Mon pote a volé ma femme et ma fille

Récit érotique écrit par mazaudier le 30-05-2022
Récit érotique lu 19344 fois
Catégorie Partouzes-Orgies

Je n’aurai jamais pensé en invitant Frank, mon meilleur pote à la maison, de ce qui allait se passer. Ce salaud a profiter que j’avais une soirée poker, pour se taper ma femme, et ma fille, le même soir, faisant de moi un cocu, en humiliant l’homme de la maison que j’étais.

Mon nom est Karl, quarante deux ans, mariée, et possède ma propre maison. J’ai une belle épouse, Louise, et une fille, Julie, adolescente de seize ans, également très belle.

Ceci est un épisode de ma vie, qui s’est produit pendant une nuit fatidique il y deux ans et de la façon dont cela a presque détruit ma vie.

C’était un vendredi et j’avais ma soirée mensuelle de poker, avec plusieurs de mes copains. Nous étions tous des types mariés, tous excepté Frank. Frank allait avoir cinquante cinq ans, et est un ami de longue date. Il ne s’est jamais marié et a préféré vivre la vie de célibataire. Il avait une réputation bien connue les dames et des histoires également intéressantes à leurs sujets. Quand a mes autres amis ils étaient simplement heureux de passer une soirée sans leurs épouses.

C’est la où je différai des autres, mon épouse était une femme sexy, qui à trente huit ans a toujours un corps magnifique. Elle semble jeune comparé à certaines des épouses de mes copains qui ont pourtant sensiblement le même age.

J’ai toujours tellement apprécié sa compagnie que je n’avais aucun besoin de lui échapper, pour aller voir ailleurs.

La Soirée a commencé comme toutes autres, nous nous disposions autour de ma table de poker dans le sous-sol, des boissons, des clopes, une musique de fond et la partie débutait. Mon épouse descendrait de temps à autre et nous apportait des bières bien fraîches. Je peux dire que tous mes amis la regardaient de haut en bas et l’observaient quand elle se penchait pour nous servir. Elle portait un body sans soutien-gorge, ainsi on pouvait clairement distinguer ses éblouissants bourgeons à partir de son grand décolleté qui mettait en forme ses seins. Mon épouse buvait également, pas de la bière, mais plutôt du rhum coca, et elle en était déjà à son troisième. Je pouvais la voir devenir plus amicale, bavardant allégrement. Les copains essayer de flirter avec elle, mais elle faisait juste mine de les l’ignorer. Frank essayait aussi de flirter avec elle, la complimentant habillement sur ses seins, ses fesses et son visage. Mon épouse a juste ri et s’ est éloignée. J’étais irrité mais n’ai rien dit. Il commençait à être tard, nous étions tous un peu ivres au point que nôtre jeu ralentissait rapidement.

Ma fille Julie, âgée de seize ans, est venue en bas à un moment pour me donner un baiser, et me souhaiter une bonne nuit.

J’ai surpris Frank qui la parcourait, lui matant ses seins encore en croissance. Quelle pensée perverse avait-il ?

Frank a alors commencé à dire à ma fille quelle était mignonne, disant quelle se transformait en jeune fille très sexy. Julie a juste ri comme sa mère, et la traité de vieil homme pervers. Ma fille et mon épouse ont alors dit qu’elles allaient nous quitter pour aller dormir. Mon épouse ma envoyé un clin œil, m’invitant à ne pas poursuivre ma partie trop longtemps, ayant certainement une forte envie de baiser. Cependant les types voulaient encore jouer quelques parties de plus. On le fit en buvant encore de la bière. Presque une autre heure avait passé avant que nous ayons tous finalement décidé de clore la soirée. La plupart de mes amis habitaient à quelques pâtés de ma maison d’ici. Frank vivait plus loin et était venu en voiture. C’est tout naturellement qu’on lui proposait de coucher dans la chambre d’amis.

Chambre qui se trouvait juste à côté de celle de ma fille.

Il a exprimé des remerciements, et à demandé où était la salle de bains, pour régler une envie pressante. J’ai dit a Frank d’utiliser les toilettes d’en haut près de ma chambre, parce qu’il semblait que quelqu’un avait vomi partout dans celle du bas. C’est en trébuchant qu’il prit les escaliers.

Je suis resté un moment pour nettoyer le désordre que nous avions mis tout au long de la nuit. J’ai dû également nettoyer la salle de bain, autrement elle aurait empesté la maison toute entière. J’ai également jeté toutes les bouteilles vides, les frites et la nourriture éparpillé partout dans la pièce du sous-sol. J’étais assez ivre à ce moment, ainsi cela m’a pris une bonne demi-heure.

J’ignorais alors que Frank n’avait pas bien agi en haut. Il avait trouvé la salle de bains avec facilité, Il y avait pénétré, s’était passé de l’eau sur le visage, éclaboussé le sol, puis avait procède a la recherche de sa chambre, cependant quelque chose avait attiré son attention. La lueur de la lumière de salle de bains lui a permis de voir faiblement dans ce qu’il savait être notre chambre à coucher. Il pouvait voir la forme nue de mon épouse dans la lumière blafarde.

Frank était certes ivre, mais pas assez pour ignorer une invitation comme celle-là. Tout ce qu’il a vu c’était une femme nue étendue là, avec les jambes ouvertes, comme un appel aux sexes. Dans le fond de son esprit il savait que c’était mon épouse, mais étant un homme à femmes, c’était dans son habitude d’aller au lit avec des femmes, même mariée, à la fin d’une nuit arrosée. Dans sa tête il a juste pensé que comme d’habitude, cette femme nue l’attendait.

Il a marché vers elle lentement, a ôté ses vêtements, puis s’est assis sur le lit prés d’elle. Il a commencé a se pencher vers le haut de son corps pour caresser ses seins qu’il trouvait insolemment fermes, aux bouts extrêmement tendus. Il fit rouler les bouts entre ses lèvres. Instinctivement, ma femme cambra sa poitrine.

Mon épouse respirait fortement dans un sommeil déjà profond, elle avait bu trop d’alcool et c’était endormi sans m’attendre. Frank ne perdit pas trop de temps en caresses, d’autant qu’il avait constaté quelle était déjà un peu moite au niveau de sa chatte. Ainsi après quelques attouchements ciblés pour satisfaire sa convoitise, il parvint à la rendre extrêmement humide. Quand il pensa qu’elle était prête, il s’est penché et a enfouit son visage entre ses cuisses. Sa langue léchait les lèvres intime, aspirait le clitoris en partie décalotté. Instinctivement, pensant peut-être que c’était moi, ma femme passait ses mains dans se cheveux, comme pour l’inviter à poursuivre son cuni. Puis, il s’est élevé vers elle et a positionné sa grosse queue dure, à l’entrée de son chatte toute chaude. Il joua avec le bout de son sexe sur son petit bouton pendant une minute, et mon épouse commença à gémir. Pourtant elle était encore endormie, ou hébétée par les effets de la boisson.

Frank était maintenant prêt, il commença à glisser sa longue et épaisse queue dans la chatte de mon épouse. Il y a glissé doucement au début, la prenant aussi profondément que possible, ne s’arrêtant que quand ses énormes couilles touchèrent ses fesses. Frank a alors commencé à aller et venir lentement dans la chatte de mon épouse tout en saisissant et caressant ses seins. Mon épouse commençait maintenant à gémir assez fortement, elle est toujours expansive pendant que je la baise. J’avais fini de nettoyer en bas et c’est à ce moment que je me dirigeais à l’étage. J’ai jeté un coup d’œil dans la chambre d’amis, mais je n’y ai évidemment pas trouvé Franck. J’ai alors vérifié dans la chambre de ma fille apparemment elle c’était rapidement endormie. Finalement alors que j’arrivais près de ma chambre, j’ai entendu des gémissements, les forts gémissements de mon épouse. J’ai immédiatement ressenti de douloureux crépitements dans mon estomac qui n’ont cessé d’augmenter pendant que je m’avançais, petit à petit, près de la porte. Ce que j’ai vu m’a choqué et tétanisé.

Mon ami Frank, nu sur mon lit, baisait mon épouse. Je fus dans un état de choc, incapable de me déplacer ou de faire quoi que ce soit, j’étais comme congelé. Alors que mes yeux s’adaptaient a la lumière réduite, je pus voir que mon épouse était endormie ou inconsciente mais réagissait instinctivement à l’assaut de Frank sur son corps. Il la labourait sans ménagement et en grognant, mon épouse gémissait fort et le lit était secoué et faisait beaucoup de bruit. Je pouvais maintenant constater que Frank allait bientôt jouir, pourtant moi j’étais toujours sous le choc, figé à la porte comme un idiot. Je devais juste courir là-bas et virer ce salaud. De plus elle ne prenait pas la pilule car on utilisait des préservatifs. Cependant, pour une raison inconnue, je ne pouvais pas bouger. J’étais stupéfié et pétrifié devant la scène qui se déroulait devant moi, je ne pouvais pas croire que mon ami Frank baisait ma superbe épouse. Il avait presque atteint son point de non retour, il écartait d’avantage les jambes de mon épouse, et la martelait aussi fort qu’il pouvait. De cet angle je pouvais voir sa grosse bite pistonner sa chatte avec une rapidité extrême. Son membre était bien plus gros que le mien, pourtant je l’ai d’une taille moyenne, pas petit mais pas grand non plus. Le sexe de Frank remplissait certainement comme jamais elle ne l’avait eue en longueur et en largeur la chatte de mon épouse. Je pouvais maintenant entendre les râles d’un homme ivre.

« Han...han...han… ».

Frank immobilisa son calibre entièrement implanté dans la chatte de mon épouse. J’ai su alors qu’il vidait ses grosses couilles en elle, qu’il était en train d’éjaculer son sperme dans son ventre fertile. Soudain, mon épouse noua ses jambes dans le dos de Frank, comme pour le garder en elle. Elle se pendit à son cou, et lui prit les lèvres. Réalisait-elle ce qu’elle faisait ? Devant cette réaction surprenante, Frank glissa sur le corps de ma femme, jusqu’à ce que sa bite soit au niveau de son visage. C’est ma femme elle même, qui prit sa queue en bouche. J’ai vu ses joues se creuser, aspirait sans doute les dernières gouttes de son jus. Quand il se fut entièrement vidé, il redescendit, resta vautré pendant une minute ou deux, avant de rouler au-dessus et de se stabiliser sur son ventre. C’est alors que j’ai pu voir le sperme de Frank suinter hors de sa chatte. J’ai commencé à retrouver mes esprits et j’ai pénétré dans la chambre. J’ai jeté la couverture du lit au-dessus de mon épouse, tandis que mon pote commençait à s’assoupir. Je l’ai secoué. Il a été effrayé et surpris, je l’ai joué stupide comme si je ne savais pas ce qui venait de se produire sous mes yeux, et lui ai indiqué qu’il était couché dans la mauvaise chambre, et que la à sienne était en bas. Frank a pensé qu’il s’était fait attraper, dans mon lit, complètement nu, avec mon épouse également nue. Il s’attendait à ce qu’il soit éjecté a coup de pied, mais il semblait que mon abruti d’ami ne sache pas qu’il avait baisée ma femme, alors il la joué stupide lui aussi, genre. «Je suis désolé, j’étais ivre, j’ai pas fait attention ou j’allais, je me suis trompé de chambre».

Il s’est levé, a repris ses vêtements et a quitté la pièce nu expirant un soupir de soulagement. Après que je l’ai entendu descendre dans le hall, j’ai fermé la porte de la chambre et j’ai retiré les couvertures de mon épouse pour inspecter ce qu’il lui avait fait. Je pouvais voir le sperme gluant couler hors de sa chatte, sa fente était également ouverte et beaucoup étirée. J’ai décidé de ne pas la nettoyer, cela me semblait inutile, Frank avait déjà vidé une quantité énorme de semence en elle et elle pouvait déjà être enceinte. Étrangement, le fait d’observer Frank baiser mon épouse m’avait procuré une érection et elle s’était maintenu jusque là. J’hésitais à baiser mon épouse maintenant, cependant, j’étais très excité. J’étais trop excité et je décidais de la baiser, même en dépit que Frank y ai jouit il y a juste quelques minutes. Elle me devait au moins ça pour s’ être laissé niquer par ce fils de pute. Elle était encore dormir ou semblait inconsciente aux choses qui lui arrivaient. Je l’ai laissée allongée sur le dos et j’ai aligné ma bite sur sa chatte presque glabre et fraîchement baisé. J’ai lui ai enfoncé ma queue, c’était facile puisqu’elle était trempé du foutre de Frank. Immédiatement j’ai noté à quel point elle était dilatée. Je pouvais à peine obtenir quelques réactions de ma femme, Frank lavait tellement besogné avec sa grosse bite, que maintenant ramonée par une queue moyenne ce n’était plus assez pour sa chatte. J’ai essayé de continuer à la baiser mais elle était trop mouillée et je n’obtenais pas assez de sensation. Au lieu de continuer cela je me suis retiré d’elle et je me suis branlé et j’ai joui sur les lèvres de sa fente. J’ai éjaculé une quantité considérable sur elle mais ce n’était pas comparable au volume de sperme que Frank avait déposé en elle. J’ai ressenti un sentiment honteux, embarrassé et triste. Je me suis retiré dans la salle de bains pour boire de l’eau et pour nettoyer mon sexe des souillures de mon épouse. J’étais sur le point de me diriger de nouveau au lit et de conclure cette nuit pourie mais j’ai distingué les vêtements de Frank dans le couloir empilé sur sol devant la porte de la chambre de ma fille. J’ai commencé à ressentir encore un sentiment écurant. Qu’est-ce qu’il faisait dans sa chambre ? J’avais vu la manière dont il l’avait regardée plus tôt, mais il ne pouvait pas avoir la perversité de peloter ma fille de seize ans pendant quelle dormait, surtout après s’être tapé sa mère, le pouvait-il ?

J'ai marché lentement dans le couloir en faisant attention de ne pas faire de bruit. Quand je suis arrivé à la porte de sa chambre, j'ai entendu des chuchotements. Ma fille et Frank parlaient. J'ai aussi pu profiter que la porte était légèrement ouverte, pour que je puisse voir. Ce que j'ai vu m'inquiétait profondément. Mon pote Frank était dans le lit de ma fille avec les couvertures lâchées sur eux. Il me semblait que Frank lui montrait sa bite monstrueuse, et elle était curieuse et hypnotisé par sa taille. Frank lui demandait de la toucher et de la prendre en main. Je regardé ma jeune fille commencer à le branler lentement. J'étais un peu soulagé qu'elle soit toujours habillés mais les choses ont rapidement changés, quand j'ai entendu qu’il lui chuchotait. « N’oublie pas ce que tu as promis maintenant bébé, je t'ai montré ma queue, à toi de me montrer ta petite chatte ».Encore une fois, j'étais sous le choc de ce qui se passait, voici mon pote, nu avec ma fille, lui demandait de dévoiler son anatomie. Je me suis dit que n'importe quel père normal aurait arraché sa fille de ce pervers, et l’aurait mis dehors. Mais pour une raison encore incompréhensible, je ne pouvais pas réagir à ce que je voyais. J’ai juste continué à les observer, pétrifié, et incapable de me déplacer. Ma fille rit nerveusement.

- Ils ne sont pas très gros, enfin, moins que ceux de maman, mais ils sont fermes.

En disant cela, elle enlevait sa chemise de nuit, et se trouvait nue, jusqu’à la taille.

Je pouvais voir maintenant, les seins de fille. Frank a avancé une main, et a commencé à caresser sa jeune poitrine. Ma fille n’a opposé aucune résistance, et semblait apprécié cette caresse obscène.

Mon épouse avait suspecté que malgré son jeune âge, elle était déjà sexuellement active, mais personnellement, je ne voulait pas trop y croire.

Frank a continué à jouer avec ma fille. Il lui léchait les seins, suçait les bouts, et a commencé à porter sa main vers son entre jambes, et a faire courir ses doigts sur sa chatte, protégée par sa petite culotte. Julie ne la repoussé, elle gémissait doucement, frottant elle même sa chatte contre les doigts. Il lui alors murmuré.

- Que dirais-tu d’enlever cette petite culotte.

Julie hésitait à le faire, mais Frank était persuasif, et continuait à masser sa chatte, et à lui dire qu’il serait honoré, si elle l’enlevait pour lui. Ma fille a cédé à ses avances, et était maintenant entièrement nue devant un homme plus vieux que son père. Il a engagé un doigt, lentement joué avec son clito. Elle a gémi, comme sa mère l’avait fait auparavant.

À en même temps, Julie a continué à donner lentement à Frank un travail à la main. Après quelques minutes, il a chuchoté quelque chose à Julie au creux de l’oreille, mais n’ai pu l’entendre. Elle semblait incertaine de quoi qu'il dise, mais il a commencé à la diriger. Je regardé ma fille grimper sur Frank et se mettre en position de soixante neuf. Je pouvais dire que ma fille avait jamais fait ce poste auparavant, mais comme elle a commencé à baisser la tête et sucer sa grosse bite je savais qu'elle avait donné la tête avant. Elle a commencé à le sucer comme un pro sans hésitation.

Frank léchait et suçait sa jeune chatte d’adolescent, alors qu'elle continuait à sucer son engin monstrueux. Ils sont restés dans cette position pendant environ un quart d’heure, jusqu'à ce que ma fille commence à avoir un orgasme. À ce point Frank l'a immédiatement roulée et a aligné sa bite à son entrée humide serrée. Julie a commencé à objecter disant qu'elle n'était pas sûre de ce qu'elle voulait, qu’elle n’avait seulement fait l’amour quelques fois avec son petit ami et pensait que sa bite était trop grosse pour sa petite chatte. Frank a ignoré ses inquiétudes et a frotté sa grosse bite de haut en bas sa fente. Il se pencha et ouvrit bouche l'embrassa alors qu'il commençait à pousser en elle, je suspecté qu'il l'ait fait pour qu'elle ne puisse plus s'y opposer. je pouvait voir sa bite essayer de se frayer un chemin, mais elle était si grosse pour sa chatte serrée, inexpérimentée. Finalement, sa chatte a commencé à s'adapter il l'a étirée pour permettre la bite monstrueuse de son vieil homme en elle. Centimètre par centimètre a maintenant commencé à disparaître dans ma fille, Frank prenait son temps pour s'assurer qu'il n'avait pas mal son. Après quelques minutes à s'enfoncer lentement en elle, il a touché le fond. Je pouvais voir sa bite complètement empalé en elle, avec ses énormes couilles reposant à ses fesses. Ma fille avait réussi d'une manière ou d'une autre à assimiler son coq entier. Il lui a souri et lui a chuchoté.

« Oh bébé tu es la chatte la plus serrée que j'ai eue depuis des années ».

Julie restait silencieuse et gémissait doucement.. Comme elle la chatte a commencé à s'étirer davantage et à s'adapter à la grande taille de Frank taille qu'il a commencé à pousser lentement en elle et hors d'elle. J'ai continué à regarder alors qu'ils commençaient à baiser dans un bon tempo, ma fille revenait avec enthousiasme et avait verrouillé ses jambes derrière son dos. Le lit de sa fille a commencé à se balancer et à grincer et elle les gémissements sont devenus beaucoup plus forts lorsque Frank a commencé à baiser Julie à un rythme plus rapide. J'ai aussi honteusement trouvé moi-même devenir dur en regardant mon vieil ami baiser mon fille. Alors que Frank commençait des coups courts et durs, Julie sentit qu'il était sur le point de jouir bientôt et souvenez-vous soudainement qu'elle n'était pas sur la pilule, elle était trop jeune et avait peur de demander la pilule.

« Frank, tu dois tirer dehors, je ne suis pas protégé, laisse-moi te sucer ».

Frank ne s'est pas arrêté, il l'a ignorée et a continué à la pilonner, il était trop près pour s'arrêter maintenant.

« Franc! Allez, je suis sérieuse, s'il vous plaît, retirez-vous avant que ce ne soit trop tard ».

Frank a finalement répondu qu’il était désolé, qu’il était trop près de jouir. Juste à ce moment-là, avant qu'elle ne puisse objecter davantage, un autre orgasme secoua son corps, le deuxième de la nuit, c'était maintenant trop pour Frank. Au moment où il l'a sentie sa chatte se contractait sur sa bite qui l'a poussé sur le bord et il gémit à nouveau à haute voix, alors qu'il commençait éjaculer sa deuxième charge de sperme de la nuit dans ma fille fertile.

Julie a réalisé qu'il jouissait en elle mais était trop loin perdu dans son propre orgasme pour s'en soucier, son corps avait trahi elle et elle a accepté sa charge de sperme puissant. Franc avait vidé un autre énorme lot de sperme dans ma fille, même après avoir baisé ma femme, il lui restait encore beaucoup de ressources.

Quand il l'a quittée pour reprendre son souffle, je pouvais voir une rivière de sperme couler d'elle et sa chatte avaient l'air aussi étirées que celle de ma femme. J'en avais assez vu. Encore une fois honteusement je n'ai rien fait pour l'arrêter, j’ai juste regardé comme Frank s’était servi, à la fois de ma femme et de ma fille, pour ses plaisirs personnels. J'avais échoué en tant que protecteur de ma femme et de ma fille. Je suis retourné dans ma chambre et me suis rendormi à côté de mon épouse. Je me suis réveillé aux premières heures du matin, et je me suis dirigé vers la salle de bain. Encore une fois, comme avant, j'ai remarqué que les vêtements de Frank étaient toujours au pied de la porte de la chambre de ma fille. Je m’y suis rendu sur la pointe des pieds, pour voir si Frank était toujours là. Alors que je me rapprochais, j'entendais du bruit, et suis revenu dans la même position que j'étais avant, ils ont définitivement baisé à nouveau, seulement cette fois ma fille Julie rebondissait sur son ventre, empalée sur sa longue et grosse bite. Elle avait ses mains sur sa poitrine velue et rebondissait fort sur lui, je pouvais clairement voir sa queue entrer et sortir de ma jeune fille. Le pire était qu'elle aimait clairement baiser cet homme de cinquante cinq ans. J'en avais assez vu et je me suis retiré en bas vers le sous-sol, je ne supportais plus d'être près de ma femme ou fille, après ce que j’avais vu ce soir. Je me suis senti comme un perdant vaincu pour avoir laissé se produire ce que Frank a fait aux deux femmes de ma vie.

Le matin, ma femme s'est réveillée avec la gueule de bois, lit vide et un désordre collant entre ses jambes. Elle réalisé qu'elle avait eu des relations sexuelles, qu’elle se sentait, et ne pouvait pas comprendre comment elle la chatte était tellement étirée et pire pourquoi sa chatte était dans un tel état. Elle s'est levée nue et est allée directement dans la salle de bain même pas pris la peine de fermer la porte. Elle n'a même pas sais que Frank était toujours là. Elle était tellement distraite s'inspectant, qu'elle n'a même pas remarqué Frank, nu, entrer dans la salle de bain avec elle jusqu'à ce qu'il soit au-dessus d'elle. Elle a paniqué et a essayé de couvrir ses seins.

« Jésus! Franck, qu'est-ce qui se passe ? Que fais-tu ici tout nu ?.

« Ce n'est pas évident de te dire ça. Nous deux nous sommes un peu amusé hier soir après que ton mari out ».

Elle ne voulait pas croire qu'elle avait eu des relations sexuelles avec Frank la nuit dernière mais des souvenirs ivres de la dernière la nuit a commencé à refluer dans sa mémoire. Elle se souvenait d'avoir fait l'amour la nuit dernière, mais n’était pas sure si c'était un rêve ou non, tout ce qu'elle pouvait se dire, c’est qu’elle s’était faites baiser avec quelqu'un qui avait avec une énorme bite alors elle a juste supposé que c'était un rêve.

Frank lui a dit qu'elle avait été souillée, et qu'elle devrait prendre une douche avec lui pour se nettoyer. Elle a refusé mais Frank a dit qu'il n'y avait rien à craindre, ils avait déjà baisé une fois et son mari était en bas assoupi, donc il n'y avait rien à craindre. Son esprit allait un mile par minute essayant de comprendre ce qui s'était passé, alors que Frank avait déjà commencé la douche et l'entraînait avec lui. Elle était maintenant nue et lucide, avec l'ami plus âgé de son mari, ensemble sous la douche. Elle avait trompé son mari la nuit dernière sans même s'en rendre compte et était prête à nouveau à se laisser abuser par lui. Franc caressait ses seins et tenait son cul près de lui. Elle a alors remarqué que son énorme bite commençait à piquer à elle, elle ne rêvait pas la nuit dernière, c’était bien cette bite énorme, qui l'avait baisée durement en l'étirant et la faisant atteindre l’orgasme. Quand la bite de Frank était assez dure, il a moulé la chatte de la femme de Karl autour, l'a légèrement penchée et a commencé à pousser dans sa chatte avec son énorme bite. Elle haleta alors qu'il finissait de la remplir, elle ne s'était jamais sentie si complètement empalé comme ça avant. Elle s'est rendu compte qu'elle était en train de trahir son mari pour cette grosse bite mais ne pouvait pas arrêter maintenant. Elle lui a permis de la baiser fort par derrière sous la douche chaude.

À ce moment là, ma fille Julie s'était réveillée et se dirigea vers la salle de bain pensant qu'elle était disponible puisque la porte était ouverte. Ce n'est que lorsqu'elle a est entrée qu'elle s'est rendu compte que quelqu'un était déjà à l'intérieur là, plutôt deux personnes étaient là en train de baiser. Le la porte de la douche n'était pas complètement fermée pour qu'elle puisse voir à l'intérieur. Au début, elle a cru qu'elle était tombée sur moi et mère baisent sous la douche, ils l’avaient fait

dans le passé, sauf que cette fois c'était différent, l'homme qui labourait sa mère n'était pas son père mais...Franc! Julie n'y croyait pas, elle venait de baiser Frank plusieurs fois la nuit dernière, après avoir soi-disant est entré dans la mauvaise chambre et s'est endormi à côté son. Maintenant, il était en train de baiser sa mère qui couinait comme une chienne., où diable était son père, pensait-elle. Elle était maintenant trop curieuse pour partir, elle a juste regardé l'ouverture et regardé sa mère se faire baiser par derrière.

Frank et sa mère étaient manifestement trop encrés l’un dans l'autre, pour même remarquer qu’elle était là. Il la martelait avec longs coups puissants, la faisant crier et gémir de plus en plus fort. Puis finalement, Frank a tenu ses hanches fermement et a commencé à râler, signalant qu'il jouissait à nouveau dans la femme de Karl. Il se restait en elle permettant jusqu'aux dernier giclées de sperme, à vider ses couilles. Avant de se retirer, l lui demanda de lui nettoyer le zob avec sa bouche.

Julie était trop excitée de voir sa mère se soumettre à Frank. Elle décidait de faire quelque chose d'audacieux. Elle a retiré sa culotte, a retiré son t-shirt, et est entrer dans la douche avec eux.

Sa mère a paniqué au début en criant "Oh mon dieu!" et presque glisser et tomber avant que Frank ne la rattrape. Franck était plus qu'heureux de voir Julie.

Une fois sa mère calmée, Julie a expliqué qu'elle savait qu’elle venait de se faire baiser en levrette, et a annoncé qu'elle a aussi couché avec Frank la nuit dernière, et que tant qu'elle gardait son secret, elle la garderait aussi secret celui de sa mères. Sa mère a accepté mais elle ne pouvait tout simplement pas comprendre ou croire comment les choses se passaient. Une minute, elle trompait son mari, en se faisant baiser par son meilleur pote sous la douche et la minute suivante sa fille est nue sous la douche avec eux. Elle regarda sa fille de seize ans, se mettre à genoux sous la douche commencer à tailler une pipe à Frank. Sa mère ne pouvait pas croire que sa fille suçait la bite de ce vieil homme comme ça, c'était assez mal elle avait trompé son mari avec cet homme, certes, mais de savoir et de voir que sa fille avait été intime avec lui aussi l'a extrêmement dérangée, même si elle était sous la douche avec eux en train d'observer ce spectacle.Soudain, Frank a éjaculé, et Julie n’a rien fait pour reculer. Frank se vidait copieusement dans sa bouche, tandis qu’elle avalait son sperme. Puis Julie a demandé à sa mère de lui nettoyer le zob. Louise tomba à genoux, et s’exécuta.

Frank a demandé à Julie de se lever et l'a prise par la taille, et la souleva. Julie noua ses jambes autour de Frank. Puis celui-ci demanda à Louise de guider sa queue dans la chatte de sa fille.

Louise ne pouvait pas croire ce qu'on lui demandait, c'était assez mauvais ce qui se passait, mais voici que Frank lui demandait de l'aider délibérément à baiser sa fille en plein devant elle. D'un autre côté, elle se sentait s'abandonner à la situation et permettre ce qui il voulait, elle a attrapé sa grosse bite dure et l'a aligné avec la chatte de sa fille et a même aidé cette grosse bite à pénétrer en elle. En quelques secondes, elle s'enfonça jusqu'aux couilles, que Louise, toute excitée, faisait rouler entre ses doigts.

Julie et Frank ont maintenant commencé à baiser dans cette position, ses jambes verrouillées autour des son dos, et ses bras autour de son cou accroché à lui pendant qu'ils baisaient. Sa mère tenait ses fesses pour maintenir leur équilibre. Sa mère pouvait voir que la grosse bite de Frank fendait la jeune chatte de sa fille. Elle se demandait comment une si grosse bite pourrait rentrer dans une si petite chatte de jeune fille. Cela n'a pas pris longtemps cette fois à Frank, il était puisé de tout le sexe qu'il venait d'avoir sur plus de dix heures, et ne pouvait pas durer trop longtemps cette fois. Il a commencé à jouir dans Julie juste au moment où celle-ci criait son propre orgasme. Sa mère pouvait voir le sperme suinter de sa chatte et tomber sur le sol de la douche. Après avoir terminé, ils ont finalement nettoyés, se levèrent et sortirent de la douche. Frank s'est habillé et a dit qu'il devait y aller, mais qu'il reviendrait encore peut-être pendant la semaine et nous pourrions tous jouer sur leur table de billard en bas.

Après le départ de Frank, la mère et la fille se sont regardé pendant longtemps, sans se dire un mot. Elles partageaient maintenant un secret et elles le savaient, toutes les deux, ont eu des relations sexuelles non protégées avec Frank et tous deux se sont soumises assez facilement à lui. D'un côté, elles avaient toutes les deux honte de ce qui s'est passé, mais d'un autre côté, elles venaient d’avoir certainement les meilleurs rapports sexuels de leur vie, alors elles étaient en conflit inutile de le dire.

Ma femme est venue me voir peu de temps après, j'étais encore endormi sur le canapé en bas. Elle m'a dit de me réveiller et monte prendre le petit déjeuner. Quand je suis arrivé, ma femme et ma fille portaient leurs robes et semblaient assez agréable. Elles ont commencé à parler de ce qu'ils avait prévu pour la journée et n'ont jamais fait mention à propos de ce qui s’est passé cette nuit.

Après ce jour mon ami Frank n'a plus rien dit à propos de cette nuit pour moi. Il continuait à venir chez moi régulièrement, après le travail, utilisait toujours la piscine comme excuse. Souvent, Frank revenait à la maison avec moi, on picolait un peu. Il apportait des boissons alcoolisés, vicieux, il m’encourageait à boire plus que de raison. Il se grisait pour passer la nuit chez nous. Quant à moi, je finissais ivre, et m’écroulais sur le canapé du salon.

Il montait à l’étage, et avait ainsi tout le temps pour s’amuser avec Louise et Julie. Il m’arrivait de me réveiller, et monter en haut, pour voir Frank baiser ma femme, ou ma fille. Je m’apercevais que mon épouse était bien éveillée, et participait intensément à ces ébats. Peut-être que je me suis trompé, et qu’elle était bien éveillée, la première nuit que Frank l’a baisée.

Frank était tellement souvent à la maison, qu’il commençait à prendre ses aises, et à s’imposer. Je trouvais ses habits empilés dans nôtre chambre, ou celle de ma fille. J’ai également noté que mon lit, et celui de ma fille, étaient devenu leur terrain de jeux. Plusieurs fois, je me réveillais le matin, et trouvais Frank en train de baiser ma femme, ou ma fille sous la douche. Puis, tout les deux, partions travailler.

Pourtant, aucune d’elles ne m’a jamais rien avouer, jusqu’au jour ou mon épouse n’a plus voulu que je la baise.

Frank baisait toujours ma fille en premier, rendant mon épouse jalouse. Puis il arrivait, se glissait dans le lit, entièrement nu. Il a écarté les jambes de Louise, et a commencé à lui bouffer la chatte. Puis il l’obligeait à le chevaucher, et à s’empaler sur sa bite. Louise se mettait à gémir, à crier son nom, sans se soucier que j’étais à côté d’eux. Elle me regardait quand elle atteignait l’orgasme. Cette scène se répétait une bonne partie de la nuit, avec la même jouissance.

C’était trop, et fini par m’installer dans la chambre d’amis, pour leur laisser le lit conjugal. Frank venait de définitivement de marquer son territoire.

J’ai rapidement remarqué que ma fille rejoignait Frank et mon épouse dans l chambre à coucher. J’ai fait plusieurs fois fait des excursions vers la chambre, dont la porte était volontairement laissée ouverte. C’est là que je m’aperçus que ma femme et ma fille pratiquaient le triolisme avec Frank. Il était allongé, et ma femme empalée dos à lui. Ma fille lui léchait les couilles, et la chatte de sa mère, pendant qu’elle se faisait baiser. Puis Frank baisait ma fille en position du missionnaire, alors que Louise, assise sur le visage de Julie, se faisait bouffer la chatte.

Mon humiliation allait en s’accentuant.

Un soir, Frank a invité des amis pour une soirée poker. Nous étions tous là à jouer aux cartes, et nous trouvions vite court de bières. C’est à ce moment que, sur un appel de Frank, Louise et Julie nous rejoignaient au sous sol, portant des boissons fraîches. Sous l’ordre de Frank, elles ne portaient qu’une simple nuisette, pour que les joueurs puissent les caresser à tout moment. Louise s’asseyait sur les genoux de Frank, et Julie sur ceux du vieux Jo. Soudain, je vis le visage de Louise se transformer. Je jetais un œil sous la table, et fut surpris de voir ma fille doigter le clitoris de sa mère, qui partait dans des orgasmes terrible, se cambrant sur les genoux de Frank.

Puis Frank envoyait les deux femmes s’amuser sur le matelas, que celui-ci avait fait descendre au sous-sol. Il voulait à tout prix qu’elles se gouine devant ses potes. Pour son âge, Julie était très vicieuse, et n’arrêtait pas de faire jouir sa mère, qui hurlait de plaisir.

- C’est bon de se faire doigter le clito par sa fille...t’aimes ça, hein maman.

- Oh oui ma chérie...j’aime quand tu décalottes mon petit bouton...quand tu le fais rouler entre tes doigts…

- On va programmer de passer quelques nuits ensemble...on va faire plaisir à Frank, s’offrir en spectacle devant lui...tu veux bien maman?

- Bien sûr que je veux...je veux que tu joues avec la petite chatte de maman.

- Allez...maintenant que tu es bien mouillée, tu vas aller t’empaler sur la grosse bite de Frank. Tu te pencheras, et taillera une bonne pipe à Jo...allez, maman. Ah, obéit maman, sinon je te mets une fessée devant tout le monde…

Mon épouse n’a d’autres choix que d’obtempérer. Puis deux ‘entre eux l’emmenèrent sur la matelas, et la prirent en double, tandis que ma fille s’empalait sur la queue du vieux porc.

quand Frank fit venir mon épouse et ma fille, pour nous apportaient des bières. Ma surprise fut totale, quand je les vis simplement vêtues d’une nuisette. Les mecs étaient déjà légèrement alcoolisés, et furent extrêmement excités de voir ma femme et ma fille à moitié nues, leur servir à boire.

Frank saisit Louise, et la l’assit sur ses genoux. Julie subit le même sort avec Jo, un vieux bedonnant. J’assiste impuissant à toutes se scènes horribles Je vois leur grosse queue pénétrer tour à tour, leur chatte, leur petit trous, et leur bouche. Ma femme et ma fille se gavent de sperme, avalent tout jusqu’à la dernière goutte.













.


J'aime 30
30-05-2022 0 19344

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par mazaudier

Settings