Logo Mes Fantasmes - Récits érotiques
CE SITE CONTIENT DU CONTENUE RESERVE AUX ADULTES! VOUS DEVEZ AVOIR PLUS DE 18 ANS POUR LE VISITER

Ma première sortie

Récit érotique lu 509 fois

Après plus d’un mois et demi de confinement, nous voila enfin libérées. On peut revoir des amis, faire du sport. Même si tous ça est restreint, ça nous permet de revivre un peu.

Certains bar sont même ouvert jusqu’à vingt et une heure. Un jour, vers dix sept heures, je décident de faire une virée. Histoire de m’étalonner, de voir si je suis toujours autant désirable, bien que je sois une femme mariée, extrêmement fidèle. Dany, mon époux n’a pas voulu sortir, prétextant qu’avec le télé travail, il avait des retards sur ses dossiers.

«Soit prudente Carole, me dit-il en m’embrassant.»

En fait, j’apprends par une copine branchée, qu’il y un club clandestin, dans un quartier renommé de la ville. Ni une, ni deux, je décide d’y la rejoindre. J’enfile une courte robe, sans rein dessous. De toutes façon, je ne compte pas m’éterniser, avec un couvre feu à vingt et une heures.

Pour un premier dé-confinement, je trouve qu’il a pas mal de monde. Et je connais très peu de monde. En même temps, ça ne fait pas de mal, de rencontrer d’autres visages.

Avec Audrey, ma copine, nous nous installons au bar. Du haut de nôtre tabouret, nous relatons nôtre vie galère de ne pouvoir sortir librement.


-Et ta vie de couple, ça c’est bien passé, demande-t-elle.

-Bof...on peut dire ça. Même si j’adore mon mari, Cohabiter n’est pas toujours facile. A, de la baise, y en a eu...mais c’est souvent la même chose.

-Pourtant, Dany avait une réputation de chaud lapin.

-Oui, je sais...mais après, la routine s’installe, il y a un manque flagrant de créativité, tu comprends.

-A ce point, et tu espérer quoi...c’était quoi ton fantasme.

-Je sais pas...qu’il arrive derrière moi, qu’il me surprenne. Qu’il soulève ma robe, qu’il me baise par derrière...sans un mot. Tu vois.

-Oh là...et si un mec arrivait, qu’il hausse ta robe et qu’il te sodomise, tu dirais quoi.

-Enculée, mon mari n’a jamais voulu...mais pourquoi pas. Et tan-pis si je suis infidèle pour une fois.

-Bouge pas ma chérie, je reviens...je vais commander à boire.


Audrey revient deux minutes plus tard, avec deux cocktails.

Je commence à boire une gorgée, quand je sens des mains se faufiler sous ma robe, la remonter sur mes hanches. Je me retrouve la croupe à l’air. Je devine au sourire coquin de ma copine, qu’elle m’a préparé un coup vicieux. Puis je sens un objet dur entre mes fesses. Un objet fait de chair, que je devine être une queue...et quelle queue !!

Je ne bouge pas, espérant que mon fantasme se réalise. Je ferme les yeux quand le gland surdimensionné, ouvre mon petit trou. C’est une première pour moi, et je ressens une légère douleur. Je prends la main de ma copine, lui demande du soutien. Puis je m’affale sur ses cuisses, quand l’énorme queue me pénètre entièrement. Je pousse un long soupir, tandis qu’Audrey caresse mes cheveux. Puis la queue entre en action. Je voudrais que le temps s’arrête, là, de suite, sentir cette bite aller et venir en moi, la conserver dans mon ventre.

Je lèche les cuisses de ma copine, les tapisse de salive. L’idée de lui bouffer la chatte, effleure mon esprit. Mais je suis pas une gouine.


-Alors, dit-elle enfin, elle est bonne la queue de Djamel…

-Hum...oh oui qu’elle est bonne putain, quel calibre…


En fait, je viens d’apprendre que je fais enculer par un arabe. Ce n’est pas un problème, je ne suis pas raciste pour un sou. Le problème, c’est que quand il va se retirer, je vais perdre le plaisir intense, qu’il est en train de me donner. Et c’est ce qui arriva. Il se retire, éjacula sur mes fesses.

Il se vautra sur moi, me donna un baiser dans le cou, et s’en alla. Je restai quelques minutes à embrasser les cuisses de ma copine, Qui essayait de me relever. Je n’ai jamais vu le visage de celui qui ma sodomisé, et avec qui j’ai trompé mon mari.


-Allons à mon appart, me propose Audrey, tu as besoin d’une bonne douche...et j’ai de quoi boire.

-D’accord ma chérie, j’en ai bien besoin.


Un quart d’heure plus trad, je sors de la salle de bains, vêtue du peignoir qu’Audrey m’a passé, et me dirige au salon. Et là, stupeur. Audrey, vêtue elle aussi d’un peignoir, est assise sur le canapé, entre deux guars.


-Alors, présente Audrey….Djamel et Samir, deux potes. Et voici Carole, ma copine. Aller, on trinque.

-Santé, disent en cœur les garçons.


Djamel...c’est lui qui m’a enculée devant tout le monde au bar. Je me sens rouge de honte. Je trouve l’excuse que je dois rentrer, mais il est trop tard, c’est le couvre feu depuis un quart d’heure.


-Tu devrais appeler ton mari que tu couches ici, propose Audrey.

-Elle n’a pas trop le choix, poursuit Djamel.


Je me mets à l’écart, et envoie un SMS mon mari, pour lui dire que, pris par le couvre feu, je reste à coucher chez ma copine.

Il me réponds que c’est ce qu’il y de mieux à faire, qu’il est rassuré. Il me dit aussi, de prendre mon temps, que j’ai toute la matinée pour rentrer.

Quand je reviens au salon, les verres sont servis. On boit, on boit...et on reboit encore. Jusqu’à ce que l’alcool prenne le dessus. Par contre, je remarque que les deux mecs, n’ont pas trop bus. Je devine leurs intentions. Il veulent garder tous leurs moyens, pour jouer avec nous.

Et c’est ce qu’il se passe.

Audrey se retrouve entièrement nue dans les bras de Samir, en train de se faire caresser la chatte. En plein délire, je m’approche de Djamel, fait glisser le peignoir. Celui-ci ôte ses habits, et se rassoit. Son énorme queue est déjà en érection. Il me saisit par les hanches, m’oblige à m’asseoir sur lui. Lentement mais sûrement, je m’empale sur le calibre qui m’a sodomisée au bar. J’enroule mes bras autour de son coup, lui prends les lèvres.


-Ton mari dirait quoi s’il apprend que sa femme se fait baiser par un beur.

-Il n’est pas raciste...puis j’espère qu’il le le saura jamais que je l’ai trompé...que ce soit avec un beur ou un autre.…


Je commence à me déhancher, alors que j’ai l’impression que sa queue grossit encore. Je sens que je vais jouir...j’arrête, on a toute la nuit devant nous, et je veux profiter au maximum de l’instant présent.

Je me lève plonge mon visage entre ses jambes, et prends sa queue en bouche. Ma langue descend sur la hampe de musclée, lèche un testicules, puis je remonte, enroule ma langue autour de gland. Je sens sa queue vibrer dans ma bouche. Il veut me repousser, mais je j’insiste, jusqu’à ce qu’un flot de sperme gicle au fond de ma gorge.

Je relève la tête, lui sourit. Puis je m’empale à nouveau sur sa bite. Près de moi, ma copine se fait prendre en levrette par Samir. Elle tend son visage vers moi, me tend les lèvres. Nos langues se défient dans un baiser torride. Samir ses retire, viens planter sa queue dans ma bouche, juste au moment ou il jouit, et ou moi j’atteins l’orgasme.

Samir me prend sous les aisselles, m’arrache de la queue qui me donnait tant de plaisir. Il m’allonge sur la moquette, s’encastre entre mes cuisses, pénètre ma chatte. Le calibre est identique que celui de Djamel.

Sur le canapé, j’entends ma copine gémir de plaisir. Nos orgasmes éclatent dans un même cris.

Six heures du matin. Le couvre feu est fini. La lumière filtre à travers les persiennes. Je remarque, en ombre chinoise, le corps superbe de la copine. D’une main, j’effleure un sein, glisse entre ses jambes, caresse sa chatte épilée. Elle se réveille en sursaut, me demande si c’est ce que je veux. Pour toute réponse, je lui prends les lèvres et me blottit contre elle.

-Alors ma chérie, ta première sortie après le covid...tu t’es bien fait mettre cette nuit. Satisfaite…

-Putain...plus que ça...ravie...quels baiseurs. J’espère qu’on remettra ça.


Après un copieux petit déjeuner, et une bonne douche, je rentre chez moi. Il est dix heures du matin.




























J'aime 3

RATING

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Cliquez ici pour vous connecter ou pour créer un compte

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

 

Récits / Histoires érotiques du même auteur