ERIC 5

Récit érotique écrit par Manuel le 26-01-2023
Récit érotique lu 335 fois
Catégorie Sadomazo

Dire que je me suis endormi de suite serait faux mais en pensant à tout ce qui s'était passé je ne pouvais que me sentir troublé de devenir le jouet d'hommes inconnus. Je me suis endormi en pensant à ça.

Le lendemain c'est Julien qui est venu me réveiller. Il faisait à peine jour donc sans autre repère en été il devait être tôt.

-Lève toi, ôte le plug et va chier, tu te laveras ensuite intimement, il y a une canule pour ça qui s'adapte au tuyau de douche . Avant de sortir , comme tu vois il n'y a pas de rideau, je viendrais et pisserais là où je voudrais sur toi. Tu te rinceras après. Pense à laver le plug, pour vérifier tu le lècheras devant moi. file te doucher je me remets dans ton lit et te surveille.

Oter le plug n'a pas été facile mon anus s'était refermé dessus et j'ai crié quand il est sorti, accompagné d'un rire de Julien. Après la douche et celle anale, j'ai lavé le plug qui avait en effet des matières collées dessus. Julien s'est approché.

-A genoux et ouvre la bouche!

J'allais protester quand il a commencé à uriner sur mon visage et j'ai fermé les yeux , ouvrant la bouche. Je bloquais l'urine et ça coulait par le menton. J'ai craché le reste mais il me l'a mis dans la bouche pour la laver. Là, j'ai pu après tout ce n'était que de son autre jus. Une fois fait il m'a laissé me rincer et m'a tendu le poncho que j'avais amené.

-Va courir un peu dehors pour te sécher , si on vient tu enfiles le poncho. Je te surveille par la fenêtre en préparant le café.

Le soleil était à peine levé et le matin dans le nord il fait frais. Je n'arrêtais pas de tourner la tête pour savoir si on me voyait mais j'ai quand même séché en restant nu avec juste le truc qui me tirait les couilles. Je suis rentré essouflé mais sec trouvant la température de la maison chaude.

-Colle toi à la table et penche toi que je remette le plug.

Il a d'abord enduit mon trou du même produit, satisfait de sentir les muscles anaux souples et il a glissé le plug plus facilement que moi quand je l'avais sorti.

-Assieds toi on bois le café et on cause. Tu es content de ce qui t'arrives ici?

Il a servir le café pendant que je répondais. Oh oui je ne me sentais pas capable de tout ce qui est arrivé et je ne pense pas qu'à Paris ça se passerait de même.

-Détrompe toi ,on est nombreux à aimer les ptits mecs dociles comme toi, un peu masos. Tu repartiras transformé et pas seulement dans ta tête.

J'ai déjà le cul bien plus ouvert qu'en arrivant.

-Oui et on a tous constaté que tu en bandais à chaque nouveauté.

C'est dans ma nature et je ne peux me contrôler.

-Tu ne les connais pas mais il y a des moyens pour te contrôler même à distance tu verras. Finis ton café et je vais t'en montrer un.

Le café était fort, du vrai café de marin, fait pour tenir le coup. Je l'ai avalé avant de me lever.

-Fait la vaisselle et rejoins moi en bas dans le donjon.

Les bols et la cafetière lavés et mis à égoutter je l'ai rejoins avec un peu d'inquiétude mais raide quand même car je ne m'étais pas livré à ma branlette du matin.

-Entre, lève les bras et passe les dans les attaches qui pendent je vais les serrer.

Il y avait un peu de jeu mais mes mains n'allaient pas jusqu'à mes tétons. Il a disposé une petite table sur le côté avec un appareil à un bouton et une molette qu'il a relié par un fil à une tige métallique brillante en inox très lisse.

-Tu vois, jusqu'à présent rien de compliqué. Les choses vont se compliquer.

Il a d'une main saisi ma queue et serré le gland pour ouvrir le trou au bout et a inséré la tige dans le trou, le faisant glisser lentement dans ma bite. C'était bizarre mais en allant doucement la tige est presque rentrée entièrement, soit quinze centimètres je pense.

-Regarde bien maintenant , j'appuie sur le bouton pour mettre le contact et je tourne la molette.

Ah cette sensation! Je sentais ma queue vibrer comme quand on touche un fil de clôture pour les animaux. Retenu par les poignets je me suis raidi et soulevé, impuissant à éviter le courant. Il a arrèté.

-Là je l'ai fait vraiment pas fort mais sur le mode impulsion et avec un autre appareil je peux te commander à distance sans fil. Voilà l'exemple impulsion.

D'un coup j'ai senti ma queue non pas me brûler mais mouiller et repousser la tige. Aussi vite l'impulsion s'est arrêtée.

-Tu vois et comprends le principe?

Oui mais je bande encore.

-Et si je te dis que si tu bandes je laisse en mode impulsion tu vas faire quoi?

Je ne sais pas mais surement débander pour obéir et que ça cesse.

- On va voir. 

Il a appuyé deux fois sur le bouton. J'ai sursauté puis plus de courant mais un autre sursaut. J'ai du tenir jusqu'à cinq avant de mentalement pour que ça cesse, débander et n'avoir que ma nouille molle d'où la tige est tombée.

En attendant le tatoueur qui va m'appeler en arrivant je vais élargir ce trou bien pratique pour obtenir ce que l'on veux.

 Il n'a pas eu à me fair lécher la tige cette fois avec plusieurs tailles qui se suivaient. Rien que de le savoir je bandais à nouveau et il a introduit le bout rond l'enfilant petit à petit. Au début je ne sentais pas grand chose mais en poussant il changeait de taille et c'est devenu douloureux , raidissant d'autant ma queue.

-Bien, tu aimes avoir mal, très bon ça! Ha ça sonne . Allo? Oui? Ok dans deux minutes je t'ouvre. Inutile de te dire de rester là tu ne peux pas t'en aller. 

Il a retiré la sonde avant de partir. 

Encore un inconnu qui allait me voir nu et dans une position sans aucun doute humiliante pour moi.

 Le mec était plus âgé que nous, de loin. Il devait friser la quarantaine. Assez grand , les bras nus pleins de tatouages.

-Alors c'est lui que je dois épiler entièrement?

-Oui il n'a que peu de poils mais à part ses cheveux on en a pas besoin et ça ne doit jamais repousser.

-Simple. Détache le et qu'il s'allonge sur la table sur le dos.

-Momo t'as dis pour le tatouage?

-Oui je ferais ça en dernier mais ça sera définitif. Il le sait?

-Non mais il va signer le papier habituel t'autorisant à effectuer le tatouage demandé.

J'étais un peu inquiet mais Julien m'a attaché les bras levés vers le haut de la table et les chevilles à l'autre bout. Le mec a rapproché ses appareils.

-Il bande toujours?

-Tout le temps ou presque, ça te gêne?

-Non mais c'est amusant et la queue est belle



J'aime 2
26-01-2023 0 335

Commentaires

Vous devez être connecté pour pouvoir insérer un commentaire !
Je me connecte ou je m'inscris

Récits / Histoires érotiques de la même categorie

Récits / Histoires érotiques du même auteur

Voir la suite des récits erotiques écris par Manuel

Settings