La nuit de la Saint Sylvètre.

Récit érotique écrit par mazaudier le 19-03-2021
Récit érotique lu 3010 fois
Catégorie Partouzes-Orgies

Elias, puissant industriel libanais âgé de soixante ans, est propriétaire d’une grande société, dans le sud de la France.

A l’occasion du nouvel an, il invite une vingtaine de collaborateurs, et leurs épouses dans sa vaste demeure suisse.

Il est accompagné de ses deux fils, Samy et Rami, âgés d’une trentaine d’années. Parmi les invités, il y a Michel, jeune cadre, de vingt dix ans, et Francine, sa ravissante épouse, âgée de vingt quatre ans. Michel est promis à une forte promotion. Il y a également Melissa, secrétaire, et fille d’Elias. France la soupçonne d’avoir une relation avec son mari...à juste titre.

Ce n’est pas le grand amour, entre elles, mais France est prête à pardonner, comme lui avait pardonné, lors d’une relation avec son pire ennemie.

A part Mélissa, France ne connaît personne.

Michel fait les présentations, et s’aperçoit que les convives des deux sexes, n’ont d’yeux que pour son épouse.

Il est vrai que France est vêtue sexy. Jupe en cuir à mi-cuisses, petit haut rouge, et escarpins rouge, très tendance.

La lumière se tamise, et le DJ envoie un slow, pour inviter les couples à danser, en attendant les douze coups de minuit.

France éclabousse la piste, de sa beauté.

Minuit sonne enfin. France et Michel se donne un fougueux baiser

.-Meilleur vœux ma chérie, dit Michel.

-Bonne année mon amour, répond Francine. Veux-tu que nous allons fêter ça dans la chambre. Tu verras, j’ai rien mis dessous.

-Non, c’est vrai...t’as pas fait ça. Et si quelqu’un s’en aperçoit.


Michel et France font le tour des tables, adressent leurs vœux. Les bises sont à la limite du raisonnable.

France remarque des scènes pour le moins étrange.

Des mains qui s’égarent sous les jupes des femmes, ou dans les braguettes des hommes. Mieux, en se penchant, Francine sent une main monter entre ses cuisses, jusqu’à la chatte.

« Oh, fait une voix de femme.

France n’ose rien dire pour ne pas attirer l’attention, mais se sent rougir.

Ils arrivent enfin à la table du grand ponte. Samy, le plus séduisant des fils, fixe France d’un regard perçant, qui la met mal à l’aise. Elle est sauvée par le DJ, qui remet une série de slow.

C’est à se moment qu’elle voit son époux sortir des toilettes, suivi de Mélissa. D’autorité, France saisit Michel par le bras, l’entraîne au milieu de la piste, et se colle contre lui


-Dis moi...c’est une blague.


Soudain, Francine sent une présence derrière elle, des bras qui lui enserrent la taille, des lèvres qui baisent son cou. Elle tourne la tête.

Elle est surprise de voir Mélissa.


-Et moi, dit la secrétaire, tu ne m’embrasses pas. C’est pas gentil. Allez, donnes moi tes lèvres.

-Mais enfin, ça ne va pas. Michel, interviens. Fais quelque chose.

-Cool, mon amour, c’est la fête ce soir, laisses toi aller.


France n’ose protester. Elle ne sait pas, jusqu’où ça peut aller.

Mélissa fait pivoter le visage de France, passe sa langue sur ses lèvres, qui, par réflexe, s’ouvre légèrement. Puis la jeune secrétaire remonte ses mains sous le petit haut, saisit les seins.


-Ouah...qu’ils sont beaux…

-Arrêtes, s’il te plaît, pas ici, on peut nous voir.


Avec la complicité de Michel, le trio se décale vers un endroit plus discret. Mélissa en profite pour glisser une main sous la courte jupe. Un doigt effleure la fente déjà humide.

France perd pied, mais ne veut pas se soumettre à cette fille, même si la situation l’excite énormément. Mais se connaissant, va-t-elle résister longtemps.


-Oh là, sourit Mélissa, mais t’as pas de culotte. Et ta chatte et bien épilée. C’est pour moi que t’as fait ça...ou peut être que tu as l’intention de te faire mettre un bon coup de queue...avoue.


Michel fixe sa femme, Elle voit dans son regard, qu’il attend une réponse, et elle est prête à tout pour lui.


-Heu...oui, souffle-t-elle...les deux.


Tout cela se dit par balbutiements, leurs lèvres toujours en contact. France se prend au jeu, cède aux avances de Mélissa, Sa langue va goulûment à la rencontre de celle de la jeune fille. Pendant ce laps de temps, deux doigts ont ouvert les lèvres intimes, et extrait le clitoris de sa capuche.


-Il faudra qu'on se gouine, un de ces jours, poursuit la jeune libanaise. Viens, allons nous faire offrir une coupe à la table de mon père.

- S'il te plaît, demande France, ôte tes doigts de ma chatte, et sors tes mains de dessous ma jupe.

- Non, je veux t’emmener comme ça à la table de mon père… Qu’il voit ta petite chatte…»


Et sans lui laisser le temps de protester, elle entraîne France, un doigt enfonçai dans la chatte humide. La jupe est relevée haut sur les cuisses. Tous les regards sont fixés sur les deux femmes, et France est de plus excitée par cette situation.

Elle qui avait des idées cochonnes pour la nuit, elle est servie au-delà de ses espérances!


Arrivée à la table, France découvre des scènes peu ordinaires, pour une soirée de réveillon, elles sont vraiment hallucinantes.

Un sexagénaire est en train de se faire tailler une pipe par un jeune cadre, pendant qu'une jolie blonde, la jupe retroussée sur son ventre, glousse de plaisir, empalée sur une grosse bite. D'un simple regard, elle s'aperçoit que le scénario se répète à toutes les tables. Elle était tellement obnubilée par les doigts qui la fouillaient, qu’elle n’avait pas observé ce «détail»…

Les femmes se doigtent entre elles, se font lécher, les hommes se sucent, se sodomisent.

L'orgie, avec un grand O.


France se tord sur les doigts qui continuent de la caresser au plus profond d’elle. Son minou est juste à la hauteur des yeux d’Elias. Mais celui-ci reste imperturbable.


« Je vous en prie Madame, prenez place, dit galamment Ilias. Une coupe peut-être ?

- Je veux bien, merci., gémit France. »


La main toujours fichée dans les chairs de sa nouvelle amie, Sara se penche sur l'épaule de son père.


« Elle est prête mon papounet, mouillée à souhait, comme tu les aimes, amuse-toi bien. Bon, je vous laisse, à tout à l'heure.

- Mais où est Mikael ? finit par demander France.

- Il m'attend dans ma chambre pour jouer, t'inquiète pas ma chérie, on va bien s'occuper de toi.»


France reste scotchée, à tel point qu'elle ne remarque pas le riche industriel en train de se mettre à l'aise, ni que sa jupe en cuir glisse le long de ses magnifiques jambes. Par contre, elle sent une main ferme la saisir par la taille, et la tirer en arrière. Elle se retrouve, jambes écartées, sur les genoux du puissant homme d'affaires.

« Non, s'il vous plaît, pas ça.»


Elle tente de se soulever pour échapper à l’impressionnante bite libanaise qui se dresse sous elle. Mais ce mouvement ne fait que faciliter la pénétration. D’un bref coup sur les épaules, elle s’empale sur son membre hors-normes.


Et d’un coup, l'énorme queue coulisses entre les cuisses, lime la fente, accroche le clitoris. France est prise dans une tourmente incontrôlable. Elle prend la bite, se soulève et pour mieux s’ancrer dessus, dans un râle de plaisir. Elias fait passer le petit haut par dessus la tête, libérant une superbe poitrine aux bouts proéminents. France, entièrement nue, totalement offerte, se cambre et ondule sur la hampe qui la fouille au plus profond d’elle…

Vaincue par le désir et l’excitation, elle gémit.


« Ha...vas-y salaud...baise moi à fond!»


Excité par la scène, Samy se lève, la queue en érection pointée vers la bouche de la jeune femme. Sans se faire prier, France la décalotte du bout des lèvres, et l'aspire. Rami ne veut pas être en reste, et se place de l'autre côté, pour recevoir le même traitement que son frère. France ne se maîtrise plus, elle est prise dans la spirale de l'orgie. Elle accélère ses va et vient sur le puissant calibre du libanais, en gémissant de plaisir. Sa bouche passe d'une queue à l'autre, ses mains froissent les testicules de ses partenaires. Elle pompe comme si sa vie en dépendait, excitée par la situation, baisée par le père, et sucer en même temps les deux bites des deux fils… Inhabituel, et fort plaisant…


C'est Ramy qui lâche le morceau en premier, juste au moment de prendre son tour. La semence épaisse arrose le palais de la jeune femme. Elle le rejette pour prendre son frère, qui à son tour, balance son foutre au fond de sa gorge. Les spermes mêlés dégoulinent sur son menton, elle n’a pu absorber les deux jets différents…

Puis, c’est au tour de PDG de tapisser sa chatte, dévastée par la pénétration hors norme.

Quand elle sent le liquide chaud envahir sa grotte, elle atteint l'orgasme dans un cri de plaisir, se moquant de ce que vont penser ses voisins de table. Son visage, ses seins, son ventre sont couvert de sperme.

Un jeune cadre qui a suivi la scène, tombe à genoux devant elle, et tel un chien affamé, et se penche entre les cuisses du couple. Dans une série de gestes désordonnés et avides, il gobe les énormes testicules de son patron, aspire le clitoris de la jeune femme, lèche le ventre, les seins, lui prend furieusement les lèvres.

Il sort la queue d'Elias du fourreau plein de mouille, lui suce le gland, puis pousse le vice jusqu'à caresser le petit trou de France avec la bite humide. Le patron n’a pas débandé. A son âge, cela relève du miracle !

Sous la caresse inattendue, elle se tend en avant, jette ses mains en arrière pour saisir la nuque du libanais. Jamais elle ne se serait crue capable de prononcer les mots qu’elle va pourtant dire.


« Vas-y, je suis prête, encule-moi. »


Le libanais ne se fait pas prier. Il ordonne au jeune cadre de lécher la rosette de France, pour bien la lubrifier. Il obtempère, et elle se tord de plaisir sous cette langue qui fouille son petit anneau brun. Il finit par insérer le bout de sa langue pour dilater un peu le conduit anal. A deux mains, il entreprend, d’écarter les chairs brunes, Un doigt, puis deux, puis quatre écarte l’ouverture cachée. Le cadre suce goulûment la bite de son boss, puis entreprend de la guider dans les entrailles de France.

D’une seule poussée, sans plus se soucier de son amante du moment, Elias la pénètre. Elle crie de douleur, les intestins envahis par l’énorme mandrin.


Il donne de puissants coups de bassin, pour baiser au mieux le cul de France. Elle finit par s’habituer à la douleur, et commence à y prendre un certain plaisir…

Les pénétrations avec divers partenaires vont s’enchaîner sans qu’elle ne sache plus qui la baise…

Après une heure de débats érotiques, Michel et Mélissa rejoignent la table d'Elias. Celui-ci est entrain de sodomiser profondément son cadre assistant. Michel aperçois la jupe en cuir, et le petit haut de son épouse gisant lamentablement au sol.


« Ou est ma femme ? » demande-t-il, vaguement inquiet, et un peu jaloux…


Un invité lui fait signe de la tête. Michel se retourne et voit son épouse enroulée dans un manteau en fourrure, regagner une chambre, en compagnie des deux frères libanais. Un peu désemparé, il ne dit rien... Après tout, c’est lui qui a voulu ça…


France réapparaît quatre heures plus tard, et rejoint Michel assis à une table, en train de prendre son petit déjeuner. Il remarque les cernes sous les yeux de son épouse, signe d'une nuit sulfureuse.


« Alors ma chérie, tu as passé une bonne nuit ?»


Amoureusement, France prend la main de son mari entre les siennes.


« C'est quoi ce plan foireux ? Tu aurais pu m'en parler. Je me le suis fait mettre de façon féroce toute la nuit par ces trois mâles. Comme ils ont joué avec moi ces salauds ! Infatigables au lit ! Ils m'ont fait hurler de plaisir.

- Le principal, c'est que tu te sois bien amusée, tu veux qu'on rentre ?

- Je vais chercher mes habits, dit France, j'espère que je vais les trouver.

- Ah oui, au fait, c'est Mélissa qui les a, elle a dit que tu les récupères dans sa chambre.


France se retourne, passe une main dans les cheveux de son mari, et l'embrasse tendrement sur les lèvres.


« C'est quoi la suite de votre plan ? sourit-elle, il faut que je me fasse gouiner maintenant ?

- Prends ton temps ma chérie, finalement, on n’est pas pressés. Par contre, tu pourrais fermer ton manteau, on voit toute ta chatte.

- Franchement, tu es trop fort mon chéri... Rassure-moi, tu ne vas pas me faire une crise de jalousie ? Mon dieu que je t'aime toi!...»

,



J'aime 8
19-03-2021 0 3010

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par mazaudier

Settings