Eric 4

Récit érotique écrit par Manuel le 24-01-2023
Récit érotique lu 368 fois
Catégorie Sadomazo

Levé, ça me faisait drôle de sentir le plug bouger dans mes fesses. J’ai pu voir le sexe de Saïd, sans prépuce, demi bandé il était moins épais mais plus long que celui de mon ami.

J’hésitais sur l’appellation. Ami, maître ou son prénom. Mais qu’importe je me sentais à ma place entre ces trois mâles.

On est descendu au salon où ils ont occupé les fauteuils. Julien m’a indiqué du geste où était les verres et les bouteilles et je les ai servis, me penchant à chaque fois pour servir et amener le verre.

Il m’a indiqué ma place, à côté de lui, à genoux. Un verre d’eau à la main.

-Alors comment tu le trouves ce nouveau bâtard ?

-Pour son dépucelage on peut dire qu’il est gâté. Tu aimes ça être traité comme une fille par des hommes, te faire prendre par le cul et te sentir défoncé ?

 J’étais encore rouge de parler ouvertement de ça mais j’ai répondu regard baissé que je me sentais pour la première fois de ma vie à ma place. J’aimais la sensation de donner mon cul sans poser de question et de sucer les queues de mecs.

-Tu devines que ce sera de pire en pire, non par le forçage de ton cul mais l’utilisation de tout ton corps ?

J’en suis conscient monsieur.

-Tu es là pour une quinzaine de jour je crois ?

C’est ce que j’avais prévu oui.

-Bien, nous allons nous occuper de la partie qui pends sous ta queue. Julien et surement d’accord. Approche-toi de moi et lève-toi que j’ai tes organes à hauteur de mes mains sans me lever.  Les mains sur la tête et ne regarde pas.

-Nicolas tu sais où c’est, va chercher un parachute et des poids.

Il s’est levé pendant que Saïd caressait mes couilles avant de les entourer des doigts. Il tirait un peu et comme je bandais facilement ma verge de droite s’est retrouvée à l’équerre. Nicolas de retour j’ai pu voir ce qu’il appelait le parachute, j’en avais vu sur des vidéos et j’avais vu les boules étirées.

-Pendant que je le tiens passe le autour et mets le premier bouton pression. Tu mettras les deux autres ensuite et le séparateur de couilles bien en place.

Ainsi fait c’était douloureux mais pas trop.  Il devait y avoir un crochet et quand il a mis au bout du mousqueton le premier poids je n’ai pu m’empêcher d’écarter les cuisses pour tenter de retenir le poids. J’ai pris aussitôt un petit coup sur le gland.

-Pas mal comme ça. Plaisant à voir avec la queue raide et à quatre-vingt dix degrés. Regarde-toi.

En penchant la tête j’ai vu mon gland gorgé de sang et j’ai aussitôt senti le poids se mettre à balancer entre mes cuisses. J’ai poussé un petit cri qui les a fait sourire.

-Il arrive quand Momo ?

-Il ne devrait pas tarder je pense. Une fois qu’il lui aura bien ouvert la voie naturelle on pourra lui mettre le plug spécial et avant voir l’état des muqueuses.

-Doucement les mecs il est là pour un moment, pas tout à la fois. Regarde par la fenêtre j’ai vu passer son 4X4, va lui ouvrir.

Moi ? mais je ne le connais pas !

-Et alors, perds ton habitude de te cacher aux mâles. Sinon comment veux-tu qu’ils te sachent disponible.

J’ai marché jusqu’à l’entrée où une fois ouvert j’ai vu le mec. Genre libanais plus qu’arabe. Gros nez et paupières tombantes.

-Pas la peine de te présenter lopette je vois que les autres sont là. Laisse passer mon minet et tu refermes. En passant il a donné une tape sur ma queue qui avait un peu débandée lui redonnant l’aspect raide d’avant.

Derrière lui un mec qui avait surement dix-huit ans mais en paraissait quinze. Cheveux bruns, crêpus avec un short très large et je devinais des courroies de cuir sous son pull qui ne cachait pas ses tétons pointés.

-Eh bien ! Passe devant, ne reste pas à baver devant Ali. Il va se dessaper avant de nous rejoindre.

Je l’ai suivi à petit pas avec la chaîne qui m’entravait mes chevilles. Il a serré la main à tous avant de me détailler sans un mot. Me prenant par les épaules il m’a fait tourner, me pencher, a passé la main sur le plug entre mes fesses.

-Bonne graine de bâtard surement. Tu l’as depuis quand Julien ?

-Je suis allé le chercher à Dieppe avant midi. Depuis comme tu vois il aime et surtout il obéit.

-Jamais eu de bite de beur dans ton cul ?

Non j’étais puceau en arrivant.

Il a eu un rire gras.

-Et tu aimes ce qui t’arrive ?

Oui je découvre mes rêves en réalité. J’ai eu un coup en voyant arriver Ali. Petite bite encapuchonnée sans aucun poils pour  cacher tout son corps, petits seins presque de fille avec la pointe dressée percée avec un anneau dans le piercing.

Du coup ma queue a eu un sursaut se dressant un peu malgré le poids.

-Ah tu as encore des réflexes mâles ?

 J’étais hyper gêné d’avouer qu’en fait je rêvais de lui ressembler.

D’un coup sur le gland il a ri.

De ce côté-là tu ne pourras pas être comme lui. Pour commencer mets-toi donc à genoux pour parler et le reste. Une lopette ne reste pas debout chez un mâle.



J'aime 3
24-01-2023 1 368

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par Manuel

Settings