les leçons de piano 8 et fin

Récit érotique écrit par nordenvie le 07-08-2014
Récit érotique lu 7242 fois
Catégorie Sadomazo

 

MARDI 29 AVRIL

 

J'ai passé ma journée comme dans un état second, entre mes répétitions au piano et les séances de "tortures" que je m'imposais.

 

Je connais mon morceau par cœur désormais, je n'ai même plus besoin de la partition, c'est devenu simple, naturel

 

- bon ma chérie, tu es prête? Tu n'as pas oublié que c'est ce soir le verdict!

- non non je suis prête, enfin je crois, je vais t'épater!

- ça je l'espère bien!

Je ne suis pas sure que ces mots ne soient pas détournés dans l'esprit de Hervé, je suis sure que ce n'est pas au piano qu'il espère être épaté!

- tu reviens à quelle heure?

- je serai là dans une demi heure environ, j'ai deux ou trois choses à préparer et je reviens

- je t'attends pas de soucis

Je me demande bien ce qu'il peut bien trouver à préparer!

Il me reste donc une demi-heure pour moi me "préparer", je repense à Julie, à ces yeux, son corps, ses mains, elle me manque…… j'ai envie de l'appeler j'ai besoin d'aide, de son aide

Zut mon portable, il ne sonne jamais et là quand on n'a pas le temps il se réveille

- allo

- Madame ROLAND

- Julie! Oh je suis contente, je pensais à vous juste à l'instant

- je devine donc que l'heure de l'examen approche

- oui Julie  j'ai une demi-heure pour me préparer ……… et je pensais à vous.. enfin à vos conseils…..

- et vous vous demandiez comment atteindre le nirvana je présume

- euh oui……c'est exactement cela……. Je ne sais pas comment m'y prendre ………seule!

- vous devez bien avoir quelques jouets coquins Madame ROLAND

- euh…….non enfin oui, depuis peu, un……un gode c'est bien ça?

- et bien voilà qui devrait pouvoir vous rendre service………vous ne croyez pas?

- euh bien à priori ce gode m'apporte plus de plaisir que de…….. comment dire, de souffrance!

- vous l'avez avec vous là?

- oui Julie je viens de le prendre…….

- je vais vous guider Madame ROLAND ……..je suppose qu'il est de taille correcte n'est-ce pas?

- oui même un peu trop d'ailleurs……

- tant mieux Madame ROLAND c'est exactement cela qu'il faut

Encore une fois je ne comprends pas

- retirez votre culotte Madame ROLAND

- euh oui Julie …voilà je l'ai enlevée

- vous avez de la vaseline?

- euh non je n'en ai pas

- comment ça Madame ROLAND, votre mari ne vous encule donc jamais?

Qu'elle claque encore une fois

- je n'aime pas cela Julie, non

- et bien vous allez apprendre! De l'huile vous en avez quand même? Et bien vous badigeonnez le gode avec de l'huile même chose pour votre petit trou….allez dépêchez vous!

Le spectacle est grandiose, le gode enduit d'huile et moi qui me lubrifie l'anus !

- maintenant Madame ROLAND, et là je veux vous entendre, vous allez vous enfoncer le gode dans l'anus, allez maintenant! Profond !

Un peu tremblante, le corps penché en avant, les fesses saillantes, les jambes écartées, je tente d'introduire le gode dans mon petit trou, mais rien à faire ou si peu, je n'y arrive pas ….je force pourtant  mais non et ça me fait mal, mes chairs se déchirent mais en vain

- je …..je n'y arrive pas Julie et puis de toute façon j'ai déjà mal ……..c'est ce qu'on voulait , c'est suffisant n'est-ce pas?

- Madame ROLAND, posez votre gode au sol, verticalement, et présentez lui votre cul, allez asseyez vous, vous le sentez là, à la porte, vous le sentez n'est-ce pas?

- oui Julie …….oui

- Madame ROLAND, maintenant je veux vous entendre crier, allez d'un coup allez que votre cul l'avale, d'un coup

Comme un jouet, je prends une profonde inspiration et je m'accroupis brutalement sur le gode qui s'engouffre dans mon anus, défonçant, emportant tout sur son passage, je me sens déchirée, j'ai affreusement mal, je n'arrive même pas à crier, j'en pleure

- retirez le maintenant Madame ROLAND , de la même manière, comme si vous l'arrachiez de votre cul

Je ne lui ai pas laissé le temps de finir sa phrase que j'ai expulsé le gode,-

Je me sens comme violée, j'ai l'impression de n'être plus qu'un trou

-et maintenant Madame ROLAND, vous recommencez et cette fois votre cul doit le gober entièrement, allez allez vite et fort, allez Madame ROLAND, n'oubliez pas que vous n'êtes qu'une salope, que vous aimez ça

Accroupie sur le gode, il est cette fois rentrée presque naturellement, mais il dépasse encore de mon cul

- allez salope de bourgeoise, allez asseyez vous complètement, je veux le cul par terre

Je me retrouve assise par terre, mon cul est explosé, je suis remplie de ce gode, je sens sa tête dans mon ventre, je sens son autre extrémité entre mes fesses

- bougez-vous le cul, allez, traînez vous par terre, allez allez

Je me tape le cul par terre, je me traîne sur ses paroles, le gode ne fait plus qu'un avec moi……

Merde Hervé est déjà là, c'est lui qui ouvre la porte……

Je me relève d'un bond, coupe mon portable brutalement, envoie balader ma culotte sous le fauteuil

- déjà de retour……..

- oui oui je suis pressé de t'entendre mon amour ……..allez hop on fait ça maintenant……assied toi, moi je me mets là dans le fauteuil, je t'écoute et je ne dis absolument rien.

J'arrive à peine à marcher et pourtant il faut ne rien laisser paraître, je me dis que dans 5 mn c'est terminé et que j'irai m'enlever ce truc dans les toilettes.

Je m'assois face au piano, pose les doigts sur le clavier, je sens le gode qui s'appuie contre le tabouret, j'essaye de ne pas trop bouger, heureusement j'ai l'impression que la douleur s'estompe, ou alors je m'habitue, mon corps s'habitue

Je commence à jouer, les notes se succèdent, les pages de la partition tournent une par une dans ma tête

Finalement j'ai un sentiment de béatitude, ce gode fait partie de moi et je joue même avec lui en bougeant discrètement mes fesses sur le tabouret

Je joue…….bien………je regarde Hervé qui m'observe surpris……. Je suis sure qu'il ne pensait pas perdre……..et qu'est-ce qu'il m'aurait demandé…….je joue encore…..bien…….une fellation, non trop simple, peut être à trois……..merde j'ai l'impression que je mouille……..je joue toujours …….bien……. où alors nue dehors dans un bois……..là ça y est je coule……. Je joue toujours aussi ……..bien………c'est con quand même je ne saurais même pas ……..non je veux savoir, j'ai envie de savoir, je jouis deux fois coup sur coup j'ai envie là tout de suite de son sexe dans ma bouche        et mes doigts comme par miracle font n'importe quoi transformant le morceau de musique en une succession de bruits

- Yes! J'ai gagné! J'en était sur!

Hervé exulte ……..moi aussi secrètement!

 

 

- allez hop debout

Il me prend la main, je n'ai pas le temps de dire quoi que ce soit, il me mets un bandeau sur les yeux

- suis moi maintenant

- mais je ………

- tais toi! Pas un mot! N'oublies pas ta promesse!

Le ton est péremptoire, je le suis maladroitement surtout avec ce gode dans le cul!

On quitte l'appartement, on prends l'ascenseur, tient ça résonne, il fait plus froid

Je comprends ou plutôt je devine qu'on est maintenant dans le garage au sous-sol

Il me tire, m'entraîne, me plaque brutalement contre une voiture…me couche de force sur le capot ……..elle est froide  je frissonne…… il m'attache les mains avec des menottes mais je ne sais plus bouger, il a du attacher les menottes à la voiture …….je suis couchée sur le dos, là sur le capot d'une voiture……..les mains attachées au-dessus de ma tête sans pouvoir me libérer

Je devine la lumière qui s'allume et s'éteint au gré de la minuterie

J'entends une voiture qui arrive……je n'ose pas bouger………Hervé est là à mes côté silencieux…….des voix….des pas qui s'éloignent…..une porte qui claque……..à nouveau le silence…….

Je sens Hervé qui se penche vers moi, qui me renifle, ses mains caressent mes seins, mon ventre, caresse mon sexe………il va trouver le gode………il m'écarte les jambes……cracccccccccc il a déchiré ma robe à partir du bas jusqu'au dessus de mes seins….

Il déchire avec ses dents mon soutien gorge libérant mes seins dont je devine les tétons explosés

- Putain, mais t'es un vraie pute…… tu te ballades sans culotte……tu vas t'en prendre plein la chatte ma salope……..mais ma parole t'as commencé sans moi………. T'as plein de jus sur tes cuisses………

Je sens Hervé excité comme un taureau en rut, accroupi entre mes jambes, son nez dans mon vagin, sa langue qui me nettoie mes grandes lèvres………

 

A nouveau une voiture……..Hervé se relève………des portières qui claquent, une, deux, trois, ………des voix……..des voix d'hommes……des pas …….qui se rapprochent……..je tremble de peur ….d'excitation……..

Brutalement deux mains soulèvent mes cuisses et je sens un sexe dressé juste à l'entrée de mon vagin…..

- vas y baise là ………vas y on aime ça, c'est une salope……….

Son sexe me laboure le vagin et ses mouvements écrasent le gode dans mon cul

Je sens son sexe contre ma cloison et de l'autre côté le gode qui lui répond

J'explose avant le mec, j'explose encore

Le type se retire brutalement et gicle sur mon ventre, je sens son sperme chaud atterrir une fois, deux fois, trois fois ……à le porc …….il s'essuie la bite sur ma cuisse

Il y en a un autre qui me lèche, là à l'endroit où l'autre a giclé………je suis sure ……c'est Hervé qui me lèche pendant qu'un deuxième m'enfile lui aussi d'un coup sec

Sa queue, le gode et Hervé qui me lèche ……je jouis une nouvelle fois si fort que mon violeur s'arrête un court moment avant de reprendre plus vite plus fort ses mouvements ..plus vite…….

Je sens son foutre noyer mon vagin, un, puis deux jets puissants, …….

En se retirant je sens son sperme couler encore sur ma cuisse

Je me sens retournée brutalement pour retrouver cette fois sur le ventre le cul à l'air……..ça y est il vont le voir

- putain la garce, regarde ce qu'elle s'est mis dans le cul

- ouah la salope…..sale chienne

et je sens trois doigts s'agripper autour de ce qui dépasse encore de mon cul

Le gode m'est littéralement arraché du cul

Je les entends rire,

Puis brutalement un sexe raide, plus gros que les deux autres aussi, m'encule d'un coup

Je n'ai pas le temps de crier ma joie ou ma douleur que je me retrouve avec le gode dans la bouche, mes secrétions dans la gorge qui me donnent la nausée

Le type s'acharne, m'écarte les fesses pendant qu'il me lime l'anus

J'ai deux non trois non quatre doigts dans la chatte, je recrache le gode je crie et j'explose en même temps pour la troisième fois…….non quatrième.. mon jus coule sur les doigts qui fouillent mes entrailles, mon cul s'emplit brutalement d'un liquide chaud et poisseux…….

Le mec se vide les couilles consciencieusement dans mon cul avant de se retirer sans vergogne.

 

Mes mains sont libérées, je me sens glisser au sol, accroupie, pleine de foutre, de mon jus, de bonheur, de plaisir

 

Soudain une main soulève mon menton, un doigt ouvre ma bouche pour bientôt laisser place à un sexe que je reconnais sans peine        Hervé veut que je le suce……. Non je l'avale, je le gobe………

Je sens sa queue se raidir, je le sens venir

Je sens surtout un jet tiède sur mes jambes, puis un autre sur mon ventre, un troisième encore sur mon sexe,

Mes violeurs me pissent dessus, mon corps se met alors au diapason et je lâche un long et violent jet, mes soubresauts ne font qu'accentuer ma fellation et Hervé me remplit la gorge de son sperme tiède ………………..

 

Mes doigts arrêtent de jouer sur le piano pendant que j'entends Hervé m'applaudir

- bravo ma chérie, félicitations, je dois avouer que je ne l'aurais jamais cru, mais là tu m'as bluffé

J'ai l'impression de sortir de transes, mon exhib, le viol, tout cela n'était donc que le fruit de ma seule imagination ou alors le résultat de la souffrance …….. le gode se rappelle à moi et j'ai mal

En souriant je quitte la salle et m'enferme dans les toilettes,-

J'ai à peine le temps de m'asseoir que les contractions de mon ventre provoquent l'expulsion du gode, j'ai l'impression de me vider ……….

Tout en pissant, je tente de comprendre ce qui m'est arrivé, comment ai-je pu, tout en jouant, imaginer ces scènes, les vivre si intensément surtout,-

Je me rends compte que mon seul souhait était de perdre le pari, j'ai un arrière goût de déception, d'inaccompli, de regrets,-

J'essuie les dernières gouttes d'urine avec le papier toilette, mes doigts traînent sur mes lèvres, je me pince, je veux souffrir, je veux baiser!

Je sors des toilettes et retourne dans la salle de piano, Hervé est tranquillement installé dans le fauteuil, il n'a pas bougé, nous a juste servi deux coupes de champagne,-

Il m'en tend une que j'avale d'une traite tout en m'asseyant sur ses genoux, face à lui,-

- et bien, apparemment le piano te donne soif!

- tu ne peux pas si bien croire! Je lui saisi la main restée libre et la glisse là entre mes jambes, sur mon sexe tout humide de mes envies. Allez on considère que j'ai perdu mon pari et je suis prête, à satisfaire tes envies, à accomplir toutes tes fantaisies, allez ….

Hervé me regarde, pendant que sa main, ses doigts me fouillent maladroitement le vagin,-

J'attends qu'il me dise ce qu'il avait prévu, qu'il me prenne, m'emmène, je me sens prête à tout,-

 

- tu sais je t'aime et je n'avais absolument rien organisé espérant secrètement que tu gagnerais et maintenant que c'est fait, je t'avoue que je suis soulagé

Rien organisé! Alors pas de fantasmes, pas d'envies, j'en pleurerais de rage

- et bien Hervé tu me déçois, j'avoue que je te pensais plus ouvert…. Et puisque c'est comme ça c'est moi qui dorénavant te donnerai mes envies que tu devras satisfaire! Et d'ailleurs là de suite j'ai une envie……… tu aimes le piano c'est ça?………..et bien tant mieux.

 

Je quitte ses genoux devant le regard éberlué de Hervé, m'installe sur le tabouret du piano

- viens ici tout de suite, fous toi à poil et couche toi sous le piano

Je n'en reviens pas, Hervé semble hypnotisé et obéit sans rien dire, en quelques minutes il est là à mes pieds sous le piano, sa tête sous le tabouret ses yeux fixés sur ma chatte qui n'en finit pas de secréter un miel laiteux

- ferme les yeux, tu n'a rien à regarder et puis d'abord je vais régler ça tout de suite

Je file directement dans ma chambre, reviens très vite dans le salon avec une paire de vieux bas et un foulard,-

Je bande les yeux de Hervé avec le foulards puis lui attache chacun de ses poignets aux pieds du piano avec les bas, solidement,-

Il est là couché sur le dos, les bras en croix, nu, les yeux bandés,-

Je repose les fesses sur le tabouret, mes fesses écartées au-dessus de son visage, ma chatte ouverte et gluante,-

De la main gauche je me caresse nerveusement le clito pendant que de ma main droite je compose le numéro de téléphone de Julie qui décroche quasi immédiatement,-

- je vous attendais Madame ROLAND

- euh oui ……..je voulais vous dire que j'ai……..enfin j'ai gagné mon pari

- pari que vous auriez bien aimé perdre c'est bien ça Madame ROLAND?

- oui c'est ça

- déçue et frustrée alors, et votre mari qu'en pense t'il? Laissez moi deviner, aucun imprévu, rien d'organisé, le bide total quoi

- oui vous avez raison et pour le punir puisque désormais il aime le piano, je l'ai attaché nu sous le piano et je vais le forcer à m'écouter comme ça tout le temps que j'en aurais envie

- intéressant Madame ROLAND, mais là à mon avis, vous vous masturbez n'est-ce pas?
- oui ……oui j'adore ça,

- plutôt que de jouer du piano, je veux que vous l'arrosiez là, de suite, pissez lui dessus, forcez le à ouvrir la bouche, à avaler, à vous lécher, allez je veux entendre et vous imaginer ……..ensuite seulement ensuite vous viendrez me rejoindre en le laissant comme ça

- oui Julie, oui …….oui écoutes   tu entends ?……..allez ouvre la bouche allez avale oui …….prends tout………ah c'est bon hein, …….et en plus tu bandes mon cochon……….. allez lèche moi bien maintenant, encore, encore oui ……….ah tu aimerais bien que je te suce n'est-ce pas………n'y compte pas………maintenant tu restes là tu vas m'attendre, et à partir de maintenant tu feras absolument tout ce que je te dirai

 

Pendant que Hervé opine de la tête, sa queue dressée comme jamais, je me lève, enfile un manteau et disparaît en claquant la porte, nue et le sexe en feu, pour rejoindre Julie avec l'envie chevillée au corps.

 

Depuis ce temps là, j'ai renoncé à ouvrir ma boutique, Hervé est soumis à toutes mes envies ou folies, je ne lui laisse le droit de me baiser que lorsque j'ai mes règles.

 

Julie est devenue ma maîtresse, et très souvent, elle me fait participer aux cours de piano qu'elle donne à ses élèves, me permettant d'assister, ou secrètement ou réellement, à ses "leçons" de dressage comme elle les nomme,  leçons au cours de laquelle les élèves se muent en esclaves obéissants………leçons aux cours desquelles parfois elle m’entrave et m’oblige à l’observer discrètement pendant de longues heures …

 

Ah oui encore, j'ai un piano à vendre………il est très pratique ne serait-ce que pour y attacher quelqu'un…………..et puis qui sait, je pourrais éventuellement venir vous « le livrer »…



J'aime 1
07-08-2014 0 7242

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par nordenvie

Settings