chaud que tout à l'heure, je transpire, je sens l'eau couler sur mon ventre, dans mon dos, le long des cuisses aussi.

 

Elle remplit alors la vasque avec de l'eau savonneuse et chaude, la buée envahit le miroir, je devine Delphine glisser ses seins sous sa blouse et remettre son soutien-gorge en place,-

Elle se saisit d'une de mes culottes ….mais non elle ne la met pas dans l'eau, non……. elle dégage le voile de l'entrejambe…..non! elle le porte à son visage……..l'hume, le respire ……non! je vois sa langue caresser le tissu

Mes jambes tremblent à nouveau, à nouveau ma main glissée sous mon pull, caresse mon sexe en utilisant cette fois, comme Delphine, le voile de ma nuisette pour exciter mes grandes lèvres déjà toutes gluantes et mon clito que je devine rouge braise

Je la vois encore prendre un par un mes strings, les respirer et les lécher consciencieusement avant de les mettre dans l'eau savonneuse de la vasque

Elle ne se retourne presque plus, non, mais maintenant, les jambes un peu plus écartées, le corps appuyé contre le rebord du lavabo, elle ondule de droite à gauche, puis de haut en bas,

Je l'imite instinctivement

Je la devine en train de se caresser le vagin contre le lavabo, de se masturber, toujours à lécher une de mes culottes,

Brutalement elle se retourne, écoute, observe,- Rassurée sans doute, elle déboutonne le bas de sa blouse, enlève un puis deux boutons, écarte sa blouse, relève le bas de sa robe jusqu'au dessus de ses cuisses, dévoilant une paire de jambes enfermées dans des collants couleur chair,-

Rapidement, elle retire ses collants pour les glisser dans la poche de sa blouse,-

Tout aussi prestement, elle écarte le tissu de sa culotte blanche, faisant apparaître un sexe d'un rose vif entouré de poils noirs et luisants, et là …….mon corps explose pour la troisième fois en moins de deux heures, me laissant accroupie, mon jus dégoulinant sur mes mollets et mes talons, mes yeux scotchés sur ce spectacle improbable

Delphine, suçant mon entrejambe enfin l'entrejambe de ma culotte en dentelle rouge LISE CHARMEL, s'astique son sexe avec la culotte noire qu'elle vient juste de sucer, mélangeant mes odeurs, mes secrétions, sa salive et son jus

Son frottement s'amplifie, le rythme s'accélère et la tête rejetée en arrière je vois son ventre trembler et je devine aux soubresauts de son corps qu'elle inonde ma culotte,-

 

Lentement, elle se redresse, remet de l'ordre dans sa tenue, referme les boutons de sa blouse,-

Mes dessous sont désormais tous dans l'eau savonneuse, y compris cette culotte noire pleine de son jus,-

Elle paraît à nouveau sereine, et s'applique à nettoyer à la main chacune de culottes, la délicatesse de ses mouvements contredisant la violence et la force de ses mouvements précédents,-

 

Je rentre dans la chambre en faisant suffisamment de bruits pour ne pas la surprendre, et en me dirigeant à mon tour vers la salle de bains

- Delphine, pendant que vous y êtes, ça vous dérange de me nettoyer encore une nuisette

- bien sur que non Madame, où est elle, je ne l'ai pas vue

Sans esquisser la moindre hésitation, tout en me retournant, j'attrape le bas de mon pull et le soulève en le passant au-dessus de ma tête, prenant bien soin de décomposer mon mouvement, certaine que la laine du pull accroche suffisamment la dentelle de la nuisette pour la faire remonter et dévoiler ainsi mes fesses, sachant pertinemment que les miroirs de la chambre lui offrent dans le même temps une vue parfaite sur mon sexe et ses poils soyeux,-

Ce que j'avais espéré et pressenti arriva, je senti deux mains attraper alors le bas de ma nuisette et le maintenir pendant que je faisais passer le pull au-dessus de ma tête,-

Rejetant le pull sur le lit, les deux mains me firent basculer le corps fermement vers l'avant,-

 

Je me retrouve les deux mains sur le bord de la baignoire, la nuisette remontée au-dessus de mon cul, les jambes largement écartées,-

Les deux mains de Delphine se sont emparées de mes fesses pour encore mieux les écarter,-

Voilà seulement deux semaines je n'aurais jamais imaginé pouvoir être ainsi exposée et soumise et aujourd'hui, sans aucune honte, je cambre mes reins pour accentuer ma position,-

Delphine, accroupie derrière moi, me lèche les jambes,-

Je la devine retrouver sur mes jambes, le goût de mon jus, le même jus que celui qu'elle a découvert et apprécié sur mes culottes,-

Sa langue est maintenant en train d'explorer la raie de mes fesses,-

Elle s'insinue sans aucune hésitation dans mon petit trou qu'elle entreprend de détendre et d'écarter,-

Tout en pensant que je n'ai même pas encore pris de douche aujourd'hui, je me cambre plus encore et je devine l'ouverture de mon petit trou, se faire de plus en plus large pour y accueillir cette langue hardie et voluptueuse,-

Profitant de ce qu'elle quitte son nid, je me retourne rapidement pour lui offrir cette fois mon sexe,-

Delphine me regarde fixement, ……….je ne baisse pas les yeux, oh non je n'en ai absolument pas la moindre envie, …..elle semble attendre un geste d'approbation de ma part.

Je prends alors sa tête entre mes mains et d'un geste ferme et sans équivoque la glisse là juste entre mes cuisses que j'écarte au maximum,-

Je lui maintiens ainsi le visage contre mon sexe, je sens sa langue qui fouille mon vagin, qui nettoie mes grandes lèvres, qui lèche mes poils encore plein de ma mouille,-

Je sens encore ses mains agrippées sur mes fesses, qui les malaxent, je sens ses doigts qui tournent autour de mon anus, jouent avec,-

Mon anus est aussi lubrifié que mon vagin,- Ses doigts sont enfoncés dans mon cul et je les sens jouer dans moi, contre ma paroi,-

Je lui relève alors la tête, je la sens un moment anxieuse, mais elle comprend vite et me fait un grand sourire quand j'attrape ma nuisette, à l'endroit le plus mouillé de moi (j'ai encore l'esprit de penser que cela fait au moins deux nuits que je masturbe dedans) pour lui glisser dans la bouche avec mes doigts,-

Ses doigts dans mon cul répondent à cette intromission,-

Sous l'effet de la douleur je me redresse, j'arrache le tissu de sa bouche et l'enfouis cette fois dans mon vagin, complètement dilaté et luisant,-

A nouveau Delphine replonge le visage entre mes fesses et sa langue glisse dans mon vagin, joue avec la dentelle de ma nuisette, ce qui ne fait qu'augmenter ma jouissance, la brûlure de la dentelle exacerbe encore la sensibilité de mes lèvres,-

J'aimerais encore pouvoir jouir mais je suis vidée, …..et pourtant, sa langue, la dentelle, ses doigts dans mon anus, je me sens défaillir,-

Elle retire alors brutalement sa langue, emportant avec elle le bout de dentelle qui m'allume le vagin,-

Ses doigts s'enfoncent encore plus profondément dans mon cul, à moins bien sur que ce ne soit mon petit trou qui ne s'ouvre d'avantage,-

Sous la pression, je me retrouve cette fois debout, encore plus cambrée et écartée au-dessus du visage de Delphine

Je la vois là sous moi, la bouche entr'ouverte, la langue tendue,-

Je …je …..pendant que sa langue me titille le clito, pendant que ses dents me mordillent le clito, tout cela en rythme avec ses doigts qui jouent avec mes tissus intimes ……je ….je me mets à me masturber, ma main droite écrase mon sexe, de plus en plus fort, de plus en plus vite………

de plus en plus vite………je sais où je vais…..je me frotte, vite, fort …….je sais où je viens……..là bientôt, fort, vite…….je sais …….encore plus vite, encore plus fort, mon cul qui avale ses doigts, la douleur dans mon anus, encore plus vite …….je sais ……….j'explose, par des jets puissants, j'inonde le visage et la bouche de Delphine, par des jets dorés, je lui éclabousse la gorge les seins qui désormais pointent sous la blouse, ………..je la vois, je l'entends laper, avaler, lécher mon urine 
 

Mes flots se tarissent, je sens mes jambes de dérober sous moi, je m'assois sur le bord de la baignoire …….tiens mon cul est libre, ses doigts l'ont déserté sans même que je m'en aperçoive ….comme un manque maintenant…..

 

Je me laisse glisser dans la baignoire, ouvre grand le robinet, l'eau chaude remplit la baignoire, caresse mon corps, je me laisse emporter par la chaleur,-

 

Delphine me réveille, me retire la nuisette que j'ai encore sur moi,-

Elle est propre, coiffée, remaquillée,- elle a enfilé son manteau,-

Mon étonnement à la voir ainsi "pimpante" est sans doute flagrant car sans un mot, elle écarte les pans de son manteau qui laissent apparaître un corps totalement nu,- Seul, le collant miraculeusement épargné pendant cette séance, a repris sa place sur les jambes de Delphine,-

- j'ai nettoyé la salle de bains et j'ai rangé la cuisine,- j'emporte avec moi votre linge que je vous rendrai dès demain repassé,- je laisse tremper votre nuisette dans la vasque rajouta t'elle d'un air moqueur en plongeant la dentelle dans l'eau savonneuse,-

- Bonne journée Madame, et à vendredi prochain.

Toujours, sans que je ne prononce la moindre parole ou n'esquisse le moindre geste, elle me caresse la joue et les cheveux, délicatement, avant de disparaître,-

 

J'ai entendu la porte de l'appartement claquer derrière elle avant de m'assoupir dans cette eau chaude et délicieusement parfumée.

 



J'aime 2
07-08-2014 0 3962

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par nordenvie

Settings